Archives de catégorie : Publications

L’actualité des publications sur ou en lien avec Dezède

Les Concerts Enoch dans le Salon du Figaro (1897-1899)

Ce dossier regroupe de façon exhaustive un ensemble de trente-six concerts organisés du 23 avril 1897 au 27 janvier 1899 par l’éditeur de musique Wilhelm Enoch (1840-1913), secondé par son gendre Gabriel Astruc (1864-1938), pour le compte des éditions musicales Enoch, au siège du quotidien Le Figaro, 26, rue Drouot à Paris (9e). À titre exceptionnel, un seul Concert Enoch, en l’occurrence un Festival Emmanuel Chabrier, eut lieu à l’ancienne Salle Pleyel le 6 avril 1898, en raison de l’indisponibilité provisoire du Salon du Figaro.

Les programmes de ces séances font logiquement la part belle aux œuvres du catalogue des éditions Enoch. Parmi les compositeurs les plus souvent programmés, on retrouve Emmanuel Chabrier, Cécile Chaminade et César Franck. Cependant, la programmation montre un réel éclectisme, s’intéressant tant aux compositeurs reconnus qu’aux compositeurs de moindre notoriété et aux jeunes compositeurs. Elle accorde aussi une place non négligeable d’une part aux compositeurs étrangers, parmi lesquels certains ont vu au moins une de leurs œuvres publiées dans la Collection nouvelle de musique étrangère moderne des éditions Enoch, et, d’autre part, aux compositrices. Un autre trait caractéristique de plusieurs de ces concerts est la part réservée aux chansonniers de Montmartre, il y eut même une séance avec projection d’images par le « Conservatoire de Montmartre ».

Il n’est pas impossible que Maurice Ravel, alors élève dans la classe de composition de Gabriel Fauré, ait assisté à quelques-unes de ces séances : outre qu’il venait de signer fin 1897 son premier contrat avec un éditeur de musique pour le Menuet antique, grâce à son professeur André Gedalge, les œuvres de ce dernier ont été programmées aux Concerts Enoch. De plus, le goût profond de Ravel pour la musique de Chabrier, souvent à l’affiche de ces concerts, pourrait expliquer sa présence à quelques concerts, notamment lorsque son ami Apache Ricardo Viñes était à l’affiche ou son ancien professeur de piano Santiago Riera.

Consulter le dossier Concerts Enoch dans le Salon du Figaro (1897-1899) sur Dezède

Les Critiques dramatiques dans les journaux et les revues (1875-1914)

Sur ce que Jean-Claude Yon appelle la « dramatocratie » de la fin du Second Empire règnent une douzaine de critiques dramatiques d’autant plus puissants qu’ils sont peu nombreux – et stables : dresser la liste des confrères de Jules Janin et de Théophile Gautier est chose rapide et facile. En revanche, dès le début de la IIIe République, après la loi de 1868 qui supprime l’autorisation préalable, puis, à plus forte raison, après la loi de 1881 qui proclame la liberté de la presse, le nombre des journaux explose et, avec lui, celui des chroniqueurs du théâtre : on en compte près d’une centaine à la veille de la Première Guerre Mondiale. Corrélativement, les conditions d’exercice du métier changent : à mesure que la presse d’opinion est relayée par la presse d’information, immédiateté et improvisation deviennent les nouveaux mots d’ordre d’une critique sommée de livrer ses impressions à la hâte, au sortir même de la représentation. Dans les quotidiens, tandis que l’institution du feuilleton hebdomadaire cède le terrain au reportage du lendemain, de nouvelles rubriques apparaissent, afin de satisfaire la curiosité grandissante des lecteurs pour les « à-côtés » ou les « entours » de la pièce. Un phénomène de compartimentage et de spécialisation du compte-rendu s’amorce alors, qui se confirme et s’accentue encore dans les revues illustrées du début du siècle.

Pour aider à se repérer dans ce paysage médiatique en pleine mutation, durant toute la période (1875-1914) qui correspond à l’âge d’or de la critique dramatique, le site Dezède publie un répertoire des chroniqueurs du théâtre, sous la forme d’un tableau organisé année par année et titre par titre.

Ce répertoire, en cours de constitution, devrait être utile à tous les chercheurs et les amateurs qui s’intéressent au théâtre du tournant des XIXᵉ et XXᵉ siècles :

  • à ceux qui consultent la critique dramatique pour sa valeur documentaire, et vont chercher dans les articles des chroniqueurs du théâtre des informations sur les sources et les influences d’une pièce, sur l’accueil fait à sa création, sur l’évolution de sa réception, ce répertoire devrait faciliter le travail de revue de presse ;
  • pour ceux qui envisagent la critique dramatique comme un objet d’étude à part entière, il contribuera à mettre en évidence l’évolution des cadres médiatiques dans lesquelles elle s’exerce à une époque charnière de l’histoire du théâtre, en faisant ressortir le déclin du feuilleton hebdomadaire, la généralisation du reportage du lendemain, la diversification et la spécialisation croissantes des rubriques.

Tous ceux qui souhaitent apporter leur collaboration à ce projet, fût-ce pour y introduire ponctuellement une correction ou un complément, seront les bienvenus. Ils sont invités à prendre contact avec Marianne Bouchardon, en écrivant  à l’adresse : marianne.bouchardon@univ-rouen.fr

Biobibliographie

MCF en littérature française à l’Université de Rouen-Normandie, directrice-adjointe du CÉRÉdI (EA 3229), Marianne Bouchardon consacre ses recherches à l’histoire et à la théorie du théâtre des XIXᵉ et XXᵉ siècles. L’Habilitation à Diriger des Recherches qu’elle a soutenue sous la direction de Florence Naugrette en 2019, « Écrire pour le théâtre, Écrire sur le théâtre (XIXᵉ-XXᵉ siècles). De la poétique du drame à l’histoire de la critique », comportait un inédit intitulé : « La critique dramatique face à la mise en scène (1870-1914) », à paraître. Le répertoire présenté ici est issu de ses annexes.

