Archives par mot-clé : Opéra-Comique

La création française de Tosca

Dans le cadre du master Musicologie fondamentale et appliquée de l’université Lumière Lyon 2, des étudiants ont rassemblé sous la direction de Jean-Christophe Branger une série d’articles portant sur la création parisienne de Tosca à l’Opéra-Comique, le 13 octobre 1903. L’ensemble de ces documents livre une image contrastée de la réception en France de Puccini et du mouvement vériste . Si la jeune école italienne, qu’incarnent surtout Mascagni, Leoncavallo ou Puccini, rencontre un succès croissant auprès du public, les critiques ou compositeurs français les rejettent dans leur ensemble avec force jusqu’à leur dénier parfois tout talent. Des personnalités éminentes, telles que Dukas ou Fauré, les jugent à l’aune du théâtre wagnérien qui reste encore un modèle absolu à cette époque. De même, André Messager, qui dirige pourtant la création, critique ouvertement le choix de Puccini d’avoir mis le drame de Victorien Sardou en musique. Mais le succès de l’opéra de Puccini ne faiblit pas au point de susciter une étude à charge d’André Coeuroy en 1923.

Consulter le dossier sur Dezède

Grandeur et vicissitudes de la direction d’Opéra

Colloque à l’Opéra Comique, 21 et 22 novembre 2019

ll n’y a jamais eu un profil spécifique pour diriger un opéra. Prendre la tête d’une institution, ce n’est pas forcément une vocation, mais plutôt le sentiment d’une nécessité pour faire évoluer les spectacles, ou une opportunité dans une carrière plurielle. L’entrepreneur, l’interprète, le musicien, le metteur en scène sont ainsi amenés à composer avec le public, les artistes, et surtout avec l’économie de cet art coûteux… et politique. En cette saison 2019 de l’Opéra Comique, où figurent Favart, Adam, Offenbach, Carré mais aussi Lully, Durazzo, etc., penchons-nous sur ces destins singuliers qui ont façonné l’histoire de l’opéra en Europe.

Programme

JEUDI 21 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : L’Opéra Comique au XVIIIe siècle

Ouverture par Jean-Claude Yon : Au cœur du monde lyrique, les directeurs d’opéra

Bertrand Porot (Université de Reims) : La co-direction de l’Opéra-Comique par Jean Monnet et Charles Favart dans les années 1740

Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université et IReMus) : Jean Monnet à Lyon (1745-1747) : histoire d’une déconfiture financière

Emanuele De Luca (Université Côte d’Azur – CTEL) : La direction de la Comédie-Italienne de Paris entre XVIIe et XVIIIe siècle.

  • 14h30-17h30 : Une fonction semée d’embûches

Joann Élart (Université de Rouen) : Diriger jusqu’à la mort : le cas de l’infortuné Louis Michu à Rouen

Patrick Taïeb et Coralie Grandjean (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Les directeurs de l’Opéra de Montpellier pendant le Second Empire

Sabine Teulon-Lardic (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : À la conquête de nouveaux publics d’opéra au boulevard du Temple : Adolphe Adam à l’Opéra National (1847-1848)

Jean-Christophe Branger (Université de Lyon 2) : La résurrection éphémère du Théâtre-Lyrique à l’Eden-Théâtre sous la direction d’Henry Verdhurt : une « débâcle théâtrale » ?

VENDREDI 22 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : Diriger l’Opéra Comique au XIXe siècle

Maxime Margollé (ESPE de Lille) : Un pour tous, tous pour un : l’Opéra-Comique en société aux XVIIIe et XIXe siècles

Roxane Martin (Université de Lorraine) : Pixerécourt, directeur de l’Opéra Comique (1824-1827)

Frédéric Guérin (Université de Rouen) : L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin

Lesley Wright (University of Hawai‘i at Mānoa) : Carvalho et l’utilisation de la presse à des fins publicitaires (1876-1887)

  • 14h30-17h00 : Réinventer la direction d’opéra

Michela Niccolai (Sorbonne Université) : Albert Carré, directeur de théâtre entre XIXe et XXe siècles

Claire Paolacci (Sorbonne Université) : Albert Carré : un directeur parangon ou épigone de Jacques Rouché ?

Rencontre et discussion avec Olivier Mantei, directeur de l’Opéra Comique

La seconde direction d’Émile Perrin (1862) par Frédéric Guérin

Perrin, le directeur thaumaturge

Suite à la soutenance de son master L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin (université de Rouen Normandie, 15 novembre 2019, 258 p.), Frédéric Guérin publie dans Dezède le dossier  “La seconde direction d’Émile Perrin (1862)” correspondant à l’une de ses annexes.

Il regroupe l’intégralité de la programmation des soirées de la deuxième salle Favart comprises entre le 27 janvier 1862, date de la nomination d’Émile Perrin à la direction de l’Opéra-Comique, et le 19 décembre 1862, veille de son départ de la salle Favart pour la direction du Théâtre Impérial de l’Opéra. Cette période se trouve à cheval entre la fin des saisons 1861-1862 et 1862-1863.

La présentation du dossier apporte quelques pistes de compréhension et de réflexion tirées des conclusions de son étude, que l’auteur a également présentée lors du colloque qui s’est tenu à l’Opéra Comique les 21 et 22 novembre dernier, portant sur la direction d’opéra.

> Voir le dossier La seconde direction d’Émile Perrin (1862) sur Dezède

Illustration : Perrin. Directeur du Théâtre-Français, Atelier Nadar, 1875-1895, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-238 (9)

L’opéra-comique des sources aux études historiques

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2019-2020)
Maquette du Freischütz (acte I) dessinée par Émile Daran, pour la mise en scène d’Adolphe Mayer au Théâtre national de l’Opéra – Palais Garnier, le 3 juillet 1876.
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche reprend du service pour la septième année consécutive (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart). Il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements aux XIXe  et XXe siècles, en partant des sources (archives, presse) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1824, à laquelle nous ajouterons donc les années 1825 et 1826.
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826, durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires  en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique.
Dans un quatrième et dernier temps, nous inaugurons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une « bibliothèque numérique des spectacles ». Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année sur le tome 6 de l’Histoire du Théâtre des Arts de Rouen de Charles Vauclin (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen)  et sur le tome 1 de l’Histoire des théâtres de Rouen  de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Source des illustrations : Gallica

Pour citer ce billet : Joann Élart, « L’opéra-comique des sources aux études historiques », Carnet Dezède, 13/09/2019, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2628

De l’opéra-comique à l’opérette à Paris et en province

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2018-2019)
Esquisse du décor du premier acte de La Dame blanche en 1825 (BnF, BMO scènes-Res La Dame Blanche-1)
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche reprend du service pour la sixième année consécutive (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart). Il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements aux XIXe  et XXe siècles, en partant des sources (archives, presse, programmes) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.

Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1823 et 1826, à laquelle nous ajouterons donc les années 1823 et 1824.

Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, nous pourrons mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à un échantillon constitué autour de la création de La Dame blanche.

Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet, pour prendre conscience de la circulation des répertoires parisiens en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique.

Dans un quatrième et dernier temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Pour citer ce billet : Joann Élart, « De l’opéra-comique à l’opérette à Paris et en province », Carnet Dezède, 22/09/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1239