Archives par mot-clé : gestion des lieux

Table de correspondance des institutions parisiennes

Cette table alphabétique propose une correspondance entre différentes appellations utilisées pour désigner une institution ou une salle, et les autorités définies dans Dezède.

Les renvois dans la table sont soulignés en italiques.

B

Bourgogne > voir Hôtel de Bourgogne.

C

Comédie-Italienne > institution de la troupe des Comédiens Italiens active de 1680 à 1697, puis de 1716 à 1762, à l’Hôtel de Bourgogne > Comédie-Italienne

H

Hôtel de Bourgogne : salle inaugurée en 1548 et détruite en 1783. – Adresse : à l’angle des rues Mauconseil et Françoise (actuel n° 29 de la rue Étienne-Marcel).

> avant 1680 : Hôtel de Bourgogne (une des troupes de la Comédie-Française).

> 1680-1762 : Comédie-Italienne (troupe des Italiens).

> 1762-1783 : Opéra-Comique, Hôtel de Bourgogne (fusion de la Comédie-Italienne et de l’Opéra-Comique de la Foire).

O

Odéon : fondé en 1782 et toujours en activité. Lire la notice consacrée à cette institution sur ce carnet.

Opéra

> 1673-1763 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [1] (Académie royale de Musique).

> 1770-1781 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [2] (Académie royale de Musique).

Opéra-Comique

> 1762-1783 : Opéra-Comique, Hôtel de Bourgogne (fusion de la Comédie-Italienne et de l’Opéra-Comique de la Foire).

P

Palais-Royal > voir Théâtre du Palais-Royal.

T

Théâtre du Marais

> 1634-1673 : Théâtre du Marais [1]. Inauguré en 1634 après transformation de l’ancien Jeu de paume du Marais, accueille la troupe des comédiens français bénéficiant du soutien de Pierre Corneille qui fusionnent en 1673 avec celle de Molière, puis en 1680 avec celle de l’Hôtel de Bourgogne pour constituer la troupe de la Comédie-Française. Détruit par un incendie le 15 janvier 1644, le théâtre est aussitôt reconstruit et inauguré en octobre 1644. Après la mort de Molière, il est ordonné le 23 juin 1673 la fusion de la troupe du Marais et de celle du Molière. Son installation au Théâtre Guénégaud met fin à l’exploitation du Théâtre du Marais. Adresse : rue Vieille-du-Temple (sur l’actuel n90).

> 1791-1807 : Théâtre du Marais [2]. Inauguré en 1791,  fermé en 1807 et démoli en 1809. – Adresse : no 11 de la rue Culture-Saint-Catherine (actuellement no 11 de la rue Sévigné.

> depuis 1976 : Théâtre du Marais [3]. Inauguré en 1976 et toujours en activité. – Adresse : no 37 de la rue Volta.

Théâtre du Palais-Royal (1641-1781) : salle inaugurée en 1641 et détruite par un incendie en 1763, reconstruite sur le même emplacement et inaugurée en 1770, détruite à nouveau par un incendie en 1781. – Adresse :  au Palais-Royal, rue Saint-Honoré.

> 1641-1673 : Théâtre du Palais-Royal [1] (comédiens français, en particulier la troupe de Molière à partir de 1661, parfois en alternance avec la Comédie-Italienne).

> 1673-1763 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [1] (Opéra / Académie royale de Musique).

> 1770-1781 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [2] (Opéra / Académie royale de Musique).

Théâtre du Palais-Royal (1790-1791) > voir Variétés-Amusantes, Théâtre du Palais-Royal.

Théâtre du Palais-Royal (depuis 1830) : salle inaugurée en 1830 et toujours en activité. – Adresse :  ancien Théâtre Montansier, no 38 de la rue Montansier > Théâtre du Palais-Royal [3]

V

Variétés-Amusantes

> 1790-1791 : Théâtre du Palais-Royal. – Adresse : salle Richelieu au Palais-Royal (jusqu’à l’arrivée de Talma, après quoi les Variétés-Amusantes se diluent dans l’histoire de la Comédie-Française).


