Archives par mot-clé : mis en avant

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 29/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2911

Dupliquer et transformer une donnée

Une série d’événements à la distribution identique ? Dupliquez !

Une nouvelle fonctionnalité très attendue par les utilisateurs a été installée cette année. Elle permet, en un simple clic, de “dupliquer” une donnée, puis de la “transformer”.

Cette fonctionnalité est accessible par le bouton  vert “Dupliquer” qui se trouve en bas à gauche de la fenêtre, à proximité du bouton rouge “Supprimer” (fig. 1). S’agissant d’une fonctionnalité sensible et qu’il faut utiliser avec parcimonie, nous avons préféré la séparer des boutons d’enregistrement ordinaires qui se trouvent, eux, à droite de la fenêtre.

Fig. 1 – Le bouton “Dupliquer”

 

Il est utile de préciser en préambule qu’il est impossible de “dupliquer” une donnée nouvelle, encore non enregistrée, tout comme il est d’ailleurs impossible de la supprimer. Aussi, les boutons de “duplication” et de “suppression” apparaissent-ils seulement une fois le premier enregistrement activé (fig. 2).

Fig. 2 – Lors de la création d’une donnée (ici, un événement), les boutons “Supprimer” et “Dupliquer” ne sont pas accessibles : ils apparaissent après le premier enregistrement.

 

Dupliquer quoi et comment ?

Cette fonctionnalité est très utile, en particulier, pour les séries d’événements caractéristiques des modes de production aujourd’hui, en institution ou en tournée. Elle rend en effet de grands services s’agissant des distributions, souvent lourdes, qui se répètent d’un événement à l’autre : la duplication permet alors de les récupérer in extenso, sans qu’il ne soit nécessaire de les rebâtir, comme c’était le cas précédemment.

Par exemple, la production des Amants magnifiques de Molière, portée entre autres par le Centre de Musique Baroque de Versailles, a été représentée à onze reprises en 2017, entre Massy, Rennes, Le Touquet, Avignon et Reims. La distribution impressionnante compte pas moins de 27 rôles que se répartissent 9 chanteurs, sans compter le directeur musical, le directeur artistique, le chorégraphe, le metteur en scène, le décorateur, le costumier, l’éclairagiste et les 3 ensembles (voir le premier événement de la série).

À partir de ce premier événement achevé et enregistré, il suffit ensuite de cliquer sur le bouton “Dupliquer”. Un bandeau vert s’affiche (fig. 3) indiquant que l’opération a réussi : “L’objet événement […] a été ajouté avec succès. Vous pouvez continuer l’édition ci-dessous”.

Fig. 3 – L’événement vient d’être dupliqué, comme l’indique le bandeau vert.

Dezède vient donc de mettre de côté le premier événement, pour afficher à l’écran, sous le bandeau vert, le second dupliqué. C’est alors qu’il faut apporter à ce doublon parfait les particularités qui le distinguent du premier : la date, l’horaire, le lieu, des changements éventuels de distribution, un complément de programme, etc. Une fois ces corrections réalisées, il suffit alors d’enregistrer pour valider le tout, avant une éventuelle nouvelle duplication. NB. Il est important de noter que l’opération ne duplique pas le lien qui unit la source à l’événement d’origine. Aussi, faudra-t-il recréer ce lien à la source, ou à une autre source, manuellement.

Pensée avant tout pour rendre moins fastidieuse la reconstitution des distributions dans les événements, cette fonctionnalité est toutefois disponible dans les différents modèles de Dezède : il est donc théoriquement possible de dupliquer une source, une œuvre, un individu, un ensemble, un lieu, un rôle, etc., même si en pratique, ce type de duplication n’a pas beaucoup de sens et n’offre pas, ou très peu d’avantages.


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dupliquer et transformer une donnée », Carnet Dezède, 21/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2896

Rechercher directement par pseudonyme

Parmi les dernières évolutions apportées au logiciel, figure celle de la recherche directe par pseudonyme dans la base de données. Jusqu’en février dernier,  il était en effet impossible de retrouver les œuvres en les appelant par leur auteur quand celui-ci signait sous pseudonyme (Molière, Voltaire,  Christophe, etc.) Il fallait ainsi toujours penser à interroger la base de données par leur patronyme (Poquelin, Arouet, Bevilacqua, etc.) pour éviter une recherche infructueuse. En conséquence de cette contrainte, de nombreux doublons étaient régulièrement  créés.

