Archives par mot-clé : Concerts

L’Orchestre national du Capitole de Toulouse

Par Pierrot Menuge

Considéré comme l’un des plus grands représentants de la scène symphonique française, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse fait aujourd’hui l’objet d’un nouveau dossier sur Dezède encore en cours de réalisation — mise en ligne prévue dans les prochains mois. L’objectif consiste à reconstituer la programmation de la formation sur des saisons précises. Le dossier proposera donc à terme un échantillon des programmes avec la première saison de chaque décennie de 1971-1972 à 2021-2022.

Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un master de musicologie à l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Le projet de recherche propose d’étudier à la fois l’histoire de l’institution (la création de l’ensemble, son évolution, l’influence des politiques culturelles) et la façon dont il est perçu tout au long de son développement. En parallèle, l’étude comportera une analyse de la programmation : quel est le répertoire de l’orchestre mais surtout quel en est l’évolution et à quoi peuvent être dus ces changements ? Ces deux éléments, institution et répertoire, sont bien évidemment liés et ne peuvent pas être considérés l’un sans l’autre.

Cette étude s’insère dans le projet plus large de Yannick Simon sur les orchestres symphoniques français : une analyse similaire sur un temps plus long et un plus grand échantillon d’ensembles.

Pour consulter le dossier Orchestres symphoniques français

Les concerts de l’Union des femmes artistes musiciennes (1911-1939)

Par Apolline Gouzi et Arthur Macé

Ce dossier regroupe les événements organisés par l’Union des femmes artistes musiciennes (UFAM) entre 1911, et 1939. “Porter assistance à la femme musicienne sous la forme la plus pratique”, telle est la devise de l’UFAM, fondée par Lucy Tassart (1863-1946), femme du monde et chanteuse de salon. Comme d’autres entreprises charitables similaires, l’UFAM met en place divers dispositifs de soutien pour venir en aide aux musiciennes nécessiteuses : caisse de secours, allocations de loyer, assistance légale et médicale, création d’un foyer pour les artistes âgées, etc.

Fondée en 1910 sur le modèle d’une association charitable pouvant compter sur la bienfaisance des relations de Lucy Tassart, l’UFAM, pour subvenir aux besoins de ses adhérentes, se tourne rapidement vers l’organisation de concerts. C’est dans ce cadre que sont créés l’Orchestre et les Chœurs de l’Union des femmes artistes musiciennes, formations exclusivement composées d’adhérentes, bien que parfois soutenues par des supplémentaires masculins. Concentrés dans l’Ouest parisien, les concerts de l’UFAM sont majoritairement donnés salle Gaveau ; des représentations en plus petits effectifs ont également lieu dans le Studio que loue l’Union à partir de 1914.

Le répertoire de l’UFAM se distingue par son éclectisme, bien que les œuvres non-françaises soient rares : aux côtés des partitions du répertoire symphonique relativement communes aux sociétés de concert parisiennes, figurent de nombreuses partitions de compositeurs mondains, souvent amis de Lucy Tassart. Les interprètes qui participent à ces concerts sont également hétérogènes : si l’Orchestre et les Chœurs de l’Union sont des constantes, les solistes — quoique récurrents pour certains et certaines, comme Maryse Dietz, Rodolphe Plamondon, ou Henri Dangès — n’apparaissent pour l’essentiel qu’une seule fois. Souvent issu·es d’institutions lyriques prestigieuses (Opéra, Opéra-Comique, Scala de Milan, Comédie-Française), ces têtes d’affiche sont à même d’attirer un public dont les droits d’entrée alimentent la caisse de l’Union.

Aux côtés des solistes renommé·es se produisent parfois des adhérentes de l’Union, et notamment les lauréates du concours de musique organisé par l’UFAM dans les années 1930. Bien que l’UFAM ne semble pas avoir de direction musicale instituée, Georges de Lausnay est le chef le plus fréquemment appelé à la tête de l’orchestre. On notera que l’UFAM ne place pas de femme au pupitre de direction — pratique  pourtant devenue courante dans l’entre-deux-guerres.

Les archives de l’UFAM ne livrent que très peu d’informations concernant les adhérentes, qui sont les interprètes de ces concerts. Le caractère lacunaire de certaines fiches d’individus créées dans le cadre de ce dossier en est le reflet. L’activité de l’UFAM décrite dans ce dossier permet de brosser un certain paysage de la profession de musicienne ; il s’agit d’un état des lieux imparfait mais qui peut s’envisager comme le point de départ d’une recherche sur le travail musical féminin au début du XXe siècle.

Consulter le dossier de l’Union des femmes artistes musiciennes

L’Orchestre Régional de Normandie : 40 ans d’histoire d’un orchestre à vocation régionale

par Déborah Livet

Un orchestre à vocation régionale, 40 ans d’existence et plus de 2 700 concerts publics donnés au fil des saisons. Mais pourquoi vouloir en 1982 créer un ensemble instrumental en région, pourquoi vouloir « décentraliser » la culture ? Pourquoi vouloir apporter la musique, l’émotion, le partage, la qualité, l’excellence, la culture dans des petites communes en Normandie ? Et aujourd’hui, pourquoi vouloir recenser tous ces concerts dans une base de données ? Et à quoi cela surtout peut-il servir ?