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Table de correspondance des institutions parisiennes », Carnet Dezède, 14/05/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2924

Odéon

L’Odéon est une institution parisienne fondée en 1782 dont l’activité se poursuit aujourd’hui. Son histoire est résumée par Nicole Wild dans son Dictionnaire des théâtres parisiens. 1807-1914 (Lyon, Symétrie, 2012, p. 289-299). Comme tous les lieux de spectacles à Paris structurés dans Dezède, l’enjeu est d’articuler cette autorité dans un temps long, dans une histoire mouvementée comprenant différents déménagements et appellations (ou “titres » chez Nicole Wild).

 

L’autorité « mère » : Paris, Odéon

Pour tout savoir sur l’Odéon dans Dezède, il faut se rendre sur la fiche « Paris, Odéon », autorité générique de l’institution qui donne accès à toutes les données liées à son histoire depuis 1782. Tout d’abord, elle propose une chronologie dans « Historique » structurée en quatre périodes délimitées par l’histoire des salles qui l’ont hébergé (fig. 1) : le Théâtre-Français du faubourg Saint-Martin de 1782 à l’incendie de 1799 ; une période d’itinérance de la troupe dans différentes salles parisiennes de 1799 à 1808 ; la deuxième salle place de l’Odéon de 1808 à l’incendie de 1818 (suivie d’une petite transition à la salle Favart) ; la troisième salle de l’Odéon ou Second Théâtre-Français de 1819 à nos jours.

Fig. 1 – Chronologie de l’Odéon dans l’autorité “Paris, Odéon”

Les périodes sont ensuite subdivisées en appellations historiques de l’institution : à titre d’exemples, « Théâtre de la Nation » entre 1789 et 1793, « Théâtre de l’Impératrice » entre 1804 et 1814, « Théâtre de l’Odéon » à partir de 1819 ou « Odéon-Théâtre de l’Europe » à partir de 1990 (fig. 1).

Comme souvent en pareil lieu, les appellations apparaissent plus pertinentes que les salles pour structurer les données. Cette logique est d’ailleurs conforme aux pratiques relevées dans les sources. Aussi la chronologie renvoie-t-elle à tout un ensemble de fiches « filles » accessibles par des liens cachés dans la chronologie, mais également dans la liste des « Lieux contenus » (fig. 2 et 3).

Fig. 2 – Le lien caché vers la page du Théâtre de l’Impératrice apparaît en surbrillance dans la “chronologie”
Fig. 3 – Idem dans les “lieux contenus”

La structure que nous proposons, si elle cherche à suivre fidèlement l’histoire de l’Odéon, est en outre simplifiée pour résoudre un certain nombre de difficultés : par exemple, nous avons choisi d’utiliser l’appellation générique « Théâtre de l’Odéon » pour regrouper toutes les variantes « Théâtre royal de l’Odéon », « Théâtre national de l’Odéon » et « Théâtre de l’Odéon », expressions très fuyantes dans les sources selon les changements de régimes politiques. De même, nous avons créé les autorités combinées « Salle-Louvois-Théâtre national » ou « Théâtre du Marais-Salle Favart-Théâtre de la Cité », pour résumer deux brèves époques de l’Odéon durant lesquelles la troupe est en alternance d’une salle à l’autre. Toujours dans le même sens, à certaines époques, sans appellation particulière, nous avons constitué des autorités génériques combinant salle et direction, comme « Théâtre-Français [dir. Sageret] ».

L’autorité générique « Paris, Odéon » donne par ailleurs accès à l’ensemble des événements reconstitués dans Dezède correspondant à des spectacles donnés à l’Odéon (fig. 4), mais également à l’ensemble des œuvres créées à l’Odéon et référencées dans Dezède (fig. 5). Ces deux corpus s’enrichissent régulièrement de nouvelles données. Enfin, une zone de notes permet d’accéder aux ressources en ligne disponibles sur le site officiel de l’Odéon.

