Archives par mot-clé : mis en avant

Médée dans tous ses états

Colloque pluridisciplinaire, Opéra de Rouen, 22-23 mai 2018

Organisé par le Groupe de Recherche d’Histoire (GRHis EA 3831, Université de Rouen-Normandie), l’Institut de Recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières (IRCL UMR 5186 / CNRS, Université Paul Valéry-Montpellier 3) & l’Opéra de Rouen-Normandie Théâtre des Arts, avec le soutien de l’Institut de Recherche Inter-disciplinaire Homme société (IRIHS)

Voilà plus de deux siècles que la Médée de Cherubini n’avait pas retenti au Théâtre des Arts de Rouen, après sa dernière reprise en 1812. Récemment, elle s’est invitée à l’Opéra de Dijon en mai 2016, dans une version coproduite par l’Opéra de Rouen Normandie, sur une mise en scène imaginée par Jean-Yves Ruf. Cette production a été l’occasion de redécouvrir un chef d’œuvre du théâtre lyrique français créé sous le Directoire dans un théâtre, le Théâtre Feydeau, qui faisait office de seconde salle d’opéra-comique. Luigi Cherubini (futur directeur du Conservatoire), Jean-François Lesueur (futur professeur de composition d’Hector Berlioz), mais aussi Pierre Gaveaux ou François-Adrien Boieldieu y ont créé des œuvres qui ont contribué à établir leur réputation.

Pour accompagner les représentations rouennaises de cet « opéra-tragédie », les universités de Rouen et de Montpellier 3 se sont associées pour imaginer ce colloque proposant de découvrir ou de redécouvrir « Médée dans tous ses états ». Sans avoir la prétention à l’exhaustivité, la problématique, transversale et pluri-disciplinaire, invite le public à une confrontation de différentes représentations du personnage dans les arts, de la musique à la littérature, de la danse à la peinture. Ce colloque s’inscrit également dans une série de colloques ayant revisité le personnage de Médée autour de l’empoisonneuse (Figures de femmes criminelles, Paris 1, Paris 7, INA, 2008) et de la mère infanticide (Figures et personnages criminelles, Rouen, 2017).

Mardi 22 mai

  •  9h30 – Accueil
  • 10h – Discours d’introduction

10h30 – Médée, enjeux critiques et politiques – Modératrice : Judith Le Blanc

  • 10h30 – Zoé Schweitzer, « Penser le spectaculaire : Médée, un paradigme critique »
  • 10h55 – Ariane Ferry, « Médée sans les dieux : les reconfigurations politiques du mythe dans les romans de Christa Wolf et de David Vann »
  • 11h20 – Magdalena Bournot, « Médée en Argentine, étrangère en son propre pays »
  • 11h45 – Discussion

14h – Quelques Médée méconnues dans l’opéra – Modérateur : Patrick Taïeb

  • 14h – Raphaëlle Legrand, « Le char de Médée : un topos de la dramaturgie de l’opéra baroque français »
  • 14h25 – Thomas Vernet, « Les visages de Médée sur la scène allemande au XVIIIe siècle »
  • 14h50 – Benjamin Pintiaux, « Médée et Jason (Pellegrin, Salomon, 1713) : réécriture du mythe et évolution de la tragédie en musique »
  • 15h15 – Joann Élart, « Sensible, vertueuse et bonne : la Médée de Fontenelle et Milcent (1813) »
  • 15h40 – Discussion
  • 16h – Pause

16h15 – La Médée de Cherubini – Modérateur : Benjamin Pintiaux

  • 16h15 – Michael Fend, « Cherubini’s Medee: How to stage high musical tragedy in our era of social equality »
  • 16h40 – Patrick Taïeb, « Madame Scio, une tragédienne dans l’opéra-comique »
  • 17h05 – Judith Le Blanc, « Médée dans le miroir des parodies »
  • 17h30 – Discussion
  • 17h45 – Pause
  • 18h – Rencontre avec Jean-Yves Ruf, metteur en scène de la Médée de Cherubini coproduite par Dijon et Rouen

Mercredi 23 mai

  • 9h – Accueil

9h30 – Danser Médée – Modératrice : Raphaëlle Legrand

  • 9h30 – Arianna Fabbricatore, « Horreur, trahison et passions : danser Médée de Noverre à Preljocaj (XVIIIe-XXIe) »
  • 10h15 – Discussion

10h30 – Peindre Médée – Modératrice : Claire Maingon

  • 10h30 – Arlette Sérullaz, « À propos de la Médée furieuse d’Eugène Delacroix »
  • 10h55 – Saskia Hanselaar, « Médée, figure de la criminelle antique dans la peinture d’histoire du Second Empire »
  • 11h20 – Discussion
  • 11h35 – Déjeuner

13h30 – Médée au XXIe siècle – Modératrice : Ariane Ferry

Rencontre avec la compositrice Michèle Reverdy autour de la Médée créée à Lyon en 2003 + projection du film de Raoul Ruiz « Chronique d’une mise en scène »]

  • 13h30 – Présentation
  • 13h45 – Projection du film de Raoul Ruiz « Chronique d’une mise en scène »
  • 15h15 – Discussion
  • 15h30 – Pause

15h45 – Médée au XXe siècle – Modérateur : Yannick Simon

  • 15h45 – Florence Fix, « Magicienne et empoisonneuse : Médée, tragédie de Catulle Mendès »
  • 16h10 – Cécile Quesney, « Les “ clameurs inhumaines ” de la Médée de Milhaud »
  • 16h35 – Marion Platevoet, « Médée sous le « Regard du sourd » : tableaux dramatiques de Bob Wilson (1984)  »
  • 17h – Discussion
  • 17h15 – Fin du colloque

Comité scientifique

Joann Élart (Université de Rouen-Normandie), Florence Fix (Université de Rouen-Normandie), Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université), Claire Maingon (Université de Rouen-Normandie), Zoé Schweitzer (Université Jean Monnet – Saint-Étienne) & Patrick Taïeb (Université Paul Valéry Montpellier 3)

Organisateurs

Joann Élart (Université de Rouen-Normandie) & Patrick Taïeb (Université Paul Valéry Montpellier 3)

 > Téléchargez le programme en PDF

Espace musical français

Espace musical français est un projet collaboratif ayant vocation à promouvoir et diffuser les recherches consacrées à la vie musicale en France. Il repose sur l’idée selon laquelle la vie musicale se déploie sur l’ensemble du territoire national et réunit une multitude de centres entre lesquels s’organisent la circulation des œuvres et celle de leurs interprètes. Il se veut un lieu de mise en relation des initiatives s’inscrivant dans cette démarche et de mise en lumière des recherches susceptibles de contribuer à l’enrichissement de l’encyclopédie thématique de la vie musicale en France que nous appelons de nos vœux. De ce point de vue, Espace musical français est un projet inscrit dans la durée.

