Archives par mot-clé : Mis en avant

Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède

Dix ans après sa création Dezède accueille plus de 65 000 événements provenant, pour l’essentiel, des domaines du théâtre lyrique et du concert du XVIIIe siècle à nos jours. Dans cet ensemble, le concert symphonique de la Révolution à la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement à partir de 1860, occupe une place importante et réunit plusieurs dossiers volumineux, en tout ou partie consacrés à cette période, achevés et libres d’accès — d’autres sont en préparation et sont amenés à le devenir. Au total, ce corpus contient plus de 1 500 événements et on peut estimer à environ 10 000 le nombre des éléments de programme répartis sur la totalité du territoire français.

Le dossier des Concerts Pasdeloup (1861-1887) est à la fois le premier dans l’ordre chronologique et le plus développé avec ses 593 événements. Il s’intéresse aux activités de la société parisienne la plus importante du XIXe siècle après la Société des concerts du Conservatoire créée en 1828. Malheureusement, cette dernière n’apparaît que de manière très incomplète dans Dezède mais il faut signaler que ses programmes sont accessibles — sous la seule forme d’une transcription des programmes de salle — sur le site personnel de D. Kern Holoman. Presque logiquement, le deuxième dossier de concerts symphoniques est celui des Voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) recensant les 44 prestations de ce chef et de son orchestre dans une quinzaine de villes françaises. L’une d’entre elles est Angers dont on peut consulter les onze Premiers concerts populaires (1864-1865). Cette entreprise éphémère ne doit pas être confondue avec celle fondée en 1877 et active jusqu’en 1893 dont on trouvera le répertoire des 455 programmes de concerts en version papier dans Yannick Simon, L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts, Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.

Dossier ne comportant que trois événements, Création et premières auditions de la Danse macabre (1875) est néanmoins riche d’un dossier de presse imposant. Il a par ailleurs le mérite d’esquisser un dossier ayant vocation à voir le jour sur Dezède, celui des Concerts Colonne actifs à partir de 1873. Autre objet singulier, le dossier Exposition universelle de 1878 rassemble les programmes des 111 concerts organisés dans le cadre de cet événement au retentissement international. Plus traditionnel, celui des Concerts Lamoureux (1881-1899) avec ses 451 événements est une pierre supplémentaire à un édifice dont il faut poursuivre la construction, celui de l’ensemble du répertoire des quatre grandes associations de concerts parisiennes (Société des concerts du Conservatoires, Concerts Pasdeloup, Colonne et Lamoureux).

Malgré une présence légitime des sociétés les plus représentatives de la capitale, le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède échappe au tropisme parisien grâce à trois dossiers : celui des Concerts populaires au Havre (1892-1913) (43 événements), celui consacré à Ropartz à Nancy (1894-1914) (223) et les 74 premiers événements du dossier dédié à la Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944).

Dans quelques mois, seront mis en ligne Les orchestres symphoniques français, un dossier-ressources qui proposera une photographie des concerts symphoniques au XIXe siècle entre la création de la Société des concerts du Conservatoire et la Première Guerre mondiale dans l’ensemble de la France. Dans l’impossibilité d’être exhaustive, il contiendra les programmes des concerts d’un panel de sociétés réparties dans sept villes françaises et pour lesquelles le choix s’est porté sur la première saison de chaque décennie — 1831-1832, 1841-1842, 1851-1852, etc. Ce dossier en devenir n’a pas vocation à se cantonner au XIXe siècle, période pour laquelle 605 événements lui sont déjà associés. Même s’il n’est pas encore fini, le travail en cours de réalisation offre néanmoins une vue assez large des programmes des concerts symphoniques et un corpus pouvant se prêter à des études très variées pouvant porter sur les pratiques du concert symphonique, sur son répertoire et son évolution dans le temps et dans l’espace.