L’Orchestre Régional de Basse-Normandie, devenu Orchestre Régional de Normandie après la réunification des deux régions normandes le 1er janvier 2016, découle d’une volonté à plus grande échelle, née au milieu des années 1960 et initiée par le compositeur Marcel Landowski nommé directeur de la Musique au ministère des Affaires culturelles en 1966. Il entreprend une refondation totale de l’organisation de la musique en France, associant culture d’excellence et culture pour tous, baccalauréat musical et création d’orchestres en région. Aucun de ceux qui succèderont à son ministre de tutelle, André Malraux, ne reviendra sur ce schéma visionnaire et cette volonté. Enseignement, diffusion et création sont alors les trois piliers de la politique musicale mise en œuvre sur l’ensemble du territoire français.

L’ensemble instrumental créé en région Basse-Normandie s’inscrit dans cette dynamique avec la volonté de diffuser la culture tout en valorisant le territoire normand. Ancré dans le paysage régional et soucieux de son rayonnement, l’orchestre se rend tout aussi bien dans un village d’une centaine d’habitants pour jouer un quatuor de Beethoven qu’en Australie pour interpréter des œuvres de Ravel, Caplet ou Ibert. Peu à peu, il se dote d’une formation atypique de 18 musiciens permanents et d’une équipe de 9 administratifs polyvalents.

Mais quel intérêt pour un tel orchestre de connaître l’ensemble de sa programmation sur les quarante dernières années ? C’est tout simplement son histoire et elle nous en apprend beaucoup sur ses potentialités dans une période où se fait sentir la nécessité de réfléchir à l’avenir des politiques culturelles de proximité. Pourquoi justement ne pas analyser le savoir-faire d’un tel ensemble, acclimater ses atouts à d’autres régions, voire créer une nouvelle façon d’appréhender et d’aborder l’ancrage culturel dans les territoires ?

Dans le même temps, l’archivage des programmes des concerts permet de pérenniser des sources et de donner accès à tous aux archives numérisées de l’Orchestre Régional de Normandie (brochures de saison, programmes de salle, affiches) jusqu’à aujourd’hui conservées dans des conditions archaïques. La politique d’archivage n’existant pas dans la majorité des orchestres français en province, un outil comme Dezède peut révolutionner cette pratique indispensable de la mémoire culturelle.

Manque de moyens, manque de temps diront certains. Les musicologues cherchent et classent, les directeurs d’orchestre programment et produisent, tous créent du savoir mais ne devrions‑nous pas aujourd’hui profiter de notre passé pour mieux réfléchir ensemble à l’avenir de la politique musicale de la France en s’appuyant sur une politique d’archivage à plus grande échelle ?

Consulter le dossier Orchestre Régional de Normandie

Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède

Dix ans après sa création Dezède accueille plus de 65 000 événements provenant, pour l’essentiel, des domaines du théâtre lyrique et du concert du XVIIIe siècle à nos jours. Dans cet ensemble, le concert symphonique de la Révolution à la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement à partir de 1860, occupe une place importante et réunit plusieurs dossiers volumineux, en tout ou partie consacrés à cette période, achevés et libres d’accès — d’autres sont en préparation et sont amenés à le devenir. Au total, ce corpus contient plus de 1 500 événements et on peut estimer à environ 10 000 le nombre des éléments de programme répartis sur la totalité du territoire français.

Le dossier des Concerts Pasdeloup (1861-1887) est à la fois le premier dans l’ordre chronologique et le plus développé avec ses 593 événements. Il s’intéresse aux activités de la société parisienne la plus importante du XIXe siècle après la Société des concerts du Conservatoire créée en 1828. Malheureusement, cette dernière n’apparaît que de manière très incomplète dans Dezède mais il faut signaler que ses programmes sont accessibles — sous la seule forme d’une transcription des programmes de salle — sur le site personnel de D. Kern Holoman. Presque logiquement, le deuxième dossier de concerts symphoniques est celui des Voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) recensant les 44 prestations de ce chef et de son orchestre dans une quinzaine de villes françaises. L’une d’entre elles est Angers dont on peut consulter les onze Premiers concerts populaires (1864-1865). Cette entreprise éphémère ne doit pas être confondue avec celle fondée en 1877 et active jusqu’en 1893 dont on trouvera le répertoire des 455 programmes de concerts en version papier dans Yannick Simon, L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts, Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.