> Consulter le dossier dans Dezède

Musique au Trocadéro pour l’Exposition universelle de 1878

Un nouveau dossier par Étienne Jardin

Parmi les bâtiments qui sortent de terre pour l’Exposition universelle de 1878, on compte un espace en partie consacré à la musique : le Palais du Trocadéro, dont la salle de fête peut accueillir plus de 4700 spectateurs.

Avec le souci d’exploiter au mieux ce lieu et de donner à l’art musical une place inédite dans une exposition de ce genre, le ministère de l’Agriculture et du Commerce désigne, dès 1877, une « Commission des auditions musicales », dans laquelle on trouve – entre autres – Charles Gounod, Jules Massenet, Camille Saint-Saëns, Léo Delibes, Théodore Dubois et Ambroise Thomas. Cette assemblée de musiciens se charge de l’organisation d’une série de 110 événements qui se déroule de juin à novembre et ressemble à s’y méprendre à ce que nous nommons aujourd’hui un « festival ».

Responsable scientifique des publications et des colloques du Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française, Étienne Jardin est docteur en Histoire de l’École des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent essentiellement sur la vie musicale en France, depuis la Révolution jusqu’au XXe siècle (enseignement, concert et art lyrique). Fondateur de la revue électronique “Transposition. Musique et sciences sociales”, il a dirigé plusieurs ouvrages parus chez Actes Sud, Brepols et Peter Lang.

> lire le dossier dans Dezède

 

Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel

Après les deux dossiers « Le Bolero de Ravel (1928-1945) » (près de 700 événements) et « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) » (77 programmes de concerts), Manuel Cornejo propose un troisième dossier réunissant quatre premières de L’Enfant et les sortilèges, fantaisie lyrique de Maurice Ravel sur un livret de Colette, envisagée dès 1916 et composée entre 1919 et 1925 :

  1. La création mondiale, le 21 mars 1925, à l’Opéra de Monte-Carlo, sous la direction orchestrale de Victor de Sabata, avec Marie-Thérèse Gauley dans le rôle de l’Enfant — remplaçant Fanny Heldy initialement prévue mais empêchée ;
  2. La première à l’Opéra-Comique le 1er février 1926, sous la direction orchestrale d’Albert Wolff, avec Marie-Thérèse Gauley dans le rôle de l’Enfant ;
  3. La première au Théâtre royal de La Monnaie, le 11 février 1926, sous la direction orchestrale de Léon Molle, avec Livine Mertens dans le rôle de l’Enfant ;
  4. La première à l’Opéra de Paris le 17 mai 1939, sous la direction orchestrale de Philippe Gaubert, avec Jacqueline Courtin dans le rôle de l’Enfant.

Ce dossier tâche réunir le plus grand nombre de comptes rendus de chacune de ces premières, afin de se forger une idée la plus précise possible de la réception de l’œuvre de Maurice Ravel et de Colette.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur ces quatre premières peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel » sur Dezède.

Le second Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940)

Théâtre des arts, “Le Monde illustré”, 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » est désormais entièrement achevé plus de sept ans après son ouverture en juin 2013. C’est la troisième des quatre parties du vaste chantier que Joann Élart et Yannick Simon consacrent sur Dezède au répertoire du Théâtre des Arts de Rouen des origines à nos jours et qui réunit actuellement (janvier 2021) plus de 16 000 événements. La première partie est dédiée au premier Théâtre des Arts inauguré en 1776 et détruit par le feu en 1876 ; la deuxième au Théâtre Lafayette qui a servi de solution de repli à l’institution entre 1876 et 1882 ; la troisième au bâtiment inauguré en 1882 et détruit pendant la Seconde Guerre mondiale ; la quatrième à l’établissement inauguré en 1962 et toujours en activité à ce jour.

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » comporte 9 235 événements. Pour une moitié d’entre eux, ils ont été intégrés dans la base de données par Claire Morvannou grâce à des vacations financées par le CÉRÉdI. L’autre partie a été réalisée par des étudiants dans le cadre de cours du master de Musicologie de l’université de Rouen Normandie entre 2013 et 2020.

Le premier événement, daté du 30 septembre 1882, est celui qui marque l’inauguration de la salle avec, au programme, Les Huguenots, de Meyerbeer, précédés d’une interprétation de l’ouverture de La Dame blanche de Boieldieu. Le dernier, une représentation du Faust de Gounod, est en date du 28 avril 1940. Il précède de quelques jours la fin de la « drôle de guerre » et le début de l’offensive allemande dont l’une des conséquences est la canonnade et l’incendie du Théâtre des Arts le 9 juin 1940. Bien qu’envisagée, sa restauration n’est pas entreprise avant la « Semaine rouge » et les bombardements des 30 et 31 mai 1944 qui en achèvent la destruction.

L’examen global de ce corpus reste à entreprendre. Néanmoins les quinze premières saisons ont fait l’objet d’une étude publiée qui fournit un embryon de grille d’analyse pouvant s’appliquer à l’ensemble de la période — voir la « publication associée » sur la page de présentation.

Consulter le dossier dans Dezède : https://dezede.org/dossiers/id/7/