Archives par mot-clé : Mis en avant

Un opus inédit de Ravel : l’orchestration du premier prélude du Fils des étoiles de Satie

Manuel Cornejo, membre associé de l’IReMus depuis juin 2023 et qui vient de recevoir le prix Wicar Musique de la Société des sciences, de l’agriculture et des arts de Lille, propose un nouveau dossier sur Dezède : « Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1912-1917) ». Il regroupe tous les spectacles publics et privés connus, au nombre de six, réunissant Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1875-1953), poétesse, peintre, danseuse et chorégraphe, animatrice de salon, organisatrice de spectacles chorégraphiques.

Parmi ces spectacles, trois sont des soirées privées données dans le salon de Valentine de Saint-Point 19 avenue de Tourville à Paris (7e) : les deux fameuses « soirées apolloniennes » des 17 février et 11 juin 1912 ainsi qu’un autre événement organisé au milieu du mois de juin 1914. Un quatrième spectacle est un concert privé donné dans l’atelier du peintre Henri Siegler-Pascal, ami commun de Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point. Maurice Ravel prit part à ces quatre spectacles comme pianiste, jouant tantôt seul ses morceaux Sonatine et Habanera (dans la transcription pour piano à deux mains de Jacques Charlot), tantôt pour accompagner les trois mélodies de Shéhérazade, tantôt pour interpréter à quatre mains avec Jane Mortier Ma Mère l’Oye ou avec Florent Schmitt les Trois morceaux en forme de poire d’Erik Satie, et même à six mains avec Alfredo Casella et Daniel Chennevière pour Le Rossignol d’Igor Stravinsky.

Les deux autres événements sont les originaux spectacles appelés Métachorie/Danses idéistes conçus par Valentine de Saint-Point, à Paris le 20 décembre 1913 et New York le 3 avril 1917, mêlant poésie, musique, chorégraphie, décors et éclairages. L’ordonnatrice définissait ainsi leur conception dans une lettre ouverte au Figaro du 14 décembre 1913 :

Ma métachorie apporte les danses idéistes, la danse qui n’est pas seulement le rythme plastique sensuellement humain de la musique, mais la danse créée, dirigée cérébralement, la danse qui exprime une idée, arrêtée dans des lignes strictes comme la musique l’est dans le nombre du contrepoint. Au lieu de dépendre exclusivement de la musique, la métachorie n’en est plus l’esclave mais l’égale, toutes deux dépendant de l’idée et soumises à une architecture stricte : celle de la ligne géométrique, celle du nombre. C’est donc l’union parfaite de tous les arts qu’apporte la métachorie 1.

C’est lors de ces deux spectacles que fut exécutée une œuvre orchestrale inédite de Maurice Ravel : Hymne au soleil. Sous ce titre, qui est celui d’un poème de Valentine de Saint-Point, se cache une œuvre de Maurice Ravel jusqu’ici énigmatique, non contextualisée et dont Marcel Marnat parle de « douteuse exécution publique2 » : l’orchestration du premier des trois préludes que compte Le Fils des étoiles (Wagnérie kaldéenne du Sar Peladan) d’Erik Satie.

Nous savions que la transcription pour piano par Erik Satie du premier prélude de la musique de scène du Fils des étoiles (datant de 1892) avait été jouée par Maurice Ravel le 16 janvier 1911 lors du 6e concert de la Société musicale indépendante — un dossier sur cette importante société musicale parisienne cofondée par Maurice Ravel en 1909-1910 est actuellement en cours de réalisation sur Dezède. Nous savions également, grâce à une lettre d’Erik Satie à son frère du 11 avril 1911, que Maurice Ravel songeait à orchestrer les trois préludes du Fils des Étoiles : « Ravel orchestre les préludes du Fils des étoiles pour les donner aux concerts d’avant-garde ». Sur la base de cette lettre, plusieurs biographes de Maurice Ravel ont pris cette affirmation au pied de la lettre et ont indiqué que l’orchestration par Ravel des trois préludes était perdue. Mais, Roland-Manuel, élève et premier biographe de Maurice Ravel dès 1914, s’était bien contenté de ne mentionner que l’orchestration d’un seul prélude par Ravel, sans préciser ni le numéro ni le contexte précis : « Erik Satie : Prélude du Fils des Étoiles (orchestration), 1913 (inédit)3 ». En fait, le dossier réalisé par Manuel Cornejo précise que Maurice Ravel n’orchestra que le premier prélude illustrant le poème Hymne au soleil de Valentine de Saint-Point et que son élève Roland-Manuel orchestra les deuxième et troisième illustrant les poèmes Amour et La Chevelure de Valentine de Saint-Point. Ces trois orchestrations ne furent exécutées qu’aux deux spectacles Métachorie/Danses idéistes de Paris et New York, respectivement sous la direction d’orchestre de Maurice Droeghmans et de Pierre Monteux. Les manuscrits des partitions et matériels d’orchestre qui devaient être entre les mains de Valentine de Saint-Point ne sont pas localisés à ce jour, si tant est qu’ils subsistent, sachant que cette artiste s’était fixée au Caire de 1924 à sa mort en 1953.

