Le Festival Massenet de l’Opéra de Saint-Étienne (1990-2015)

Réalisé par Jonathan Parisi, ce dossier recense l’intégralité des 52 représentations lyriques programmées par l’Opéra de Saint-Étienne dans le cadre du Festival Massenet et le programme de ses huit colloques organisés avec l’Université Jean Monnet.

Dans un développement prochain, ce dossier envisage d’intégrer également la chronologie des récitals, des concerts symphoniques et des concerts de musique de chambre qui ont contribué à la riche programmation du Festival Massenet.

Créé en 1990, le Festival Massenet compte douze éditions, produites et programmées par l’Opéra de Saint-Étienne jusqu’en 2015. Il témoigne de l’engagement inédit de la structure dans la redécouverte et la valorisation de l’œuvre de Jules Massenet, né en 1842 à Saint-Étienne. Durant plus de deux décennies, le Festival Massenet affiche les grands noms de la scène lyrique et s’illustre également comme dénicheur de talents. Par ailleurs, tandis que l’Opéra de Saint-Étienne développe autour de 1990 son propre orchestre, son chœur et ses ateliers de création de décors et de costumes, le Festival Massenet devient le lieu d’expression privilégié des forces vives de l’institution, artistiques comme techniques. Dès sa première édition, le Festival entend privilégier des ouvrages inédits ou absents du répertoire courant et engager une démarche d’enregistrement discographique.

De 1990 à 1994, les premières éditions du Festival font appel à trois metteurs en scène successifs : Guy Coutance (Cléopâtre, 1990), Claude d’Anna (Esclarmonde, 1992) et Adriano Sinivia (Panurge, 1994). Mais à partir de la 4e édition, Jean-Louis Pichon, fondateur du Festival Massenet et directeur de la Maison de la Culture et de la Communication, propose sa propre équipe de mise en scène.  De 1996 à 2009, celle-ci va concevoir et réaliser la mise en scène de chaque ouvrage lyrique programmé au Festival et assurer bon nombre de ses plus grandes réussites : Thaïs, Le Roi de Lahore, Roma, Sapho, Le Jongleur de Notre-Dame, Ariane, Manon

Lire la suite et consulter le dossier sur Dezède : https://dezede.org/dossiers/festival-massenet-1990-2015/

Les journées de la composition

Par Yannaël Pasquier

Les Journées de la composition comptent parmi les événements marquants de l’histoire récente du Conservatoire — et tout particulièrement fondateurs de l’identité des nouveaux locaux de l’institution, inaugurés en 1990 par François Mitterrand sur le site de la Villette. Festival dévolu à la création des œuvres des étudiants des classes de composition, ces Journées sont, au-delà de l’exposition, un lieu de rencontre avec le monde professionnel : ainsi les orchestres du Conservatoire côtoient des ensembles spécialisés (Court-Circuit, L’itinéraire, Alternance, Cairn ou encore TM+), réunis sous la baguette de chef·fes également spécialistes des répertoires contemporains. Les neuf éditions du festival, de 1994 à 2011 (devenu biennal en 1997), font ainsi entendre plus de 200 œuvres, pour majorité données en création mondiale.

Ce dossier, qui constitue une nouvelle contribution au programme de recherche portant sur l’histoire des représentations données au Conservatoire de Paris, se distingue certes par le répertoire étudié, exclusivement contemporain, mais également par l’originalité de son objet : seul festival régulier organisé par l’institution dans son histoire récente, les Journées de la composition placent la jeune création comme élément constitutif de l’identité de l’école à l’aube du XXIe siècle.

Reconstitués pour l’essentiel à partir de programmes de salles et des archives du service audiovisuel du Conservatoire, la restitution des données des Journées ont permis d’enrichir Dezède de plus d’une centaine d’autorités-individus. La publication du dossier vise notamment à collecter, auprès de ces derniers, davantage de sources témoignant de la préparation, du déroulement et de la réception des concerts.

Consulter le dossier Les Journées de la composition (1994-2011)

La direction Messager/Broussan à l’opéra de Paris (1908-1914)

Par Karine Boulanger

Entamée en novembre 2022, la réalisation du dossier consacré au directorat d’André Messager et de Leimistin Broussan à l’Opéra de Paris (1908-1914) s’est achevée en juillet 2023.

Le dossier comporte 1 402 événements retraçant de façon exhaustive les représentations (opéras et ballets), concerts et galas donnés sur la scène de l’Opéra pendant six ans et demi. Les recettes et distributions ont été notées pour chaque représentation.

