Archives par mot-clé : formation universitaire

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique de la session 2018-2019

Le travail réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen autour du dossier consacré à « la création de Siegfried à Rouen en 1900 » a fait l’objet d’une nouvelle session malgré sa fin annoncée en 2017 dans ce même Carnet Dezède.

Le retour sur ce dossier est dû à la découverte d’un document conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen sans être mentionné dans son catalogue en ligne — c’est dorénavant le cas. Il s’agit d’un livre de souvenirs confectionné par le directeur du Théâtre des Arts de Rouen en 1900, Raoul François. Ce recueil factice est presque similaire à celui réalisé par le chanteur Paul Stuart mais il contient des comptes rendus de presse supplémentaires.

À l’image des précédentes, cette session poursuivait deux objectifs. Le premier était de compléter le dossier de presse associé à la chronologie des représentations de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900. Ce dossier avait été commencé en 2016. La transcription des articles contenus dans les livres de souvenirs du chanteur Paul Stuart et du directeur Raoul François conservés à la bibliothèque municipale de Rouen est achevée. Seuls manquent quelques articles dont la localisation ou la consultation s’est avérée impossible pour le moment. Le second objectif consistait en la rédaction d’un écrit musicologique présentant cet événement et le remettant en perspective. Pour y parvenir, les étudiants pouvaient s’appuyer sur un appareil documentaire mis à leur disposition sur leur espace numérique et sur les nombreux comptes rendus dont ils avaient eux-mêmes assuré la transcription.

Le texte que nous publions a été rédigé par Victor Renneville.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

Spectacles à Paris sous la Restauration

Séminaire de méthodologie spécialisée avec les M2 de l’université de Rouen (2018-2019)

Mme Casimir dans le rôle d’Anna dans Robin des bois [Der Freischütz] de Weber dans la version française de Castil-Blaze et Sauvage

L’objectif de ce séminaire est de confronter les étudiants à un ensemble de problèmes et de techniques qui se posent quand il s’agit d’appréhender la diversité des spectacles à Paris au XIXe siècle. Nous poursuivrons ainsi à alimenter un dossier expérimental qui sera limité à la reconstitution d’une saison complète (1825-1826) pendant laquelle ont été créés entre autres La Dame blanche à l’Opéra-Comique, Robin des bois à l’Odéon ou Léonidas à la Comédie-Française. Il s’agit d’expérimenter une méthode et d’identifier les sources qui permettront de généraliser et d’automatiser la reconstitution des spectacles à Paris sur une période plus large, par une technologie de moissonnage automatique qui reste à imager. Cette reconstitution cherche tout d’abord à regrouper un corpus documentaire des représentations dans les différents théâtres de la capitale à partir de la presse (annonces, comptes rendus). Dans le cadre de notre expérience, il s’agit des théâtres privilégiés, principaux et secondaires, qui sont alors au nombre de douze. L’histoire des institutions et des salles constitue le second axe de ce projet, puisqu’une arborescence de sous-dossiers facilite un accès aux corpus par institution, puis par salle ou appellation. Enfin, un troisième axe de ce projet est de rassembler les sources primaires et secondaires des œuvres (livrets, partitions) disponibles en ligne sur Gallica, Archive.org ou via Google Books, dans l’esprit du dossier des archives de l’Opéra-Comique (voir à titre d’exemple Gulistan pour le répertoire de l’Opéra-Comique, mais également pour les autres théâtres, voir par exemple L’Homme de la forêt du Théâtre de la Gaité).

Les passionnés d’histoire et de théâtre peuvent nous rejoindre dans cette aventure scientifique à dimension pharaonique !

Source de l’image

> consulter le dossier en cours

Dezède à Royaumont : sixième résidence et premier atelier

La sixième résidence du département de Musicologie de l’université de Rouen Normandie à l’abbaye de Royaumont s’est déroulée les 7 et 8 juin 2018.

Réunis pendant deux jours dans la bibliothèque François-Lang et accueillis par son responsable, Thomas Vernet, quatre étudiants (Naomie Charlier, Frédéric Guérin, Claire Morvannou et Charlotte Zbaraszczuk), encadrés par Joann Élart et Yannick Simon, ont apporté leur contribution au dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) ».