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède », Carnet Dezède, 16/11/2022, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3792

La musique ancienne à Montpellier sous l’impulsion de Charles Bordes (1905-1909)

Chronique d’une initiation à la recherche par la recherche, chantier mené par les étudiantes inscrites en M2 musicologie à l’université de Montpellier (premier semestre 2022-2023)

AD34, 1J/53

À travers la transcription et la mise en série des sources depuis la fondation de la Schola Cantorum montpelliéraine en 1905 jusqu’au décès de Charles Bordes en 1909, il s’agit d’étudier la diffusion de la musique ancienne à Montpellier au début du XXe siècle. On cherche notamment à documenter ses conditions de production, sa réception critique et l’inscription du répertoire exécuté dans le mouvement scholiste parisien ou dans un cercle de musiciens plus local. Les séances de musique de chambre consacrées exclusivement aux œuvres modernes ont été exclues du corpus.

Placées sous la direction de Pierre Girod, les étudiantes participent ainsi au dépouillement et à la numérisation des sources dans différents dépôts (archives municipales de Montpellier, archives départementales de l’Hérault) afin de reconstituer les événements dans Dezède. Un repérage sur les lieux des concerts a été également organisé le 27 octobre 2022. Une communication sera enfin prononcée le 29 mars 2023 à l’auditorium de Pierres Vives, site des archives départementales, dans le cadre des Nocturnes de l’histoire.

En visite le 27 octobre 2022 dans les rues de Montpellier
Les AD de l’Hérault et son scanner

> Consultez le dossier en cours de réalisation Le renouveau de la musique ancienne à Montpellier selon Charles Bordes (1905-1909)

Création / Création mondiale / Première représentation mondiale

Une seule expression pour tout le monde !

Chères utilisatrices, chers utilisateurs, le Comité éditorial a décidé d’uniformiser la caractéristique de création des œuvres dans Dezède, ayant constaté la multiplicité des expressions pour caractériser la création absolue d’une œuvre : nous retiendrons pour cela « création mondiale » qui nous semble convenir dans toutes les situations et qui est encore signifiant aujourd’hui.

Cette caractéristique, nous le rappelons, est à préciser dans les éléments de programmes dans la rubrique caractéristiques, comme dans cet exemple :

Yannick Simon précise que la création d’une œuvre est souvent difficile à établir, moins dans le domaine de l’opéra que dans celui des musiques instrumentales et / ou vocales. Il évoque en particulier l’ambiguïté insoluble sur les programmes de concert, qui génère néanmoins de nombreuses erreurs. Sur ces programmes, on peut souvent lire « 1re audition » sans que cela signifie forcément création mondiale – cela peut signifier 1re audition dans la société ou en France sans que cela soit précisé. C’est pourquoi, en cas de doute, il préconise d’indiquer cette information en note comme dans cete événement de Manuel Cornéjo : https://dezede.org/evenements/id/65807/.

On trouvera un exemple d’une ambiguïté conduisant à l’erreur dans l’annonce du concert du 25 février 1932 de l’Orchestre symphonique de Paris. L’interprétation d’Arcana de Varèse est présentée dans la livraison du Guide du concert du 23 février 1932 comme une “première audition” alors que l’œuvre a été créée aux États-Unis cinq ans plus tôt. Rien dans l’annonce ne permet de déterminer s’il s’agit d’une création mondiale, d’une première audition française ou d’une première audition par l’Orchestre symphonique de Paris.


Joann Élart et Yannick Simon

Daphnis et Chloé

Après les six dossiers Le Bolero de Ravel (1928-1945) (710 événements), Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) (77 concerts), Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel, Les créations de L’Heure espagnole », Le Concerto pour la main gauche de Ravel (1932-1945) (71 événements) et Le Concerto pour piano et orchestre (en sol) de Ravel (1932-1945) (123 événements), Manuel Cornejo propose un nouveau dossier sur Daphnis et Chloé de Maurice Ravel, ballet sur un livret de Michel Fokine commandé par Serge Diaghilev pour les Ballets russes en juin 1909. Ce dossier regroupe 15 premières de Daphnis et Chloé de 1911 à 1921. Dans l’ordre chronologique, il inclut prioritairement :

