Archives par mot-clé : mis en avant

Les Concerts Enoch dans le Salon du Figaro (1897-1899)

Ce dossier regroupe de façon exhaustive un ensemble de trente-six concerts organisés du 23 avril 1897 au 27 janvier 1899 par l’éditeur de musique Wilhelm Enoch (1840-1913), secondé par son gendre Gabriel Astruc (1864-1938), pour le compte des éditions musicales Enoch, au siège du quotidien Le Figaro, 26, rue Drouot à Paris (9e). À titre exceptionnel, un seul Concert Enoch, en l’occurrence un Festival Emmanuel Chabrier, eut lieu à l’ancienne Salle Pleyel le 6 avril 1898, en raison de l’indisponibilité provisoire du Salon du Figaro.

Les programmes de ces séances font logiquement la part belle aux œuvres du catalogue des éditions Enoch. Parmi les compositeurs les plus souvent programmés, on retrouve Emmanuel Chabrier, Cécile Chaminade et César Franck. Cependant, la programmation montre un réel éclectisme, s’intéressant tant aux compositeurs reconnus qu’aux compositeurs de moindre notoriété et aux jeunes compositeurs. Elle accorde aussi une place non négligeable d’une part aux compositeurs étrangers, parmi lesquels certains ont vu au moins une de leurs œuvres publiées dans la Collection nouvelle de musique étrangère moderne des éditions Enoch, et, d’autre part, aux compositrices. Un autre trait caractéristique de plusieurs de ces concerts est la part réservée aux chansonniers de Montmartre, il y eut même une séance avec projection d’images par le « Conservatoire de Montmartre ».

Il n’est pas impossible que Maurice Ravel, alors élève dans la classe de composition de Gabriel Fauré, ait assisté à quelques-unes de ces séances : outre qu’il venait de signer fin 1897 son premier contrat avec un éditeur de musique pour le Menuet antique, grâce à son professeur André Gedalge, les œuvres de ce dernier ont été programmées aux Concerts Enoch. De plus, le goût profond de Ravel pour la musique de Chabrier, souvent à l’affiche de ces concerts, pourrait expliquer sa présence à quelques concerts, notamment lorsque son ami Apache Ricardo Viñes était à l’affiche ou son ancien professeur de piano Santiago Riera.

Consulter le dossier Concerts Enoch dans le Salon du Figaro (1897-1899) sur Dezède

In et Out : des données qui entrent, des statistiques qui sortent

Les statistiques en un clic

L’investissement des chercheurs et des institutions ayant choisi Dezède pour reconstituer des chronologies dans le domaine du spectacle vivant est aujourd’hui pleinement récompensé. Saisir des données, respecter un protocole éditorial, traiter des sources, etc. tout cela prend beaucoup du temps. C’est pourquoi il est nécessaire de réfléchir aux moyens de tirer profit de cet investissement et de proposer des outils d’exploitation des données reconstituées, autant qu’il est primordial d’améliorer les scénarios pour alimenter la base, pour garantir et maintenir la pérennité de l’affichage. C’est ce que nous appelons le in et le out.

Les utilisateurs ayant déjà réalisé un dossier savent qu’il est tout à fait possible de le télécharger en format PDF en un clic. Plusieurs étudiants ont  déjà eu recours à cette fonctionnalité pour produire leur annexe de mémoire (voir par exemple ici ou ). Ils connaissent également les outils de visualisation regroupés dans le deuxième onglet des dossiers. Aujourd’hui, nous présentons un nouvel outil réservé aux super-utilisateurs et indisponible pour les simples lecteurs.

De quoi s’agit-il et comment ça marche ?

L’outil dont il est question aujourd’hui est un outil permettant d’exporter des statistiques. Ne pouvant répondre à toutes les interrogations que se posent les chercheurs, nous avons développé huit scénarios permettant d’extraire des agrégations de données sous forme de tableurs. Volontairement très ouverts, ces scénarios offrent au chercheur toute liberté d’interrogation et d’interprétation de son corpus.