Fig. 4 – Liste des événements donnés à l’Odéon et reconstitués dans Dezède (état au 15 avril 2020)
Fig. 5 – Liste des œuvres créées à l’Odéon et disponibles dans Dezède (état au 15 avril 2020)

 

Les « filles » de l’Odéon

Comme précisé précédemment, les fiches « filles » permettent une structuration des données par appellation (ou titre), donc par époque de l’Odéon. Ce choix est déterminant dans l’affichage des données dans Dezède, notamment des événements et des œuvres. Ainsi, chacune de ces données « datées » peuvent être associées à la bonne appellation historique, et non à une appellation générique qui serait anachronique. Par exemple, l’autorité de L’Acte de naissance de Picard attribue la création de cette œuvre “directement” au Théâtre de l’Impératrice, et “indirectement” à l’Odéon en tant qu’institution générique (voir fig. 6).

Fig. 6 – L’autorité de L’Acte de naissance de Picard, comédie créée le 2 octobre 1804 au Théâtre de l’Impératrice, appellation de l’Odéon à cette époque (nous soulignons dans l’image)

Chacune des fiches « filles » contient un bref historique rappelant la période d’activité et les salles correspondantes à l’appellation, ainsi que les événements et les œuvres liés à celle-ci (fig. 7). La structuration des données est ici tout à fait identique à celle de l’autorité générique : ce sont donc deux niveaux de lecture qui sont proposés, avec d’un côté un regroupement des données par appellation, et de l’autre l’institution dans son ensemble.

Fig. 7 – Autorité du “Théâtre de l’Odéon”, appellation de l’Odéon entre 1814/1815 et 1990, fiche “fille” de l’autorité générique “Paris, Odéon”. La notice propose un historique, la liste des événements donnés et des œuvres créées dans ce lieu

 

Protocole à suivre pour la création d’un événement et d’une œuvre

Pour la bonne structuration des données de Dezède, il faut absolument proscrire le lien direct d’une donnée à l’autorité générique (Paris, Odéon), mais bien penser à la lier à une appellation en particulier, donc à une « fille ». Pour retrouver cette appellation, il est impératif de procéder à une vérification dans la chronologie qui fait désormais office de table de correspondance entre les époques et les appellations.

Ainsi, pour un spectacle donné ou une œuvre créée en 1810 à l’Odéon, il faut rechercher dans la rubrique « lieu » la donnée « Paris, Odéon, Théâtre de l’Impératrice » : pour la retrouver, il faut toujours penser à taper ce que l’on recherche d’abord, c’est-à-dire le Théâtre de l’Impératrice, en saisissant les mots importants de l’expression « théâtre impératrice », avec ou sans accent, avec ou sans majuscule (fig. 8) – nous déconseillons d’utiliser les articles dans une recherche, et notamment l’apostrophe, qui peut poser problème.

Fig. 8

Pour plus de pertinence, il peut être ajouté dans la saisie le parent « Odéon », en tapant par exemple « odéon impératrice » (fig. 9).

Fig. 9

En revanche, on évitera de taper « Paris » dans la requête, qui conduit soit exclusivement à l’autorité générique quand la ville est associée à « Odéon » (fig. 10), soit à aucun résultat quand la ville est associée à « Impératrice » (fig. 11).

Fig. 10
Fig. 11

Ces deux résultats en apparence aberrants sont en fait logiques, compte tenu de la structuration récursive des données dans Dezède :

Ville Paris
Institution Odéon
– – Appellation – – Théâtre de l’Impératrice

Autrement dit, pour trouver un lieu dans Dezède, il faut taper un ou plusieurs mots significatifs de ce lieu (théâtre Impératrice), et éventuellement, pour filtrer un peu plus, ajouter un ou plusieurs mots significatifs de son parent direct (Odéon), mais en aucun cas de son grand-parent (Paris).

