Archives de catégorie : Dossiers Dezède

L’actualité des dossiers publiés dans Dezède

Mozart au Concert Spirituel en 1778

Un si petit dossier pour un si grand génie

Page de titre de la première édition chez Sieber de la symphonie parisienne. – Collection de la Bibliothèque nationale de France

Le dernier voyage de Mozart à Paris en 1778 constitue un véritable moment charnière dans la carrière du compositeur. Il cherche à gagner son indépendance et compte y trouver les moyens d’un affranchissement durable. Tout est écrit pour que l’expérience parisienne soit des plus heureuses. Ses précédents voyages à Paris ont permis de constituer un réseau de relations dans la société parisienne parmi les personnes les plus influentes. Par ailleurs, son séjour à Mannheim, où il réside avant son départ pour Paris, le rapproche des musiciens professionnels de l’orchestre de la Cour, qui lui apportent nombre de conseils sur la situation du marché de la musique à Paris. Pourtant, le bilan de l’activité de Mozart à Paris est loin d’être à la hauteur de ses espérances : Mozart n’obtient aucun engagement pour produire un opéra et honore uniquement quelques commandes destinées au Concert Spirituel, qui se comptent sur les doigts d’une main. Le bilan s’alourdit avec une série d’incidents qui place définitivement ce séjour parmi les souvenirs les plus sombres et les plus douloureux de la vie de Mozart, sur le plan affectif (décès de sa mère) et sur le plan artistique (l’épisode de la Symphonie concertante), expériences malheureuses touchant profondément le cœur et l’esprit.

Anna-Maria Mozart, mère du compositeur. – Collections de la Bibliothèque nationale de France

Répondant à la commande de Joseph Legros, Mozart compose tout d’abord la Symphonie concertante pour flûte, hautbois, basson et cor K 297B pour le concert du 12 avril 1778. Remplacée au dernier moment par celle de Cambini, elle déclenche chez Mozart, à peine arrivé à Paris, une vexation telle qu’il tourne le dos à la principale institution de concert de la capitale, même si le 21 avril, un air italien est chanté par Gaspero Savoi peut-être indépendamment de sa présence à Paris. Les musicologues (Mozart, Correspondance, VII, p. 411, no 1073/13) pensent qu’il pourrait s’agir de l’air pour ténor « Se al labbro mio non credi » K. 295 que Mozart avait composé à Mannheim le 27 février 1778 pour Anton Raaff, également présent à Paris à cette époque et par ailleurs à l’affiche de ce concert. Deux mois plus tard, acceptant les excuses de Joseph Legros, Mozart reçoit une nouvelle commande pour une symphonie : ce sera la 31e symphonie K 297/300a, exécutée pour la première fois le 18 juin, et reprise au concert du 15 août avec un nouveau second mouvement. Enfin, peu avant son départ, il livre une nouvelle symphonie pour l’affiche du concert du 8 septembre. Les mêmes musicologues (Mozart, Correspondance, VII, p. 412, no 1073/33) estiment qu’il pourrait s’agir de la Symphonie perdue K. 311A (voir lettre de Mozart à son père, le 11 septembre 1778, 350/6), “symphonie fantôme” dont nous ne savons rien et qui réapparaît les années suivantes au Concert Spirituel.

> Consultez le dossier “ Mozart au Concert Spirituel en 1778 ”

Pour aller plus loin Joann Élart, « Retour sur le séjour de Mozart à Paris (1778) », in Jean Gribenski et Patrick Taïeb (dir.), Mozart et la France : de l’enfant prodige au génie (1764-1830), Lyon, Symétrie, 2014, p. 21-38.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Mozart au Concert Spirituel en 1778 », Carnet Dezède, 29/06/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2972

Le Bolero de Maurice Ravel

Dezède compte un nouveau et volumineux dossier consacré au Bolero de Maurice Ravel. Ce dossier réunit le plus grand nombre possible de programmes d’exécutions dans le monde entier du Bolero, au concert comme au théâtre, depuis la création de l’œuvre au Théâtre National de l’Opéra de Paris (Palais Garnier), le 22 novembre 1928, jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale L’ensemble représente plus de 500 auditions sur cette période, dont plus de 300 du vivant compositeur. Préfiguration d’un vaste ensemble documentaire consacré à Ravel, ce dossier a été réalisé par Manuel Cornejo, éditeur scientifique de l’ouvrage Maurice Ravel : L’intégrale : Correspondance (1895-1937), écrits et entretiens (Paris, Le Passeur Éditeur, 2018) et président-fondateur de l’association des Amis de Maurice Ravel.

Un appel est par ailleurs lancé à toute personne disposant d’informations complémentaires éventuelles sur d’autres programmes avec des auditions du Bolero durant la période considérée (1928-1945), nous pensons par exemple à des auditions en Argentine et au Brésil sous la direction d’Albert Wolff pendant la Seconde Guerre mondiale.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

 Consulter le dossier Le Bolero de Ravel (1928-1945) sur Dezède ainsi que les sous-dossiers Le Bolero de Ravel en France sous l’Occupation et Le Bolero de Ravel aux États-Unis (1929-1945)

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 29/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2911

La création française de Tosca

Dans le cadre du master Musicologie fondamentale et appliquée de l’université Lumière Lyon 2, des étudiants ont rassemblé sous la direction de Jean-Christophe Branger une série d’articles portant sur la création parisienne de Tosca à l’Opéra-Comique, le 13 octobre 1903. L’ensemble de ces documents livre une image contrastée de la réception en France de Puccini et du mouvement vériste . Si la jeune école italienne, qu’incarnent surtout Mascagni, Leoncavallo ou Puccini, rencontre un succès croissant auprès du public, les critiques ou compositeurs français les rejettent dans leur ensemble avec force jusqu’à leur dénier parfois tout talent. Des personnalités éminentes, telles que Dukas ou Fauré, les jugent à l’aune du théâtre wagnérien qui reste encore un modèle absolu à cette époque. De même, André Messager, qui dirige pourtant la création, critique ouvertement le choix de Puccini d’avoir mis le drame de Victorien Sardou en musique. Mais le succès de l’opéra de Puccini ne faiblit pas au point de susciter une étude à charge d’André Coeuroy en 1923.

Consulter le dossier sur Dezède

La seconde direction d’Émile Perrin (1862) par Frédéric Guérin

Perrin, le directeur thaumaturge

Suite à la soutenance de son master L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin (université de Rouen Normandie, 15 novembre 2019, 258 p.), Frédéric Guérin publie dans Dezède le dossier  “La seconde direction d’Émile Perrin (1862)” correspondant à l’une de ses annexes.

Il regroupe l’intégralité de la programmation des soirées de la deuxième salle Favart comprises entre le 27 janvier 1862, date de la nomination d’Émile Perrin à la direction de l’Opéra-Comique, et le 19 décembre 1862, veille de son départ de la salle Favart pour la direction du Théâtre Impérial de l’Opéra. Cette période se trouve à cheval entre la fin des saisons 1861-1862 et 1862-1863.

La présentation du dossier apporte quelques pistes de compréhension et de réflexion tirées des conclusions de son étude, que l’auteur a également présentée lors du colloque qui s’est tenu à l’Opéra Comique les 21 et 22 novembre dernier, portant sur la direction d’opéra.

> Voir le dossier La seconde direction d’Émile Perrin (1862) sur Dezède

Illustration : Perrin. Directeur du Théâtre-Français, Atelier Nadar, 1875-1895, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-238 (9)