Archives de catégorie : Dossiers Dezède

L’actualité des dossiers publiés dans Dezède

Le Ring à Toulouse (1927-1928)

Le dossier consacré au Ring en France avec l’ambition de réunir toutes les productions du Ring en version intégrale réalisées en France vient de s’enrichir d’un septième exemple, celui des représentations toulousaines entre le 20 mars et le 8 avril 1927 (3 séries) et entre le 24 avril et le 12 mai 1928 (3 séries).

Quelques jours après la série unique présentée à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927, le Ring s’installe sur la scène du Capitole de Toulouse. Et pour la première fois en France, la production atteint le nombre de six séries. Les trois de 1927, entre le 20 mars et le 8 avril, s’inscrivent dans le mouvement général de « réhabilitation » des œuvres de Wagner après la Première Guerre mondiale. Les trois de 1928, entre le 24 avril et le 12 mai, marquent l’apothéose du wagnérisme à Toulouse puisque chacune d’entre elles est précédée d’une représentation de Parsifal dont ce sont les premières apparitions dans cette ville. Quelques mois plus tard, les 18 et 20 décembre 1928, ce sera au tour de Tristan et Isolde de faire son entrée sur la scène du Capitole.

Ce dossier a été réalisé avec le concours de trois étudiants de l’Université Toulouse – Jean Jaurès (Andrey Houchot, Matys Laur et Jean Loiseleur des Longchamps) dans le cadre d’un atelier du master Musique et Musicologie.

Pour consulter le dossier Le Ring à Toulouse (1927-1928)

L’orchestration par Ravel des Tableaux d’une exposition de Moussorgsky

Manuel Cornejo propose un nouveau dossier sur Maurice Ravel, cette fois-ci sur l’orchestration par Ravel des Tableaux d’une exposition de Moussorgsky, à l’occasion du récent centenaire, le 19 octobre 2022, de la création de cette orchestration à l’Opéra de Paris. L’œuvre fut composée en deux temps, en avril 1922 au Belvédère de Montfort-l’Amaury (le 10e tableau La grande porte de Kiev fut achevé le 1er mai), en août-septembre 1922 à la villa Le Fresne de Lyons-la-Forêt — chez Mme Fernand Dreyfus, son ancienne marraine de guerre et mère de son élève, ami et premier biographe Roland-Manuel.

Le dossier regroupe le plus grand nombre d’auditions de l’œuvre depuis sa création à l’Opéra de Paris le 19 octobre 1922 sous la direction d’orchestre de son commanditaire, Serge Koussevitzky, jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale : 215 auditions en tout, dont 86 par le seul Serge Koussevitzky. Ce dernier eut l’exclusivité des exécutions jusqu’en 1929 en vertu d’un arrangement du 21 mars 1922 avec les éditions Bessel, éditeur des œuvres de Moussorgsky. Serge Koussevitzky s’était engagé à ne pas prêter ou publier la partition.

Un nouvel accord du 29 novembre 1928 avec les éditions Bessel permit aux éditions Russicher Musikverlag/Édition russe de musique de Serge Koussevitzky et Gabriel Païtchadze de publier la partition fin 1929 (relecture d’épreuves par Maurice Ravel à Saint-Jean-de-Luz l’été 1929). Dès lors, l’œuvre connut une plus large diffusion mondiale, d’autant plus que deux enregistrements discographiques (disques 78 tours) virent le jour presque simultanément, le premier fin octobre 1930 par le Boston Symphony Orchestra dirigé par Serge Koussevitzky et le second en 1931 par l’orchestre du Staatsoper de Berlin dirigé par Alois Melichar.

La création mondiale à l’Opéra de Paris est documentée par le plus grand nombre possible de comptes rendus, le plus souvent intégralement transcrits, afin d’offrir au lecteur une vision d’ensemble de la réception de l’œuvre. Parmi les avis exprimés sur l’œuvre, relevons ici, à titre de court exemple, celui de Pierre de Lapommeraye : « le travail de Maurice Ravel est une sorte de nouvelle création : il a apporté au compositeur russe une véritable collaboration. Les Tableaux d’une Exposition au piano resteront une chose et l’œuvre d’orchestre une autre. L’auteur de L’Heure espagnole ne pouvait que refaire un autre chef-d’œuvre des pièces si variées et si vivantes de Moussorgsky » (1929).

