Charles Lamoureux

Charles Lamoureux est l’un des principaux animateurs de la vie musicale à Paris dans le dernier tiers du XIXe siècle. Il s’illustre d’abord à la tête d’un quatuor à cordes puis d’une société faisant revivre les grandes œuvres chorales du passé, avant de fonder, en 1881, la Société des nouveaux concerts, plus connue sous l’appellation de Concerts Lamoureux. Pendant près de vingt ans, l’artiste en est le directeur musical, à la fois chef d’orchestre, entrepreneur, administrateur et programmateur. Dans le même temps, c’est un musicien militant faisant de la promotion des œuvres de Richard Wagner une cause qu’il défend aussi en portant à la scène Lohengrin et Tristan et Isolde. Quoique partisan du maître de Bayreuth, Lamoureux apporte aussi sa contribution à la diffusion de la musique française.

L’ouvrage qui vient de paraître est associé au répertoire, publié sur Dezède, des programmes des Concerts Lamoureux dirigés par son fondateur entre 1881 et 1899.

> Consulter le dossier sur Dezède

Berlioz et Paris (1803-2019)

« Il n’y a au monde que Paris […] ». Voici ce que dit Hector Berlioz dans une lettre à son père en 1846. Paris, capitale administrative mais aussi culturelle, est un passage obligé dans la formation et la vie d’un compositeur.  Dans le cadre du 150e anniversaire de la mort de Berlioz, un colloque international est organisé autour du rôle qu’a joué Paris dans la vie du musicien. Il aura lieu du 10 au 12 décembre dans trois institutions parisiennes : le Petit Palais, l’Académie des Beaux-Arts et l’INHA (Institut national d’histoire et d’art). Les communications s’intéressent non seulement au rapport entre Berlioz et la capitale de son vivant mais aussi aux célébrations et à la vie de ses œuvres après son décès en 1869.

> Consulter le programme du colloque.

> Consulter l’autorité de Berlioz dans Dezède.

Grandeur et vicissitudes de la direction d’Opéra

Colloque à l’Opéra Comique, 21 et 22 novembre 2019

ll n’y a jamais eu un profil spécifique pour diriger un opéra. Prendre la tête d’une institution, ce n’est pas forcément une vocation, mais plutôt le sentiment d’une nécessité pour faire évoluer les spectacles, ou une opportunité dans une carrière plurielle. L’entrepreneur, l’interprète, le musicien, le metteur en scène sont ainsi amenés à composer avec le public, les artistes, et surtout avec l’économie de cet art coûteux… et politique. En cette saison 2019 de l’Opéra Comique, où figurent Favart, Adam, Offenbach, Carré mais aussi Lully, Durazzo, etc., penchons-nous sur ces destins singuliers qui ont façonné l’histoire de l’opéra en Europe.

Programme

JEUDI 21 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : L’Opéra Comique au XVIIIe siècle

Ouverture par Jean-Claude Yon : Au cœur du monde lyrique, les directeurs d’opéra

Bertrand Porot (Université de Reims) : La co-direction de l’Opéra-Comique par Jean Monnet et Charles Favart dans les années 1740

Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université et IReMus) : Jean Monnet à Lyon (1745-1747) : histoire d’une déconfiture financière

Emanuele De Luca (Université Côte d’Azur – CTEL) : La direction de la Comédie-Italienne de Paris entre XVIIe et XVIIIe siècle.

  • 14h30-17h30 : Une fonction semée d’embûches

Joann Élart (Université de Rouen) : Diriger jusqu’à la mort : le cas de l’infortuné Louis Michu à Rouen

Patrick Taïeb et Coralie Grandjean (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Les directeurs de l’Opéra de Montpellier pendant le Second Empire

Sabine Teulon-Lardic (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : À la conquête de nouveaux publics d’opéra au boulevard du Temple : Adolphe Adam à l’Opéra National (1847-1848)

Jean-Christophe Branger (Université de Lyon 2) : La résurrection éphémère du Théâtre-Lyrique à l’Eden-Théâtre sous la direction d’Henry Verdhurt : une « débâcle théâtrale » ?

