Archives de catégorie : Articles et livres

L’actualité des articles et des livres en lien avec Dezède

Le second Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940)

Théâtre des arts, « Le Monde illustré », 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » est désormais entièrement achevé plus de sept ans après son ouverture en juin 2013. C’est la troisième des quatre parties du vaste chantier que Joann Élart et Yannick Simon consacrent sur Dezède au répertoire du Théâtre des Arts de Rouen des origines à nos jours et qui réunit actuellement (janvier 2021) plus de 16 000 événements. La première partie est dédiée au premier Théâtre des Arts inauguré en 1776 et détruit par le feu en 1876 ; la deuxième au Théâtre Lafayette qui a servi de solution de repli à l’institution entre 1876 et 1882 ; la troisième au bâtiment inauguré en 1882 et détruit pendant la Seconde Guerre mondiale ; la quatrième à l’établissement inauguré en 1962 et toujours en activité à ce jour.

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » comporte 9 235 événements. Pour une moitié d’entre eux, ils ont été intégrés dans la base de données par Claire Morvannou grâce à des vacations financées par le CÉRÉdI. L’autre partie a été réalisée par des étudiants dans le cadre de cours du master de Musicologie de l’université de Rouen Normandie entre 2013 et 2020.

Le premier événement, daté du 30 septembre 1882, est celui qui marque l’inauguration de la salle avec, au programme, Les Huguenots, de Meyerbeer, précédés d’une interprétation de l’ouverture de La Dame blanche de Boieldieu. Le dernier, une représentation du Faust de Gounod, est en date du 28 avril 1940. Il précède de quelques jours la fin de la « drôle de guerre » et le début de l’offensive allemande dont l’une des conséquences est la canonnade et l’incendie du Théâtre des Arts le 9 juin 1940. Bien qu’envisagée, sa restauration n’est pas entreprise avant la « Semaine rouge » et les bombardements des 30 et 31 mai 1944 qui en achèvent la destruction.

L’examen global de ce corpus reste à entreprendre. Néanmoins les quinze premières saisons ont fait l’objet d’une étude publiée qui fournit un embryon de grille d’analyse pouvant s’appliquer à l’ensemble de la période — voir la « publication associée » sur la page de présentation.

Consulter le dossier dans Dezède : https://dezede.org/dossiers/id/7/

Marcel Proust au concert dans les salons parisiens

Si Marcel Proust vit les balbutiements de l’enregistrement sonore, les salles de concert et l’Opéra restent à son époque les principaux lieux où écouter et réécouter de la musique et donc apprendre à la connaître. En marge de ces manifestations publiques, les salons continuent à offrir un cadre à des auditions musicales et en même temps un moyen non négligeable de se familiariser avec le répertoire et de découvrir compositeurs, œuvres ou interprètes. Ce sont par excellence des lieux de sociabilité dont la fonction, essentielle pour Proust et pour son roman, est bien connue. Pourtant, une fois recensés les salons dans lesquels il a entendu de la musique, il apparaît comme complémentaire de savoir, sources à l’appui, quelles œuvres Proust a véritablement écoutées, quels compositeurs il a découverts et quels interprètes il a pu approcher. On est ainsi fondé à penser que, derrière leur façade mondaine, les salons ont pu contribuer à sa culture musicale et éventuellement à forger ses goûts.

Ce dossier a été réalisé par Myriam Chimènes et s’inscrit dans le prolongement d’un article consacré à ce sujet et publié dans l’ouvrage Musiques de Proust.

Consultez le dossier “ Marcel Proust au concert dans les salons parisiens

Dezède dans le deuxième numéro de la revue Humanités numériques

Annonce de parution d’un article rédigé en 2017 par Joann Élart et Yannick Simon dans la nouvelle revue Humanités numériques inaugurée sur Journals OpenEdition, et intitulé “Du spectacle vivant aux humanités numériques : le projet Dezède”.