Pour récupérer ces données statistiques, il suffit d’ouvrir le dossier sur l’interface publique et de cliquer sur le bouton « Exporter les statistiques ».

Bouton “Exporter les statistiques”

Une fenêtre surgissante apparaît alors et propose via un menu déroulant huit scénarios possibles :

Pop Up “Exporter les statistiques” et scénarios proposés

En fonction de la nature du dossier, certains scénarios seront plus pertinents que d’autres : les deuxième et quatrième n’ont pas beaucoup d’intérêt quand le dossier est restreint à une seule ville ; le huitième n’est utile que lorsque les recettes sont saisies. Mais encore une fois, les possibilités existent, c’est à l’utilisateur de définir ses choix.

À titre d’exemples, pour le dossier réalisé par Frédéric Guérin sur le répertoire de l’Opéra-Comique en 1862 (voir ici), les scénarios 1, 3, 5, 7 et 8 sont pertinents, pas les autres ; alors que pour celui réalisé par Christine Carrère-Saucède sur Labiche en province (voir ici), les scénarios 1, 2, 3, 4, 5 et 7 le sont plus.

Exemple de choix à partir du dossier Émile Perrin en 1862

 

Il suffit de cliquer enfin sur « Exporter » et d’attendre quelques minutes l’envoi du tableur à son adresse électronique.

Affichage du bandeau bleu signalant la génération en cours du tableur
Message électronique envoyé avec tableur généré en pièce-jointe

 

Présentation des scénarios

En résumé, les scénarios sont organisés ainsi :

  • 1 et 2 : événements ;
  • 3 et 4 : œuvres ;
  • 5 et 6 : individus (auteurs et interprètes) ;
  • 7 : combinaison auteurs et œuvres
  • 8 : recettes.

Le premier scénario propose une répartition chronologique des événements, par années, par saisons (quand elles sont déterminées), puis par mois et par jours :

Premier scénario

Pour tous les scénarios proposés, on remarquera qu’un total est calculé en bas du tableur afin de faciliter l’exploitation statistique à proprement parler (pourcentages, graphiques, histogrammes, etc).

Total du premier scénario

Le deuxième scénario propose une répartition géographique des événements, par pays, puis par villes et par salles de spectacle :

Deuxième scénario

Le troisième scénario est celui de la répartition chronologique des œuvres, par années, par saisons et par mois :

Troisième scénario

Le quatrième scénario est quant à lui celui de la répartition géographique des œuvres par pays, par villes, par salles de spectacle, et pour chaque salle, par années, par saisons et par mois :

Quatrième scénario

Le cinquième scénario propose une répartition chronologique des auteurs (compositeurs, librettistes, auteurs dramatiques, etc.) par années, par saisons et par mois :

Le sixième scénario propose la même extraction pour les interprètes (comédiens, musiciens, etc.) NB. Il est en cours de réglage actuellement.

[vue en attente]

Le septième scénario propose une double lecture chronologique des auteurs et des œuvres, autrement dit, les œuvres classées par auteurs (tout cela dans l’ordre alphabétique), puis par années, par saisons et par mois :

Septième scénario

Enfin, le huitième et dernier scénario compile les recettes saisies pour chacun des événements par pays, puis par villes et par salles, puis pour chaque salle, par années, par saisons, par mois et par jours. Des totaux et des sous-totaux sont par ailleurs calculés automatiquement au bout de chacune de ces lignes, permettant des analyses économiques à différentes échelles :


Cette évolution a été rendue possible grâce au soutien de la Région Normandie dans le cadre du sous-projet SpectaNum du RIN CorNum.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « In et Out : des données qui entrent, des statistiques qui sortent », Carnet Dezède, 07/05/2021, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3224

Les Critiques dramatiques dans les journaux et les revues (1875-1914)

