Archives de catégorie : Dossiers Dezède

L’actualité des dossiers publiés dans Dezède

Maria Callas à Paris

Réalisé par Jonathan Parisi à l’occasion du centenaire de la naissance de Maria Callas, ce dossier regroupe l’ensemble des apparitions de la célèbre cantatrice sur les deux scènes lyriques parisiennes où elle s’est produite, l’Opéra de Paris et le Théâtre des Champs-Élysées.

C’est le 19 décembre 1958 que Maria Callas chante pour la première fois à l’Opéra de Paris et se produit pour la première fois dans la capitale française. Toutes les conditions sont réunies pour faire de ce rendez-vous un événement exceptionnel. En effet, Maria Callas ne débute pas à l’Opéra de Paris dans une production lyrique, mais dans un récital inédit et novateur, dont elle détermine le programme.

« Le plus grand spectacle du monde », rencontre de Callas et du public parisien

Après une première partie constituée d’airs extraits du répertoire, selon la formule habituelle d’un récital, la soirée se poursuit par l’interprétation du IIe acte de Tosca, mis en scène, en décor et costumes. Cette représentation donnée lors d’une date unique prend la forme d’un gala en faveur des œuvres de la Légion d’honneur auxquelles la cantatrice cède son cachet, le plus élevé que l’Opéra de Paris n’ait jamais donné à cette époque. Annoncé plusieurs mois auparavant dans la presse comme « le plus grand spectacle du monde », le récital attire un public nombreux et fervent, ainsi qu’une foule de curieux massés aux abords du Palais Garnier. Dans la salle figurent de nombreuses personnalités artistiques et politiques, telles que le président de la République René Coty, le duc et la duchesse de Windsor, Charlie Chaplin, Jean Cocteau ou Brigitte Bardot. Il faut dire que l’événement est historique à plus d’un titre, car si la Callas rencontre pour la première fois le public parisien, le gala est également filmé et constitue la première captation télévisée réalisée depuis l’Opéra de Paris. Diffusé en direct à la télévision, dans douze pays d’Europe, ce premier récital à Paris est aussi la rencontre de Callas et de millions de téléspectateurs européens.

Maria Callas et le Théâtre des Champs-Élysées

Outre sa présence à l’Opéra de Paris, la Callas tisse un lien encore plus particulier avec le Théâtre des Champs-Élysées. Elle s’y produit pour la première fois lors d’un récital, le 5 juin 1963, date qui constitue sa deuxième apparition parisienne après la soirée de gala de l’Opéra. Pour l’occasion, elle intègre à son habituel programme d’airs italiens deux extraits des opéras de Massenet, l’« air des lettres » de Werther et l’« air de la petite table » de Manon. Le 2 mai 1965, la Divina retrouve le Théâtre des Champs-Élysées non pas pour un récital mais pour une captation télévisée, sans public. En 1973, alors qu’elle entame avec son compagnon, le ténor Giuseppe Di Stefano, une vaste et ambitieuse tournée qui la conduit de l’Amérique du nord jusqu’au Japon, la Callas choisit à nouveau le Théâtre des Champs-Élysées pour son unique date française, le 7 décembre.

Enfin, une légende de plus en plus crédible établit un lien tout particulier entre la Callas et le Théâtre des Champs-Élysées, où elle aurait régulièrement travaillé sa technique vocale dans un studio de répétition, un an avant sa mort durant l’année 1976, seule au piano et dans la plus grande discrétion, nourrissant peut-être l’espoir d’un retour en scène…

Pour consulter le dossier > Maria Callas à Paris

L’Orchestre national du Capitole de Toulouse

Par Pierrot Menuge

Considéré comme l’un des plus grands représentants de la scène symphonique française, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse fait aujourd’hui l’objet d’un nouveau dossier sur Dezède encore en cours de réalisation — mise en ligne prévue dans les prochains mois. L’objectif consiste à reconstituer la programmation de la formation sur des saisons précises. Le dossier proposera donc à terme un échantillon des programmes avec la première saison de chaque décennie de 1971-1972 à 2021-2022.

Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un master de musicologie à l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Le projet de recherche propose d’étudier à la fois l’histoire de l’institution (la création de l’ensemble, son évolution, l’influence des politiques culturelles) et la façon dont il est perçu tout au long de son développement. En parallèle, l’étude comportera une analyse de la programmation : quel est le répertoire de l’orchestre mais surtout quel en est l’évolution et à quoi peuvent être dus ces changements ? Ces deux éléments, institution et répertoire, sont bien évidemment liés et ne peuvent pas être considérés l’un sans l’autre.

Cette étude s’insère dans le projet plus large de Yannick Simon sur les orchestres symphoniques français : une analyse similaire sur un temps plus long et un plus grand échantillon d’ensembles.

Pour consulter le dossier Orchestres symphoniques français

Le festival « Musique et Histoire » à Fontfroide

Ouvert en 2022, le dossier de l’abbaye de Fontfroide continue de s’enrichir. Un premier sous-dossier consacré aux « Concerts Renaissances » entre 1967 et 1988 (60 événements) est presque achevé et sera publié en 2024. Un deuxième sous-dossier rassemblant les « Soirées littéraires et musicales » (13 événements) est aussi en voie d’achèvement.

Les 20 et 21 octobre 2023, une nouvelle session de travail a réuni Màrius Bernadó, Lauriane Dumarchapt, Aline Lemaître, Yannick Simon, Esther Solé et Marie Tasca à l’abbaye de Fontfroide.

Au programme, le festival « Musique et Histoire » placé sous la direction artistique de Jordi Savall depuis sa fondation en 2006 (140 événements). Sous le signe du dialogue interculturel, chacune des 17 éditions (celle de 2020 a été annulée en raison de la pandémie) accueille des musiciens venus d’horizons très variés dont les pratiques et les traditions musicales sont mises en regard ou donnent lieu à des métissages fructueux. La programmation s’appuie sur les ensembles Hespèrion XXI et La Capella reial de Catalunya dirigés par Jordi Savall.

La spécificité de ce dossier tient aux instruments utilisés. D’une part, l’instrumentarium des ensembles de musique baroque ; de l’autre, une multitude d’instruments venus des quatre coins du monde, souvent encore ignorés de la base de données Dezède, associés à une terminologie relative et changeante au gré des origines géographiques et des traductions. Le sujet a occupé la première partie de la session.

Découvrir le chantier en cours dans Dezède !

Un opus inédit de Ravel : l’orchestration du premier prélude du Fils des étoiles de Satie

Manuel Cornejo, membre associé de l’IReMus depuis juin 2023 et qui vient de recevoir le prix Wicar Musique de la Société des sciences, de l’agriculture et des arts de Lille, propose un nouveau dossier sur Dezède : « Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1912-1917) ». Il regroupe tous les spectacles publics et privés connus, au nombre de six, réunissant Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1875-1953), poétesse, peintre, danseuse et chorégraphe, animatrice de salon, organisatrice de spectacles chorégraphiques.

Parmi ces spectacles, trois sont des soirées privées données dans le salon de Valentine de Saint-Point 19 avenue de Tourville à Paris (7e) : les deux fameuses « soirées apolloniennes » des 17 février et 11 juin 1912 ainsi qu’un autre événement organisé au milieu du mois de juin 1914. Un quatrième spectacle est un concert privé donné dans l’atelier du peintre Henri Siegler-Pascal, ami commun de Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point. Maurice Ravel prit part à ces quatre spectacles comme pianiste, jouant tantôt seul ses morceaux Sonatine et Habanera (dans la transcription pour piano à deux mains de Jacques Charlot), tantôt pour accompagner les trois mélodies de Shéhérazade, tantôt pour interpréter à quatre mains avec Jane Mortier Ma Mère l’Oye ou avec Florent Schmitt les Trois morceaux en forme de poire d’Erik Satie, et même à six mains avec Alfredo Casella et Daniel Chennevière pour Le Rossignol d’Igor Stravinsky.