Le dossier nous apprend aussi que des œuvres musicales préexistantes d’autres compositeurs furent utilisées par Valentine de Saint-Point pour sa Métachorie : le prélude de La Damoiselle élue de Claude Debussy pour illustrer le poème Laus vitae de Gabriele d’Annunzio, deux des Nocturnes (Nuages et Fêtes) de Claude Debussy pour illustrer deux poèmes indéterminés de Valentine de Saint-Point (uniquement pour le spectacle de New York), le Quintette de Florent Schmitt pour illustrer le poème Après l’été de Valentine de Saint-Point.

Consulter le dossier « Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1912-1917) »

  1. Figaro, 14 décembre 1913. []
  2. Marcel Marnat, Maurice Ravel, Paris, Fayard, 1986, p. 757. []
  3. Roland-Manuel, À la gloire de… Ravel, Paris, Nouvelle Édition critique, 1938, p. 265. []

La critique musicale : l’exemple d’Amédée Méreaux dans le Journal de Rouen

Cours de méthodologie de la rédaction avec les L2 en musicologie à Rouen (2023-2024) dirigé par Frédéric Guérin

En 2024 sera célébré le 150e  anniversaire de la mort du compositeur, pianiste et critique musical rouennais Amédée Méreaux (1802-1874). En marge de la préparation du colloque international qui lui sera consacré à Rouen au mois de mai 2024, les étudiants de deuxième année de licence du parcours musique et musicologie de l’université de Rouen Normandie ont commencé à étudier les écrits de Méreaux, notamment ses nombreuses critiques musicales éditées dans les pages du Journal de Rouen. En effet, le travail de Méreaux comme critique pour le quotidien normand constitue aujourd’hui un témoignage incontournable pour qui s’intéresse à la vie culturelle rouennaise de cette époque.

C’est grâce à ses chroniques régulières et nombreuses que nous sont parvenus les récits détaillés des spectacles représentés au Théâtre des Arts mais aussi ceux du Théâtre Français pour ne citer qu’eux, rendant compte d’événements parfois ordinaires, tels des débuts plus ou moins réussis, mais aussi d’autres aujourd’hui entrés dans la légende du Théâtre des Arts, à une époque où l’institution rouennaise occupait une place de premier plan dans la vie culturelle française : un exemple, la prestation de Célestine Galli-Marié dans La Bohémienne de William Balfe, dont la première rouennaise a eu lieu le 23 avril 1862.

Journal de Rouen, 24 avril 1862, extrait

Cette création est rapportée par une chronique dithyrambique signée par Amédée Méreaux dans le Journal de Rouen du 24 avril 1862. C’est à la suite de cette performance remarquée et unanimement saluée que la cantatrice, future créatrice du rôle de Carmen en 1875, est débauchée par Émile Perrin, directeur de l’Opéra-Comique à l’époque. Elle quittera de ce fait le chef-lieu de la Seine-Inférieure pour débuter à Paris dans le rôle de Zerbine dans une recréation historique de La Servante maîtresse (Pergolesi, 1733) à Favart le 12 août de la même année, au grand dam du public rouennais et d’Amédée Méreaux qui, malgré ses regrets de la voir partir pour Paris, lui prédit bien avant tout le monde, un destin artistique d’envergure nationale.

