Archives par mot-clé : Opéra-Comique

L’opéra-comique pendant la Révolution française et le Consulat (1789-1799)

par Maxime Margollé

Ce dossier propose une chronologie complète des spectacles donnés à l’Opéra-Comique du début de la Révolution en 1789 à celui du Directoire en 1799. Il réunit plusieurs milliers d’événements (3644).

Si la trêve pascale interrompt l’activité du théâtre Favart jusque dans les premières années de la Révolution, le rythme des représentations est ininterrompu à partir de 1792. En dehors de circonstances exceptionnelles, liées ou non aux événements révolutionnaires, l’Opéra-Comique ouvre tous les soirs de la semaine et met à l’affiche chaque jour deux ou trois œuvres, lyriques ou non, 365 jours par ans. À cette époque, le répertoire du théâtre est composé d’environ 150 œuvres (opéras-comiques, pièces de théâtre, vaudevilles, etc.), et s’enrichit chaque année d’une douzaine de créations faisant appel aux principaux compositeurs de la période : Grétry, Dalayrac, Méhul, Cherubini, etc.

La chronologie de l’Opéra-Comique pendant la Révolution française permet non seulement d’avoir une vision plus précise des différentes transformations des genres lyriques français de la période mais également d’aborder de manière originale l’histoire culturelle, musicale et théâtrale du pays entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle.

Ce dossier constitue l’une des annexes du livre de Maxime Margollé en cours de publication, Le répertoire d’opéra-comique pendant la Révolution (1789-1801), contribution à l’histoire musicale et théâtrale d’un genre hybride (Paris, Hermann, à paraître en 2023). Il inaugure par ailleurs une vaste chronologie  consacrée à l’Opéra-Comique, dont Dezède conserve déjà les archives1 et où l’on peut désormais consulter 19499 événements au 3 octobre 2023 : 1596 sous le Consulat (1799-1804), dir. Maxime Margollé (à paraître prochainement) ; 1021 sous le Premier Empire (1804-1814), dir. Joann Élart (en cours) ; 5276 sous la Restauration (1814-1830), dir. Joann Élart (terminé, en cours de relecture) ; 1325 sous la Deuxième République (1848-1852), dir. Frédéric Guérin (en cours) ; 2028 sous le Second Empire (1852-1870), dir. Frédéric Guérin (en cours), période qui contient dossier achevé sur la direction d’Émile Perrin2 ; 4206 pour la 1re période de la Troisième République (1870-1914) dir. Lucia Pasini (en cours) ; pour le moment, la chronologie du siècle suivant reste embryonnaire. La première période depuis la réunion des troupes en 1762 et la Monarchie de Juillet sont deux grands chantiers à lancer pour publier à moyen terme la première chronologie complète de l’institution tricentenaire entre 1762 et 1914.

Consulter le dossier

  1. Archives de l’Opéra Comique [en ligne] https://dezede.org/dossiers/archives-opera-comique/ []
  2. Frédéric Guérin (dir.), « La seconde direction d’Émile Perrin (1862) », Dezède [en ligne]. dezede.org/dossiers/id/229/ []

Au cœur de l’Opéra-Comique de la Deuxième République au Second Empire

Cours d’initiation à la recherche avec les L3 en musicologie à Rouen (2022-2023) dirigé par Frédéric Guérin

Journal de bord de l’Opéra-Comique, 2 décembre 1852, BnF, BMO [REG. OC-4

L’année universitaire 2022-2023 a été l’occasion pour les étudiants de troisième année de licence du parcours Musique et Musicologie de l’université de Rouen Normandie, de s’initier à la recherche grâce à la consultation et à la confrontation de différentes sources.

La première étape de cette initiation a débuté par une étude systématique du Journal de bord de l’Opéra-Comique rédigé par le régisseur du théâtre, Victor Avocat (1797-1880). Numérisée depuis peu par la Bibliothèque nationale de France et donc accessible plus aisément, cette collection s’étend de la saison 1849-1850 jusqu’au départ à la retraite du régisseur en 1875-1876.

La période dépouillée par les étudiants s’étend du jour de proclamation de l’Empire, le 2 décembre 1852 (BMO [REG. OC-4) à la fin de la saison 1853-54 (BMO [REG. OC-5). La consignation systématique des horaires des répétitions du matin, des participants, des artistes indisposés, des programmes de chaque soirée, des heures de début des spectacles, de leur durée, mais aussi différents rapports d’incidents font de ces écrits une compilation de témoignages et de données d’une richesse difficilement égalable. Ce sont pas moins de 824 soirées à l’Opéra-Comique qui ont été ainsi reconstituées par les étudiants.

Célestine Galli-Marié dans Mignon (Ambroise Thomas, Favart II, 1866), source BnF

Malheureusement, la collection de ces Journaux de bord conservée par la Bibliothèque-Musée de l’Opéra de Paris est lacunaire. En effet, les journaux de Victor Avocat sont manquants pour les saisons 1851-1852 (Seconde République) et 1869-1870. Aussi, cela a été l’occasion pour les étudiants d’explorer d’autres sources et de se familiariser avec la consultation de la presse ancienne disponible sur le portail RetroNews (BnF) afin de combler ces manques : ce sont respectivement 233 et 212 événements supplémentaires qui ont été traités à partir des journaux. Si la presse a la réputation d’être sans doute moins fiable et moins complète que les journaux d’Avocat, elle est cependant incontournable puisqu’elle demeure parmi les seuls documents permettant la transcription de la programmation de l’Opéra-Comique, surtout après la destruction de la majorité des archives de l’institution lors de l’incendie de la deuxième salle Favart en 1887.

