Archives par mot-clé : Opéra-Comique

Écrire l’histoire des théâtres

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Une république symbolique en costume d’Opéra-Comique, d’une main tient une bannière tricolore, de l’autre une épée, un rameau d’olivier et une balance (BNF, Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4)

Les actes de la journée d’études dijonnaise viennent de paraître dans le huitième numéro de la revue Territoires contemporains. Ils contiennent une introduction (Séverine Féron et Patrick Taïeb) et quatre parties :  1. Écrire l’histoire de l’Opéra-Comique (James Arnold, Cécile Reynaud) ; 2. Écrire l’histoire des théâtres de province (Sabine Teulon-Lardic, Joann Élart) ; 3. Méthodes et référencements (Séverine Féron, Léonor Delaunay) ; 4. Entre petite et grande Histoire (Mélanie Guérimand, Emmanuel Reibel).

“ Alors qu’un important travail de réhabilitation de l’œuvre de Castil-Blaze (1784-1857) est en cours, il a paru nécessaire de mettre en perspective ces premières histoires « officielles » des théâtres lyriques de Paris. Il s’agit de mesurer la place et la pertinence qu’occupent ces volumes publiés pour partie dès 1835 sous forme de feuilletons dans la presse parisienne, au regard de la bibliographie sur l’histoire des théâtres en France, de dégager une chronologie, de mettre à jour des méthodes et des démarches historiques, et de s’interroger sur les profils des auteurs et les buts qu’ils poursuivent.

C’est ce que propose le présent volume regroupant huit articles rédigés à l’issue d’une journée d’études qui s’est tenue à l’Opéra de Dijon en mai 2016 et qui était organisée par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 du CNRS), soutenu par le département de musicologie et l’UFR de sciences humaines de l’Université Bourgogne Franche-Comté, l’Université Montpellier III et l’Institut de Recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (UMR 5186 du CNRS). […] ” (Séverine Féron et Patrick Taïeb)

 > Lire la suite de l’introduction

> Table des matières

Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2017-2018)
Masset dans le rôle de Georges Brown (La Dame blanche)

Le cours de méthodologie reprend pour la cinquième année consécutive. Désormais inscrit en troisième année, il croise à nouveau le chemin des étudiants de l’an dernier qui avaient participé à ce programme (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Dans un premier temps, nous poursuivrons notre reconstitution d’un échantillon de l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats). Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à notre échantillon commencé en décembre 1825.

Dans un second temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

Dans un troisième temps, nous feuilletterons les pages de vieux numéros de Rock & Folk, à la recherche des annonces de concert à la fin des années 60 et au début des années 70. Nous voudrions ainsi poursuivre une réflexion déjà engagée sur le traitement de ce genre de spectales dans Dezède.

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

> Voir le dossier en cours  “ Rock en Seine-Maritime : des Yéyés au Punk (1968-1977) ” sous la direction de Thomas Bacquet

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970 », Carnet Dezède, 19/10/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/601

Dezède dans Mémoire d’avenir, le journal des Archives nationales de France

On parle de Dezède dans le dernier numéro de Mémoire d’Avenir ! C’est une belle invitation à découvrir ou redécouvrir le dossier Archives de l’Opéra Comique.

 

 

 

 

Référence de l’article

« L’Opéra-Comique : un nouvel inventaire pour fêter trois cents ans de créations théâtrales », Mémoire d’avenir. Le Journal des Archives nationales, no 27,‎ juillet-septembre 2017, p. 4.

 

 

> Téléchargez le numéro en PDF

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dezède dans Mémoire d’avenir, le journal des Archives nationales de France », Carnet Dezède, 09/07/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/558

Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen (2017)

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en deuxième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2016-2017)
Mme Potier dans le rôle de Jenny (La Dame blanche) Paris, Martinet, 1841 BNF, BMO C-261 (15-1478)
Mme Potier dans le rôle de Jenny (La Dame blanche)
Paris, Martinet, 1841
BNF, BMO C-261 (15-1478)

Pour la quatrième année consécutive, le répertoire des théâtres de France est au cœur du cours de méthodologie et d’initiation à la recherche en L2 de musicologie à l’université de Rouen (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Nous commencerons par interroger la notion d’autorité d’œuvre, en découvrant les moyens de la définir à partir des ouvrages, des répertoires et des catalogues de référence. Nous mettrons ensuite en pratique la création de nouvelles autorités. D’un côté, nous poursuivrons l’enrichissement du répertoire de l’Opéra-Comique, en traitant la période 1783-1801 correspondant à l’activité de la première salle Favart (120 nouveaux titres). Pour rappel, nous avons saisi les années précédentes l’ensemble du répertoire de cette institution entre 1801 et 1926. De l’autre, nous nous pencherons sur le répertoire de concert, en prolongeant le travail des années précédentes : des cantates de Bach aux lieder de Schubert et Schumann, de la musique de chambre de Mozart aux trios de Haydn, des polonaises aux mazurkas de Chopin.

Dans un deuxième temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1821, à laquelle nous ajouterons donc les années 1821, 1822, 1823 et 1826.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous achèverons le dépouillement de la presse rouennaise sous la Restauration, pour prendre conscience de la circulation des répertoires parisiens en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire de l’Opéra-Comique.

> Découvrez l’index des autorités d’œuvres

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le chantier Théâtre des Arts de Rouen

 

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen (2017) », Carnet Dezède, 30/01/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/448

Une recréation de Stratonice par les Emportés

Paris, Théâtre Le Passage vers les étoiles, 21 janvier, 4, 18 et 21 février 2017, 16h

stratoniceOpéra en un acte de Méhul, Stratonice a marqué durablement le répertoire de l’Opéra-Comique entre la Révolution et la Restauration (voir sur Dezède). L’œuvre est même reprise dans une version remaniée par le neveu du compositeur à l’Académie royale de Musique en 1827 (voir sur Chronopéra). Le succès de la création lui vaut également une parodie connue sous le titre de Nice de Desprez et Ségur (Théâtre du Vaudeville, 6 juin 1792). Œuvre de génie et œuvre majeure, d’après Chérubini, Stratonice sera présenté dans une version de chambre – sans orchestre –, mais mise en scène, par la troupe des Emportés, qui avait déjà sévi l’an dernier du côté de Dalayrac avec son Adolphe et Clara. La direction artistique est assurée par Maxime Margollé, docteur en musicologie produisant actuellement dans Dezède une chronologie de l’Opéra-Comique entre la Révolution et le Consulat. À ses côtés, on remarquera l’excellent Benjamin Pintiaux à la mise en scène et Thomas Tacquet à la direction musicale, avec, pour la distribution des rôles principaux, Alice Lestang, David Tricou, Fabien Hyon et Fabrice Alibert.

On pourra se préparer à cette récréation en découvrant ou en redécouvrant l’excellente version dirigée par William Christie sortie en 1996, avec une Stratonice alors incarnée par Patricia Petitbon, deux années avant sa révélation comme artiste lyrique aux Victoires de la musique classique.

> Pour en savoir plus, Les Emportés ont un site !

> Stratonice in progress au Château de Valençay

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Une recréation de Stratonice par les Emportés », Carnet Dezède, 19/01/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/427