Les deux autres événements sont les originaux spectacles appelés Métachorie/Danses idéistes conçus par Valentine de Saint-Point, à Paris le 20 décembre 1913 et New York le 3 avril 1917, mêlant poésie, musique, chorégraphie, décors et éclairages. L’ordonnatrice définissait ainsi leur conception dans une lettre ouverte au Figaro du 14 décembre 1913 :

Ma métachorie apporte les danses idéistes, la danse qui n’est pas seulement le rythme plastique sensuellement humain de la musique, mais la danse créée, dirigée cérébralement, la danse qui exprime une idée, arrêtée dans des lignes strictes comme la musique l’est dans le nombre du contrepoint. Au lieu de dépendre exclusivement de la musique, la métachorie n’en est plus l’esclave mais l’égale, toutes deux dépendant de l’idée et soumises à une architecture stricte : celle de la ligne géométrique, celle du nombre. C’est donc l’union parfaite de tous les arts qu’apporte la métachorie 1.

C’est lors de ces deux spectacles que fut exécutée une œuvre orchestrale inédite de Maurice Ravel : Hymne au soleil. Sous ce titre, qui est celui d’un poème de Valentine de Saint-Point, se cache une œuvre de Maurice Ravel jusqu’ici énigmatique, non contextualisée et dont Marcel Marnat parle de « douteuse exécution publique2 » : l’orchestration du premier des trois préludes que compte Le Fils des étoiles (Wagnérie kaldéenne du Sar Peladan) d’Erik Satie.

Nous savions que la transcription pour piano par Erik Satie du premier prélude de la musique de scène du Fils des étoiles (datant de 1892) avait été jouée par Maurice Ravel le 16 janvier 1911 lors du 6e concert de la Société musicale indépendante — un dossier sur cette importante société musicale parisienne cofondée par Maurice Ravel en 1909-1910 est actuellement en cours de réalisation sur Dezède. Nous savions également, grâce à une lettre d’Erik Satie à son frère du 11 avril 1911, que Maurice Ravel songeait à orchestrer les trois préludes du Fils des Étoiles : « Ravel orchestre les préludes du Fils des étoiles pour les donner aux concerts d’avant-garde ». Sur la base de cette lettre, plusieurs biographes de Maurice Ravel ont pris cette affirmation au pied de la lettre et ont indiqué que l’orchestration par Ravel des trois préludes était perdue. Mais, Roland-Manuel, élève et premier biographe de Maurice Ravel dès 1914, s’était bien contenté de ne mentionner que l’orchestration d’un seul prélude par Ravel, sans préciser ni le numéro ni le contexte précis : « Erik Satie : Prélude du Fils des Étoiles (orchestration), 1913 (inédit)3 ». En fait, le dossier réalisé par Manuel Cornejo précise que Maurice Ravel n’orchestra que le premier prélude illustrant le poème Hymne au soleil de Valentine de Saint-Point et que son élève Roland-Manuel orchestra les deuxième et troisième illustrant les poèmes Amour et La Chevelure de Valentine de Saint-Point. Ces trois orchestrations ne furent exécutées qu’aux deux spectacles Métachorie/Danses idéistes de Paris et New York, respectivement sous la direction d’orchestre de Maurice Droeghmans et de Pierre Monteux. Les manuscrits des partitions et matériels d’orchestre qui devaient être entre les mains de Valentine de Saint-Point ne sont pas localisés à ce jour, si tant est qu’ils subsistent, sachant que cette artiste s’était fixée au Caire de 1924 à sa mort en 1953.