Dossier ne comportant que trois événements, Création et premières auditions de la Danse macabre (1875) est néanmoins riche d’un dossier de presse imposant. Il a par ailleurs le mérite d’esquisser un dossier ayant vocation à voir le jour sur Dezède, celui des Concerts Colonne actifs à partir de 1873. Autre objet singulier, le dossier Exposition universelle de 1878 rassemble les programmes des 111 concerts organisés dans le cadre de cet événement au retentissement international. Plus traditionnel, celui des Concerts Lamoureux (1881-1899) avec ses 451 événements est une pierre supplémentaire à un édifice dont il faut poursuivre la construction, celui de l’ensemble du répertoire des quatre grandes associations de concerts parisiennes (Société des concerts du Conservatoires, Concerts Pasdeloup, Colonne et Lamoureux).

Malgré une présence légitime des sociétés les plus représentatives de la capitale, le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède échappe au tropisme parisien grâce à trois dossiers : celui des Concerts populaires au Havre (1892-1913) (43 événements), celui consacré à Ropartz à Nancy (1894-1914) (223) et les 74 premiers événements du dossier dédié à la Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944).

Dans quelques mois, seront mis en ligne Les orchestres symphoniques français, un dossier-ressources qui proposera une photographie des concerts symphoniques au XIXe siècle entre la création de la Société des concerts du Conservatoire et la Première Guerre mondiale dans l’ensemble de la France. Dans l’impossibilité d’être exhaustive, il contiendra les programmes des concerts d’un panel de sociétés réparties dans sept villes françaises et pour lesquelles le choix s’est porté sur la première saison de chaque décennie — 1831-1832, 1841-1842, 1851-1852, etc. Ce dossier en devenir n’a pas vocation à se cantonner au XIXe siècle, période pour laquelle 605 événements lui sont déjà associés. Même s’il n’est pas encore fini, le travail en cours de réalisation offre néanmoins une vue assez large des programmes des concerts symphoniques et un corpus pouvant se prêter à des études très variées pouvant porter sur les pratiques du concert symphonique, sur son répertoire et son évolution dans le temps et dans l’espace.

La musique à Fontfroide depuis 1908

Attiré par les fonctionnalités de Dezède, Màrius Bernadó (Universitat de Lleida) est entré en contact avec notre équipe en mai 2021 pour envisager un partenariat dont l’objectif est d’archiver et valoriser l’ensemble de l’activité musicale présentée dans l’abbaye devenue propriété de la famille Fayet en 1908. Les archives attestent une intense vie musicale domestique que l’on doit au nouveau propriétaire, Gustave Fayet, industriel avisé mais aussi peintre, céramiste, collectionneur et grand amateur de musique. Ses amis et hôtes ont pour noms Odilon Redon, Déodat de Séverac et Ricardo Viñes. Mise en sommeil après la mort du propriétaire en 1925, la vie musicale de Fontfroide est réactivée à partir de 1967 grâce au pianiste Jean-Bernard Pommier qui y organise le festival « Renaissance », puis de 2006 lorsque Jordi Savall s’y installe pour quelques jours chaque été pour y diriger le festival « Musique et histoire ».

Première étape : publication du dossier Renaissance

Dans le cadre d’un enseignement de méthodologie appliquée donné par Joann Élart en master à l’université de Rouen en janvier et février 2022, les soixante concerts du festival « Renaissance » ont été reconstitués à partir d’un relevé sur tableur transmis par Màrius Bernadó. N’ayant alors pas encore accès aux archives des ces concerts, ce premier jet avancé permettait d’initier le partenariat.

Le dossier des concerts Renaissance : https://dezede.org/dossiers/id/445/

Deuxième étape : une première rencontre à Fontfroide

Une première rencontre organisée à l’abbaye de Fontfroide les 18 et 19 mars 2022 a permis de réunir les différents acteurs du projet. Il s’agissait d’une part de faire le point sur le dossier Renaissance réalisé à Rouen et d’autre part d’envisager les prochaines phases de travail : enrichissement et correction du dossier Renaissance (ajout des archives numérisées, correction des programmes saisis à partir des archives) ; création du dossier Musique et histoire ; etc.

Troisième étape : une première formation à Fontfroide

Le premier séjour de travail qui s’est déroulé les 3 et 4 juin à Fontfroide a permis de réunir l’ensemble des partenaires désormais impliqués dans le projet : l’abbaye de Fontfroide, les universités de Rouen, Montpellier, Toulouse et Lleida. L’objectif de cette session était, d’une part, de former de nouveaux contributeurs et, d’autre part, de compléter le dossier des concerts Renaissance et de commencer celui du festival Musique et histoire.

Perspectives

Les résultats obtenus à l’issue du séjour ont dépassé les espérances et ouvrent de larges perspectives. La poursuite des travaux réalisés est d’ores et déjà envisagée et l’élargissement à l’ensemble des activités musicales de l’abbaye à l’étude. Ils prendront la forme de nouveaux séjours de travail avec l’ambition d’y associer plus encore les étudiants des universités partenaires.

La musique à Fontfroide : https://dezede.org/dossiers/id/441/

Illustrations tirées des archives de Fontfroide, concert du 15 mai 1970 avec Alexander Schneider (violon), Paul Tortelier (violoncelle) et Jean-Bernard Pommier (piano).