S’il est réduit au périmètre national, Espace musical français ne connaît pas de limites chronologiques ou de genre et envisage la vie musicale comme l’ensemble des activités incluant la musique : concert, théâtre lyrique, pratiques amateurs collectives ou individuelles, enseignement, édition, commerce, industrie, lutherie, etc.

La création d’Espace musical français repose sur plusieurs constats : la difficulté d’entreprendre des recherches à l’échelle d’un territoire non limité à une ville ; la rareté des approches comparatives ; l’éparpillement des sources ; la méconnaissance des études existantes. Pour répondre à ces défis, Espace musical français se propose de poursuivre deux objectifs : 1/ faire circuler l’information ; 2/ répertorier les ressources bibliographiques.

Concrètement, Espace musical français se présente sous la forme d’un menu accessible depuis la page d’accueil du Carnet Dezède.

Le premier sous-menu, « Actualités de la recherche », permettra de publier des billets consacrés à la recherche dans ce domaine : publications, projets collectifs ou individuels, présentations de sources ou d’archives, mise en ligne d’inventaires, initiatives locales, etc.

Le second est consacré à une bibliographie de la vie musicale en France accessible selon deux classements, alphabétique ou géographique. Mise en ligne en 2011 et actualisée en 2015, cette bibliographie initialement consacrée au concert en France des origines à 1914 vient de connaître un élargissement de ses limites chronologiques mais aussi de son périmètre puisqu’elle englobe désormais la vie musicale dans tous ses aspects. Pour certains d’entre eux, elle continuera à trouver un complément d’une très grande richesse dans la Bibliographie de la vie théâtrale en province au xixe siècle de Christine Carrère-Saucède. Commencée en 2000 et, depuis lors, régulièrement actualisée par sa rédactrice, cette ressource est un modèle dont les musicologues pourront s’inspirer. Pour d’autres aspects, la bibliographie de la vie musicale en France trouvera aussi son complément dans les références recensées par François Lesure dans son Dictionnaire musical des villes de province (Paris, Klincksieck, 1999). Néanmoins, une partie d’entre elles figure déjà dans la bibliographie d’Espace musical français qui se veut aussi une actualisation du projet de François Lesure.

Espace musical français s’adresse tout autant aux chercheurs professionnels qu’aux chercheurs amateurs et, d’une manière générale, à tous ceux qui s’intéressent à la vie musicale en France des origines à nos jours. Il est libre d’accès et ne nécessite aucune inscription. Néanmoins, l’abonnement à la liste de diffusion du Carnet Dezède permet de recevoir périodiquement une synthèse des derniers billets mis en ligne dans l’ensemble de la publication.

Projet collaboratif, Espace musical français a vocation à abolir la frontière entre l’usager et le contributeur. Les nouveaux billets, brefs ou longs, avec ou sans illustrations (sur le modèle de ceux déjà publiés dans le Carnet Dezède), et les références bibliographiques supplémentaires ne seront pas le fruit des seuls administrateurs du site mais celui de tous ceux qui souhaiteront y apporter leur participation. Deux méthodes sont à leur disposition. La plus simple consiste à transmettre à l’administrateur de la page (yannick.simon@univ-rouen.fr) un texte ou des références bibliographiques qu’il se chargera lui-même de mettre en ligne. Cependant, les contributeurs qui le souhaiteraient peuvent demander à acquérir le statut de rédacteur, recevoir une brève formation, et rédiger eux-mêmes des billets dont la publication reste néanmoins soumise à l’autorisation de l’administrateur. Ce dernier, pour des raisons pratiques, sera le seul à pouvoir ajouter des références dans la bibliographie de la vie musicale en France.

Espace musical français est hébergé sur le Carnet Dezède avec l’ambition d’en élargir le projet initial en s’intéressant à d’autres types d’apport à la recherche sur la vie musicale en France. Outre son contenu, il a pour objectif de constituer un réseau de chercheurs soucieux d’élargir la perspective dans laquelle sont inscrits leurs travaux. C’est pourquoi ses usagers et ses contributeurs en seront les meilleurs ambassadeurs.

Maxime Maugé-Renaünt, « Le Ring à Rouen en 1927 »

