L’ISNI et Dezède

Dezède veut dialoguer !

Depuis plusieurs années, Dezède gère les numéros d’ISNI (International Standard Name Identifier), qui est un code normalisé permettant d’identifier au niveau international les noms de personnes ou des organismes “impliqués dans la création, la production, la gestion et la distribution de contenus intellectuels et artistiques ou faisant l’objet de ces contenus.” (Qu’est-ce que l’ISNI ?, BNF.fr)

Composé de seize chiffres, le numéro d’ISNI est saisi dans une rubrique des “Informations personnelles” de l’individu, comme le montre l’exemple de Mozart ci-dessous :

Deux petites nouveautés viennent d’être ajoutées cet été pour gérer deux cas de figure :

  1. le cas des individus n’ayant pas encore de numéro d’ISNI, donc “Sans ISNI”. Cette option se trouve immédiatemment à droite de la rubrique ISNI, sous forme de case à cocher.
  2. le cas des ensembles (orchestres, groupes, etc.), pour lesquels la rubrique n’existait pas encore.

Deux améliorations utiles donc, même si pour le moment, Dezède ne gère pas les ISNI multiples.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « L’ISNI et Dezède », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1045

Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ?

Des livres comme source dans Dezède

Les références bibliographiques s’invitent depuis quelque temps dans la rubrique des “sources” de Dezède. L’utilisateur trouve en effet dans tel ouvrage de référence, telle étude scientifique ou tel dictionnaire une information précise permettant de confirmer ou de corriger un événement, et il souhaite le mentionner. Réflexe légitime.

Il faut bien avouer que Dezède n’a pas (encore) été modélisé pour accueillir les études scientifiques, les sources que nous avions envisagées à l’origine étant les sources primaires du spectacle (périodiques, archives, etc.) Mais, en attendant le miracle informatique, il est toutefois possible d’utiliser le modèle des “sources” pour créer une “référence bibliographique” et d’uniformiser nos pratiques et nos méthodes :

      • Type. Choisir “Référence bibliographique” ;
      • Titre. Saisir le titre complet de l’ouvrage (avec son titre secondaire éventuel. NB. Ne pas utiliser la rubrique “Légende” pour saisir le titre secondaire ;
      • Distinction (imprimé / ms.). Si l’ouvrage est imprimé, ne pas utiliser les rubriques “Lieu de conservation” et “Cote” (réservées aux manuscrits et aux archives) ;
      • URL. Saisir le lien ark de la BnF (en fait,  adresse url de la notice correspondante sur le catalogue en ligne de la BnF)  ; si l’ouvrage est en ligne sur Gallica, Google Books, Archive.org, etc., indiquer de préférence le lien d’accès à la ressource en ligne (on privilégiera toujours Gallica) NB. Pas de liens commerciaux ;
      • Auteurs. Normalement utilisée pour l’auteur d’une source (par exemple, le journaliste ayant signé sa critique), il est possible de préciser ici le ou les auteurs de l’étude, et la profession correspondante (musicologue, musicographe, historien, etc.) NB. On n’utilisera pas dans “Profession” la donnée “auteur” (lire ce billet) ;
      • Individus liés. À ne pas utiliser pour les auteurs de l’ouvrage (rubrique réservée aux citations, par exemple d’un dédicataire pour une étude).

L’affichage exclut pour le moment les auteurs, mêmes si ces derniers sont bien indexés dans Dezède.

> Exemple dans Dezède, l’ouvrage de Nicole Wild et de David Charlton.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ? », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1081