Archives par mot-clé : Méthodologie

Tannhäuser à Paris (1861)

Un nouveau sous-dossier vient de prendre place dans le dossier « Wagner et la France » de Dezède. Il est consacré aux trois représentations de Tannhäuser à l’Opéra de Paris en mars 1861. On connaît l’importance de cette production dans l’histoire du wagnérisme français. Un an après les trois concerts organisés au Théâtre-Italien par le compositeur lui-même — voir le dossier Wagner au Théâtre-Italien (1860) — cette mise à la scène est la première d’un opéra de Wagner en langue française sur le territoire national — rappelons que Tannhäuser a été donné dans la version allemande à Strasbourg en 1855.

Ce bref sous-dossier ne comprenant que trois événements poursuit trois objectifs. Le premier est d’enrichir le dossier Wagner et la France dans la perspective d’approfondir la connaissance des modes de représentation, de diffusion et de réception des opéras de Wagner sur l’ensemble de l’espace français. Le deuxième est de mettre en ligne la distribution intégrale des représentations, d’insérer les interprètes dans le vaste réseau wagnérien francophone déjà présent sur Dezède. Enfin, le troisième est de relier ce dossier à la collection Wagner : Paris Tannhäuser du site France : Musiques, Cultures (1789-1918).

Plus connu par son acronyme FMC, le site France : Musiques, Cultures (1789-1918) possède des points communs avec Dezède. À ce jour, il contient trente dossiers de presse consacrés à une œuvre, un compositeur, un critique, un lieu ou un genre. Certains de ces dossiers auraient pu trouver place sur Dezède qui, à l’inverse, réunit des ensembles documentaires que France : Musiques, Cultures (1789-1918) aurait pu accueillir même si son principe général ne repose pas sur la chronologie et la base relationnelle qui constituent les atouts majeurs de Dezède.

Réduit à trois événements dont la distribution a été reconstituée à partir du Journal de régie de l’Opéra, le sous-dossier « Tannhäuser à Paris (1861) » ne contient pas un appareil documentaire mais redirige les visiteurs vers les 83 comptes rendus de presse réunis sur le site France : Musiques, Cultures (1789-1918).

La complémentarité entre les deux sites pourrait ne pas s’en tenir à Tannhäuser et l’on peut envisager d’autres mises en relation. Pour s’en tenir à Wagner, espérons qu’elle s’applique à la production de Rienzi au Théâtre-Lyrique en 1870.

Consulter le dossier Tannhäuser à Paris (1861)

La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre l’Empire et la monarchie de Juillet

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2021-2022)
Costume d’Elleviou dans le rôle de Jean de Paris, opéra-comique de Saint-Just et Boieldieu (avril 1812), dessin de Joly. – Collections BnF
Comme les années précédentes, le cours de méthodologie d’initiation à la recherche propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements au XIXe siècle, en partant de sources variées (archives, presse, ouvrages) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous terminerons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration, et poursuivrons celle initiée sous  l’Empire. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir de différents registres (recettes journalières, recettes à la porte, perception des droits d’auteurs) conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra. Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre mai 1812 et mai 1828, à laquelle nous ajouterons les derniers mois de la Restauration à partir de juin 1828, ainsi que les premiers mois de 1812. Les archives de l’Opéra-Comique sont hélas lacunaires sur la fin de la Restauration (du 13 août 1828 au 15 avril 1829, ainsi qu’à partir du 13 juin 1830 jusqu’aux Trois glorieuses, les registres sont manquants).
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée du mois de septembre ou d’octobre 1825, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826 durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective le répertoire de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise sous l’Empire à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier celui de l’Opéra-Comique. Nous nous intéresserons à l’année 1812.
Dans un quatrième et dernier temps, nous achèverons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une “bibliothèque numérique des spectacles”. Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année le premier volume  de l’Histoire des théâtres de Rouen de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860) .

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)


Source des illustrations : Gallica

 

La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2020-2021)
Costume de Mlle Prévost dans le rôle de Léona dans Masaniello, opéra-comique de Carafa créé le 27 décembre 1827
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche s’adapte cette année à la crise sanitaire, tout comme Dezède qui est opérationnel dans les trois modalités d’enseignement : en présentiel,  en hybridation ou en distanciel synchrone. Comme les années précédentes, il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements au XIXe siècle, en partant de sources variées (archives, presse, ouvrage) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir des registres de recettes journalières conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra. Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1826, à laquelle nous ajouterons donc les années 1827 et 1828 à partir de cette source.
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée du mois d’octobre 1825, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826 durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective le répertoire de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique. Nous nous intéresserons aux années 1830, 1831 et 1832.
Dans un quatrième et dernier temps, nous achèverons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une “bibliothèque numérique des spectacles”. Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année sur le tome 6 de l’Histoire du Théâtre des Arts de Rouen de Charles Vauclin (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen)  et sur le tome 1 de l’Histoire des théâtres de Rouen  de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)


Source des illustrations : Gallica

Dezède dans le deuxième numéro de la revue Humanités numériques

Annonce de parution d’un article rédigé en 2017 par Joann Élart et Yannick Simon dans la nouvelle revue Humanités numériques inaugurée sur Journals OpenEdition, et intitulé “Du spectacle vivant aux humanités numériques : le projet Dezède”.

Résumé. Cet article propose une présentation du site Dezède. Dédié au spectacle vivant, Dezède est une base de données relationnelle réunissant les programmes de plusieurs dizaines de milliers d’événements, pour l’essentiel des opéras, des pièces de théâtre et des concerts. Leur reconstitution normalisée est parfois associée à un appareil documentaire. Dans un premier temps, les auteurs abordent les fondements scientifiques du site et sa place dans le champ de la recherche. Ils s’attachent ensuite à décrire les différentes phases de sa conception avant d’aborder son contenu, ses modes de consultation, le principe des autorités et la communauté de ses utilisateurs et contributeurs.

> lire l’article

> Table des matières du volume

La création française de Tosca

Dans le cadre du master Musicologie fondamentale et appliquée de l’université Lumière Lyon 2, des étudiants ont rassemblé sous la direction de Jean-Christophe Branger une série d’articles portant sur la création parisienne de Tosca à l’Opéra-Comique, le 13 octobre 1903. L’ensemble de ces documents livre une image contrastée de la réception en France de Puccini et du mouvement vériste . Si la jeune école italienne, qu’incarnent surtout Mascagni, Leoncavallo ou Puccini, rencontre un succès croissant auprès du public, les critiques ou compositeurs français les rejettent dans leur ensemble avec force jusqu’à leur dénier parfois tout talent. Des personnalités éminentes, telles que Dukas ou Fauré, les jugent à l’aune du théâtre wagnérien qui reste encore un modèle absolu à cette époque. De même, André Messager, qui dirige pourtant la création, critique ouvertement le choix de Puccini d’avoir mis le drame de Victorien Sardou en musique. Mais le succès de l’opéra de Puccini ne faiblit pas au point de susciter une étude à charge d’André Coeuroy en 1923.

Consulter le dossier sur Dezède