Richard Wagner (1813-1883) et son œuvre ont profondément marqué la France : du scandale de Tannhäuser au succès de Lohengrin, du rejet nationaliste à la création du mythe wagnérien, il semble que le créateur du Ring ne puisse pas laisser indifférent. En 1861, Wagner peut faire jouer Tannhäuser à Paris, dans une version remaniée dite « de Paris ». Après des répétitions dont le nombre très important est la conséquence du manque d’efforts des musiciens, sûrement découragés par la difficulté de l’œuvre, le compositeur doit faire face à une cabale organisée par les membres du Jockey Club dès la première représentation. Ils s’opposent en effet à l’insertion d’un ballet dans le premier acte, Wagner rompant ici avec son insertion traditionnelle dans le second qui donne aux retardataires la possibilité de le voir. C’est le scandale dans la salle : Wagner décide de tout annuler après la troisième représentation. Ce premier événement déclenche des débats entre partisans et détracteurs, et contribue à la création d’un « mythe wagnérien ». Ainsi, malgré l’échec, qui le marque, le compositeur est loin de passer inaperçu. Ces réactions passionnelles, voire épidermiques, prennent une autre ampleur avec la guerre franco-prussienne (1870-1871) : après la publication d’Une Capitulation, texte dans lequel Wagner raille la France, des musiciens français refusent de jouer ses œuvres, s’inscrivant ainsi dans un large mouvement antiwagnérien à la fois artistique et politique. Cette haine du symbole wagnérien, désormais associé à la défaite française et à la politique « impérialiste » de la Prusse, est illustrée par un événement très marquant : la représentation de Lohengrin, dirigée par Charles Lamoureux (1834-1899) à l’Éden-Théâtre en 1887. La cabale organisée à cette occasion oblige la police à protéger le théâtre et contenir les manifestants : certains d’entre eux sont arrêtés et une seule représentation est donnée. Cependant tout finit par se calmer. Le succès, à la fois local et national, de la représentation de Lohengrin à Rouen en février 1891 entraîne de nombreuses mises à la scène dans d’autres villes de France. En septembre de la même année, Lohengrin entre au répertoire de l’Opéra de Paris. Cet événement marque la fin de l’épisode de refus de Wagner à Paris et est à l’origine d’une certaine « wagnéromania » interrompue jusqu’en 1914. Durant cette période, ses œuvres sont jouées partout en France. La Grande Guerre remet en cause cette unanimité et il faut attendre 1921 pour revoir un opéra de Wagner sur le territoire français : le nom du compositeur reste toujours fortement associé à l’imagerie politique et « impérialiste » de l’Allemagne du xixe siècle et du début du xxe siècle. Cependant durant l’entre-deux guerres, ses œuvres sont jouées de manière intense puisqu’elles représentent environ 15 % de la programmation de l’Opéra de Paris. Ainsi, à travers ces quelques éléments, on constate que Wagner n’est pas seulement au cœur des débats esthétiques français : il est aussi un symbole idéologique et politique.

L’histoire du wagnérisme à Rouen débute en 1891, avec la création de Lohengrin. Cet ouvrage de Wagner est celui qui lui apporte la notoriété internationale. Le Théâtre des Arts de Rouen est la première institution française à jouer l’œuvre après le scandale retentissant de 1887 à Paris. La première est un succès et ce soir-là des journalistes parisiens sont présents dans la salle. Cette première sur la scène rouennaise est suivie par d’autres : Le Vaisseau fantôme en 1896, Tannhäuser en 1897, Siegfried en 1900 (en création française), La Walkyrie en 1906 et Tristan et Isolde en 1914. Néanmoins, les représentations des opéras de Wagner restent marginales puisqu’elles ne représentent que 2,3 % du total des représentations du Théâtre des Arts de Rouen entre 1891 et 1914. Après la Grande Guerre, Wagner n’est plus joué à Rouen et, comme à Paris, il faut attendre 1921 pour revoir son nom sur un programme. Un événement national est cependant attaché à la production lyrique rouennaise et à la réception du compositeur en France : la création du Ring en 1927.

En 1927, le Ring est très attendu à Rouen. Pour le Théâtre des Arts c’est une création considérable, aussi bien financièrement que du point de vue de l’engagement de chacun. En effet, de nombreux articles louent les efforts exceptionnels du personnel et notamment ceux de M. de Loose, le directeur du théâtre. L’orchestre répète avec acharnement, pas moins de sept fois dans les deux mois précédant la première représentation. Ainsi, la création du Ring demande un effort important à l’ensemble du personnel du Théâtre des Arts, qui attend un juste retour des choses, comme le signalent plusieurs articles de presse exhortant le public à se présenter en nombre à ces représentations. Un article du Journal de Rouen, daté du 3 mars 1927, offre une preuve matérielle de l’importance accordée à l’événement : la police gothique, très exceptionnelle, est utilisée pour le titre (« La Tétralogie : La Walkyrie ») et pour le nom de l’auteur de l’article, Paul-Louis Robert.

L’analyse de la distribution montre que la troupe régulière du Théâtre des Arts est renforcée uniquement par un ténor de l’Opéra de Paris, Victor Forti. La création du Ring est une opération coûteuse pour le théâtre : le recours à ce chanteur peut ainsi se concevoir comme un moyen d’attirer un public de connaisseurs habitués de l’Opéra de Paris, mais aussi comme un « investissement » visant à garantir la bonne interprétation de deux rôles essentiels de la tétralogie. Le tableau ci-dessous rassemble la distribution générale du Ring :

La distribution du Ring à Rouen en 1927

Comme nous pouvons le constater, certains interprètes tels que Béatrice Andriani, Humbert Tomatis, Victor Forti et Germaine Cossini jouent dans les quatre opéras en changeant ou non de rôle : c’est un fait d’importance qui témoigne de l’adaptabilité des chanteurs et du caractère éprouvant de ce quadruple événement. C’est également une conséquence des contraintes économiques imposées au Théâtre des Arts.

Nous n’avons aucune information sur les partitions utilisées lors de ces représentations, faute d’exemplaires conservés dans les archives locales. Cependant il est possible d’affirmer, notamment d’après Cécile Rose [1], que les quatre opéras furent chantés en français. Pour deux opéras (La Walkyrie, Siegfried) le traducteur est connu : il s’agit d’Alfred Ernst. D’après l’article du Journal de Rouen du 3 mars 1927 déjà cité, il semble que certaines coupures sont faites dans La Walkyrie. En effet, l’auteur de cet article, Paul-Louis Robert, évoque « quelques longueurs dans le livret » en citant l’avis du traducteur Alfred Ernst, et indique qu’elles seront probablement coupées en suivant les usages de l’époque. Cependant, rien ne permet d’affirmer qu’elles le soient réellement. Aucune information ne nous est parvenue pour les trois autres parties de la tétralogie. Événement remarquable car coûteux, des décors sont créés, fruit de la collaboration étroite entre le régisseur et le décorateur. La représentation de 1927 est donc pensée pour devenir une référence. Nous possédons peu d’informations sur ces décors : quelques indications sur le premier tableau, les Ondines portées pas des câbles, un décor évoquant les « profondeurs du Rhin », ou encore le palais de Guibighs, la perspective sur le Rhin, la toile de fond qui montre le Walhalla. Concernant les costumes, deux illustrations de Pierre le Trividic dans le Rouen Gazette du 19 mars 1927 présentent les costumes de Brünnhilde et de Wotan.