Sur ce que Jean-Claude Yon appelle la « dramatocratie » de la fin du Second Empire règnent une douzaine de critiques dramatiques d’autant plus puissants qu’ils sont peu nombreux – et stables : dresser la liste des confrères de Jules Janin et de Théophile Gautier est chose rapide et facile. En revanche, dès le début de la IIIe République, après la loi de 1868 qui supprime l’autorisation préalable, puis, à plus forte raison, après la loi de 1881 qui proclame la liberté de la presse, le nombre des journaux explose et, avec lui, celui des chroniqueurs du théâtre : on en compte près d’une centaine à la veille de la Première Guerre Mondiale. Corrélativement, les conditions d’exercice du métier changent : à mesure que la presse d’opinion est relayée par la presse d’information, immédiateté et improvisation deviennent les nouveaux mots d’ordre d’une critique sommée de livrer ses impressions à la hâte, au sortir même de la représentation. Dans les quotidiens, tandis que l’institution du feuilleton hebdomadaire cède le terrain au reportage du lendemain, de nouvelles rubriques apparaissent, afin de satisfaire la curiosité grandissante des lecteurs pour les « à-côtés » ou les « entours » de la pièce. Un phénomène de compartimentage et de spécialisation du compte-rendu s’amorce alors, qui se confirme et s’accentue encore dans les revues illustrées du début du siècle.

Pour aider à se repérer dans ce paysage médiatique en pleine mutation, durant toute la période (1875-1914) qui correspond à l’âge d’or de la critique dramatique, le site Dezède publie un répertoire des chroniqueurs du théâtre, sous la forme d’un tableau organisé année par année et titre par titre.

Ce répertoire, en cours de constitution, devrait être utile à tous les chercheurs et les amateurs qui s’intéressent au théâtre du tournant des XIXᵉ et XXᵉ siècles :

  • à ceux qui consultent la critique dramatique pour sa valeur documentaire, et vont chercher dans les articles des chroniqueurs du théâtre des informations sur les sources et les influences d’une pièce, sur l’accueil fait à sa création, sur l’évolution de sa réception, ce répertoire devrait faciliter le travail de revue de presse ;
  • pour ceux qui envisagent la critique dramatique comme un objet d’étude à part entière, il contribuera à mettre en évidence l’évolution des cadres médiatiques dans lesquelles elle s’exerce à une époque charnière de l’histoire du théâtre, en faisant ressortir le déclin du feuilleton hebdomadaire, la généralisation du reportage du lendemain, la diversification et la spécialisation croissantes des rubriques.

Tous ceux qui souhaitent apporter leur collaboration à ce projet, fût-ce pour y introduire ponctuellement une correction ou un complément, seront les bienvenus. Ils sont invités à prendre contact avec Marianne Bouchardon, en écrivant  à l’adresse : marianne.bouchardon@univ-rouen.fr

Biobibliographie

MCF en littérature française à l’Université de Rouen-Normandie, directrice-adjointe du CÉRÉdI (EA 3229), Marianne Bouchardon consacre ses recherches à l’histoire et à la théorie du théâtre des XIXᵉ et XXᵉ siècles. L’Habilitation à Diriger des Recherches qu’elle a soutenue sous la direction de Florence Naugrette en 2019, « Écrire pour le théâtre, Écrire sur le théâtre (XIXᵉ-XXᵉ siècles). De la poétique du drame à l’histoire de la critique », comportait un inédit intitulé : « La critique dramatique face à la mise en scène (1870-1914) », à paraître. Le répertoire présenté ici est issu de ses annexes.

