Archives par mot-clé : Paris

Musique au Trocadéro pour l’Exposition universelle de 1878

Un nouveau dossier par Étienne Jardin

Parmi les bâtiments qui sortent de terre pour l’Exposition universelle de 1878, on compte un espace en partie consacré à la musique : le Palais du Trocadéro, dont la salle de fête peut accueillir plus de 4700 spectateurs.

Avec le souci d’exploiter au mieux ce lieu et de donner à l’art musical une place inédite dans une exposition de ce genre, le ministère de l’Agriculture et du Commerce désigne, dès 1877, une « Commission des auditions musicales », dans laquelle on trouve – entre autres – Charles Gounod, Jules Massenet, Camille Saint-Saëns, Léo Delibes, Théodore Dubois et Ambroise Thomas. Cette assemblée de musiciens se charge de l’organisation d’une série de 110 événements qui se déroule de juin à novembre et ressemble à s’y méprendre à ce que nous nommons aujourd’hui un « festival ».

Responsable scientifique des publications et des colloques du Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française, Étienne Jardin est docteur en Histoire de l’École des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent essentiellement sur la vie musicale en France, depuis la Révolution jusqu’au XXe siècle (enseignement, concert et art lyrique). Fondateur de la revue électronique « Transposition. Musique et sciences sociales », il a dirigé plusieurs ouvrages parus chez Actes Sud, Brepols et Peter Lang.

> lire le dossier dans Dezède

 

Les créations de L’Heure espagnole de Ravel

Après les trois dossiers « Le Bolero de Ravel (1928-1945) » (près de 700 événements) et « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) » (77 programmes de concerts), et « Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel », Manuel Cornejo propose un quatrième dossier réunissant quatre premières de L’Heure espagnole, comédie musicale de Maurice Ravel sur un livret de Franc-Nohain, composée en 1907 mais créée seulement quatre ans plus tard en raison des réticences à monter l’ouvrage d’Albert Carré, directeur de l’Opéra-Comique, qui se laissa convaincre par Louise Cruppi, protectrice de Maurice Ravel :

1.      La création mondiale, le 19 mai 1911, à l’Opéra-Comique, sous la direction orchestrale de François Rühlmann, avec Geneviève Vix dans le rôle de Concepción, Jean Périer dans le rôle de Ramiro, Maurice Coulomb dans le rôle de Gonzalve, Jean Delvoye dans le rôle d’Iñigo, Maurice Cazeneuve dans le rôle de Torquemada, avec des décors d’Alexandre Bailly ;

2.      La première au Théâtre royal de la Monnaie, à Bruxelles, le 27 janvier 1921, sous la direction orchestrale de François Rühlmann, avec Terka Lyon dans le rôle de Concepción, C. Charmat dans le rôle de Ramiro, Paul Arnaud dans le rôle de Gonzalve, Alexis Boyer dans le rôle d’Iñigo, Hector Dognies dans le rôle de Torquemada, avec des décors de Jean Delescluze ;

3.      La première à l’Opéra de Paris, le 5 décembre 1921, sous la direction orchestrale de Philippe Gaubert, avec Fanny Heldy dans le rôle de Concepción, Robert Couzinou dans le rôle de Ramiro, Henri Fabert dans le rôle de Gonzalve, Albert Huberty dans le rôle d’Iñigo, Gaston Dubois dans le rôle de Torquemada, avec des décors d’André Mare ;

4.      La première à l’Opéra de Monte-Carlo, le 26 janvier 1924, sous la direction orchestrale de Victor de Sabata, avec Fanny Heldy dans le rôle de Concepción, Robert Couzinou dans le rôle de Ramiro, Henri Fabert dans le rôle de Gonzalve, M. Arnal dans le rôle d’Iñigo, Gaston Dubois dans le rôle de Torquemada.

Ce dossier tâche de réunir le plus grand nombre de comptes rendus de chacune de ces premières, afin de se forger une idée la plus précise possible de la réception de l’œuvre de Maurice Ravel et de Franc-Nohain.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur ces quatre premières peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Les créations de L’Heure espagnole de Ravel »sur Dezède.

Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel

Après les deux dossiers « Le Bolero de Ravel (1928-1945) » (près de 700 événements) et « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) » (77 programmes de concerts), Manuel Cornejo propose un troisième dossier réunissant quatre premières de L’Enfant et les sortilèges, fantaisie lyrique de Maurice Ravel sur un livret de Colette, envisagée dès 1916 et composée entre 1919 et 1925 :

  1. La création mondiale, le 21 mars 1925, à l’Opéra de Monte-Carlo, sous la direction orchestrale de Victor de Sabata, avec Marie-Thérèse Gauley dans le rôle de l’Enfant — remplaçant Fanny Heldy initialement prévue mais empêchée ;
  2. La première à l’Opéra-Comique le 1er février 1926, sous la direction orchestrale d’Albert Wolff, avec Marie-Thérèse Gauley dans le rôle de l’Enfant ;
  3. La première au Théâtre royal de La Monnaie, le 11 février 1926, sous la direction orchestrale de Léon Molle, avec Livine Mertens dans le rôle de l’Enfant ;
  4. La première à l’Opéra de Paris le 17 mai 1939, sous la direction orchestrale de Philippe Gaubert, avec Jacqueline Courtin dans le rôle de l’Enfant.