Consultez les dossiers (en cours de réalisation) « L’Opéra-Comique sous la Deuxième République » et « L’Opéra-Comique sous le Second Empire ».

Atelier Dezède #4 (Zoom, 18 juin 2022)

L’équipe Dezède organise son quatrième atelier à destination des contributeurs du site et des chercheurs

Proposé en visio-conférence, l’atelier Dezède reviendra tout d’abord sur la vie du projet, son pilotage institutionnel et son financement.

Organisé cette année avec le soutien du consortium Musica2 auquel Dezède est associé, il reçoit Kévin Roger, ingénieur de recherches rattaché à la MSH Val de Loire et à la TGIR Huma Num, pour présenter le nouveau consortium dont la première réunion plénière est prévue à Tours les 23 et 24 juin.

Toujours en matinée, un petit temps sera consacré aux évolutions de Dezède mises en œuvre depuis le dernier atelier en 2021. Enfin, la matinée terminera sur une série de quatre présentations, pour valoriser les publications de Stella Rollet et d’Étienne Jardin associées à Dezède, pour présenter le projet de l’abbaye de Fontfroide porté par Mariùs Bernado, et pour annoncer la première rencontre humanités numériques et musicologie, en partenariat avec Musica2, que nous organisons dans le cadre de notre dixième anniversaire sur la thématique suivante : quel avenir pour la musicologie numérique ?

L’après-midi sera consacré comme les années précédentes à des présentations de dossier. Chaque intervenant présentera un projet en cours de réalisation, à venir ou achevé. La perspective est avant tout celle de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Nous accueillerons cette année Manuel Cornejo (Ravel), Danieli Longo Benedetti (Société musicale indépendante), Étienne Jardin (Société nationale de Musique), Lucia Pasini (l’Opéra-Comique sous la IIIe République),  Marianne Bouchardon (répertoire des critiques dramatiques), Joann Élart (structuration des lieux de spectacle à Paris), Yannick Simon ( Ring et Orchestres symphoniques français). Enfin, la dernière partie de la journée permettra de faire le point sur des questions méthodologiques sur Dezède.

Les intervenants : Danieli Longo Benedetti (Sao Polo), Mariùs Bernados (Catalogne), Marianne Bouchardon, Manuel Cornejo, Joann Élart, Étienne Jardin, Lucia Pasini (Turin), Kévin Roger, Stella Rollet, Yannick Simon.

La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre l’Empire et la monarchie de Juillet

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2021-2022)
Costume d’Elleviou dans le rôle de Jean de Paris, opéra-comique de Saint-Just et Boieldieu (avril 1812), dessin de Joly. – Collections BnF
Comme les années précédentes, le cours de méthodologie d’initiation à la recherche propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements au XIXe siècle, en partant de sources variées (archives, presse, ouvrages) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous terminerons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration, et poursuivrons celle initiée sous  l’Empire. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir de différents registres (recettes journalières, recettes à la porte, perception des droits d’auteurs) conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra. Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre mai 1812 et mai 1828, à laquelle nous ajouterons les derniers mois de la Restauration à partir de juin 1828, ainsi que les premiers mois de 1812. Les archives de l’Opéra-Comique sont hélas lacunaires sur la fin de la Restauration (du 13 août 1828 au 15 avril 1829, ainsi qu’à partir du 13 juin 1830 jusqu’aux Trois glorieuses, les registres sont manquants).
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée du mois de septembre ou d’octobre 1825, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826 durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective le répertoire de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise sous l’Empire à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier celui de l’Opéra-Comique. Nous nous intéresserons à l’année 1812.
Dans un quatrième et dernier temps, nous achèverons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une “bibliothèque numérique des spectacles”. Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année le premier volume  de l’Histoire des théâtres de Rouen de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860) .

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)


Source des illustrations : Gallica

 

Monsigny des Romantiques

Maquette de costume pour Le Déserteur de Monsigny et Sedaine, dans la version d’Adam. Dessin de Charles Bianchini (1893). – Collections de la Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-O ICO THE-115 (4)

Que reste-t-il des chefs-d’œuvre de Monsigny dans la deuxième moitié du siècle des Romantiques ? La consultation rapide des registres de perception du droit d’auteur de la SACD révèle la présence de deux classiques de Sedaine et Monsigny dans les affiches des théâtres parisiens de la Seconde République, du Second Empire et du début de la Troisième République. Il s’agit tout d’abord du Déserteur (1769) dans une version remaniée et réorchestrée par Adolphe Adam en 1843 et de Rose et Colas (1764) présentée au contraire dans une version originale restaurée par François-Auguste Gevaert en 1862. Ce dossier réalisé sous la direction de Joann Élart propose de suivre la production tardive de ces deux œuvres inscrites au patrimoine de l’Opéra-Comique, qui révèle dans la capitale, entre 1853 et 1872, outre leur présence dans les affiches de l’institution-mère, un glissement inattendu dans un théâtre né de la libéralisation de 1864, les Fantaisies-Parisiennes, et d’autre part en province, entre 1866 et 1892, une réplique des vogues parisiennes.

> lire le dossier “ Monsigny des Romantiques ”