> Consulter le dossier dans Dezède

Bibliothèque numérique des spectacles

Un nouveau menu pour un nouveau corpus

En 2017, en conclusion de notre article1 paru dans les actes du colloque Écrire l’histoire du théâtre. L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)2, nous faisions référence aux sources et aux faits évoqués par Jules-Édouard Bouteiller dans son histoire en quatre volumes, « qu’il faudrait aujourd’hui pouvoir indexer dans une base de données », car « un très gros défaut de ces histoires, celles de Bouteiller et des autres historiens des théâtres de son époque, tient en effet dans l’absence d’index qui est un frein à la recherche et qui rend très difficile l’utilisation ponctuelle ou croisée de tels ouvrages. » Nous envisagions alors dans un avenir proche « un traitement systématique de ces histoires en les indexant dans une base de données que l’on pourrait interroger par un moteur de recherche et à partir duquel on pourrait consulter les informations précieuses qu’elles conservent. » Ce projet de bibliothèque étant alors en gestation depuis deux ou trois ans, il ne nous manquait que les moyens pour le développer, moyens qui sont arrivés en 2019 dans le cadre du projet SpectaNum rattaché au RIN CorNum financé par la Région Normandie.

Historique du projet

Comme nous le rappelions dans le même article, Dezède possédait déjà un module permettant une indexation des sources, mais qui n’était pas encore adapté à l’indexation à la page, pour les livres. Cependant Dezède était déjà conçu pour accueillir ce type de projet, notamment parce qu’elle gérait des milliers d’autorités (individus, œuvres, événements, rôles, ensembles, lieux et institutions) et de sources, données qui pourraient justement faciliter cette indexation des histoires des théâtres en France.

Ce projet né de nos propres recherches bibliographiques sur l’histoire du spectacle croisées avec celles dans le domaine des humanités numériques, partait du quadruple constat suivant :

1) de nombreux ouvrages pionniers sur l’histoire des théâtres avaient été rédigés par des érudits un peu partout en France dans la deuxième moitié du XIXe siècle, suivant une mode ou un mouvement initié par des sociétés historiques locales, et témoignant d’une volonté de retracer l’histoire des spectacles de sa ville ;

2) ces ouvrages imprimés et manuscrits, parfois numérisés mais pas toujours, sont souvent difficiles d’accès et éparpillés dans différentes bibliothèques, donc accessibles sur des sites web distincts sans bibliographie centralisée ;

3)  ces ouvrages ayant souvent été rédigés à une époque antérieure à la disparition des institutions qu’elles évoquent, leurs auteurs ont donc pu puiser dans des sources d’archives qui sont perdues, preuve en est de l’ouvrage de Bouteiller, comme nous le démontrions dans notre étude de 20173. Cette conception, doublée d’une méthode de renvoi aux sources peu rigoureuse, confère à certaines parties de ces récits historiques le statut de source primaire – le fait de divulguer de l’information inédite, donc pour nos recherches, très précieuse.

Évolution du modèle Sources dans Dezède (schéma par Joann Élart)

Du point de vue de la modélisation (voir schéma ci-dessus), le modèle initial des sources conçu en 2011-2012 était destiné à définir une source liée à un événement, comme une note de bas de pages peut justifier un fait : une simple référence à définir en somme, qui cependant proposait un outil de transcription. Assez rapidement, nous avons cherché à étendre le principe d’autorités aux sources : en effet, comme par ailleurs nous avions compris que l’originalité de Dezède reposait sur son cœur d’autorités partagées, il était assez aisé d’ajouter un système simple d’indexation de la source. En 2014-2015, une nouvelle évolution était intégrée à ce modèle initial dans le cadre du projet des archives de l’Opéra-Comique. Nous avions alors ajouté une fonctionnalité, celle du feuilleteur d’images, conformément à la commande qui nous avait été passée par l’Opéra-Comique et les Archives nationales de France : ainsi il était désormais possible de télécharger une ou plusieurs photos dans une même source pour constituer un livre – un livret d’opéra par exemple. La limite de ce développement résidait dans l’impossibilité d’indexer alors à la page. En 2018, enfin, dans le cadre du projet SpectaNum, nous avons pu aboutir et bâtir un modèle qui résout cette question de l’indexation à la page.  Les sources peuvent désormais être liées entre elles, et donc avoir un parent et des enfants : autrement dit, un livre peut être compris dans une collection (parent) et comporter des pages (enfants), qui constituent autant de sources pouvant être indexées indépendamment. Ce principe de récursivité est d’ailleurs fondateur dans Dezède, dans la structuration de la plupart des données.

