Archives par mot-clé : Monsigny

Monsigny des Romantiques

Maquette de costume pour Le Déserteur de Monsigny et Sedaine, dans la version d’Adam. Dessin de Charles Bianchini (1893). – Collections de la Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-O ICO THE-115 (4)

Que reste-t-il des chefs-d’œuvre de Monsigny dans la deuxième moitié du siècle des Romantiques ? La consultation rapide des registres de perception du droit d’auteur de la SACD révèle la présence de deux classiques de Sedaine et Monsigny dans les affiches des théâtres parisiens de la Seconde République, du Second Empire et du début de la Troisième République. Il s’agit tout d’abord du Déserteur (1769) dans une version remaniée et réorchestrée par Adolphe Adam en 1843 et de Rose et Colas (1764) présentée au contraire dans une version originale restaurée par François-Auguste Gevaert en 1862. Ce dossier réalisé sous la direction de Joann Élart propose de suivre la production tardive de ces deux œuvres inscrites au patrimoine de l’Opéra-Comique, qui révèle dans la capitale, entre 1853 et 1872, outre leur présence dans les affiches de l’institution-mère, un glissement inattendu dans un théâtre né de la libéralisation de 1864, les Fantaisies-Parisiennes, et d’autre part en province, entre 1866 et 1892, une réplique des vogues parisiennes.

> lire le dossier “ Monsigny des Romantiques ”


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Monsigny des Romantiques », Carnet Dezède, 18/11/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3059

Vers de nouveaux corpus : musiques de film et registres de la SACD

Cours de méthodologie spécialisée avec les étudiants inscrits en deuxième année de master de musicologie à l’université de Rouen (2015-2016)
Rose
Maquette du costume de Mlle Lionois par Louis-René Boquet, pour Rose et Colas, 1764, Bibliothèque nationale de France (Bibliothèque-Musée de l’Opéra) [D216 III-78

Trois expérimentations sont au programme de ce cours placé sous la responsabilité de Joann Élart.

Nous nous interrogerons tout d’abord sur les musiques de film, et en particulier, sur la manière de produire une autorité simple dans Dezède. L’objectif est de constituer, en présence d’une promotion d’étudiants spécialisée dans ce domaine, un ensemble d’autorités permettant de réfléchir à la modélisation de ce type de données entrant de plus en plus dans la composition des programmes de concert en France (lire ce billet). De fait, une autorité de musique de film est forcément reliée au film dont elle est issue. Pour autant, elle n’est pas obligatoirement autonome et peut être empruntée au répertoire symphonique classique, qu’il s’agisse d’une symphonie de Beethoven ou d’un concerto de Vivaldi.

Dans un deuxième temps, nous traiterons un échantillon extrait des registres de la SACD entre 1850 et 1890 : d’un côté, les registres des départements ; de l’autre, les registres des théâtres parisiens. Nous avons choisi un auteur en particulier, Pierre-Alexandre Monsigny (1729-1817), mis à l’honneur par la reprise de Rose et Colas à l’Opéra-Comique en 1862, parallèlement aux représentations du Déserteur depuis la reprise de 1844. Ces deux opéras-comiques composés sur des livrets de Michel-Jean Sedaine (1719-1797) seront au cœur de la communication que prononceront Patrick Taïeb et Joann Élart lors du colloque organisé par Judith Le Blanc, Raphaëlle Legrand et Marie-Cécile Schang les 13 et 14 mai à l’Hôtel Lauzu, Le théâtre de Sedaine : une œuvre en dialogue. Sources, diffusion, rayonnement. Tout en réfléchissant à des aspects méconnus touchant à l’économie du spectacle sous la Troisième République, les étudiants investis dans le projet participeront à la préparation de données qui feront l’objet d’une présentation lors de ce colloque.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique en poursuivant le chantier inauguré avec les étudiants de L2 qui consiste à produire une histoire des théâtres parisiens : à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats), chaque étudiant reconstituera une journée de l’intense activité théâtrale quotidienne, pour produire in fine un échantillon mensuel de la vie des spectacles dans la capitale en janvier 1826, immédiatement après la création La Dame blanche de Boieldieu.

Source de l’illustration

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Vers de nouveaux corpus : musiques de film et registres de la SACD », Carnet Dezède, 18/04/2016, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/252