Cette  anomalie est désormais corrigée : l’interrogation de la base de données par le pseudonyme est aussi efficace que par son patronyme. Voici quelques vues extraites de différentes parties du logiciel (le choix de “Voltaire” est purement théorique) :

1) recherche d’une œuvre, dans la table des œuvres, par l’auteur, à “Voltaire” (fig. 1) et “Arouet” (fig. 2)

Fig. 1
Fig. 2

2) recherche d’une œuvre, dans la rubrique des œuvres d’un élément de programme, à “Voltaire” (fig. 3)

Fig. 3

3) recherche d’un individu, dans la rubrique de distribution d’un événement, à “Voltaire” (fig. 4)

Fig. 4

4) recherche d’un individu, dans la rubrique des individus liés (indexation) d’une source, à “Voltaire” (fig. 5)

Fig. 5

5) recherche d’un individu, dans la rubrique des individus des membres d’un ensemble, à “Voltaire” (fig. 6)

Fig. 6

6) recherche dans le moteur de recherche de la barre de menu (recherche simple), à “Voltaire” (fig. 7)

Fig. 7

7) recherche dans le moteur de recherche avec filtres (recherche avancée), à “Voltaire” (fig. 8)

Fig. 8

8) recherche d’un individu, dans l’index général de Dezède, à “Voltaire” (fig. 9) et “Arouet” (fig. 10)

Fig. 9
Fig. 10

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Rechercher directement par pseudonyme », Carnet Dezède, 20/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2884

La création française de Tosca

Dans le cadre du master Musicologie fondamentale et appliquée de l’université Lumière Lyon 2, des étudiants ont rassemblé sous la direction de Jean-Christophe Branger une série d’articles portant sur la création parisienne de Tosca à l’Opéra-Comique, le 13 octobre 1903. L’ensemble de ces documents livre une image contrastée de la réception en France de Puccini et du mouvement vériste . Si la jeune école italienne, qu’incarnent surtout Mascagni, Leoncavallo ou Puccini, rencontre un succès croissant auprès du public, les critiques ou compositeurs français les rejettent dans leur ensemble avec force jusqu’à leur dénier parfois tout talent. Des personnalités éminentes, telles que Dukas ou Fauré, les jugent à l’aune du théâtre wagnérien qui reste encore un modèle absolu à cette époque. De même, André Messager, qui dirige pourtant la création, critique ouvertement le choix de Puccini d’avoir mis le drame de Victorien Sardou en musique. Mais le succès de l’opéra de Puccini ne faiblit pas au point de susciter une étude à charge d’André Coeuroy en 1923.

Consulter le dossier sur Dezède

Odéon

L’Odéon est une institution parisienne fondée en 1782 dont l’activité se poursuit aujourd’hui. Son histoire est résumée par Nicole Wild dans son Dictionnaire des théâtres parisiens. 1807-1914 (Lyon, Symétrie, 2012, p. 289-299). Comme tous les lieux de spectacles à Paris structurés dans Dezède, l’enjeu est d’articuler cette autorité dans un temps long, dans une histoire mouvementée comprenant différents déménagements et appellations (ou “titres » chez Nicole Wild).

 

L’autorité « mère » : Paris, Odéon

Pour tout savoir sur l’Odéon dans Dezède, il faut se rendre sur la fiche « Paris, Odéon », autorité générique de l’institution qui donne accès à toutes les données liées à son histoire depuis 1782. Tout d’abord, elle propose une chronologie dans « Historique » structurée en quatre périodes délimitées par l’histoire des salles qui l’ont hébergé (fig. 1) : le Théâtre-Français du faubourg Saint-Martin de 1782 à l’incendie de 1799 ; une période d’itinérance de la troupe dans différentes salles parisiennes de 1799 à 1808 ; la deuxième salle place de l’Odéon de 1808 à l’incendie de 1818 (suivie d’une petite transition à la salle Favart) ; la troisième salle de l’Odéon ou Second Théâtre-Français de 1819 à nos jours.

Fig. 1 – Chronologie de l’Odéon dans l’autorité “Paris, Odéon”

Les périodes sont ensuite subdivisées en appellations historiques de l’institution : à titre d’exemples, « Théâtre de la Nation » entre 1789 et 1793, « Théâtre de l’Impératrice » entre 1804 et 1814, « Théâtre de l’Odéon » à partir de 1819 ou « Odéon-Théâtre de l’Europe » à partir de 1990 (fig. 1).

Comme souvent en pareil lieu, les appellations apparaissent plus pertinentes que les salles pour structurer les données. Cette logique est d’ailleurs conforme aux pratiques relevées dans les sources. Aussi la chronologie renvoie-t-elle à tout un ensemble de fiches « filles » accessibles par des liens cachés dans la chronologie, mais également dans la liste des « Lieux contenus » (fig. 2 et 3).

Fig. 2 – Le lien caché vers la page du Théâtre de l’Impératrice apparaît en surbrillance dans la “chronologie”
Fig. 3 – Idem dans les “lieux contenus”

La structure que nous proposons, si elle cherche à suivre fidèlement l’histoire de l’Odéon, est en outre simplifiée pour résoudre un certain nombre de difficultés : par exemple, nous avons choisi d’utiliser l’appellation générique « Théâtre de l’Odéon » pour regrouper toutes les variantes « Théâtre royal de l’Odéon », « Théâtre national de l’Odéon » et « Théâtre de l’Odéon », expressions très fuyantes dans les sources selon les changements de régimes politiques. De même, nous avons créé les autorités combinées « Salle-Louvois-Théâtre national » ou « Théâtre du Marais-Salle Favart-Théâtre de la Cité », pour résumer deux brèves époques de l’Odéon durant lesquelles la troupe est en alternance d’une salle à l’autre. Toujours dans le même sens, à certaines époques, sans appellation particulière, nous avons constitué des autorités génériques combinant salle et direction, comme « Théâtre-Français [dir. Sageret] ».