 

État du corpus

Toutes les appellations de l’Odéon ont été créées (voir lieux contenus) : il est donc inutile d’en créer de nouvelles. Tous ces lieux ont par ailleurs été géolocalisés. Toutes les données liées, événements, œuvres et individus, ont également été relues, et la base de données, nettoyées de tous les doublons.

Toutes questions ou toutes demandes de modifications concernant l’Odéon doivent être adressées à dezede.contact [arobase] gmail.com

Illustration : L’Odéon dans les années 1820, collections de la BnF [en ligne].

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Odéon », Carnet Dezède, 08/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2826

De la recherche d’une ville dans le back office

Vous n’arrivez pas à trouver une ville ?

Si les dernières mises à jour ont apporté tout un lot d’améliorations dans le back office en 2016, le moteur de recherche a perdu un peu de sa pertinence, en particulier pour la recherche des lieux. Nous mettons tout en œuvre pour améliorer ce défaut.

Partons d’un exemple connu : Paris. Si je recherche cette donnée dans une rubrique “ Lieu ” du back office, je constate qu’elle n’apparaît pas dans la liste courte (fig. 1).

Lieu1
fig. 1

Il est important de noter que l’absence de la donnée dans la liste courte ne signifie pas nécessairement que la donnée n’existe pas dans Dezède. C’est pourquoi, avant de créer cette donnée supposée existante (Paris tout de même !) et de créer un doublon dans la base de données, il est indispensable de procéder à une vérification en passant par la loupe qui se trouve au bout de la rubrique. La loupe donne accès à la liste de tous les lieux créés dans Dezède (salles, villes, départements, provinces, régions, états, pays, etc.), soit pour Paris, 15 pages à raison de 20 résultats par page, autrement dit 281 résultats… (fig. 2)

Lieu2
fig. 2

Dezède recherche non seulement la ville de Paris, mais également tous les lieux (salles) associés à cette ville, ce qui explique ce résultat qui peut paraître un peu étrange. Où se trouve Paris dans cette liste ? C’est simple à la lettre P, les lieux étant classés dans l’ordre alphabétique : autrement dit, à la septième page de la liste (fig. 3).

Lieu3
fig. 3 : “ Paris ” est à la troisième ligne de septième page

C’est une manière de procéder pour retrouver un lieu, un peu fastidieuse convenons-en, mais qui fonctionne.

Revenons à la rubrique “ lieu ” (fig. 1) et tentons de contourner momentanément le problème, en évitant notamment de passer par la loupe. Pour ce faire, je vais utiliser une fonctionnalité structurante des données de Dezède : la récursivité. Paris est en effet la capitale de la France : il me suffit donc d’ajouter une contrainte de tri dans la rubrique des lieux et je tape “ Paris France ” (fig. 4).

Lieu4 copie
fig. 4

La donnée émerge alors à la surface et apparaît dans la liste courte (limitée à dix résultats) en troisième position. CQFD.

Je décline maintenant cette astuce à d’autres données de lieux, en particulier les noms homonymes, en prenant comme exemple la ville de Vienne. La recherche brute de la donnée ne donne rien, comme déjà démontré avec la ville de Paris (fig. 5).

Lieu5
fig. 5

En revanche, si je filtre en ajoutant une contrainte, la donnée sort immédiatement, selon que je recherche la ville de Vienne en Autriche (fig. 6) ou la ville de Vienne en France (fig. 7).

Lieu6
fig. 6
Lieu7
fig. 7

J’en profite pour signaler le niveau de récursivité des lieux : pour la France, chaque ville est associée à son département (lui-même à sa région, etc.), ce qui explique pourquoi dans le premier cas (fig. 6), j’associe la ville à son pays, et dans le second (fig. 7), la ville à son département. La division territoriale est un lourd chantier en cours de réalisation, et pour information, quatre pays ont été ainsi découpés : la France (ville-département-région), l’Italie (ville-province), l’Allemagne (ville-Land), les États-Unis (ville-état). Je renvoie ici à la table des lieux qui permettra de suivre l’évolution de ce chantier de la division territoriale.