Archives par mot-clé : mis en avant

Dezède accueille son premier stagiaire

Inscrit à l’université de Caen Normandie en Master 2 Arts, Lettres et Civilisations parcours Cinéma option Archives, Jérémy Marino est le premier stagiaire du projet Dezède. Pendant un mois, il va découvrir et s’approprier le portail pour commencer à y développer un dossier en lien étroit avec le projet SpectaNum. Lors d’un précédent stage au Théâtre de Caen, il avait en effet réalisé un répertoire des spectacles donnés dans cette institution entre 2006 et 2018. Le cadre de son stage est donc l’occasion de reprendre une partie de ce travail pour constituer sur Dezède un dossier des concerts de l’Orchestre régional de Normandie au Théâtre de Caen.

> Consulter le dossier L’Orchestre régional de Normandie au Théâtre de Caen (2006-2019) sur Dezède.

Spectacles à Paris sous la Restauration

Séminaire de méthodologie spécialisée avec les M2 de l’université de Rouen (2018-2019)

Mme Casimir dans le rôle d’Anna dans Robin des bois [Der Freischütz] de Weber dans la version française de Castil-Blaze et Sauvage

L’objectif de ce séminaire est de confronter les étudiants à un ensemble de problèmes et de techniques qui se posent quand il s’agit d’appréhender la diversité des spectacles à Paris au XIXe siècle. Nous poursuivrons ainsi à alimenter un dossier expérimental qui sera limité à la reconstitution d’une saison complète (1825-1826) pendant laquelle ont été créés entre autres La Dame blanche à l’Opéra-Comique, Robin des bois à l’Odéon ou Léonidas à la Comédie-Française. Il s’agit d’expérimenter une méthode et d’identifier les sources qui permettront de généraliser et d’automatiser la reconstitution des spectacles à Paris sur une période plus large, par une technologie de moissonnage automatique qui reste à imager. Cette reconstitution cherche tout d’abord à regrouper un corpus documentaire des représentations dans les différents théâtres de la capitale à partir de la presse (annonces, comptes rendus). Dans le cadre de notre expérience, il s’agit des théâtres privilégiés, principaux et secondaires, qui sont alors au nombre de douze. L’histoire des institutions et des salles constitue le second axe de ce projet, puisqu’une arborescence de sous-dossiers facilite un accès aux corpus par institution, puis par salle ou appellation. Enfin, un troisième axe de ce projet est de rassembler les sources primaires et secondaires des œuvres (livrets, partitions) disponibles en ligne sur Gallica, Archive.org ou via Google Books, dans l’esprit du dossier des archives de l’Opéra-Comique (voir à titre d’exemple Gulistan pour le répertoire de l’Opéra-Comique, mais également pour les autres théâtres, voir par exemple L’Homme de la forêt du Théâtre de la Gaité).

Les passionnés d’histoire et de théâtre peuvent nous rejoindre dans cette aventure scientifique à dimension pharaonique !

Source de l’image

> consulter le dossier en cours

Plus d’auteurs dans Dezède ?

La disparition d’une profession qui n’en est pas une

Sans revenir sur la définition du mot auteur (pour laquelle nous renvoyons à celle d’Antoine Campagnon dans son Quatrième cours publié sur Fabula), nous pouvons rappeler les deux sens retenus par le Trésor de la langue française : « I. Celui ou celle qui est la cause première ou principale d’une chose. Synon. créateur, instigateur, inventeur, responsable. II. Domaine des arts, des sc. et des lettres. Celui ou celle qui, par occasion ou par profession, écrit un ouvrage ou produit une œuvre de caractère artistique. »

La notion d’auteur est donc multiple : si un sens restreint désigne effectivement l’écrivain, le sens général englobe toutes personnes faisant autorité par son œuvre, dans tous les domaines des arts. Ainsi, un compositeur est un auteur : alors pourquoi faudrait-il  dire d’un écrivain qu’il est simplement auteur ? L’auteur désigne donc autant le compositeur, le librettiste, l’auteur dramatique, l’écrivain, le poète, le journaliste que le peintre ou le sculpteur. Aussi, pour éviter toute équivocité sur la profession d’un individu, il a été décidé de bannir cette donnée des professions indexées dans Dezède, ce qui a été fait – après migration des centaines de données liées, individus et œuvres – à 15h15 le 16 mars 2019 !