D’ores et déjà, l’exploration du dossier permet de mettre en exergue les éléments majeurs de cette direction : un répertoire vaste quand on s’en tient au nombre d’œuvres représentées, mais paradoxalement restreint lorsque l’on s’intéresse à la date des œuvres ou encore aux « écoles ». Sans surprise, dans un théâtre qui devait constituer la vitrine de la création française, ce sont les œuvres des compositeurs nationaux qui dominent, pour la plupart des créations du dernier tiers du XIXe siècle ou bien acquises par l’Opéra dans ces années-là, plaisant au public et dont les frais de production se trouvaient amortis. La remise à la scène d’Hippolyte et Aricie en 1908 doit donc être saluée comme un effort considérable de la direction pour remettre à l’honneur un pan du patrimoine musical. Les compositeurs italiens n’étaient plus représentés que par Verdi avec les immuables Rigoletto et Aida. Les efforts d’acclimatation de la « jeune école italienne » demeuraient timides mais l’arrivée des Joyaux de la Madone en 1913 représenta un succès public dont les journalistes et même les directeurs de l’Opéra furent surpris. La musique de Wagner représentait le pain quotidien du théâtre à la veille de la Première Guerre mondiale et la lecture du dossier montre à quel point ces œuvres en formaient le second socle, après la musique française. La jeune école germanique remporta un succès triomphal avec la création de Salomé en 1910 mais la direction de l’Opéra ne tenta pas d’aller plus loin avec Richard Strauss dont les prétentions financières ne pouvaient être satisfaites par la première scène française. Suivant les obligations du cahier des charges, l’Opéra créa sans relâche des œuvres nouvelles, mais la plupart ne parvinrent pas à se maintenir au répertoire : dans ce théâtre, en raison des coûts de production considérables, il était impossible de bâtir un succès sur la durée et, lorsque la recette s’avérait médiocre, l’œuvre était abandonnée rapidement. La nouveauté chassait la nouveauté, ce qui semblait conforter les opinions des esprits chagrins se plaignant de l’irrémédiable stagnation du répertoire.

Les distributions, insérées dans les notes de chaque représentation, sont en cours d’intégration dans la base de données. À terme, elles permettront de travailler sur les carrières des artistes, étoiles du chant ou de la danse ou encore membres de la troupe moins renommés.

Consulter le dossier La direction d’André Messager et de Leimistin Broussan (1908-1914)

Maria Callas à Paris

Réalisé par Jonathan Parisi à l’occasion du centenaire de la naissance de Maria Callas, ce dossier regroupe l’ensemble des apparitions de la célèbre cantatrice sur les deux scènes lyriques parisiennes où elle s’est produite, l’Opéra de Paris et le Théâtre des Champs-Élysées.

C’est le 19 décembre 1958 que Maria Callas chante pour la première fois à l’Opéra de Paris et se produit pour la première fois dans la capitale française. Toutes les conditions sont réunies pour faire de ce rendez-vous un événement exceptionnel. En effet, Maria Callas ne débute pas à l’Opéra de Paris dans une production lyrique, mais dans un récital inédit et novateur, dont elle détermine le programme.

« Le plus grand spectacle du monde », rencontre de Callas et du public parisien

Après une première partie constituée d’airs extraits du répertoire, selon la formule habituelle d’un récital, la soirée se poursuit par l’interprétation du IIe acte de Tosca, mis en scène, en décor et costumes. Cette représentation donnée lors d’une date unique prend la forme d’un gala en faveur des œuvres de la Légion d’honneur auxquelles la cantatrice cède son cachet, le plus élevé que l’Opéra de Paris n’ait jamais donné à cette époque. Annoncé plusieurs mois auparavant dans la presse comme « le plus grand spectacle du monde », le récital attire un public nombreux et fervent, ainsi qu’une foule de curieux massés aux abords du Palais Garnier. Dans la salle figurent de nombreuses personnalités artistiques et politiques, telles que le président de la République René Coty, le duc et la duchesse de Windsor, Charlie Chaplin, Jean Cocteau ou Brigitte Bardot. Il faut dire que l’événement est historique à plus d’un titre, car si la Callas rencontre pour la première fois le public parisien, le gala est également filmé et constitue la première captation télévisée réalisée depuis l’Opéra de Paris. Diffusé en direct à la télévision, dans douze pays d’Europe, ce premier récital à Paris est aussi la rencontre de Callas et de millions de téléspectateurs européens.

Maria Callas et le Théâtre des Champs-Élysées

Outre sa présence à l’Opéra de Paris, la Callas tisse un lien encore plus particulier avec le Théâtre des Champs-Élysées. Elle s’y produit pour la première fois lors d’un récital, le 5 juin 1963, date qui constitue sa deuxième apparition parisienne après la soirée de gala de l’Opéra. Pour l’occasion, elle intègre à son habituel programme d’airs italiens deux extraits des opéras de Massenet, l’« air des lettres » de Werther et l’« air de la petite table » de Manon. Le 2 mai 1965, la Divina retrouve le Théâtre des Champs-Élysées non pas pour un récital mais pour une captation télévisée, sans public. En 1973, alors qu’elle entame avec son compagnon, le ténor Giuseppe Di Stefano, une vaste et ambitieuse tournée qui la conduit de l’Amérique du nord jusqu’au Japon, la Callas choisit à nouveau le Théâtre des Champs-Élysées pour son unique date française, le 7 décembre.

Enfin, une légende de plus en plus crédible établit un lien tout particulier entre la Callas et le Théâtre des Champs-Élysées, où elle aurait régulièrement travaillé sa technique vocale dans un studio de répétition, un an avant sa mort durant l’année 1976, seule au piano et dans la plus grande discrétion, nourrissant peut-être l’espoir d’un retour en scène…

Pour consulter le dossier > Maria Callas à Paris