Corpus expérimental

Passée une phase d’essais et d’ajustements entre septembre et décembre 2019, la Bibliothèque a reçu un corpus test comprenant un ensemble d’ouvrages et de manuscrits du XIXe siècle et du début du XXe siècle portant sur l’histoire des théâtres normands (Caen, Le Havre et Rouen), suivi d’un second ensemble composé d’ouvrages similaires traitant des théâtres d’autres villes françaises. Il est prévu d’étendre ce dépôt notamment aux ouvrages connus et nombreux sur l’histoire des institutions parisiennes.

Dans le cadre du projet SpectaNum, l’objectif à atteindre fut tout d’abord, en partenariat avec la Bibliothèque municipale de Rouen, de faire numériser le manuscrit de Charles Vauclin en sept volumes, de le déposer dans Dezède et de procéder à son indexation. Au terme du projet financé en 2021, il a été possible de traiter intégralement le tome 6. Ce travail a été réalisé en partie par les étudiants inscrits aux cours de méthodologie en licence et master de musicologie, mais également ceux de master humanités numériques, à l’université de Rouen Normandie en 20194 et en 20205. Avec les étudiants de master, nous avons également commencé l’indexation du premier tome de l’histoire de Bouteiller.

Visite

La visite de la Bibliothèque numérique de spectacles de Dezède commence par la page d’accueil du site, en haut de laquelle un troisième menu a fait son apparition, le menu Bibliothèque.

Le nouveau menu Bibliothèque

En cliquant sur celui-ci, nous entrons dans un espace numérique dédié, dans lequel sont rangés des ouvrages identifiables par une dalle, qui fait apparaître, quand la souris passe dessus, une bulle décrivant le titre de l’ouvrage ou de la collection.

Page d’accueil de la Bibliothèque et dalles

En cliquant sur une dalle, on accède directement au livre ou à la collection. Cette dernière s’ouvre sur une nouvelle série de dalles qui présentent les différents volumes  ou tomes, comme dans l’exemple ci-dessous.

Exemple de collection : les deux volumes de l’histoire d’Henri Geispitz

Le livre s’ouvre ensuite en un clic sur la page de présentation de celui-ci, qui précise les références bibliographiques usuelles : auteur(s) ; titre ; ville, éditeur et année d’édition pour les imprimés ; lieu de conservation, cote et année pour les manuscrits. Autre élément essentiel, le feuilleteur.

Page de présentation du livre et feuilleteur

À y regarder de plus près, le feuilleteur propose plusieurs fonctionnalités de présentation et de navigation : deux onglets « Consulter » et « Index » ; un curseur marginal pour une navigation page à page à l’aide de la souris ou du curseur du clavier ; une frise en pied de page pour une navigation rapide et atteindre directement une page.

Fonctionnalités du feuilleteur

Par exemple, dans ce manuscrit, il est possible d’atteindre directement le folio 6556 grâce à l’outil du bas, puis de poursuivre la consultation avec l’outil latéral.

Exemple de consultation de page

On remarque tout en bas de la page les index de celle-ci, qui prennent l’apparence de boutons gris sur lesquels il est possible de cliquer afin de rebondir vers les autorités liées. Si l’on active le bouton « Saint-Saëns (C.) » et que l’on descend tout en bas de la fiche,  on retrouve non seulement le folio 655 correspondant à Samson et Dalila, mais également l’ensemble des citations de Saint-Saëns dans ce manuscrit, qui offrent la possibilité à leur tour de rebondir vers d’autres fiches et d’autres œuvres dans le livre, voire vers d’autres livres (l’histoire de Geispitz).

