Archives par mot-clé : Paris

Les Concerts Enoch dans le Salon du Figaro (1897-1899)

Ce dossier regroupe de façon exhaustive un ensemble de trente-six concerts organisés du 23 avril 1897 au 27 janvier 1899 par l’éditeur de musique Wilhelm Enoch (1840-1913), secondé par son gendre Gabriel Astruc (1864-1938), pour le compte des éditions musicales Enoch, au siège du quotidien Le Figaro, 26, rue Drouot à Paris (9e). À titre exceptionnel, un seul Concert Enoch, en l’occurrence un Festival Emmanuel Chabrier, eut lieu à l’ancienne Salle Pleyel le 6 avril 1898, en raison de l’indisponibilité provisoire du Salon du Figaro.

Les programmes de ces séances font logiquement la part belle aux œuvres du catalogue des éditions Enoch. Parmi les compositeurs les plus souvent programmés, on retrouve Emmanuel Chabrier, Cécile Chaminade et César Franck. Cependant, la programmation montre un réel éclectisme, s’intéressant tant aux compositeurs reconnus qu’aux compositeurs de moindre notoriété et aux jeunes compositeurs. Elle accorde aussi une place non négligeable d’une part aux compositeurs étrangers, parmi lesquels certains ont vu au moins une de leurs œuvres publiées dans la Collection nouvelle de musique étrangère moderne des éditions Enoch, et, d’autre part, aux compositrices. Un autre trait caractéristique de plusieurs de ces concerts est la part réservée aux chansonniers de Montmartre, il y eut même une séance avec projection d’images par le « Conservatoire de Montmartre ».

Il n’est pas impossible que Maurice Ravel, alors élève dans la classe de composition de Gabriel Fauré, ait assisté à quelques-unes de ces séances : outre qu’il venait de signer fin 1897 son premier contrat avec un éditeur de musique pour le Menuet antique, grâce à son professeur André Gedalge, les œuvres de ce dernier ont été programmées aux Concerts Enoch. De plus, le goût profond de Ravel pour la musique de Chabrier, souvent à l’affiche de ces concerts, pourrait expliquer sa présence à quelques concerts, notamment lorsque son ami Apache Ricardo Viñes était à l’affiche ou son ancien professeur de piano Santiago Riera.

Consulter le dossier Concerts Enoch dans le Salon du Figaro (1897-1899) sur Dezède

Musique au Trocadéro pour l’Exposition universelle de 1878

Un nouveau dossier par Étienne Jardin

Parmi les bâtiments qui sortent de terre pour l’Exposition universelle de 1878, on compte un espace en partie consacré à la musique : le Palais du Trocadéro, dont la salle de fête peut accueillir plus de 4700 spectateurs.

Avec le souci d’exploiter au mieux ce lieu et de donner à l’art musical une place inédite dans une exposition de ce genre, le ministère de l’Agriculture et du Commerce désigne, dès 1877, une « Commission des auditions musicales », dans laquelle on trouve – entre autres – Charles Gounod, Jules Massenet, Camille Saint-Saëns, Léo Delibes, Théodore Dubois et Ambroise Thomas. Cette assemblée de musiciens se charge de l’organisation d’une série de 110 événements qui se déroule de juin à novembre et ressemble à s’y méprendre à ce que nous nommons aujourd’hui un « festival ».

Responsable scientifique des publications et des colloques du Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française, Étienne Jardin est docteur en Histoire de l’École des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent essentiellement sur la vie musicale en France, depuis la Révolution jusqu’au XXe siècle (enseignement, concert et art lyrique). Fondateur de la revue électronique “Transposition. Musique et sciences sociales”, il a dirigé plusieurs ouvrages parus chez Actes Sud, Brepols et Peter Lang.

> lire le dossier dans Dezède

 

Les créations de L’Heure espagnole de Ravel

Après les trois dossiers « Le Bolero de Ravel (1928-1945) » (près de 700 événements) et « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) » (77 programmes de concerts), et « Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel », Manuel Cornejo propose un quatrième dossier réunissant quatre premières de L’Heure espagnole, comédie musicale de Maurice Ravel sur un livret de Franc-Nohain, composée en 1907 mais créée seulement quatre ans plus tard en raison des réticences à monter l’ouvrage d’Albert Carré, directeur de l’Opéra-Comique, qui se laissa convaincre par Louise Cruppi, protectrice de Maurice Ravel :