Ce dossier tâche réunir le plus grand nombre de comptes rendus de chacune de ces premières, afin de se forger une idée la plus précise possible de la réception de l’œuvre de Maurice Ravel et de Colette.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur ces quatre premières peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel » sur Dezède.

Marcel Proust au concert dans les salons parisiens

Si Marcel Proust vit les balbutiements de l’enregistrement sonore, les salles de concert et l’Opéra restent à son époque les principaux lieux où écouter et réécouter de la musique et donc apprendre à la connaître. En marge de ces manifestations publiques, les salons continuent à offrir un cadre à des auditions musicales et en même temps un moyen non négligeable de se familiariser avec le répertoire et de découvrir compositeurs, œuvres ou interprètes. Ce sont par excellence des lieux de sociabilité dont la fonction, essentielle pour Proust et pour son roman, est bien connue. Pourtant, une fois recensés les salons dans lesquels il a entendu de la musique, il apparaît comme complémentaire de savoir, sources à l’appui, quelles œuvres Proust a véritablement écoutées, quels compositeurs il a découverts et quels interprètes il a pu approcher. On est ainsi fondé à penser que, derrière leur façade mondaine, les salons ont pu contribuer à sa culture musicale et éventuellement à forger ses goûts.

Ce dossier a été réalisé par Myriam Chimènes et s’inscrit dans le prolongement d’un article consacré à ce sujet et publié dans l’ouvrage Musiques de Proust.

Consultez le dossier “ Marcel Proust au concert dans les salons parisiens

Mozart au Concert Spirituel en 1778

Un si petit dossier pour un si grand génie

Page de titre de la première édition chez Sieber de la symphonie parisienne. – Collection de la Bibliothèque nationale de France

Le dernier voyage de Mozart à Paris en 1778 constitue un véritable moment charnière dans la carrière du compositeur. Il cherche à gagner son indépendance et compte y trouver les moyens d’un affranchissement durable. Tout est écrit pour que l’expérience parisienne soit des plus heureuses. Ses précédents voyages à Paris ont permis de constituer un réseau de relations dans la société parisienne parmi les personnes les plus influentes. Par ailleurs, son séjour à Mannheim, où il réside avant son départ pour Paris, le rapproche des musiciens professionnels de l’orchestre de la Cour, qui lui apportent nombre de conseils sur la situation du marché de la musique à Paris. Pourtant, le bilan de l’activité de Mozart à Paris est loin d’être à la hauteur de ses espérances : Mozart n’obtient aucun engagement pour produire un opéra et honore uniquement quelques commandes destinées au Concert Spirituel, qui se comptent sur les doigts d’une main. Le bilan s’alourdit avec une série d’incidents qui place définitivement ce séjour parmi les souvenirs les plus sombres et les plus douloureux de la vie de Mozart, sur le plan affectif (décès de sa mère) et sur le plan artistique (l’épisode de la Symphonie concertante), expériences malheureuses touchant profondément le cœur et l’esprit.

Anna-Maria Mozart, mère du compositeur. – Collections de la Bibliothèque nationale de France

Répondant à la commande de Joseph Legros, Mozart compose tout d’abord la Symphonie concertante pour flûte, hautbois, basson et cor K 297B pour le concert du 12 avril 1778. Remplacée au dernier moment par celle de Cambini, elle déclenche chez Mozart, à peine arrivé à Paris, une vexation telle qu’il tourne le dos à la principale institution de concert de la capitale, même si le 21 avril, un air italien est chanté par Gaspero Savoi peut-être indépendamment de sa présence à Paris. Les musicologues (Mozart, Correspondance, VII, p. 411, no 1073/13) pensent qu’il pourrait s’agir de l’air pour ténor « Se al labbro mio non credi » K. 295 que Mozart avait composé à Mannheim le 27 février 1778 pour Anton Raaff, également présent à Paris à cette époque et par ailleurs à l’affiche de ce concert. Deux mois plus tard, acceptant les excuses de Joseph Legros, Mozart reçoit une nouvelle commande pour une symphonie : ce sera la 31e symphonie K 297/300a, exécutée pour la première fois le 18 juin, et reprise au concert du 15 août avec un nouveau second mouvement. Enfin, peu avant son départ, il livre une nouvelle symphonie pour l’affiche du concert du 8 septembre. Les mêmes musicologues (Mozart, Correspondance, VII, p. 412, no 1073/33) estiment qu’il pourrait s’agir de la Symphonie perdue K. 311A (voir lettre de Mozart à son père, le 11 septembre 1778, 350/6), “symphonie fantôme” dont nous ne savons rien et qui réapparaît les années suivantes au Concert Spirituel.

> Consultez le dossier “ Mozart au Concert Spirituel en 1778 ”

Pour aller plus loin Joann Élart, « Retour sur le séjour de Mozart à Paris (1778) », in Jean Gribenski et Patrick Taïeb (dir.), Mozart et la France : de l’enfant prodige au génie (1764-1830), Lyon, Symétrie, 2014, p. 21-38.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Mozart au Concert Spirituel en 1778 », Carnet Dezède, 29/06/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2972