Références aux livres de la Bibliothèque rassemblées à la notice Saint-Saëns

Par exemple, en cliquant sur la première entrée du manuscrit Vauclin, nous sommes transporté du folio 655 au folio 40, passant de Samson et Dalila à Ascanio.

Pop up de rebond à partir de l’autorité

Enfin, passons dans l’autre pièce de cette Bibliothèque, qui suggère encore mille idées de rebond : l’onglet index que nous avons introduit plus haut. Au niveau du livre, il permet de retrouver les index complets du livre, tels qu’ils ont été définis par l’éditeur scientifique, et rassemblés par catégorie : auteurs, individus, œuvres, lieux, mais également événements ou ensembles. Dans l’exemple ci-dessous, cet index offre par exemple 688 possibilités de rebonds vers des individus et 698 vers des œuvres.

Index du tome 6 du manuscrit Vauclin

Au niveau de la page, l’onglet index permet d’accéder aux index de la page, voire à d’autres éléments critiques – par exemple, une note ajoutée pour apporter une précision sur un élément de la page qui mériterait un commentaire.

Enfin, signalons deux modes de versement des sources dans Dezède : 1) des fichiers numérisés déposés directement dans Dezède, qu’il est possible de télécharger ou non (selon les projets) ; 2) de simples URL vers les sites de ressources en ligne, comme c’est le cas ci-dessous, où, pour télécharger le document entier, le lecteur doit se rendre sur Gallica (pas de téléchargement direct sur Dezède dans ce cas).

URL de la source

La visite se termine ici pour aujourd’hui, merci !


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Bibliothèque numérique des spectacles », Carnet Dezède, 30/04/2021, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3157
  1. Joann Élart, « Une histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen publiée par le docteur Jules-Édouard Bouteiller entre 1860 et 1880 », in Séverine Féron et Patrick Taïeb (dir.), Écrire l’histoire du théâtre. L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914), Territoires contemporains, n° 8, 2017 [en ligne]. []
  2. Séverine Féron, Patrick Taïeb (dir.), Écrire l’histoire du théâtre. L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914), Territoires contemporains, no 8, nov. 2017 [en ligne]. []
  3. Voir Chapitre III, point 4 in Joann Élart, op. cit. []
  4. Voir notamment Joann Élart, « L’opéra-comique des sources aux études historiques », Carnet Dezède, 13/09/2019, [en ligne] []
  5. Voir notamment Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 07/11/2020, [en ligne] []
  6. Remarquons que l’outil permet autant de paginer que de folioter un ouvrage []

Musique au Trocadéro pour l’Exposition universelle de 1878

Un nouveau dossier par Étienne Jardin

Parmi les bâtiments qui sortent de terre pour l’Exposition universelle de 1878, on compte un espace en partie consacré à la musique : le Palais du Trocadéro, dont la salle de fête peut accueillir plus de 4700 spectateurs.

Avec le souci d’exploiter au mieux ce lieu et de donner à l’art musical une place inédite dans une exposition de ce genre, le ministère de l’Agriculture et du Commerce désigne, dès 1877, une « Commission des auditions musicales », dans laquelle on trouve – entre autres – Charles Gounod, Jules Massenet, Camille Saint-Saëns, Léo Delibes, Théodore Dubois et Ambroise Thomas. Cette assemblée de musiciens se charge de l’organisation d’une série de 110 événements qui se déroule de juin à novembre et ressemble à s’y méprendre à ce que nous nommons aujourd’hui un « festival ».

Responsable scientifique des publications et des colloques du Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française, Étienne Jardin est docteur en Histoire de l’École des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent essentiellement sur la vie musicale en France, depuis la Révolution jusqu’au XXe siècle (enseignement, concert et art lyrique). Fondateur de la revue électronique « Transposition. Musique et sciences sociales », il a dirigé plusieurs ouvrages parus chez Actes Sud, Brepols et Peter Lang.

> lire le dossier dans Dezède