Compte tenu du nombre considérable de ces chroniques, les étudiants se sont vu confier le dépouillement du Journal de Rouen pour la période allant de 1851 à 1871. Ce travail est en cours d’intégration dans Dezède. À ce jour, cette collecte encore loin d’être exhaustive, s’élève à 497 sources créées et indexées à la fiche d’autorité d’Amédée Méreaux sur Dezède. Une fois cette étape franchie, les étudiants se sont formés à la transcription diplomatique, apprentissage dispensé à l’aide du tutoriel intégré à Dezède [LIEN]. Grâce à cet outil d’autoformation, les étudiants pourront ensuite s’essayer à la transcription des critiques de Méreaux pour lesquelles ils ont créé la source. Ce travail gigantesque permet de constituer les premier jalons d’un projet futur d’édition critique des écrits de Méreaux.

La dernière partie de ce cours aura pour but d’examiner les chroniques d’Amédée Méreaux et de les mettre en parallèle à d’autres critiques rédigées par certains de ses illustres contemporains, tels Hector Berlioz ou Jules Lovi afin de replacer le style littéraire si caractéristique du Rouennais d’adoption au cœur de l’histoire de la critique musicale française au XIXe siècle.

Consulter la fiche Amédée Méreaux

L’opéra-comique pendant la Révolution française et le Consulat (1789-1799)

par Maxime Margollé

Ce dossier propose une chronologie complète des spectacles donnés à l’Opéra-Comique du début de la Révolution en 1789 à celui du Directoire en 1799. Il réunit plusieurs milliers d’événements (3644).

Si la trêve pascale interrompt l’activité du théâtre Favart jusque dans les premières années de la Révolution, le rythme des représentations est ininterrompu à partir de 1792. En dehors de circonstances exceptionnelles, liées ou non aux événements révolutionnaires, l’Opéra-Comique ouvre tous les soirs de la semaine et met à l’affiche chaque jour deux ou trois œuvres, lyriques ou non, 365 jours par ans. À cette époque, le répertoire du théâtre est composé d’environ 150 œuvres (opéras-comiques, pièces de théâtre, vaudevilles, etc.), et s’enrichit chaque année d’une douzaine de créations faisant appel aux principaux compositeurs de la période : Grétry, Dalayrac, Méhul, Cherubini, etc.

La chronologie de l’Opéra-Comique pendant la Révolution française permet non seulement d’avoir une vision plus précise des différentes transformations des genres lyriques français de la période mais également d’aborder de manière originale l’histoire culturelle, musicale et théâtrale du pays entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle.

Ce dossier constitue l’une des annexes du livre de Maxime Margollé en cours de publication, Le répertoire d’opéra-comique pendant la Révolution (1789-1801), contribution à l’histoire musicale et théâtrale d’un genre hybride (Paris, Hermann, à paraître en 2023). Il inaugure par ailleurs une vaste chronologie  consacrée à l’Opéra-Comique, dont Dezède conserve déjà les archives1 et où l’on peut désormais consulter 19499 événements au 3 octobre 2023 : 1596 sous le Consulat (1799-1804), dir. Maxime Margollé (à paraître prochainement) ; 1021 sous le Premier Empire (1804-1814), dir. Joann Élart (en cours) ; 5276 sous la Restauration (1814-1830), dir. Joann Élart (terminé, en cours de relecture) ; 1325 sous la Deuxième République (1848-1852), dir. Frédéric Guérin (en cours) ; 2028 sous le Second Empire (1852-1870), dir. Frédéric Guérin (en cours), période qui contient dossier achevé sur la direction d’Émile Perrin2 ; 4206 pour la 1re période de la Troisième République (1870-1914) dir. Lucia Pasini (en cours) ; pour le moment, la chronologie du siècle suivant reste embryonnaire. La première période depuis la réunion des troupes en 1762 et la Monarchie de Juillet sont deux grands chantiers à lancer pour publier à moyen terme la première chronologie complète de l’institution tricentenaire entre 1762 et 1914.

Consulter le dossier

  1. Archives de l’Opéra Comique [en ligne] https://dezede.org/dossiers/archives-opera-comique/ []
  2. Frédéric Guérin (dir.), « La seconde direction d’Émile Perrin (1862) », Dezède [en ligne]. dezede.org/dossiers/id/229/ []

Au cœur de l’Opéra-Comique de la Deuxième République au Second Empire

Cours d’initiation à la recherche avec les L3 en musicologie à Rouen (2022-2023) dirigé par Frédéric Guérin

Journal de bord de l’Opéra-Comique, 2 décembre 1852, BnF, BMO [REG. OC-4

L’année universitaire 2022-2023 a été l’occasion pour les étudiants de troisième année de licence du parcours Musique et Musicologie de l’université de Rouen Normandie, de s’initier à la recherche grâce à la consultation et à la confrontation de différentes sources.