Rouen Gazette, 19 mars 1927.

Paul-Louis Robert est chargé par le théâtre de donner une conférence juste avant la première représentation, comme il le confirme dans son article du Journal de Rouen daté du 3 mars :

« Nous nous efforcerons, samedi soir, autant qu’on peut y réussir en cinquante minutes, de faire jouer les 120 thèmes environ qu’il est indispensable de connaître pour bien suivre le développement symphonique, et aussi d’expliquer les caractères et l’action de la Tétralogie. »

Cet extrait montre de quelle manière sont abordées les représentations à venir : le public visé semble fortement être un public d’amateurs et de connaisseurs, et on juge nécessaire une présentation analytique de l’œuvre, du moins pédagogique, afin d’aborder sa construction complexe. Mlle Thivin, pianiste, joue les thèmes et leitmotive évoqués par le conférencier.

L’orchestre et les chanteurs sont très bien reçus et salués de manière quasi unanime. D’après un article du Journal de Rouen :

« “Jamais l’orchestre n’a été si magnifique“ disait un vieil habitué. […] Les titulaires de pupitre et supplémentaires, sous l’impulsion admirable de M. Lebot, donnent leur maximum. […] »

On félicite l’orchestre et son chef, Adolphe Lebot, dont on apprécie la clarté et la précision, la flamme et le respect du style wagnérien. C’est aussi le cas des interprètes : ils sont généralement appréciés pour la clarté de leur expression et la « possession » des rôles. La mise en scène est évoquée pour son « caractère » et son aspect « pittoresque » : on peut supposer que les décors respectaient globalement ce qui avait été présenté à Bayreuth. Les décors et les machines sont remarqués, et quelques éléments plus particulièrement, notamment le dragon de Siegfried dont on « n’entrevoit dans l’ombre que les yeux verdâtres » [2], « très audacieuse innovation » selon l’auteur de l’article.

Cette représentation du Ring est source de débats dans la presse locale, opposant les tenants de l’opéra « difficile », représentés par Paul-Louis Robert et le Journal de Rouen, et ceux d’un opéra « plus populaire », défendus par Rouen Gazette. Dans cette optique, un journaliste de Rouen Gazette évoque le « snobisme » dont il faut faire preuve pour assister à une représentation cyclique, à l’image du Ring. Wagner est ainsi considéré comme le compositeur d’une œuvre compliquée, qui n’est pas accessible à tous les publics et qui n’aurait pas sa place dans un théâtre dans lequel « on vient pour se délasser » [3]. Ainsi cet incroyable événement donne lieu à une querelle dont il faut noter qu’elle est circonscrite à la question esthétique.

Cependant, les attentes du public du Théâtre des Arts sont-elles comblées ? Malgré une réception très positive, nous l’avons vu, le nombre de spectateurs présents à chaque représentation semble insuffisant. Même s’il faut rester vigilant et garder à l’esprit les divergences entre le Journal de Rouen et Rouen Gazette, influençant sûrement la rédaction des articles, il semble que le succès ne soit pas au rendez-vous et les recettes espérées non atteintes. Par exemple, la représentation de L’Or du Rhin, le samedi 5 mars, génère 6 621,80 F de recette, contre 10 214 F pour La Favorite de Gaetano Donizetti, le 4 mars [4]. Cela s’explique par la nature du public de l’œuvre de Wagner : un public de connaisseurs, et donc un public forcément plus réduit que celui des œuvres jugées plus populaires, ou, du moins, plus accessibles.

Ainsi, en 1927, la ville de Rouen est le théâtre d’un événement considérable dans l’histoire de l’art lyrique et du spectacle en France. Cependant, il n’y a pas d’exception rouennaise, étant donné les représentations précédentes du Ring, à Lyon et Paris, et celles qui suivront Rouen, notamment à Toulouse deux semaines plus tard. Œuvre difficile à monter, le Ring occupe l’attention de la presse rouennaise avant, durant, et après sa représentation, notamment à travers de nombreux débats esthétiques dans les journaux rouennais. Au plan local, le Ring a pour conséquence la création de la Société des Amis du Théâtre des Arts, à l’initiative de Paul-Louis Robert, dont l’objectif est d’organiser une souscription destinée à financer la création d’autres chefs-d’œuvre de l’art lyrique. En 1928, ce sera le cas de Parsifal.

[1] Cécile ROSE, Le théâtre lyrique en Normandie entre les deux guerres, 1918-1939, thèse de doctorat, université de Paris-Sorbonne, 1990, p. 485.

[2] Journal de Rouen, 10 mars 1927, p. 3.

[3] Sur ce point de vue, voir « Encore une exécution capitale : celle de la Tétralogie », Rouen Gazette, 5 mars 1927, p. 1.

[4] Archives municipales de Rouen, 2R6, saison 1924/1925 1926/1927.

> Consulter le dossier  » Le Ring à Rouen en 1927  » sur Dezède

Presse et opéra aux XVIIIe et XIXe siècles

Croisements, échanges, représentations

Les actes du colloque lyonnais (13-15 novembre 2014) viennent de paraître sur Médias19, portail consacré à l’étude de la culture médiatique au XIXe siècle et au journalisme. Ils se situent dans le prolongement de Presse et scène au XIXe siècle1.

