Archives par mot-clé : Dossier Dezède

L’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2020)

Traviata Opéra de RouenPartie intégrante du projet SpectaNum faisant lui-même partie du projet CorNum (financé par la Région Normandie), ce dossier réunit les 1702 programmes de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie depuis sa fondation en 1998.

Placé sous le statut de régie municipale depuis 1961, le Théâtre des Arts est contraint par la Ville de Rouen à rédiger un nouveau projet en 1996. Il ferme ses portes et les interprètes permanents (l’orchestre, les chœurs et le ballet) sont licenciés en décembre 1997. Une nouvelle association voit le jour en mai 1998 sous le nom de « Léonard de Vinci – Opéra de Rouen », qui se transforme en établissement public de coopération culturelle (EPCC), l’Opéra de Rouen Haute-Normandie, en 2004. L’orchestre est placé successivement sous la direction d’Oswald Sallaberger, Luciano Acocella, Léo Hussain et enfin Ben Glassberg à partir de 2020.  

Quelques éléments ressortent déjà de la constitution de ce dossier. Au fil des vingt-deux saisons qu’il inclut, le nombre des représentations augmente progressivement. Il n’est malheureusement pas possible, en raison des choix éditoriaux, de rendre compte de l’évolution des activités de l’orchestre, marquée par le développement de la médiation culturelle et des concerts pédagogiques ou pour les publics empêchés. Ces activités ont augmenté de manière significatives depuis une dizaine d’années, le choix a été fait de ne pas les inclure dans le dossier. Ce qui peut surprendre également, c’est la proportion importante des spectacles en diffusion (c’est à dire les spectacles hors les murs ou en tournée) et ce dès la création de l’orchestre. Sur vingt-deux saisons (à l’exception de la saison 2005-2006), les concerts en diffusions semblent compter pour plus de 40 % en moyenne de la programmation (premiers chiffres obtenus grâce à l’outil de visualisation de Dezède pour les vingt-une saisons comptabilisées). Cette partie immergée de l’iceberg rend compte de l’une des missions de l’orchestre, la diffusion de ses activités sur le territoire normand mais aussi national et international, et occupe une place plus importante que prévue. Une saison est aussi particulière dans ce dossier, la saison 2005-2006, puisqu’il s’agit d’une saison délocalisée, le Théâtre des Arts ayant fermé ses portes pour travaux (réfection du bloc de scène). L’Opéra de Rouen s’installe alors dans l’Auditorium Magellan de l’INSA Rouen Normandie à Saint-Étienne-du-Rouvray et au Théâtre Charles Dullin de Grand-Quevilly. Une analyse plus approfondie permettra certainement de mettre en valeur ce nouveau corpus notamment grâce à l’aide d’un nouvel outil d’analyse statistique en cours de développement.

> Le dossier “Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2019)”

Ce dossier a été réalisé dans le cadre du projet SpectaNum, déjà cité, qui fait partie du projet CorNum bénéficiant du soutien de la région Normandie. L’un des deux volets de SpectaNum, « Orchestres en Normandie », a pour objectif de reconstituer l’activité des deux orchestres symphoniques normands : l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie et l’Orchestre Régional de Normandie depuis le début de leurs activités en 1998 pour le premier et en 1982 pour le second. Le dossier de l’Orchestre Régional de Normandie est en cours de constitution par Déborah Livet (musicologue et chargée de production/bibliothécaire musicale de l’Orchestre Régional de Normandie). Le second volet, « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie », a bénéficié de nouveaux développements numériques et est accessible sur Dezède. La bibliothèque comprend déjà plusieurs ouvrages sur les théâtres entre le XVIIIe et le XXe siècle, dont certains sont en cours d’indexation comme les tomes 6 et 7 de l’Histoire du Théâtre des Arts de Rouen de Charles Vauclin (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen)  ou le tome 1 de l’Histoire des théâtres de Rouen  de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860) — voir l’article de Joann Élart.

> Le dossier de l’Orchestre Régional de Normandie.

> Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 07/11/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3026


Appel à contribution : un appel est lancé à toute personne disposant de programmes de salle qui seraient absents du dossier. Nous pensons notamment aux concerts de tournée en Normandie ou à l’étranger. Pour y répondre vous pouvez contacter l’équipe Dezède à l’adresse : dezede.contact@gmail.com. Un document listant les programmes de salle manquants est disponible ici.

Dossier : filtrer par individus

Les dossiers dans Dezède regroupent des corpus d’événements moissonnés automatiquement selon des critères de “sélection dynamique” : un ou plusieurs lieux donnés, dans une période donnée, mais également une ou plusieurs œuvres données, etc. La combinaison de ces éléments permettent de définir les limites d’un dossier.

Fig. 1 – La sélection dynamique des dossiers et la nouvelle rubrique Individus

 

Individus = auteurs + interprètes

Parmi ces éléments, une rubrique vient de connaître une évolution discrète, mais très utile pour les chercheurs s’intéressant à retracer la carrière d’un·e interprète. Il s’agit de l’ancienne rubrique “auteurs” devenue “individus” (voir fig. 1). Ainsi aux auteurs (compositeurs, auteurs dramatiques, etc.) viennent s’ajouter les interprètes, rendant possible désormais la définition d’un dossier à l’activité d’un ou de plusieurs interprètes, mais également la combinaison entre auteurs et interprètes.

Éviter la sélection manuelle

Plus qu’une évolution du modèle de dossier, c’est une grande amélioration pour les dezènautes s’intéressant aux interprètes. En effet, dans l’ancienne version et en présence d’un tel cas, il n’y avait pas d’autre solution que de définir le dossier en utilisant la “sélection manuelle”. Celle fonctionnalité, au demeurant très utile, est très contraignante pour un dossier “ouvert”, pouvant s’enrichir dans le temps : l’utilisateur doit toujours penser à ajouter les identifiants des nouveaux événements. Par exemple, Lucille Brunel, dans son dossier sur les représentations de Cornélie Falcon à Rouen en 18371, avait procédé ainsi (fig. 2) : les 11 événements avaient été déposés un à un dans la “sélection manuelle”. Nous venons de modifier ce paramétrage en supprimant l’ancienne sélection manuelle et en imposant la sélection par la rubrique des individus (fig. 3) : les 11 événements sont de nouveau rassemblés, cette fois-ci de manière automatique.

Fig. 2 – Le dossier Cornélie Falcon à Rouen par la sélection manuelle (ancienne méthode)

Fig. 2 – Le dossier Cornélie Falcon à Rouen par la sélection dynamique et la rubrique des individus (nouvelle manière)

> Consultez le dossier Le séjour de Cornélie Falcon à Rouen (avril 1837)

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dossier : filtrer par individus », Carnet Dezède, 28/06/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2958

  1. Il s’agit de son annexe de master : Lucille Brunel, La carrière et l’héritage de la cantatrice Cornélie Falcon (1814-1897) entre Paris et Rouen, mémoire de master sous la direction de Joann Élart, université de Rouen-Normandie, octobre 2015. []

Les Concerts du conservatoire de Strasbourg sous la direction de Ropartz (1919-1929)

Ce dossier réunit les 120 concerts de l’orchestre des Concerts du conservatoire de Strasbourg dirigés par J.-Guy Ropartz entre avril 1919 et juin 1929 ainsi que les concerts populaires placés sous la direction d’Ernest-Geoffroy Münch.

