Archives de catégorie : Articles et livres

L’actualité des articles et des livres en lien avec Dezède

Quelques nouvelles du Ring

Le dossier consacré aux productions du Ring en France vient de connaître plusieurs avancées sous la forme de cinq nouveaux sous-dossiers et de deux articles.

L’article intitulé Les pérégrinations du Ring en France. Premières conclusions et perspectives de recherches livre les premières conclusions portant sur la période comprise entre 1904, année de la première représentation intégrale du cycle en France, et 1959, date à laquelle est montée la première production dans le style du Nouveau Bayreuth sur le sol français.

Deux nouveaux sous-dossiers sont évoqués dans cet article. Ils  sont consacrés à une production présentée en 1935 au Grand-Théâtre de Bordeaux puis, quelques semaines plus tard, dans une version très proche, au casino de Vichy. Cette mise à la scène, et plus particulièrement la réalisation vichyssoise placée sous la direction musicale d’un chef allemand, fait l’objet d’un article dans un ouvrage collectif dédié à la musique dans les casinos en France : « De Wagner à Vichy, la diplomatie musicale de l’Allemagne nazie en 1935 », dans Martin Guerpin et Étienne Jardin (dir.), Faites vos jeux. La musique dans les casinos français, Arles/Paris, Actes Sud/Palazzetto Bru Zane, 2024, p. 195-217. Cette contribution a fait l’objet d’un précédent billet.

Postérieurement à la rédaction de cet article, un nouveau sous-dossier a été consacré à la reprise de cette production du Ring au Grand-Théâtre de Bordeaux en 1937. Même si la distribution en a été fortement renouvelée, Victor Forti en reste la figure centrale en chantant trois rôles différents répartis dans les quatre épisodes.

Onze ans plus tard, Forti assume les mêmes rôles dans une production, toujours à Bordeaux, qui est probablement la première de l’après-guerre. Le sous-dossier dédié à cette nouvelle version de 1948 se singularise par la transcription d’annotations figurant sur le livre de bord du Grand-Théâtre de Bordeaux. Elles mettent en évidence la grande connaissance que les chanteurs francophones ont du répertoire wagnérien, capables d’assumer un rôle au pied levé ou d’en changer pour remplacer un collègue indisponible.

Enfin, il manquait au dossier « Le Ring en France » son acte fondateur. C’est chose faite avec le dossier consacré au Ring de Lyon en 1904. Premier Ring francophone sur le territoire français, après le Ring francophone de la Monnaie de Bruxelles en 1903, la production lyonnaise de 1904 est assurément un événement  même si la qualité de la production fait débat.

À ce jour le dossier « Le Ring en France » réunit douze productions entre 1911 et 1969. À terme, elles seront une soixantaine.

Consulter l’article Les pérégrinations du Ring en France. Premières conclusions et perspectives de recherches

Consulter sur Dezède le dossier Le Ring en France et les sous-dossiers Le Ring à Bordeaux (1935), Le Ring à Vichy (1935), Le Ring à Bordeaux (1937), Le Ring à Bordeaux (1948) et Le Ring à Lyon (1904).

 

Le Festival international de musique de Vichy (1935)

Quelques semaines après avoir programmé une tétralogie en français dont la direction avait été confiée à un chef d’orchestre allemand, le casino de Vichy accueille le festival international de musique organisé dans le cadre du Conseil permanent pour la coopération internationale des compositeurs entre le 1er et le 9 septembre 1935. Placées sous la présidence de Richard Strauss, président de la Reichsmusikkammer (une structure fondée par les nazis), et les vice-présidences du français Albert Roussel et de l’italien Adriano Lualdi, ces manifestations sont en réalité une opération de propagande visant à s’opposer au festival annuel de la Société internationale de musique contemporaine organisé au même moment à Prague.

L’article consacré au Festival dans l’ouvrage Faites vos jeux. La musique dans les casinos français dirigé par Martin Guerpin et Étienne Jardin (Arles/Paris, Actes Sud/Palazzetto Bru Zane, 2024), trouve son prolongement dans Dezède sous la forme d’un dossier reconstituant l’ensemble des dix-sept événements programmés dans ce cadre. Dezède compte ainsi une nouvelle publication augmentée.

Consulter le dossier Festival international de musique de Vichy (1935)

Consulter le dossier Le Ring à Vichy (1935)

Les Critiques dramatiques dans les journaux et les revues (1875-1914)

Sur ce que Jean-Claude Yon appelle la « dramatocratie » de la fin du Second Empire règnent une douzaine de critiques dramatiques d’autant plus puissants qu’ils sont peu nombreux – et stables : dresser la liste des confrères de Jules Janin et de Théophile Gautier est chose rapide et facile. En revanche, dès le début de la IIIe République, après la loi de 1868 qui supprime l’autorisation préalable, puis, à plus forte raison, après la loi de 1881 qui proclame la liberté de la presse, le nombre des journaux explose et, avec lui, celui des chroniqueurs du théâtre : on en compte près d’une centaine à la veille de la Première Guerre Mondiale. Corrélativement, les conditions d’exercice du métier changent : à mesure que la presse d’opinion est relayée par la presse d’information, immédiateté et improvisation deviennent les nouveaux mots d’ordre d’une critique sommée de livrer ses impressions à la hâte, au sortir même de la représentation. Dans les quotidiens, tandis que l’institution du feuilleton hebdomadaire cède le terrain au reportage du lendemain, de nouvelles rubriques apparaissent, afin de satisfaire la curiosité grandissante des lecteurs pour les « à-côtés » ou les « entours » de la pièce. Un phénomène de compartimentage et de spécialisation du compte-rendu s’amorce alors, qui se confirme et s’accentue encore dans les revues illustrées du début du siècle.