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur les concerts inventoriés ou sur des concerts absents du dossier peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « L’orchestration par Ravel des Tableaux d’une exposition de Moussorgsky (1922-1945) »

Les concerts de l’Union des femmes artistes musiciennes (1911-1939)

Par Apolline Gouzi et Arthur Macé

Ce dossier regroupe les événements organisés par l’Union des femmes artistes musiciennes (UFAM) entre 1911, et 1939. “Porter assistance à la femme musicienne sous la forme la plus pratique”, telle est la devise de l’UFAM, fondée par Lucy Tassart (1863-1946), femme du monde et chanteuse de salon. Comme d’autres entreprises charitables similaires, l’UFAM met en place divers dispositifs de soutien pour venir en aide aux musiciennes nécessiteuses : caisse de secours, allocations de loyer, assistance légale et médicale, création d’un foyer pour les artistes âgées, etc.

Fondée en 1910 sur le modèle d’une association charitable pouvant compter sur la bienfaisance des relations de Lucy Tassart, l’UFAM, pour subvenir aux besoins de ses adhérentes, se tourne rapidement vers l’organisation de concerts. C’est dans ce cadre que sont créés l’Orchestre et les Chœurs de l’Union des femmes artistes musiciennes, formations exclusivement composées d’adhérentes, bien que parfois soutenues par des supplémentaires masculins. Concentrés dans l’Ouest parisien, les concerts de l’UFAM sont majoritairement donnés salle Gaveau ; des représentations en plus petits effectifs ont également lieu dans le Studio que loue l’Union à partir de 1914.

Le répertoire de l’UFAM se distingue par son éclectisme, bien que les œuvres non-françaises soient rares : aux côtés des partitions du répertoire symphonique relativement communes aux sociétés de concert parisiennes, figurent de nombreuses partitions de compositeurs mondains, souvent amis de Lucy Tassart. Les interprètes qui participent à ces concerts sont également hétérogènes : si l’Orchestre et les Chœurs de l’Union sont des constantes, les solistes — quoique récurrents pour certains et certaines, comme Maryse Dietz, Rodolphe Plamondon, ou Henri Dangès — n’apparaissent pour l’essentiel qu’une seule fois. Souvent issu·es d’institutions lyriques prestigieuses (Opéra, Opéra-Comique, Scala de Milan, Comédie-Française), ces têtes d’affiche sont à même d’attirer un public dont les droits d’entrée alimentent la caisse de l’Union.

Aux côtés des solistes renommé·es se produisent parfois des adhérentes de l’Union, et notamment les lauréates du concours de musique organisé par l’UFAM dans les années 1930. Bien que l’UFAM ne semble pas avoir de direction musicale instituée, Georges de Lausnay est le chef le plus fréquemment appelé à la tête de l’orchestre. On notera que l’UFAM ne place pas de femme au pupitre de direction — pratique  pourtant devenue courante dans l’entre-deux-guerres.

Les archives de l’UFAM ne livrent que très peu d’informations concernant les adhérentes, qui sont les interprètes de ces concerts. Le caractère lacunaire de certaines fiches d’individus créées dans le cadre de ce dossier en est le reflet. L’activité de l’UFAM décrite dans ce dossier permet de brosser un certain paysage de la profession de musicienne ; il s’agit d’un état des lieux imparfait mais qui peut s’envisager comme le point de départ d’une recherche sur le travail musical féminin au début du XXe siècle.

Consulter le dossier de l’Union des femmes artistes musiciennes

L’Orchestre Régional de Normandie : 40 ans d’histoire d’un orchestre à vocation régionale

par Déborah Livet

Un orchestre à vocation régionale, 40 ans d’existence et plus de 2 700 concerts publics donnés au fil des saisons. Mais pourquoi vouloir en 1982 créer un ensemble instrumental en région, pourquoi vouloir « décentraliser » la culture ? Pourquoi vouloir apporter la musique, l’émotion, le partage, la qualité, l’excellence, la culture dans des petites communes en Normandie ? Et aujourd’hui, pourquoi vouloir recenser tous ces concerts dans une base de données ? Et à quoi cela surtout peut-il servir ?