VENDREDI 22 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : Diriger l’Opéra Comique au XIXe siècle

Maxime Margollé (ESPE de Lille) : Un pour tous, tous pour un : l’Opéra-Comique en société aux XVIIIe et XIXe siècles

Roxane Martin (Université de Lorraine) : Pixerécourt, directeur de l’Opéra Comique (1824-1827)

Frédéric Guérin (Université de Rouen) : L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin

Lesley Wright (University of Hawai‘i at Mānoa) : Carvalho et l’utilisation de la presse à des fins publicitaires (1876-1887)

  • 14h30-17h00 : Réinventer la direction d’opéra

Michela Niccolai (Sorbonne Université) : Albert Carré, directeur de théâtre entre XIXe et XXe siècles

Claire Paolacci (Sorbonne Université) : Albert Carré : un directeur parangon ou épigone de Jacques Rouché ?

Rencontre et discussion avec Olivier Mantei, directeur de l’Opéra Comique

La seconde direction d’Émile Perrin (1862) par Frédéric Guérin

Perrin, le directeur thaumaturge

Suite à la soutenance de son master L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin (université de Rouen Normandie, 15 novembre 2019, 258 p.), Frédéric Guérin publie dans Dezède le dossier  “La seconde direction d’Émile Perrin (1862)” correspondant à l’une de ses annexes.

Il regroupe l’intégralité de la programmation des soirées de la deuxième salle Favart comprises entre le 27 janvier 1862, date de la nomination d’Émile Perrin à la direction de l’Opéra-Comique, et le 19 décembre 1862, veille de son départ de la salle Favart pour la direction du Théâtre Impérial de l’Opéra. Cette période se trouve à cheval entre la fin des saisons 1861-1862 et 1862-1863.

La présentation du dossier apporte quelques pistes de compréhension et de réflexion tirées des conclusions de son étude, que l’auteur a également présentée lors du colloque qui s’est tenu à l’Opéra Comique les 21 et 22 novembre dernier, portant sur la direction d’opéra.

> Voir le dossier La seconde direction d’Émile Perrin (1862) sur Dezède

Illustration : Perrin. Directeur du Théâtre-Français, Atelier Nadar, 1875-1895, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-238 (9)

Géolocaliser en cinq clics et deux copier-coller

Une évolution importante facilitant la géolocalisation !

Depuis mars 2019, la géolocalisation dans Dezède a fait un bond en avant, avec la mise en place d’un système combinant l’outil cartographique avec des coordonnées GPS en deux rubriques latitude et longitude. Précédemment, il fallait se munir de patience pour placer manuellement un point de géolocalisation sur une carte. Désormais, cinq clics et deux copier-coller suffisent !

Méthode à suivre

Rechercher le lieu dans Google (ex. Rouen), puis  cliquer sur la carte.

Zoomer / dézoomer sur le lieu pour faire apparaître son nom. En passant la flèche de la souris, le nom apparaît dans une surbrillance bleue. Cliquer alors dessus en enfonçant au préalable la touche CTRL / CONTROL qui fait apparaître le menu contextuel.

Cliquer sur « Plus d’infos sur cet endroit ». Cela fait apparaître une pop-up en bas de l’écran dans laquelle se trouvent les coordonnées GPS.

Cliquer dessus pour activer la marge de gauche dans laquelle il est possible de les copier (les deux coordonnées sur la deuxième ligne).

Les copier dans tout en bas, sous la carte,  dans les rubriques Latitude et Longitude, puis enregistrer. C’est fini !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Géolocaliser en cinq clics et deux copier-coller », Carnet Dezède, 14/09/2019, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2640

Actualités, formations, échanges autour du portail Dezède (https://dezede.org)