Après une introduction signée par les organisateurs du colloque, Marie-Ève Thérenty, Olivier Bara, et Christophe Cave, le volume est structuré en cinq parties :

  1. Nouveaux protocoles de la critique à Paris et en province

Michael O’Dea > Une nouvelle critique d’opéra ? Le Mercure de France sous Panckoucke

Alban Ramaut > La fabrique de 1823-1830 ou la ur-critique d’Hector Berlioz

Emmanuel Reibel > Carrières entre presse et opéra au xixe siècle : du mélange des genres au conflit d’intérêts

Guy Gosselin > « Enfin, nos vœux sont exaucés! ». De l’influence de la presse dans l’évolution de l’institution théâtrale et du spectacle lyrique à Lille entre 1838et 1848

Patrick Taïeb et Benjamin Frouin > Jean-Baptiste Léon Dupin, critique et agent dramatique

2. Le journal comme support éditorial

Christine Koullapi > Le journal comme support éditorial : L’exemple des extraits d’opéras de Gluck à Paris pendant la querelle des gluckistes et des piccinnistes

Joann Élart > Chanter à « périodique ouvert ». Les partitions imprimées dans le Journal de Paris et le Journal de Normandie à la fin de l’Ancien Régime

Sabine Teulon Lardic > L’opéra de salon ou un salon à l’opéra : les contributions de Ferdinand Poise au Magasin des demoiselles (1865-1880)

3. Constructions médiatiques de l’événement lyrique

Pierre Saby > L’Opéra de Paris : une maison inflammable. Aspects du discours de presse sur les incendies de 1763 et 1781

Mariglen Sulejmani > Événements lumineux : le gaz et l’électricité à l’Opéra de Paris selon la presse (d’Aladin au Prophète)

Aurélie Barbuscia > Tapage médiatique autour de l’entrée de Rossini à Paris (1823)

Stella Rollet > Un compositeur face à la presse parisienne : Gaetano Donizetti

4. Enjeux socio-politiques de la critique d’opéra

France Marchal-Ninosque > La Correspondance littéraire devant la réforme gluckiste à l’Académie royale de musique, ou les impasses d’un ut musica poesis erit

Charlotta Wolff > Opéra-comique, presse périodique et opinion publique, 1760-1791

William Weber > La critique patriotique du rossinisme dans les journaux quasi-libéraux des années 1820

Isabelle Porto San Martin > Le discours sur l’Espagne dans la presse musicale française : le filtre de l’opéra-comique (1833-1843)

Mark Everist > Gluck, la politique et la presse du Second Empire

5. Fictions en miroirs

Jean Rime > Le Figaro-ci, Le Figaro-là. Un exemple de migration transmédiatique  entre théâtre, opéra et presse

Priscila Renata Gimenez > L’écriture littéraire des feuilletons musicaux : la poétique des contournements et de fictionnalisation chez Théophile Gautier et Hector Berlioz

Marjolaine Forest > Le corps du castrat dans les discours médiatiques et les nouvelles musicales publiées en revue à l’époque romantique

Filippos Katsanos > Les évolutions du roman musical au temps de l’avènement du mystère urbain : dynamiques génériques de l’an 1843

  1. Olivier Bara, et Marie-Ève Thérenty (dir.), «Presse et scène au xixe siècle. Relais, reflets, échanges», Médias 19 [En ligne], mis à jour le : 19/10/2012 []

Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883)

Les villes visitées par Jules Pasdeloup et son orchestre.

Ce dossier rassemble les programmes des 44 prestations dans les régions françaises de l’orchestre des Concerts populaires de musique classique sous la direction de son fondateur Jules Pasdeloup (1819-1887). Chaque concert est associé à un dossier de presse. L’ensemble vient compléter un article publié dans le n°30 (octobre 2017) de la revue Ad Parnassum et intitulé « Les voyages de Monsieur Pasdeloup : Propagation d’un modèle et d’un répertoire symphonique ».

Entre 1864 et 1883, Jules Pasdeloup et l’orchestre des Concerts populaires de musique classique donnent plus d’une quarantaine de concerts en dehors de Paris. Il n’est pas à exclure que ces voyages d’une formation comptant parfois jusqu’à soixante-quatorze instrumentistes, soient une première en France. Pasdeloup et son orchestre effectuent des déplacements uniques pour un ou deux concerts et, dans un cas (à Bordeaux en 1882), pour une série de treize concerts. Ils entreprennent aussi quatre tournées qui les amènent à visiter, à chacune d’entre elles, de deux à cinq villes.

En fondant en 1861 les Concerts populaires de musique classique, Jules Pasdeloup avait inventé un modèle caractérisé par son implantation dans l’espace de la ville (un cirque-théâtre dans l’est de la capitale), une politique tarifaire suffisamment attractive pour permettre un élargissement significatif du public des concerts symphoniques, un répertoire exigeant centré sur la musique symphonique et les extraits d’opéras. La programmation témoigne de la volonté de Pasdeloup de promouvoir l’œuvre de Wagner en France. Ce modèle connaît de nombreuses déclinaisons en France à partir de 1862. Les voyages de l’orchestre et son chef participent de la circulation de ce modèle tant du point de vue de l’organisation que de celui du répertoire.

> Consulter le dossier « Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) » sur Dezède

> Consulter le site de la revue Ad Parnassum

Illustration : Claude Monet, La gare Saint-Lazare (1877)

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) », Carnet Dezède, 06/02/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/685

Les trois concerts Wagner au Théâtre-Italien en 1860

Les trois concerts organisés et dirigés par Richard Wagner au Théâtre-Italien (salle Ventadour) en janvier et février 1860 marquent la naissance du wagnérisme français. Les quelques exécutions de fragments d’œuvres à Paris entre 1841 et 1859 ou la représentation de Tannhäuser en allemand à Strasbourg en 1855 n’avaient pas eu le retentissement et les retombées de ce triple événement. Les 25 janvier, 1er et 8 février 1860, avec un orchestre et un chœur de circonstance et le concours du ténor Jules Lefort, Wagner donne à entendre aux parisiens des fragments du Vaisseau fantôme, de Tannhäuser, de Lohengrin et de Tristan et Isolde.

S’il est avéré que les fragments vocaux de Tannhäuser ont été traduits par Edmond Roche et Richard Lindau (avant leur adaptation par Charles Nuitter pour les représentations de l’Opéra l’année suivante), il n’a pas été permis de déterminer qui sont les auteurs de l’adaptation française des deux extraits de Lohengrin.