La première étape de cette initiation a débuté par une étude systématique du Journal de bord de l’Opéra-Comique rédigé par le régisseur du théâtre, Victor Avocat (1797-1880). Numérisée depuis peu par la Bibliothèque nationale de France et donc accessible plus aisément, cette collection s’étend de la saison 1849-1850 jusqu’au départ à la retraite du régisseur en 1875-1876.

La période dépouillée par les étudiants s’étend du jour de proclamation de l’Empire, le 2 décembre 1852 (BMO [REG. OC-4) à la fin de la saison 1853-54 (BMO [REG. OC-5). La consignation systématique des horaires des répétitions du matin, des participants, des artistes indisposés, des programmes de chaque soirée, des heures de début des spectacles, de leur durée, mais aussi différents rapports d’incidents font de ces écrits une compilation de témoignages et de données d’une richesse difficilement égalable. Ce sont pas moins de 824 soirées à l’Opéra-Comique qui ont été ainsi reconstituées par les étudiants.

Célestine Galli-Marié dans Mignon (Ambroise Thomas, Favart II, 1866), source BnF

Malheureusement, la collection de ces Journaux de bord conservée par la Bibliothèque-Musée de l’Opéra de Paris est lacunaire. En effet, les journaux de Victor Avocat sont manquants pour les saisons 1851-1852 (Seconde République) et 1869-1870. Aussi, cela a été l’occasion pour les étudiants d’explorer d’autres sources et de se familiariser avec la consultation de la presse ancienne disponible sur le portail RetroNews (BnF) afin de combler ces manques : ce sont respectivement 233 et 212 événements supplémentaires qui ont été traités à partir des journaux. Si la presse a la réputation d’être sans doute moins fiable et moins complète que les journaux d’Avocat, elle est cependant incontournable puisqu’elle demeure parmi les seuls documents permettant la transcription de la programmation de l’Opéra-Comique, surtout après la destruction de la majorité des archives de l’institution lors de l’incendie de la deuxième salle Favart en 1887.

Consultez les dossiers (en cours de réalisation) « L’Opéra-Comique sous la Deuxième République » et « L’Opéra-Comique sous le Second Empire ».

Les mises en scène de La Belle au bois dormant à Saint-Petersbourg et à Moscou (1890-1919)

par Bella Sardarova

La Belle au bois dormant, l’un des ballets les plus connus du répertoire classique, été créé le 3 janvier 1890 au théâtre Mariinsky par Ivan Aleksandrovič Vsevoložskij (livret, esquisses des costumes), Marius Petipa (chorégraphie, livret) et Piotr Ilitch Tchaïkovski (musique). Les rôles principaux ont été tenus par Carlotta Brianza (Aurore), Pavel Gerdt (Désiré), Maria Petipa (Fée de Lilas) et Enrico Cecchetti (Carabosse). Spectacle somptueux, ce ballet a révolutionné le genre et a trouvé un public pendant de nombreuses années. Vers 1903, La Belle au bois dormant devient le deuxième ballet le plus populaire des théâtres impériaux, cédant juste à La Fille du Pharaon – autre œuvre de Petipa. Bien des années plus tard, elle est jouée de cinq à dix fois par saison.

Ce dossier regroupe 268 représentations de La Belle au bois dormant au Théâtre Mariinsky à Saint-Petersbourg, où l’œuvre est créée le 3 janvier 1890, et au Bolchoï à Moscou, où elle est donnée pour la première fois le 29 janvier 1899. La chronologie rassemble ainsi la plupart des représentations de ce ballet données du vivant de son créateur, Marius Petipa.

Bella Sardarova a produit ce dossier durant la réalisation de son mémoire de master, soutenu à l’université de Rouen Normandie, le 28 septembre 2023, intitulé La Belle au bois dormant de Piotr Tchaïkovski et de Marius Petipa : un tournant dans l’histoire du ballet.

Consulter le dossier