L’Orchestre Régional de Basse-Normandie, devenu Orchestre Régional de Normandie après la réunification des deux régions normandes le 1er janvier 2016, découle d’une volonté à plus grande échelle, née au milieu des années 1960 et initiée par le compositeur Marcel Landowski nommé directeur de la Musique au ministère des Affaires culturelles en 1966. Il entreprend une refondation totale de l’organisation de la musique en France, associant culture d’excellence et culture pour tous, baccalauréat musical et création d’orchestres en région. Aucun de ceux qui succèderont à son ministre de tutelle, André Malraux, ne reviendra sur ce schéma visionnaire et cette volonté. Enseignement, diffusion et création sont alors les trois piliers de la politique musicale mise en œuvre sur l’ensemble du territoire français.

L’ensemble instrumental créé en région Basse-Normandie s’inscrit dans cette dynamique avec la volonté de diffuser la culture tout en valorisant le territoire normand. Ancré dans le paysage régional et soucieux de son rayonnement, l’orchestre se rend tout aussi bien dans un village d’une centaine d’habitants pour jouer un quatuor de Beethoven qu’en Australie pour interpréter des œuvres de Ravel, Caplet ou Ibert. Peu à peu, il se dote d’une formation atypique de 18 musiciens permanents et d’une équipe de 9 administratifs polyvalents.

Mais quel intérêt pour un tel orchestre de connaître l’ensemble de sa programmation sur les quarante dernières années ? C’est tout simplement son histoire et elle nous en apprend beaucoup sur ses potentialités dans une période où se fait sentir la nécessité de réfléchir à l’avenir des politiques culturelles de proximité. Pourquoi justement ne pas analyser le savoir-faire d’un tel ensemble, acclimater ses atouts à d’autres régions, voire créer une nouvelle façon d’appréhender et d’aborder l’ancrage culturel dans les territoires ?

Dans le même temps, l’archivage des programmes des concerts permet de pérenniser des sources et de donner accès à tous aux archives numérisées de l’Orchestre Régional de Normandie (brochures de saison, programmes de salle, affiches) jusqu’à aujourd’hui conservées dans des conditions archaïques. La politique d’archivage n’existant pas dans la majorité des orchestres français en province, un outil comme Dezède peut révolutionner cette pratique indispensable de la mémoire culturelle.

Manque de moyens, manque de temps diront certains. Les musicologues cherchent et classent, les directeurs d’orchestre programment et produisent, tous créent du savoir mais ne devrions‑nous pas aujourd’hui profiter de notre passé pour mieux réfléchir ensemble à l’avenir de la politique musicale de la France en s’appuyant sur une politique d’archivage à plus grande échelle ?

Consulter le dossier Orchestre Régional de Normandie

La musique ancienne à Montpellier sous l’impulsion de Charles Bordes (1905-1909)

Chronique d’une initiation à la recherche par la recherche, chantier mené par les étudiantes inscrites en M2 musicologie à l’université de Montpellier (premier semestre 2022-2023)

AD34, 1J/53

À travers la transcription et la mise en série des sources depuis la fondation de la Schola Cantorum montpelliéraine en 1905 jusqu’au décès de Charles Bordes en 1909, il s’agit d’étudier la diffusion de la musique ancienne à Montpellier au début du XXe siècle. On cherche notamment à documenter ses conditions de production, sa réception critique et l’inscription du répertoire exécuté dans le mouvement scholiste parisien ou dans un cercle de musiciens plus local. Les séances de musique de chambre consacrées exclusivement aux œuvres modernes ont été exclues du corpus.

Placées sous la direction de Pierre Girod, les étudiantes participent ainsi au dépouillement et à la numérisation des sources dans différents dépôts (archives municipales de Montpellier, archives départementales de l’Hérault) afin de reconstituer les événements dans Dezède. Un repérage sur les lieux des concerts a été également organisé le 27 octobre 2022. Une communication sera enfin prononcée le 29 mars 2023 à l’auditorium de Pierres Vives, site des archives départementales, dans le cadre des Nocturnes de l’histoire.

En visite le 27 octobre 2022 dans les rues de Montpellier
Les AD de l’Hérault et son scanner

> Consultez le dossier en cours de réalisation Le renouveau de la musique ancienne à Montpellier selon Charles Bordes (1905-1909)