> Consulter le dossier « Les trois concerts Wagner au Théâtre-Italien en 1860 » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les trois concerts Wagner au Théâtre-Italien en 1860 », Carnet Dezède, 28/01/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/862

Les Concerts du conservatoire de Nancy sous la direction de Ropartz (1894-1914)

Ce dossier répertorie les 223 concerts de l’orchestre des Concerts du conservatoire de Nancy dirigés par Guy Ropartz entre 1894 et 1914. Arrivé en septembre 1894 dans la ville nancéienne, Ropartz est le cinquième directeur de l’orchestre créé dix ans auparavant. Dès sa prise de fonction, il renouvelle la programmation de l’orchestre en misant sur la qualité des œuvres et en alternant musique contemporaine et répertoire classique. Son exigence musicale fait rapidement progresser le niveau de l’orchestre et évoluer le goût du public. Dès la deuxième saison, Ropartz réintroduit le principe des abonnements qui s’appliqueront, en 1899, à 800 des 1100 places de la salle Victor Poirel ! Le succès des concerts et la qualité de l’orchestre permettent d’attirer à Nancy des interprètes tels que Eugène Ysaÿe, Blanche Selva  et Alfred Cortot. Même si l’engouement des premières années s’atténue légèrement à partir de 1906, l’énergie déployée par Ropartz permet à l’orchestre de conserver son rayonnement national.

> Consulter le dossier « Les Concerts du conservatoire de Nancy sous la direction de Ropartz (1894-1914) » sur Dezède

Pour citer ce billet : Marion Blanc, « Les Concerts du conservatoire de Nancy sous la direction de Ropartz (1894-1914) », Carnet Dezède, 15/01/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/721

Des professions au féminin

Un compositeur, une compositrice !

Depuis les origines du projet, le modèle de gestion des professions dans Dezède permet de préciser les genres féminin et masculin pour un ensemble de données, dont les professions – le modèle gère également les emplois au théâtre. Pour chacun des deux genres, le modèle invite par ailleurs les contributeurs à définir les pluriels irréguliers.

La gestion de cas difficiles

Dans le cas d’une profession épicène – qui peut être employée au masculin et au féminin sans modification de forme –, il suffit de remplir la rubrique « Nom » [de la profession]. Voir fig. 1 le cas de « violoniste » ou de « violoncelliste », etc. Dans ce cas de figure, il est inutile de préciser le pluriel, puisque le programme ajoutera automatiquement un « s » dès lors que deux données au moins seront publiées pour le même objet.

Fig. 1 – Quand le féminin est identique au masculin, et réciproquement.

Le deuxième cas de figure exige quant à lui un féminin, sans pluriel irrégulier. C’est le cas par exemple d’un « acteur » (« actrice »), ou d’un « animateur » (« animatrice »). Le troisième cas est identique au précédent, à la différence que le pluriel est irrégulier au masculin comme un « amoureux » qui devient une « amoureuse » au féminin, mais des « amoureux » au pluriel. Ce pluriel irrégulier doit être précisé dans la rubrique prévue à cet effet, pour éviter un pluriel qui serait définit automatiquement par le logiciel et qui donnerait l’aberration suivante : “amoureuxs” [sic].

Dernière cas de figure, celui des mots composés ou des locutions en comportant plusieurs, comme « artiste lyrique ». Ici, la formule est épicène, mais le pluriel doit être précisé pour un affichage correct du pluriel sur « artiste ». En effet, par défaut, Dezède écrira « artiste lyriques » [sic] en ne marquant le pluriel que sur le dernier mot. Le cas de « chef d’orchestre » est similaire, mais combine quant à lui toutes les fonctionnalités (fig. 2).

Fig. 2 – Un chef, une cheffe, des chefs ou des cheffes ?

L’affichage des données dans les deux genres

Le véritable enjeu fut ensuite de différencier l’affichage des professions en fonction du sexe de l’individu. Dezède gère automatiquement cet affichage dès que le genre est bien défini dans chaque autorité « individu ». Par exemple, pour la Malibran qui était « chanteuse » et « compositrice » (fig. 3), le choix du féminin est établi par celui du « titre » – Monsieur, Madame, Mademoiselle – qui implique l’affichage d’une donnée plutôt que l’autre (fig. 4).

Fig.3 – La fiche de la Malibran dans Dezède (https://dezede.org/individus/id/2057/)
Fig. 4 – Le choix de la forme est établi par le titre.

Rechercher une profession au féminin ou au masculin

Enfin, ce qui justifie la publication de ce billet aujourd’hui, c’est une récente amélioration de ce modèle (novembre 2017), et en particulier, de l’affichage des réponses de la base de données. Auparavant, seule la forme au masculin était affichée quand on interrogeait la base de données ; le fait de rechercher « chanteuse » par exemple aboutissait à une valeur nulle, alors que la donnée était bien saisie dans le modèle des professions. Cette anomalie qui générait de fait de nombreux doublons a donc été corrigée : dans la rubrique des professions, la recherche, par exemple, du mot « Cheffe » renvoie désormais les résultats dans les deux genres, à la fois la donnée recherchée (« Cheffe ») mais également l’autre forme au masculin (« Chef »).

Fig. 5 – Interrogation de la base de données dans la rubrique des professions au mot “ Cheffe ”

Questions de normes ?

Il reste maintenant à arrêter des règles pour un certain nombre de données, comme « auteur » dont le féminin oscille entre trois variantes : une forme ancienne (« autrice ») et une forme plus moderne venue du Québec (« auteure »). Que dire également du féminin d' »auteur-compositeur-interprète » ? Pour trancher sur ces choix, il faudra probablement réunir un conciliabule de contributeurs, de contributrices et de contributeures !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Des professions au féminin », Carnet Dezède, 15/01/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/717

Hommage à Nicole Wild

par Jean-Claude Yon

Organiste, formée au Conservatoire, Nicole Wild, qui s’est éteinte le 29 décembre 2017 à Paris dans sa 89e année, a mené une double carrière de conservatrice de bibliothèque et de chercheuse. Elle a joué un rôle pionnier et de toute première importance dans le développement de l’histoire de la musique et des spectacles du XIXe siècle.

