La direction Messager/Broussan à l’opéra de Paris (1908-1914)

Par Karine Boulanger

Entamée en novembre 2022, la réalisation du dossier consacré au directorat d’André Messager et de Leimistin Broussan à l’Opéra de Paris (1908-1914) s’est achevée en juillet 2023.

Le dossier comporte 1 402 événements retraçant de façon exhaustive les représentations (opéras et ballets), concerts et galas donnés sur la scène de l’Opéra pendant six ans et demi. Les recettes et distributions ont été notées pour chaque représentation.

D’ores et déjà, l’exploration du dossier permet de mettre en exergue les éléments majeurs de cette direction : un répertoire vaste quand on s’en tient au nombre d’œuvres représentées, mais paradoxalement restreint lorsque l’on s’intéresse à la date des œuvres ou encore aux « écoles ». Sans surprise, dans un théâtre qui devait constituer la vitrine de la création française, ce sont les œuvres des compositeurs nationaux qui dominent, pour la plupart des créations du dernier tiers du XIXe siècle ou bien acquises par l’Opéra dans ces années-là, plaisant au public et dont les frais de production se trouvaient amortis. La remise à la scène d’Hippolyte et Aricie en 1908 doit donc être saluée comme un effort considérable de la direction pour remettre à l’honneur un pan du patrimoine musical. Les compositeurs italiens n’étaient plus représentés que par Verdi avec les immuables Rigoletto et Aida. Les efforts d’acclimatation de la « jeune école italienne » demeuraient timides mais l’arrivée des Joyaux de la Madone en 1913 représenta un succès public dont les journalistes et même les directeurs de l’Opéra furent surpris. La musique de Wagner représentait le pain quotidien du théâtre à la veille de la Première Guerre mondiale et la lecture du dossier montre à quel point ces œuvres en formaient le second socle, après la musique française. La jeune école germanique remporta un succès triomphal avec la création de Salomé en 1910 mais la direction de l’Opéra ne tenta pas d’aller plus loin avec Richard Strauss dont les prétentions financières ne pouvaient être satisfaites par la première scène française. Suivant les obligations du cahier des charges, l’Opéra créa sans relâche des œuvres nouvelles, mais la plupart ne parvinrent pas à se maintenir au répertoire : dans ce théâtre, en raison des coûts de production considérables, il était impossible de bâtir un succès sur la durée et, lorsque la recette s’avérait médiocre, l’œuvre était abandonnée rapidement. La nouveauté chassait la nouveauté, ce qui semblait conforter les opinions des esprits chagrins se plaignant de l’irrémédiable stagnation du répertoire.

Les distributions, insérées dans les notes de chaque représentation, sont en cours d’intégration dans la base de données. À terme, elles permettront de travailler sur les carrières des artistes, étoiles du chant ou de la danse ou encore membres de la troupe moins renommés.

Consulter le dossier La direction d’André Messager et de Leimistin Broussan (1908-1914)