Résumé. Cet article propose une présentation du site Dezède. Dédié au spectacle vivant, Dezède est une base de données relationnelle réunissant les programmes de plusieurs dizaines de milliers d’événements, pour l’essentiel des opéras, des pièces de théâtre et des concerts. Leur reconstitution normalisée est parfois associée à un appareil documentaire. Dans un premier temps, les auteurs abordent les fondements scientifiques du site et sa place dans le champ de la recherche. Ils s’attachent ensuite à décrire les différentes phases de sa conception avant d’aborder son contenu, ses modes de consultation, le principe des autorités et la communauté de ses utilisateurs et contributeurs.

> lire l’article

> Table des matières du volume

Charles Lamoureux

Charles Lamoureux est l’un des principaux animateurs de la vie musicale à Paris dans le dernier tiers du XIXe siècle. Il s’illustre d’abord à la tête d’un quatuor à cordes puis d’une société faisant revivre les grandes œuvres chorales du passé, avant de fonder, en 1881, la Société des nouveaux concerts, plus connue sous l’appellation de Concerts Lamoureux. Pendant près de vingt ans, l’artiste en est le directeur musical, à la fois chef d’orchestre, entrepreneur, administrateur et programmateur. Dans le même temps, c’est un musicien militant faisant de la promotion des œuvres de Richard Wagner une cause qu’il défend aussi en portant à la scène Lohengrin et Tristan et Isolde. Quoique partisan du maître de Bayreuth, Lamoureux apporte aussi sa contribution à la diffusion de la musique française.

L’ouvrage qui vient de paraître est associé au répertoire, publié sur Dezède, des programmes des Concerts Lamoureux dirigés par son fondateur entre 1881 et 1899.

> Consulter le dossier sur Dezède

Les concerts populaires au Havre (1892-1913)

Ce nouveau dossier sur Dezède réunit l’ensemble des programmes des quarante-trois séances organisées par la Société des concerts populaires du Havre entre 1892 et 1913. Sa publication s’inscrit en complément d’un article de Yannick Simon intitulé « La circulation du modèle des concerts populaires à travers l’exemple du Havre (1892-1913) » (Nouvelles perspectives sur les spectacles en province (XVIIIe-XXe siècle), Joann Élart et Yannick Simon (dir.), Rouen, Presses universitaires de Rouen et Le Havre, 2018, p. 81-90.)

Le mouvement des concerts populaires initié par Jules Pasdeloup en 1861 se répand dans l’ensemble de la France dans les décennies suivantes. Il trouve un accomplissement tardif au Havre où une Société des concerts populaires voit le jour en 1892. La présidence d’honneur en est confiée au maire de la ville et au compositeur Vincent d’Indy. L’un de ses élèves, Jean Gay, par ailleurs chef de la musique du 119e régiment installé au Havre, en assure la direction. Active entre 1892 et 1901, la société est ensuite mise en sommeil pour une période de dix ans. Elle renaît de ses cendres en 1912 pour une ultime série de six concerts — le dernier a lieu le 11 avril 1913. D’obédience d’indyste, la société ne fait pas du répertoire classique sa priorité. Elle lui préfère les extraits d’œuvres de Wagner et la musique française. Les programmes de la Société des concerts populaires du Havre témoignent d’une ouverture et d’une activité musicale moins atone qu’il n’y paraît sur le territoire français au tournant du siècle.

La reconstitution des programmes repose sur le dépouillement de plusieurs périodiques locaux : La Cloche illustrée (1891-1913), Courrier du Havre (1891-1901), Journal du Havre (1891-1913), Le Havre (1891-1913), Le Petit Havre (1898-1913). Toutes les sources sont mentionnées sans avoir fait l’objet d’une transcription.

Consulter le dossier Les concerts populaires au Havre (1892-1913)

Consulter le site Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les concerts populaires au Havre (1892-1913) », Carnet Dezède, 09/12/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2246