Comme conservatrice, en particulier à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra, Nicole Wild a mené un patient travail de catalogage et de valorisation de nombreux fonds, ce dont témoignent les deux volumes consacrés aux Décors et costumes du XIXe siècle (19871 et 19932) ou encore son catalogue des Affiches illustrées (1976)3. Elle a organisé  de nombreuses expositions dont les catalogues constituent des outils précieux : Wagner et la France (avec Martine Kahane, 1983)4, les Ballets russes (19795 et 19926), Auber (1982)7, etc. Et tous les chercheurs ayant travaillé à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra savent à quel point elle était pour eux une formidable ressource – toujours prête à mettre à leur disposition ses compétences exceptionnelles.

Comme chercheuse, Nicole Wild, après avoir notamment travaillé sur le cirque, a soutenu en 1987 une thèse de musicologie sous la direction du professeur Jean Mongrédien intitulée Musique et théâtres parisiens face au pouvoir (1807-1864). L’inventaire et l’historique des salles que renfermait cette thèse a fourni la matière de son Dictionnaire des théâtres parisiens au XIXe siècle (1989)8 dont la publication marque une date dans l’histoire des spectacles du XIXe siècle. Considérablement enrichie et couvrant désormais la période 1807-1914, la nouvelle édition de cette œuvre magistrale publiée en 2012 est sans conteste un ouvrage de référence en permanence présent sur la table de travail de tous les spécialistes9. Parmi de nombreux sujets (Berlioz, La Muette de Portici, etc.), Nicole Wild a beaucoup travaillé sur l’Opéra-Comique dont elle a publié avec David Charlton le répertoire de 1762 à 1972 (2005)10, ainsi qu’une histoire remarquablement illustrée, avec Raphaëlle Legrand, Regards sur l’opéra-comique : trois siècles de vie théâtrale (2002)11.

À tous ceux qui ont eu la chance de la connaître, Nicole Wild laisse le souvenir d’une femme droite, généreuse, d’une grande douceur et animée par la passion de la musique et de la recherche. Tous les spécialistes de la musique et des spectacles du XIXe siècle lui doivent beaucoup.

Jean-Claude Yon est Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin et Directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) (en savoir plus).

  1. Nicole Wild, Décors et costumes du XIXe siècle. Tome I. Opéra de Paris, Paris, Bibliothèque nationale, 1987, 308 p. []
  2. Nicole Wild, Décors et costumes du XIXe siècle. Tome II. Théâtres et décorateurs : collections de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra, Paris, Bibliothèque Nationale, 1993, 381 p. []
  3. Nicole Wild, Les arts du spectacle en France : affiches illustrées, 1850-1950, Paris, Bibliothèque nationale, 1976, 454 p. []
  4. Martine Kahane et Nicole Wild, Wagner et la France [catalogue de l’exposition au Théâtre national de l’Opéra à Paris entre le 26 octobre 1983 et le 26 janvier 1984 organisée par la Bibliothèque nationale, Théâtre national de l’Opéra de Paris], Paris, Herscher, 1983, 175 p. []
  5. Jean-Michel Nectoux et Nicole Wild, Diaghilev : les ballets russes, préface de Georges Le Rider [catalogue de l’exposition de la Bibliothèque nationale entre le 17 mai et le 29 juillet 1979, Paris, Bibliothèque nationale, 1979, 166 p. []
  6. Martine Kahane et Nicole Wild, Les Ballets russes à l’Opéra [catalogue de l’exposition de la Bibliothèque-musée de l’Opéra à Paris entre le 15 janvier et le 20 mai 1992], Paris, Hazan, Bibliothèque nationale, 1992, 199 p. []
  7. Anne-Charlotte Rémond et Nicole Wild, Auber et l’opéra romantique [catalogue de l’exposition organisée en 1982 aux Mairies annexes des XIIIe et IIIe arrondissements, au Métro Auber entre le 29 janvier 1782-29 janvier 1982, par la Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris], Paris, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, 1982, 63 p. []
  8. Nicole Wild, Dictionnaire des théâtres parisiens au XIXe siècle : les théâtres et la musique, Paris, Aux Amateurs de livres, 1989, 509 p. []
  9. Nicole Wild, Dictionnaire des théâtres parisiens. 1807-1914, préface de Joël-Marie Fauquet, Lyon, Symétrie, 2012, 526 p. []
  10. David Charlton et Nicole Wild, Théâtre de l’Opéra-Comique, Paris : répertoire 1762-1972, Sprimont, Mardaga, 2005, 553 p. []
  11. Raphaëlle Legrand et Nicole Wild, Regards sur l’opéra-comique : trois siècles de vie théâtrale, Paris, CNRS éditions, 2002, 290 p. []

Écrire l’histoire des théâtres

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Une république symbolique en costume d’Opéra-Comique, d’une main tient une bannière tricolore, de l’autre une épée, un rameau d’olivier et une balance (BNF, Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4)

Les actes de la journée d’études dijonnaise viennent de paraître dans le huitième numéro de la revue Territoires contemporains. Ils contiennent une introduction (Séverine Féron et Patrick Taïeb) et quatre parties :  1. Écrire l’histoire de l’Opéra-Comique (James Arnold, Cécile Reynaud) ; 2. Écrire l’histoire des théâtres de province (Sabine Teulon-Lardic, Joann Élart) ; 3. Méthodes et référencements (Séverine Féron, Léonor Delaunay) ; 4. Entre petite et grande Histoire (Mélanie Guérimand, Emmanuel Reibel).

“ Alors qu’un important travail de réhabilitation de l’œuvre de Castil-Blaze (1784-1857) est en cours, il a paru nécessaire de mettre en perspective ces premières histoires « officielles » des théâtres lyriques de Paris. Il s’agit de mesurer la place et la pertinence qu’occupent ces volumes publiés pour partie dès 1835 sous forme de feuilletons dans la presse parisienne, au regard de la bibliographie sur l’histoire des théâtres en France, de dégager une chronologie, de mettre à jour des méthodes et des démarches historiques, et de s’interroger sur les profils des auteurs et les buts qu’ils poursuivent.

