Archives par mot-clé : Concerts

Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède

Dix ans après sa création Dezède accueille plus de 65 000 événements provenant, pour l’essentiel, des domaines du théâtre lyrique et du concert du XVIIIe siècle à nos jours. Dans cet ensemble, le concert symphonique de la Révolution à la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement à partir de 1860, occupe une place importante et réunit plusieurs dossiers volumineux, en tout ou partie consacrés à cette période, achevés et libres d’accès — d’autres sont en préparation et sont amenés à le devenir. Au total, ce corpus contient plus de 1 500 événements et on peut estimer à environ 10 000 le nombre des éléments de programme répartis sur la totalité du territoire français.

Le dossier des Concerts Pasdeloup (1861-1887) est à la fois le premier dans l’ordre chronologique et le plus développé avec ses 593 événements. Il s’intéresse aux activités de la société parisienne la plus importante du XIXe siècle après la Société des concerts du Conservatoire créée en 1828. Malheureusement, cette dernière n’apparaît que de manière très incomplète dans Dezède mais il faut signaler que ses programmes sont accessibles — sous la seule forme d’une transcription des programmes de salle — sur le site personnel de D. Kern Holoman. Presque logiquement, le deuxième dossier de concerts symphoniques est celui des Voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) recensant les 44 prestations de ce chef et de son orchestre dans une quinzaine de villes françaises. L’une d’entre elles est Angers dont on peut consulter les onze Premiers concerts populaires (1864-1865). Cette entreprise éphémère ne doit pas être confondue avec celle fondée en 1877 et active jusqu’en 1893 dont on trouvera le répertoire des 455 programmes de concerts en version papier dans Yannick Simon, L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts, Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.

Dossier ne comportant que trois événements, Création et premières auditions de la Danse macabre (1875) est néanmoins riche d’un dossier de presse imposant. Il a par ailleurs le mérite d’esquisser un dossier ayant vocation à voir le jour sur Dezède, celui des Concerts Colonne actifs à partir de 1873. Autre objet singulier, le dossier Exposition universelle de 1878 rassemble les programmes des 111 concerts organisés dans le cadre de cet événement au retentissement international. Plus traditionnel, celui des Concerts Lamoureux (1881-1899) avec ses 451 événements est une pierre supplémentaire à un édifice dont il faut poursuivre la construction, celui de l’ensemble du répertoire des quatre grandes associations de concerts parisiennes (Société des concerts du Conservatoires, Concerts Pasdeloup, Colonne et Lamoureux).

Malgré une présence légitime des sociétés les plus représentatives de la capitale, le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède échappe au tropisme parisien grâce à trois dossiers : celui des Concerts populaires au Havre (1892-1913) (43 événements), celui consacré à Ropartz à Nancy (1894-1914) (223) et les 74 premiers événements du dossier dédié à la Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944).

Dans quelques mois, seront mis en ligne Les orchestres symphoniques français, un dossier-ressources qui proposera une photographie des concerts symphoniques au XIXe siècle entre la création de la Société des concerts du Conservatoire et la Première Guerre mondiale dans l’ensemble de la France. Dans l’impossibilité d’être exhaustive, il contiendra les programmes des concerts d’un panel de sociétés réparties dans sept villes françaises et pour lesquelles le choix s’est porté sur la première saison de chaque décennie — 1831-1832, 1841-1842, 1851-1852, etc. Ce dossier en devenir n’a pas vocation à se cantonner au XIXe siècle, période pour laquelle 605 événements lui sont déjà associés. Même s’il n’est pas encore fini, le travail en cours de réalisation offre néanmoins une vue assez large des programmes des concerts symphoniques et un corpus pouvant se prêter à des études très variées pouvant porter sur les pratiques du concert symphonique, sur son répertoire et son évolution dans le temps et dans l’espace.

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède », Carnet Dezède, 16/11/2022, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3792

La musique à Fontfroide depuis 1908

Attiré par les fonctionnalités de Dezède, Màrius Bernadó (Universitat de Lleida) est entré en contact avec notre équipe en mai 2021 pour envisager un partenariat dont l’objectif est d’archiver et valoriser l’ensemble de l’activité musicale présentée dans l’abbaye devenue propriété de la famille Fayet en 1908. Les archives attestent une intense vie musicale domestique que l’on doit au nouveau propriétaire, Gustave Fayet, industriel avisé mais aussi peintre, céramiste, collectionneur et grand amateur de musique. Ses amis et hôtes ont pour noms Odilon Redon, Déodat de Séverac et Ricardo Viñes. Mise en sommeil après la mort du propriétaire en 1925, la vie musicale de Fontfroide est réactivée à partir de 1967 grâce au pianiste Jean-Bernard Pommier qui y organise le festival « Renaissance », puis de 2006 lorsque Jordi Savall s’y installe pour quelques jours chaque été pour y diriger le festival « Musique et histoire ».

Première étape : publication du dossier Renaissance

Dans le cadre d’un enseignement de méthodologie appliquée donné par Joann Élart en master à l’université de Rouen en janvier et février 2022, les soixante concerts du festival « Renaissance » ont été reconstitués à partir d’un relevé sur tableur transmis par Màrius Bernadó. N’ayant alors pas encore accès aux archives des ces concerts, ce premier jet avancé permettait d’initier le partenariat.