L’autorité générique « Paris, Odéon » donne par ailleurs accès à l’ensemble des événements reconstitués dans Dezède correspondant à des spectacles donnés à l’Odéon (fig. 4), mais également à l’ensemble des œuvres créées à l’Odéon et référencées dans Dezède (fig. 5). Ces deux corpus s’enrichissent régulièrement de nouvelles données. Enfin, une zone de notes permet d’accéder aux ressources en ligne disponibles sur le site officiel de l’Odéon.

Fig. 4 – Liste des événements donnés à l’Odéon et reconstitués dans Dezède (état au 15 avril 2020)
Fig. 5 – Liste des œuvres créées à l’Odéon et disponibles dans Dezède (état au 15 avril 2020)

 

Les « filles » de l’Odéon

Comme précisé précédemment, les fiches « filles » permettent une structuration des données par appellation (ou titre), donc par époque de l’Odéon. Ce choix est déterminant dans l’affichage des données dans Dezède, notamment des événements et des œuvres. Ainsi, chacune de ces données « datées » peuvent être associées à la bonne appellation historique, et non à une appellation générique qui serait anachronique. Par exemple, l’autorité de L’Acte de naissance de Picard attribue la création de cette œuvre “directement” au Théâtre de l’Impératrice, et “indirectement” à l’Odéon en tant qu’institution générique (voir fig. 6).

Fig. 6 – L’autorité de L’Acte de naissance de Picard, comédie créée le 2 octobre 1804 au Théâtre de l’Impératrice, appellation de l’Odéon à cette époque (nous soulignons dans l’image)

Chacune des fiches « filles » contient un bref historique rappelant la période d’activité et les salles correspondantes à l’appellation, ainsi que les événements et les œuvres liés à celle-ci (fig. 7). La structuration des données est ici tout à fait identique à celle de l’autorité générique : ce sont donc deux niveaux de lecture qui sont proposés, avec d’un côté un regroupement des données par appellation, et de l’autre l’institution dans son ensemble.

Fig. 7 – Autorité du “Théâtre de l’Odéon”, appellation de l’Odéon entre 1814/1815 et 1990, fiche “fille” de l’autorité générique “Paris, Odéon”. La notice propose un historique, la liste des événements donnés et des œuvres créées dans ce lieu

 

Protocole à suivre pour la création d’un événement et d’une œuvre

Pour la bonne structuration des données de Dezède, il faut absolument proscrire le lien direct d’une donnée à l’autorité générique (Paris, Odéon), mais bien penser à la lier à une appellation en particulier, donc à une « fille ». Pour retrouver cette appellation, il est impératif de procéder à une vérification dans la chronologie qui fait désormais office de table de correspondance entre les époques et les appellations.

Ainsi, pour un spectacle donné ou une œuvre créée en 1810 à l’Odéon, il faut rechercher dans la rubrique « lieu » la donnée « Paris, Odéon, Théâtre de l’Impératrice » : pour la retrouver, il faut toujours penser à taper ce que l’on recherche d’abord, c’est-à-dire le Théâtre de l’Impératrice, en saisissant les mots importants de l’expression « théâtre impératrice », avec ou sans accent, avec ou sans majuscule (fig. 8) – nous déconseillons d’utiliser les articles dans une recherche, et notamment l’apostrophe, qui peut poser problème.

Fig. 8

Pour plus de pertinence, il peut être ajouté dans la saisie le parent « Odéon », en tapant par exemple « odéon impératrice » (fig. 9).

Fig. 9

En revanche, on évitera de taper « Paris » dans la requête, qui conduit soit exclusivement à l’autorité générique quand la ville est associée à « Odéon » (fig. 10), soit à aucun résultat quand la ville est associée à « Impératrice » (fig. 11).

Fig. 10
Fig. 11

Ces deux résultats en apparence aberrants sont en fait logiques, compte tenu de la structuration récursive des données dans Dezède :

Ville Paris
Institution Odéon
– – Appellation – – Théâtre de l’Impératrice

Autrement dit, pour trouver un lieu dans Dezède, il faut taper un ou plusieurs mots significatifs de ce lieu (théâtre Impératrice), et éventuellement, pour filtrer un peu plus, ajouter un ou plusieurs mots significatifs de son parent direct (Odéon), mais en aucun cas de son grand-parent (Paris).

 

État du corpus

Toutes les appellations de l’Odéon ont été créées (voir lieux contenus) : il est donc inutile d’en créer de nouvelles. Tous ces lieux ont par ailleurs été géolocalisés. Toutes les données liées, événements, œuvres et individus, ont également été relues, et la base de données, nettoyées de tous les doublons.

Toutes questions ou toutes demandes de modifications concernant l’Odéon doivent être adressées à dezede.contact [arobase] gmail.com

Illustration : L’Odéon dans les années 1820, collections de la BnF [en ligne].

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Odéon », Carnet Dezède, 08/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2826