  1. la première audition de la Suite n°1 aux Concerts Colonne du 2 avril 1911 sous la direction de Gabriel Pierné au Théâtre du Châtelet — le ballet intégral Daphnis et Chloé aurait dû être créé lors de la 6e Saison des Ballets russes en 1911 mais les représentations furent ajournées et reportées par Serge de Diaghilev à la saison suivante ;
  2. la première représentation de l’œuvre intégrale, avec chœurs, par les Ballets russes au Théâtre du Châtelet le 8 juin 1912, sous la direction d’orchestre de Pierre Monteux, avec une chorégraphie de Michel Fokine et des décors et costumes de Léon Bakst ; les principaux rôles dansés sont tenus par Vaslav Nijinsky (Daphnis) et Tamara Karsavina (Chloé)  ;
  3. la première audition, imparfaite, car tardive (minuit) et bâclée (selon Maurice Ravel), de la Suite n°2 lors un concert hors-série de la Société musicale indépendante (SMI) en partenariat avec la Société des Grandes Auditions de France de la comtesse Greffulhe le 22 juin 1913 au Théâtre du Châtelet ;
  4. la première audition de la Suite n°2 aux Concerts Lamoureux sous la direction de Camille Chevillard le 29 mars 1914 salle Gaveau ;
  5. la première représentation monégasque par les Ballets russes à l’Opéra de Monte-Carlo, sans les chœurs, le 17 avril 1914 ;
  6. la première représentation britannique par les Ballets russes, sans les chœurs, au théâtre Drury Lane de Londres le 9 juin 1914 ; concernant cette représentation, Maurice Ravel exprima, par voie de presse, sa vive contrariété que son œuvre fusse donnée sans les chœurs ;
  7. la première représentation à l’Opéra de Paris le 20 juin 1921, avec une chorégraphie de Michel Fokine qui tient aussi le rôle de Daphnis tandis que son épouse Vera Fokina est Chloé ; les décors et costumes sont ceux réalisés par Léon Bakst en 1912 et la direction d’orchestre est celle de Philippe Gaubert.

Les premières sont documentées par le plus grand nombre possible de comptes rendus, le plus souvent intégralement transcrits, afin d’offrir au lecteur une vision d’ensemble de la réception de l’œuvre.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur les concerts inventoriés peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Les premières de Daphnis et Chloé de Maurice Ravel (1911-1921) »

Atelier Dezède #4 (Zoom, 18 juin 2022)

L’équipe Dezède organise son quatrième atelier à destination des contributeurs du site et des chercheurs

Proposé en visio-conférence, l’atelier Dezède reviendra tout d’abord sur la vie du projet, son pilotage institutionnel et son financement.

Organisé cette année avec le soutien du consortium Musica2 auquel Dezède est associé, il reçoit Kévin Roger, ingénieur de recherches rattaché à la MSH Val de Loire et à la TGIR Huma Num, pour présenter le nouveau consortium dont la première réunion plénière est prévue à Tours les 23 et 24 juin.

Toujours en matinée, un petit temps sera consacré aux évolutions de Dezède mises en œuvre depuis le dernier atelier en 2021. Enfin, la matinée terminera sur une série de quatre présentations, pour valoriser les publications de Stella Rollet et d’Étienne Jardin associées à Dezède, pour présenter le projet de l’abbaye de Fontfroide porté par Mariùs Bernado, et pour annoncer la première rencontre humanités numériques et musicologie, en partenariat avec Musica2, que nous organisons dans le cadre de notre dixième anniversaire sur la thématique suivante : quel avenir pour la musicologie numérique ?

L’après-midi sera consacré comme les années précédentes à des présentations de dossier. Chaque intervenant présentera un projet en cours de réalisation, à venir ou achevé. La perspective est avant tout celle de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Nous accueillerons cette année Manuel Cornejo (Ravel), Danieli Longo Benedetti (Société musicale indépendante), Étienne Jardin (Société nationale de Musique), Lucia Pasini (l’Opéra-Comique sous la IIIe République),  Marianne Bouchardon (répertoire des critiques dramatiques), Joann Élart (structuration des lieux de spectacle à Paris), Yannick Simon ( Ring et Orchestres symphoniques français). Enfin, la dernière partie de la journée permettra de faire le point sur des questions méthodologiques sur Dezède.

Les intervenants : Danieli Longo Benedetti (Sao Polo), Mariùs Bernados (Catalogne), Marianne Bouchardon, Manuel Cornejo, Joann Élart, Étienne Jardin, Lucia Pasini (Turin), Kévin Roger, Stella Rollet, Yannick Simon.