Le dossier des concerts Renaissance : https://dezede.org/dossiers/id/445/

Deuxième étape : une première rencontre à Fontfroide

Une première rencontre organisée à l’abbaye de Fontfroide les 18 et 19 mars 2022 a permis de réunir les différents acteurs du projet. Il s’agissait d’une part de faire le point sur le dossier Renaissance réalisé à Rouen et d’autre part d’envisager les prochaines phases de travail : enrichissement et correction du dossier Renaissance (ajout des archives numérisées, correction des programmes saisis à partir des archives) ; création du dossier Musique et histoire ; etc.

Troisième étape : une première formation à Fontfroide

Le premier séjour de travail qui s’est déroulé les 3 et 4 juin à Fontfroide a permis de réunir l’ensemble des partenaires désormais impliqués dans le projet : l’abbaye de Fontfroide, les universités de Rouen, Montpellier, Toulouse et Lleida. L’objectif de cette session était, d’une part, de former de nouveaux contributeurs et, d’autre part, de compléter le dossier des concerts Renaissance et de commencer celui du festival Musique et histoire.

Perspectives

Les résultats obtenus à l’issue du séjour ont dépassé les espérances et ouvrent de larges perspectives. La poursuite des travaux réalisés est d’ores et déjà envisagée et l’élargissement à l’ensemble des activités musicales de l’abbaye à l’étude. Ils prendront la forme de nouveaux séjours de travail avec l’ambition d’y associer plus encore les étudiants des universités partenaires.

La musique à Fontfroide : https://dezede.org/dossiers/id/441/

Illustrations tirées des archives de Fontfroide, concert du 15 mai 1970 avec Alexander Schneider (violon), Paul Tortelier (violoncelle) et Jean-Bernard Pommier (piano).

 

 

Les Concerts Enoch dans le Salon du Figaro (1897-1899)

Ce dossier regroupe de façon exhaustive un ensemble de trente-six concerts organisés du 23 avril 1897 au 27 janvier 1899 par l’éditeur de musique Wilhelm Enoch (1840-1913), secondé par son gendre Gabriel Astruc (1864-1938), pour le compte des éditions musicales Enoch, au siège du quotidien Le Figaro, 26, rue Drouot à Paris (9e). À titre exceptionnel, un seul Concert Enoch, en l’occurrence un Festival Emmanuel Chabrier, eut lieu à l’ancienne Salle Pleyel le 6 avril 1898, en raison de l’indisponibilité provisoire du Salon du Figaro.

Les programmes de ces séances font logiquement la part belle aux œuvres du catalogue des éditions Enoch. Parmi les compositeurs les plus souvent programmés, on retrouve Emmanuel Chabrier, Cécile Chaminade et César Franck. Cependant, la programmation montre un réel éclectisme, s’intéressant tant aux compositeurs reconnus qu’aux compositeurs de moindre notoriété et aux jeunes compositeurs. Elle accorde aussi une place non négligeable d’une part aux compositeurs étrangers, parmi lesquels certains ont vu au moins une de leurs œuvres publiées dans la Collection nouvelle de musique étrangère moderne des éditions Enoch, et, d’autre part, aux compositrices. Un autre trait caractéristique de plusieurs de ces concerts est la part réservée aux chansonniers de Montmartre, il y eut même une séance avec projection d’images par le « Conservatoire de Montmartre ».

Il n’est pas impossible que Maurice Ravel, alors élève dans la classe de composition de Gabriel Fauré, ait assisté à quelques-unes de ces séances : outre qu’il venait de signer fin 1897 son premier contrat avec un éditeur de musique pour le Menuet antique, grâce à son professeur André Gedalge, les œuvres de ce dernier ont été programmées aux Concerts Enoch. De plus, le goût profond de Ravel pour la musique de Chabrier, souvent à l’affiche de ces concerts, pourrait expliquer sa présence à quelques concerts, notamment lorsque son ami Apache Ricardo Viñes était à l’affiche ou son ancien professeur de piano Santiago Riera.

Consulter le dossier Concerts Enoch dans le Salon du Figaro (1897-1899) sur Dezède

Musique au Trocadéro pour l’Exposition universelle de 1878

Un nouveau dossier par Étienne Jardin

Parmi les bâtiments qui sortent de terre pour l’Exposition universelle de 1878, on compte un espace en partie consacré à la musique : le Palais du Trocadéro, dont la salle de fête peut accueillir plus de 4700 spectateurs.

Avec le souci d’exploiter au mieux ce lieu et de donner à l’art musical une place inédite dans une exposition de ce genre, le ministère de l’Agriculture et du Commerce désigne, dès 1877, une « Commission des auditions musicales », dans laquelle on trouve – entre autres – Charles Gounod, Jules Massenet, Camille Saint-Saëns, Léo Delibes, Théodore Dubois et Ambroise Thomas. Cette assemblée de musiciens se charge de l’organisation d’une série de 110 événements qui se déroule de juin à novembre et ressemble à s’y méprendre à ce que nous nommons aujourd’hui un « festival ».

Responsable scientifique des publications et des colloques du Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française, Étienne Jardin est docteur en Histoire de l’École des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent essentiellement sur la vie musicale en France, depuis la Révolution jusqu’au XXe siècle (enseignement, concert et art lyrique). Fondateur de la revue électronique “Transposition. Musique et sciences sociales”, il a dirigé plusieurs ouvrages parus chez Actes Sud, Brepols et Peter Lang.

> lire le dossier dans Dezède