Archives de catégorie : Publications

L’actualité des publications sur ou en lien avec Dezède

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 29/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2911

La création française de Tosca

Dans le cadre du master Musicologie fondamentale et appliquée de l’université Lumière Lyon 2, des étudiants ont rassemblé sous la direction de Jean-Christophe Branger une série d’articles portant sur la création parisienne de Tosca à l’Opéra-Comique, le 13 octobre 1903. L’ensemble de ces documents livre une image contrastée de la réception en France de Puccini et du mouvement vériste . Si la jeune école italienne, qu’incarnent surtout Mascagni, Leoncavallo ou Puccini, rencontre un succès croissant auprès du public, les critiques ou compositeurs français les rejettent dans leur ensemble avec force jusqu’à leur dénier parfois tout talent. Des personnalités éminentes, telles que Dukas ou Fauré, les jugent à l’aune du théâtre wagnérien qui reste encore un modèle absolu à cette époque. De même, André Messager, qui dirige pourtant la création, critique ouvertement le choix de Puccini d’avoir mis le drame de Victorien Sardou en musique. Mais le succès de l’opéra de Puccini ne faiblit pas au point de susciter une étude à charge d’André Coeuroy en 1923.

Consulter le dossier sur Dezède

Charles Lamoureux

Charles Lamoureux est l’un des principaux animateurs de la vie musicale à Paris dans le dernier tiers du XIXe siècle. Il s’illustre d’abord à la tête d’un quatuor à cordes puis d’une société faisant revivre les grandes œuvres chorales du passé, avant de fonder, en 1881, la Société des nouveaux concerts, plus connue sous l’appellation de Concerts Lamoureux. Pendant près de vingt ans, l’artiste en est le directeur musical, à la fois chef d’orchestre, entrepreneur, administrateur et programmateur. Dans le même temps, c’est un musicien militant faisant de la promotion des œuvres de Richard Wagner une cause qu’il défend aussi en portant à la scène Lohengrin et Tristan et Isolde. Quoique partisan du maître de Bayreuth, Lamoureux apporte aussi sa contribution à la diffusion de la musique française.

L’ouvrage qui vient de paraître est associé au répertoire, publié sur Dezède, des programmes des Concerts Lamoureux dirigés par son fondateur entre 1881 et 1899.

> Consulter le dossier sur Dezède

La seconde direction d’Émile Perrin (1862) par Frédéric Guérin

Perrin, le directeur thaumaturge

Suite à la soutenance de son master L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin (université de Rouen Normandie, 15 novembre 2019, 258 p.), Frédéric Guérin publie dans Dezède le dossier  “La seconde direction d’Émile Perrin (1862)” correspondant à l’une de ses annexes.

Il regroupe l’intégralité de la programmation des soirées de la deuxième salle Favart comprises entre le 27 janvier 1862, date de la nomination d’Émile Perrin à la direction de l’Opéra-Comique, et le 19 décembre 1862, veille de son départ de la salle Favart pour la direction du Théâtre Impérial de l’Opéra. Cette période se trouve à cheval entre la fin des saisons 1861-1862 et 1862-1863.

La présentation du dossier apporte quelques pistes de compréhension et de réflexion tirées des conclusions de son étude, que l’auteur a également présentée lors du colloque qui s’est tenu à l’Opéra Comique les 21 et 22 novembre dernier, portant sur la direction d’opéra.

> Voir le dossier La seconde direction d’Émile Perrin (1862) sur Dezède

Illustration : Perrin. Directeur du Théâtre-Français, Atelier Nadar, 1875-1895, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-238 (9)

Dezède à Royaumont : septième résidence et deuxième atelier

La septième résidence du département de Musicologie de l’université de Rouen Normandie à l’abbaye de Royaumont s’est déroulée les 13 et 14 juin 2019.

Réunis pendant deux jours dans la bibliothèque François-Lang et accueillis par Thomas Vernet, trois étudiants (Naomie Charlier, Frédéric Guérin, Claire Morvannou),  Marion Blanc (ingénieure d’étude à l’IRIHS), Joann Élart et Yannick Simon, ont apporté leur contribution au dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) ».

L’objectif poursuivi depuis l’origine et la signature d’une convention entre l’université de Rouen Normandie et la Fondation Royaumont, est de reconstituer l’ensemble des programmes des concerts organisés dans l’abbaye, entre, d’une part, 1936 et les premières manifestations culturelles accueillies par le propriétaire des lieux et son épouse, Henry et Isabel Goüin, et, d’autre part, l’année 1977 marquée par la création du Centre régional de la voix et l’arrivée de Francis Maréchal à la tête de la Fondation. Sous des formes diverses (concerts de La Revue musicale avant la Seconde Guerre mondiale, festival à partir de 1948, saisons musicales et concerts en marge de manifestations culturelles), la musique occupe une place très importante dans l’histoire de la Fondation dont il conviendra, le moment venu, de faire l’histoire. C’est dans cette perspective que se situe le projet de résidence et d’enrichissement progressif du dossier sur Dezède. Cette année a été l’occasion de reconstituer à partir des archives conservées à l’IMEC les quatre dernières saisons musicales à l’Abbaye, de 1974 à 1977. Nous devrions poursuivre ce travail l’an prochain en revenant sur la fin des années 1960.

Au lendemain de la résidence, le 15 juin, s’est tenue la deuxième édition de l’Atelier Dezède, fruit d’une collaboration entre les fondateurs de Dezède et Thomas Vernet qui accueillait aussi ce rendez-vous dans la bibliothèque François-Lang. L’Atelier Dezède réunissait des contributeurs : Marion Blanc, Naomie Charlier, Joann Élart, Benjamin Frouin, Frédéric Guérin, Yannick Simon, Denis Tchorek, Patrick Taïeb et Thomas Vernet. La journée a débuté par une intervention de David Fiala venu présenter le volet numérique du CESR de Tours. Cet accueil est le reflet de la volonté affichée des fondateurs de Dezède de tisser des liens avec les autres projets numériques développés dans le domaine de la musicologie. Dans un deuxième temps, des contributeurs, dont certains d’entre eux se rencontraient pour la première fois, ont pu présenter des projets scientifiques achevés ou en cours de réalisation : une réflexion sur les notions d’emploi et de troupe qui restent à modéliser dans Dezède, par Patrick Taïeb et Benjamin Frouin ; le projet SpectaNum par Marion Blanc ; le corps de ballet du Théâtre des Arts de Rouen et le traitement des spectacles de danse dans Dezède par Naomie Charlier ; le dossier des spectacles à Paris pour une approche de moissonnage en masse par Joann Élart ; les orchestres symphoniques en France par Yannick Simon.

L’objectif était avant tout de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Comme l’an dernier, il n’a malheureusement pas été possible de consacrer du temps au Carnet Dezède dont nous souhaitons permettre l’accès aux contributeurs pour la présentation de leurs réalisations en lien avec Dezède ou avec le projet Espace musical français. Ce sujet sera abordé au cours de la troisième édition déjà programmée en juin 2020.

Enfin, cette édition 2019 a clôturé sur le franchissement du ruisseau de Royaumont,  réalisé avec brio par Naomie Charlier !

 

Consulter le dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) » sur Dezède