L’objectif poursuivi depuis l’origine et la signature d’une convention entre l’université de Rouen Normandie et la Fondation Royaumont, est de reconstituer l’ensemble des programmes des concerts organisés dans l’abbaye, entre, d’une part, 1936 et les premières manifestations culturelles accueillies par le propriétaire des lieux et son épouse, Henry et Isabel Goüin, et, d’autre part, l’année 1977 marquée par la création du Centre régional de la voix et l’arrivée de Francis Maréchal à la tête de la Fondation. Sous des formes diverses (concerts de La Revue musicale avant la Seconde Guerre mondiale, festival à partir de 1948, saisons musicales et concerts en marge de manifestations culturelles), la musique occupe une place très importante dans l’histoire de la Fondation dont il conviendra, le moment venu, de faire l’histoire. C’est dans cette perspective que se situe le projet de résidence et d’enrichissement progressif du dossier sur Dezède.

Au lendemain de la résidence, le 9 juin, s’est tenue la première édition de l’Atelier Dezède, fruit d’une collaboration entre les fondateurs de Dezède et Thomas Vernet qui accueillait aussi ce nouveau rendez-vous dans la bibliothèque François-Lang. Outre les étudiants et les deux fondateurs du site déjà sur place, l’Atelier Dezède réunissait des contributeurs : Gabriela Elgarrista, Pierre Girod, Frédéric Guérin, Denis Tchorek et Thomas Vernet. La journée a débuté par une intervention de Marie Thégarid venue présenter la base de données consacrée aux élèves du Conservatoire de Paris. Cet accueil est le reflet de la volonté affichée des fondateurs de Dezède de tisser des liens avec les autres projets numériques développés dans le domaine de la musicologie. Dans un deuxième temps, des contributeurs, dont certains d’entre eux se rencontraient pour la première fois, ont pu présenter des projets scientifiques achevés ou en cours de réalisation : l’orchestre symphonique de Paris entre 1928 et 1931 par Gabriela Elgarrista ; 10 ans d’opéra-comique en région et L’opéra de salon à Paris (1851-1904) par Pierre Girod ; La seconde direction d’Émile Perrin (1862) par Frédéric Guérin ; Les concerts à Boulogne-sur-Mer (1853-1870) par Denis Tchorek ; Les concerts dans les résidences royales sous la monarchie de Juillet par Thomas Vernet.

L’objectif était avant tout de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Il n’a malheureusement pas été possible de consacrer du temps au Carnet Dezède dont nous souhaitons permettre l’accès aux contributeurs pour la présentation de leurs réalisations en lien avec Dezède ou avec le projet Espace musical français. Ce sujet sera abordé au cours de la deuxième édition déjà programmée en juin 2019.

> Consulter le dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) » sur Dezède

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède. La représentation successive des quatre parties du Ring au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est une première en dehors de Paris depuis la création française à Lyon en avril 1904. Le Ring rouennais fait suite aux quatre versions données  à l’Opéra de Paris avant la Première Guerre mondiale entre 1911 et 1913, et précède de quelques jours celle de Toulouse qui  se déroulera entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Ce dossier a été réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée avec les étudiants de troisième année de licence de musicologie de l’université de Rouen.

> Consulter le dossier ” Le Ring à Rouen en 1927 ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 20/11/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/707

 

Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2017-2018)

Masset dans le rôle de Georges Brown (La Dame blanche)

Le cours de méthodologie reprend pour la cinquième année consécutive. Désormais inscrit en troisième année, il croise à nouveau le chemin des étudiants de l’an dernier qui avaient participé à ce programme (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Dans un premier temps, nous poursuivrons notre reconstitution d’un échantillon de l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats). Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à notre échantillon commencé en décembre 1825.

Dans un second temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

Dans un troisième temps, nous feuilletterons les pages de vieux numéros de Rock & Folk, à la recherche des annonces de concert à la fin des années 60 et au début des années 70. Nous voudrions ainsi poursuivre une réflexion déjà engagée sur le traitement de ce genre de spectales dans Dezède.

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

> Voir le dossier en cours  “ Rock en Seine-Maritime : des Yéyés au Punk (1968-1977) ” sous la direction de Thomas Bacquet

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970 », Carnet Dezède, 19/10/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/601