Pour aider à se repérer dans ce paysage médiatique en pleine mutation, durant toute la période (1875-1914) qui correspond à l’âge d’or de la critique dramatique, le site Dezède publie un répertoire des chroniqueurs du théâtre, sous la forme d’un tableau organisé année par année et titre par titre.

Ce répertoire, en cours de constitution, devrait être utile à tous les chercheurs et les amateurs qui s’intéressent au théâtre du tournant des XIXᵉ et XXᵉ siècles :

  • à ceux qui consultent la critique dramatique pour sa valeur documentaire, et vont chercher dans les articles des chroniqueurs du théâtre des informations sur les sources et les influences d’une pièce, sur l’accueil fait à sa création, sur l’évolution de sa réception, ce répertoire devrait faciliter le travail de revue de presse ;
  • pour ceux qui envisagent la critique dramatique comme un objet d’étude à part entière, il contribuera à mettre en évidence l’évolution des cadres médiatiques dans lesquelles elle s’exerce à une époque charnière de l’histoire du théâtre, en faisant ressortir le déclin du feuilleton hebdomadaire, la généralisation du reportage du lendemain, la diversification et la spécialisation croissantes des rubriques.

Tous ceux qui souhaitent apporter leur collaboration à ce projet, fût-ce pour y introduire ponctuellement une correction ou un complément, seront les bienvenus. Ils sont invités à prendre contact avec Marianne Bouchardon, en écrivant  à l’adresse : marianne.bouchardon@univ-rouen.fr

Biobibliographie

MCF en littérature française à l’Université de Rouen-Normandie, directrice-adjointe du CÉRÉdI (EA 3229), Marianne Bouchardon consacre ses recherches à l’histoire et à la théorie du théâtre des XIXᵉ et XXᵉ siècles. L’Habilitation à Diriger des Recherches qu’elle a soutenue sous la direction de Florence Naugrette en 2019, « Écrire pour le théâtre, Écrire sur le théâtre (XIXᵉ-XXᵉ siècles). De la poétique du drame à l’histoire de la critique », comportait un inédit intitulé : « La critique dramatique face à la mise en scène (1870-1914) », à paraître. Le répertoire présenté ici est issu de ses annexes.

> Consulter le dossier dans Dezède

Le second Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940)

Théâtre des arts, “Le Monde illustré”, 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » est désormais entièrement achevé plus de sept ans après son ouverture en juin 2013. C’est la troisième des quatre parties du vaste chantier que Joann Élart et Yannick Simon consacrent sur Dezède au répertoire du Théâtre des Arts de Rouen des origines à nos jours et qui réunit actuellement (janvier 2021) plus de 16 000 événements. La première partie est dédiée au premier Théâtre des Arts inauguré en 1776 et détruit par le feu en 1876 ; la deuxième au Théâtre Lafayette qui a servi de solution de repli à l’institution entre 1876 et 1882 ; la troisième au bâtiment inauguré en 1882 et détruit pendant la Seconde Guerre mondiale ; la quatrième à l’établissement inauguré en 1962 et toujours en activité à ce jour.

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » comporte 9 235 événements. Pour une moitié d’entre eux, ils ont été intégrés dans la base de données par Claire Morvannou grâce à des vacations financées par le CÉRÉdI. L’autre partie a été réalisée par des étudiants dans le cadre de cours du master de Musicologie de l’université de Rouen Normandie entre 2013 et 2020.

Le premier événement, daté du 30 septembre 1882, est celui qui marque l’inauguration de la salle avec, au programme, Les Huguenots, de Meyerbeer, précédés d’une interprétation de l’ouverture de La Dame blanche de Boieldieu. Le dernier, une représentation du Faust de Gounod, est en date du 28 avril 1940. Il précède de quelques jours la fin de la « drôle de guerre » et le début de l’offensive allemande dont l’une des conséquences est la canonnade et l’incendie du Théâtre des Arts le 9 juin 1940. Bien qu’envisagée, sa restauration n’est pas entreprise avant la « Semaine rouge » et les bombardements des 30 et 31 mai 1944 qui en achèvent la destruction.

L’examen global de ce corpus reste à entreprendre. Néanmoins les quinze premières saisons ont fait l’objet d’une étude publiée qui fournit un embryon de grille d’analyse pouvant s’appliquer à l’ensemble de la période — voir la « publication associée » sur la page de présentation.

Consulter le dossier dans Dezède : https://dezede.org/dossiers/id/7/

Marcel Proust au concert dans les salons parisiens

Si Marcel Proust vit les balbutiements de l’enregistrement sonore, les salles de concert et l’Opéra restent à son époque les principaux lieux où écouter et réécouter de la musique et donc apprendre à la connaître. En marge de ces manifestations publiques, les salons continuent à offrir un cadre à des auditions musicales et en même temps un moyen non négligeable de se familiariser avec le répertoire et de découvrir compositeurs, œuvres ou interprètes. Ce sont par excellence des lieux de sociabilité dont la fonction, essentielle pour Proust et pour son roman, est bien connue. Pourtant, une fois recensés les salons dans lesquels il a entendu de la musique, il apparaît comme complémentaire de savoir, sources à l’appui, quelles œuvres Proust a véritablement écoutées, quels compositeurs il a découverts et quels interprètes il a pu approcher. On est ainsi fondé à penser que, derrière leur façade mondaine, les salons ont pu contribuer à sa culture musicale et éventuellement à forger ses goûts.

Ce dossier a été réalisé par Myriam Chimènes et s’inscrit dans le prolongement d’un article consacré à ce sujet et publié dans l’ouvrage Musiques de Proust.

Consultez le dossier “ Marcel Proust au concert dans les salons parisiens