Strasbourg redevenue française, le maire confie la direction de l’orchestre, dont les origines remontent à 1855, à Ropartz. Celui-ci a déjà fait ses preuves à Nancy où il a dirigé le conservatoire et l’orchestre des Concerts du conservatoire de 1894 à 1919. A son arrivée, il doit tout d’abord compléter l’effectif de l’orchestre puis il met en place la même recette qu’à Nancy : révision de la programmation, création de nouvelles classes au conservatoire, révision du règlement… Mais sa direction autoritaire ne fait pas l’unanimité. Il doit faire face à une certaine hostilité présente tout au long de ses dix ans d’exercice, Ropartz ne faisant jamais de compromis sur ses choix artistiques (que ce soit pour l’interdiction des bis, les programmes français audacieux ou l’exclusion des œuvres de Brahms dont les Alsaciens étaient friands). Alors qu’à Nancy, la formule qu’il propose aux spectateurs variait régulièrement (il expérimentait des cycles thématiques, concerts populaires ou des concerts de bienfaisance), à Strasbourg, la structure des programmes ne semble pas évoluer.

> Consulter le dossier « Les Concerts du conservatoire de Strasbourg sous la direction de Ropartz (1919-1929) » sur Dezède

Spectacles à Paris sous la Restauration

Séminaire de méthodologie spécialisée avec les M2 de l’université de Rouen (2018-2019)

Mme Casimir dans le rôle d’Anna dans Robin des bois [Der Freischütz] de Weber dans la version française de Castil-Blaze et Sauvage

L’objectif de ce séminaire est de confronter les étudiants à un ensemble de problèmes et de techniques qui se posent quand il s’agit d’appréhender la diversité des spectacles à Paris au XIXe siècle. Nous poursuivrons ainsi à alimenter un dossier expérimental qui sera limité à la reconstitution d’une saison complète (1825-1826) pendant laquelle ont été créés entre autres La Dame blanche à l’Opéra-Comique, Robin des bois à l’Odéon ou Léonidas à la Comédie-Française. Il s’agit d’expérimenter une méthode et d’identifier les sources qui permettront de généraliser et d’automatiser la reconstitution des spectacles à Paris sur une période plus large, par une technologie de moissonnage automatique qui reste à imager. Cette reconstitution cherche tout d’abord à regrouper un corpus documentaire des représentations dans les différents théâtres de la capitale à partir de la presse (annonces, comptes rendus). Dans le cadre de notre expérience, il s’agit des théâtres privilégiés, principaux et secondaires, qui sont alors au nombre de douze. L’histoire des institutions et des salles constitue le second axe de ce projet, puisqu’une arborescence de sous-dossiers facilite un accès aux corpus par institution, puis par salle ou appellation. Enfin, un troisième axe de ce projet est de rassembler les sources primaires et secondaires des œuvres (livrets, partitions) disponibles en ligne sur Gallica, Archive.org ou via Google Books, dans l’esprit du dossier des archives de l’Opéra-Comique (voir à titre d’exemple Gulistan pour le répertoire de l’Opéra-Comique, mais également pour les autres théâtres, voir par exemple L’Homme de la forêt du Théâtre de la Gaité).

Les passionnés d’histoire et de théâtre peuvent nous rejoindre dans cette aventure scientifique à dimension pharaonique !

Source de l’image

> consulter le dossier en cours

La Maîtrise de Radio France et Dezède

Essai de reconstitution de la saison 2016-2017 de la Maîtrise de Radio France, piloté par les étudiants de master 2 de l’université de Rouen

La Maîtrise de Radio France souffle cette année ses 70  bougies. Cherchant à archiver son passé tout en répondant aux attentes de ses maîtrisiens, l’équipe de la Maîtrise de Radio France s’est tournée récemment vers celle de Dezède pour tenter l’expérience de reconstituer la saison 2016-2017.

C’est dans le cadre d’un séminaire de méthodologie appliquée en master 2 que Frédéric Guérin, Jason Julliot, Amandine Justine, Claire Morvannou et Anthony Picard produisent cette archive sous la direction de Joann Élart. Le corpus est tout à fait passionnant, car il interroge dans Dezède un ensemble d’œuvres chorales nouvelles et des pratiques musicales encore peu abordées.

> Consultez le dossier de la saison 2016-2017 de la Maîtrise de Radio France

> Le concert des 70 ans en vidéo et sur Dezède

Pour citer ce billet : Joann Élart, « La Maîtrise de Radio France et Dezède », Carnet Dezède, 30/04/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/481