Lancement du projet SpectaNum

Partie intégrante du projet Cornum dédié aux humanités numériques et financé par la région Normandie, SpectaNum est entré dans sa phase de réalisation le 25 février 2019.

Le projet SpectaNum se décline en deux volets complémentaires ayant en commun l’application Dezède qui en sera le support, l’outil de développement et de valorisation. « Orchestres en Normandie » et « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie » ont pour ambition de mettre à la libre disposition d’un public large, allant du chercheur à l’amateur de musique, un patrimoine difficilement accessible (des programmes de concerts et des documents d’archives), sous la forme d’archives numérisées associées à une édition critique.

« Orchestres en Normandie » a pour objectif de reconstituer l’activité des deux orchestres symphoniques normands membres de l’Association française des Orchestres : l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie et l’orchestre régional de Normandie. En activité respectivement depuis 1998 et 1982, ces deux formations aux vocations et aux missions différentes mais complémentaires sont les acteurs et les ambassadeurs de la diffusion de la musique classique non seulement sur le territoire normand, mais également au-delà des frontières régionales. Nous nous proposons de reconstituer sur le portail Dezède tous les programmes de ces deux orchestres depuis leur création. Cette chronologie complète des concerts de ces deux ensembles se présentera sous la forme d’une liste d’événements (date et lieu) contenant les titres des œuvres, ainsi que les noms des interprètes et des ensembles impliqués.

Alors que « Orchestres en Normandie » s’inscrit dans un passé récent et a vocation à s’enrichir au fur et à mesure des futures saisons des orchestres, « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie » se tourne vers un patrimoine plus ancien. Plus souvent, les documents qui feront l’objet d’une numérisation et d’une indexation portent sur un passé plus lointain de l’histoire des théâtres entre le xviiie siècle et le xxe siècle. Nous nous proposons d’indexer ces différents documents, et d’offrir, aux chercheurs et au grand public, un outil de travail accessible en ligne et en lien avec les données déjà présentes sur le site Dezède.

Placé sous la direction scientifique de Joann Élart et Yannick Simon, SpectaNum est entré dans sa phase active depuis le 25 février 2019 et la prise de fonction de Marion Blanc, l’ingénieure d’études qui œuvrera à sa réalisation pendant dix-huit mois.

La Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944)

Ce dossier consacré aux 262 concerts de la Société des concerts du conservatoire de Toulouse entre 1902 et 1944 vient s’ajouter à ceux déjà dédiés à des orchestres régionaux (Angers, Boulogne-sur-Mer, Le Havre, Nancy, etc.). Il confirme l’ambition de Dezède d’élargir l’espace musical à l’ensemble du territoire français et d’en favoriser une approche multipolaire.

Fondée en 1902 par le directeur du conservatoire de la ville, Bernard Crocé-Spinelli, la société toulousaine poursuit son activité jusqu’en 1944 sans discontinuité à l’exception de la période de la Première Guerre mondiale. Au sortir de cette dernière, Crocé-Spinelli est remplacé par Aymé Kunc qui occupe le poste jusqu’à la dissolution de la société. Même si une analyse détaillée reste à faire, on peut relever quelques caractéristiques du répertoire de la société. Il est marqué par son ancrage national et le soutien aux compositeurs locaux. Cette orientation n’empêche pas pour autant une certaine ouverture internationale que traduisent les interprétations de deux œuvres de Gustav Mahler, la Symphonie n°5 le 8 février 1929 et la Symphonie n°4 le 23 mars 1934. Par ailleurs, l’éloignement de la capitale n’empêche pas l’accueil des solistes français et internationaux les plus réputés de la première moitié du XXe siècle.

> consulter le dossier sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « La Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944) », Carnet Dezède, 14/01/2019, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2310