Le dossier nous apprend aussi que des œuvres musicales préexistantes d’autres compositeurs furent utilisées par Valentine de Saint-Point pour sa Métachorie : le prélude de La Damoiselle élue de Claude Debussy pour illustrer le poème Laus vitae de Gabriele d’Annunzio, deux des Nocturnes (Nuages et Fêtes) de Claude Debussy pour illustrer deux poèmes indéterminés de Valentine de Saint-Point (uniquement pour le spectacle de New York), le Quintette de Florent Schmitt pour illustrer le poème Après l’été de Valentine de Saint-Point.

Consulter le dossier « Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1912-1917) »

  1. Figaro, 14 décembre 1913. []
  2. Marcel Marnat, Maurice Ravel, Paris, Fayard, 1986, p. 757. []
  3. Roland-Manuel, À la gloire de… Ravel, Paris, Nouvelle Édition critique, 1938, p. 265. []

L’opéra-comique pendant la Révolution française et le Consulat (1789-1799)

par Maxime Margollé

Ce dossier propose une chronologie complète des spectacles donnés à l’Opéra-Comique du début de la Révolution en 1789 à celui du Directoire en 1799. Il réunit plusieurs milliers d’événements (3644).

Si la trêve pascale interrompt l’activité du théâtre Favart jusque dans les premières années de la Révolution, le rythme des représentations est ininterrompu à partir de 1792. En dehors de circonstances exceptionnelles, liées ou non aux événements révolutionnaires, l’Opéra-Comique ouvre tous les soirs de la semaine et met à l’affiche chaque jour deux ou trois œuvres, lyriques ou non, 365 jours par ans. À cette époque, le répertoire du théâtre est composé d’environ 150 œuvres (opéras-comiques, pièces de théâtre, vaudevilles, etc.), et s’enrichit chaque année d’une douzaine de créations faisant appel aux principaux compositeurs de la période : Grétry, Dalayrac, Méhul, Cherubini, etc.

La chronologie de l’Opéra-Comique pendant la Révolution française permet non seulement d’avoir une vision plus précise des différentes transformations des genres lyriques français de la période mais également d’aborder de manière originale l’histoire culturelle, musicale et théâtrale du pays entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle.

Ce dossier constitue l’une des annexes du livre de Maxime Margollé en cours de publication, Le répertoire d’opéra-comique pendant la Révolution (1789-1801), contribution à l’histoire musicale et théâtrale d’un genre hybride (Paris, Hermann, à paraître en 2023). Il inaugure par ailleurs une vaste chronologie  consacrée à l’Opéra-Comique, dont Dezède conserve déjà les archives1 et où l’on peut désormais consulter 19499 événements au 3 octobre 2023 : 1596 sous le Consulat (1799-1804), dir. Maxime Margollé (à paraître prochainement) ; 1021 sous le Premier Empire (1804-1814), dir. Joann Élart (en cours) ; 5276 sous la Restauration (1814-1830), dir. Joann Élart (terminé, en cours de relecture) ; 1325 sous la Deuxième République (1848-1852), dir. Frédéric Guérin (en cours) ; 2028 sous le Second Empire (1852-1870), dir. Frédéric Guérin (en cours), période qui contient dossier achevé sur la direction d’Émile Perrin2 ; 4206 pour la 1re période de la Troisième République (1870-1914) dir. Lucia Pasini (en cours) ; pour le moment, la chronologie du siècle suivant reste embryonnaire. La première période depuis la réunion des troupes en 1762 et la Monarchie de Juillet sont deux grands chantiers à lancer pour publier à moyen terme la première chronologie complète de l’institution tricentenaire entre 1762 et 1914.

Consulter le dossier

  1. Archives de l’Opéra Comique [en ligne] https://dezede.org/dossiers/archives-opera-comique/ []
  2. Frédéric Guérin (dir.), « La seconde direction d’Émile Perrin (1862) », Dezède [en ligne]. dezede.org/dossiers/id/229/ []