1.      La création mondiale, le 19 mai 1911, à l’Opéra-Comique, sous la direction orchestrale de François Rühlmann, avec Geneviève Vix dans le rôle de Concepción, Jean Périer dans le rôle de Ramiro, Maurice Coulomb dans le rôle de Gonzalve, Jean Delvoye dans le rôle d’Iñigo, Maurice Cazeneuve dans le rôle de Torquemada, avec des décors d’Alexandre Bailly ;

2.      La première au Théâtre royal de la Monnaie, à Bruxelles, le 27 janvier 1921, sous la direction orchestrale de François Rühlmann, avec Terka Lyon dans le rôle de Concepción, C. Charmat dans le rôle de Ramiro, Paul Arnaud dans le rôle de Gonzalve, Alexis Boyer dans le rôle d’Iñigo, Hector Dognies dans le rôle de Torquemada, avec des décors de Jean Delescluze ;

3.      La première à l’Opéra de Paris, le 5 décembre 1921, sous la direction orchestrale de Philippe Gaubert, avec Fanny Heldy dans le rôle de Concepción, Robert Couzinou dans le rôle de Ramiro, Henri Fabert dans le rôle de Gonzalve, Albert Huberty dans le rôle d’Iñigo, Gaston Dubois dans le rôle de Torquemada, avec des décors d’André Mare ;

4.      La première à l’Opéra de Monte-Carlo, le 26 janvier 1924, sous la direction orchestrale de Victor de Sabata, avec Fanny Heldy dans le rôle de Concepción, Robert Couzinou dans le rôle de Ramiro, Henri Fabert dans le rôle de Gonzalve, M. Arnal dans le rôle d’Iñigo, Gaston Dubois dans le rôle de Torquemada.

Ce dossier tâche de réunir le plus grand nombre de comptes rendus de chacune de ces premières, afin de se forger une idée la plus précise possible de la réception de l’œuvre de Maurice Ravel et de Franc-Nohain.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur ces quatre premières peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Les créations de L’Heure espagnole de Ravel »sur Dezède.

Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel

Après les deux dossiers « Le Bolero de Ravel (1928-1945) » (près de 700 événements) et « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) » (77 programmes de concerts), Manuel Cornejo propose un troisième dossier réunissant quatre premières de L’Enfant et les sortilèges, fantaisie lyrique de Maurice Ravel sur un livret de Colette, envisagée dès 1916 et composée entre 1919 et 1925 :

  1. La création mondiale, le 21 mars 1925, à l’Opéra de Monte-Carlo, sous la direction orchestrale de Victor de Sabata, avec Marie-Thérèse Gauley dans le rôle de l’Enfant — remplaçant Fanny Heldy initialement prévue mais empêchée ;
  2. La première à l’Opéra-Comique le 1er février 1926, sous la direction orchestrale d’Albert Wolff, avec Marie-Thérèse Gauley dans le rôle de l’Enfant ;
  3. La première au Théâtre royal de La Monnaie, le 11 février 1926, sous la direction orchestrale de Léon Molle, avec Livine Mertens dans le rôle de l’Enfant ;
  4. La première à l’Opéra de Paris le 17 mai 1939, sous la direction orchestrale de Philippe Gaubert, avec Jacqueline Courtin dans le rôle de l’Enfant.

Ce dossier tâche réunir le plus grand nombre de comptes rendus de chacune de ces premières, afin de se forger une idée la plus précise possible de la réception de l’œuvre de Maurice Ravel et de Colette.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur ces quatre premières peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel » sur Dezède.

Marcel Proust au concert dans les salons parisiens

Si Marcel Proust vit les balbutiements de l’enregistrement sonore, les salles de concert et l’Opéra restent à son époque les principaux lieux où écouter et réécouter de la musique et donc apprendre à la connaître. En marge de ces manifestations publiques, les salons continuent à offrir un cadre à des auditions musicales et en même temps un moyen non négligeable de se familiariser avec le répertoire et de découvrir compositeurs, œuvres ou interprètes. Ce sont par excellence des lieux de sociabilité dont la fonction, essentielle pour Proust et pour son roman, est bien connue. Pourtant, une fois recensés les salons dans lesquels il a entendu de la musique, il apparaît comme complémentaire de savoir, sources à l’appui, quelles œuvres Proust a véritablement écoutées, quels compositeurs il a découverts et quels interprètes il a pu approcher. On est ainsi fondé à penser que, derrière leur façade mondaine, les salons ont pu contribuer à sa culture musicale et éventuellement à forger ses goûts.

Ce dossier a été réalisé par Myriam Chimènes et s’inscrit dans le prolongement d’un article consacré à ce sujet et publié dans l’ouvrage Musiques de Proust.

Consultez le dossier “ Marcel Proust au concert dans les salons parisiens