C’est ce que propose le présent volume regroupant huit articles rédigés à l’issue d’une journée d’études qui s’est tenue à l’Opéra de Dijon en mai 2016 et qui était organisée par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 du CNRS), soutenu par le département de musicologie et l’UFR de sciences humaines de l’Université Bourgogne Franche-Comté, l’Université Montpellier III et l’Institut de Recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (UMR 5186 du CNRS). […] ” (Séverine Féron et Patrick Taïeb)

 > Lire la suite de l’introduction

> Table des matières

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède. La représentation successive des quatre parties du Ring au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est une première en dehors de Paris depuis la création française à Lyon en avril 1904. Le Ring rouennais fait suite aux quatre versions données  à l’Opéra de Paris avant la Première Guerre mondiale entre 1911 et 1913, et précède de quelques jours celle de Toulouse qui  se déroulera entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Ce dossier a été réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée avec les étudiants de troisième année de licence de musicologie de l’université de Rouen.

> Consulter le dossier  » Le Ring à Rouen en 1927  » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 20/11/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/707

 

Les Concerts Pasdeloup (1861-1887)

Le répertoire des Concerts populaires de musique classique, plus connus sous le nom de Concerts Pasdeloup, réunit les 593 programmes de cette société de concerts entre la première prestation de son orchestre, le 27 octobre 1861, et le décès de son fondateur le 13  août 1887.

C’est effectivement en 1861 que Jules Pasdeloup (1819-1887), compositeur, enseignant et chef de l’orchestre de la Société des jeunes artistes du Conservatoire impérial de musique depuis 1852, décide de fonder une société de concerts avec l’ambition de diffuser la musique classique auprès des « masses ». S’il s’inspire, pour les programmes, du modèle de la Société des concerts du Conservatoire, Pasdeloup s’en distingue toutefois en installant son orchestre dans un cirque situé au sein d’un quartier populaire de la capitale et en pratiquant des prix d’entrée modiques. Le succès est au rendez-vous et ne se dément quasiment pas jusqu’au « Festival de retraite de M. J. Pasdeloup » le 31 mai 1884, qui rassemble les principaux compositeurs français venus remercier le chef d’orchestre pour son action en faveur de la musique en général et de la musique française contemporaine en particulier. En réalité, cette apothéose finale dissimule un lent processus de déclin entamé depuis une décennie. Les Concerts populaires résistent mal, après la chute du Second Empire, à la concurrence des Concerts Colonne (1873) et des Concerts Lamoureux (1881). La reconstitution de l’orchestre en 1886, pour une saison à l’issue de laquelle Pasdeloup devait décéder, n’ajoute rien à la gloire de cet infatigable passeur à l’origine du mouvement symphonique français moderne.

> Consultez le dossier “ Concerts Pasdeloup (1861-1887) ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les Concerts Pasdeloup (1861-1887) », Carnet Dezède, 16/11/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/677

Histoire du spectacle vivant, XIXe-XXIe siècles, saison 2017-2018

Séminaire du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC / UVSQ) sous la direction de Jean-Claude Yon et de Graça Dos Santos

Paris, Société d’Histoire du Théâtre, Bibliothèque nationale de France, 71 rue de Richelieu (lundi, 17h30-19h)

Lithographie en couleur imprimée en 1890
Bibliothèque nationale de France, [ENT DN-1 (APPEL,F./16)-ROUL
6 novembre 2017 > Isabelle Moindrot, Les auctorialités d’un dramaturge à succès : le cas de Victorien Sardou

4 décembre > Delphine Aebi, Le scandale au théâtre des années 1940 aux années 1960

8 janvier 2018 > Isabelle Barbéris, Choisir, sélectionner, éliminer, jouer ? Mise en scène du public décisionnaire et fictions démocratiques de Henri Pousseur à Roger Bernat

5 février > Yannick Simon, Représentation et réception de Lohengrin en province à la fin du XIXe siècle

5 mars > Julie Sermon, Partition(s) : objet et concept des pratiques scéniques (XXe-XXIe siècles)

9 avril > Amélie Grégorio, Un « barbare » devenu héros : Abd-el-Kader sur les planches au XIXe siècle

14 mai > Martin Laliberté, Les archives de la mise en scène Spectacles populaires et culture médiatique 1870-1950

4 juin > Claude Schopp, Alexandre Dumas fils, collectionneur à contre-courant

> Programme détaillé du séminaire

Workshop « Music Performance Ephemera »

Département de la musique de la bibliothèque universitaire de Dresde

Les 23 et 24 octobre 2017 s’est tenu un atelier consacré à l’archivage numérique des éphémères musicaux à la bibliothèque universitaire de Dresde (Sächsische Landesbibliothek – Staats- und Universitätsbibliothek). Yannick Simon avait été chargé d’introduire les débats en présentant le site Dezède. Son intervention a été suivie d’une « postersession » et de plusieurs tables rondes. Deux problématiques complémentaires sont apparues : 1/ une base de données consacrée aux éphémères doit-elle proposer une description de l’objet ou de son contenu informatif ? 2/ Cette base doit-elle être une banque d’images indexées ou un outil pour la recherche musicologique dédié à l’histoire des spectacles ?

Téléchargez le programme

Lisez un compte rendu

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Workshop « Music Performance Ephemera » », Carnet Dezède, 26/10/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/633

Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2017-2018)
Masset dans le rôle de Georges Brown (La Dame blanche)

Le cours de méthodologie reprend pour la cinquième année consécutive. Désormais inscrit en troisième année, il croise à nouveau le chemin des étudiants de l’an dernier qui avaient participé à ce programme (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Dans un premier temps, nous poursuivrons notre reconstitution d’un échantillon de l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats). Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à notre échantillon commencé en décembre 1825.

Dans un second temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

Dans un troisième temps, nous feuilletterons les pages de vieux numéros de Rock & Folk, à la recherche des annonces de concert à la fin des années 60 et au début des années 70. Nous voudrions ainsi poursuivre une réflexion déjà engagée sur le traitement de ce genre de spectales dans Dezède.

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

> Voir le dossier en cours  “ Rock en Seine-Maritime : des Yéyés au Punk (1968-1977) ” sous la direction de Thomas Bacquet

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970 », Carnet Dezède, 19/10/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/601