Archives par mot-clé : Paris

Marcel Proust au concert dans les salons parisiens

Si Marcel Proust vit les balbutiements de l’enregistrement sonore, les salles de concert et l’Opéra restent à son époque les principaux lieux où écouter et réécouter de la musique et donc apprendre à la connaître. En marge de ces manifestations publiques, les salons continuent à offrir un cadre à des auditions musicales et en même temps un moyen non négligeable de se familiariser avec le répertoire et de découvrir compositeurs, œuvres ou interprètes. Ce sont par excellence des lieux de sociabilité dont la fonction, essentielle pour Proust et pour son roman, est bien connue. Pourtant, une fois recensés les salons dans lesquels il a entendu de la musique, il apparaît comme complémentaire de savoir, sources à l’appui, quelles œuvres Proust a véritablement écoutées, quels compositeurs il a découverts et quels interprètes il a pu approcher. On est ainsi fondé à penser que, derrière leur façade mondaine, les salons ont pu contribuer à sa culture musicale et éventuellement à forger ses goûts.

Ce dossier a été réalisé par Myriam Chimènes et s’inscrit dans le prolongement d’un article consacré à ce sujet et publié dans l’ouvrage Musiques de Proust.

Consultez le dossier “ Marcel Proust au concert dans les salons parisiens

Mozart au Concert Spirituel en 1778

Un si petit dossier pour un si grand génie

Page de titre de la première édition chez Sieber de la symphonie parisienne. – Collection de la Bibliothèque nationale de France

Le dernier voyage de Mozart à Paris en 1778 constitue un véritable moment charnière dans la carrière du compositeur. Il cherche à gagner son indépendance et compte y trouver les moyens d’un affranchissement durable. Tout est écrit pour que l’expérience parisienne soit des plus heureuses. Ses précédents voyages à Paris ont permis de constituer un réseau de relations dans la société parisienne parmi les personnes les plus influentes. Par ailleurs, son séjour à Mannheim, où il réside avant son départ pour Paris, le rapproche des musiciens professionnels de l’orchestre de la Cour, qui lui apportent nombre de conseils sur la situation du marché de la musique à Paris. Pourtant, le bilan de l’activité de Mozart à Paris est loin d’être à la hauteur de ses espérances : Mozart n’obtient aucun engagement pour produire un opéra et honore uniquement quelques commandes destinées au Concert Spirituel, qui se comptent sur les doigts d’une main. Le bilan s’alourdit avec une série d’incidents qui place définitivement ce séjour parmi les souvenirs les plus sombres et les plus douloureux de la vie de Mozart, sur le plan affectif (décès de sa mère) et sur le plan artistique (l’épisode de la Symphonie concertante), expériences malheureuses touchant profondément le cœur et l’esprit.

Anna-Maria Mozart, mère du compositeur. – Collections de la Bibliothèque nationale de France

Répondant à la commande de Joseph Legros, Mozart compose tout d’abord la Symphonie concertante pour flûte, hautbois, basson et cor K 297B pour le concert du 12 avril 1778. Remplacée au dernier moment par celle de Cambini, elle déclenche chez Mozart, à peine arrivé à Paris, une vexation telle qu’il tourne le dos à la principale institution de concert de la capitale, même si le 21 avril, un air italien est chanté par Gaspero Savoi peut-être indépendamment de sa présence à Paris. Les musicologues (Mozart, Correspondance, VII, p. 411, no 1073/13) pensent qu’il pourrait s’agir de l’air pour ténor « Se al labbro mio non credi » K. 295 que Mozart avait composé à Mannheim le 27 février 1778 pour Anton Raaff, également présent à Paris à cette époque et par ailleurs à l’affiche de ce concert. Deux mois plus tard, acceptant les excuses de Joseph Legros, Mozart reçoit une nouvelle commande pour une symphonie : ce sera la 31e symphonie K 297/300a, exécutée pour la première fois le 18 juin, et reprise au concert du 15 août avec un nouveau second mouvement. Enfin, peu avant son départ, il livre une nouvelle symphonie pour l’affiche du concert du 8 septembre. Les mêmes musicologues (Mozart, Correspondance, VII, p. 412, no 1073/33) estiment qu’il pourrait s’agir de la Symphonie perdue K. 311A (voir lettre de Mozart à son père, le 11 septembre 1778, 350/6), “symphonie fantôme” dont nous ne savons rien et qui réapparaît les années suivantes au Concert Spirituel.

> Consultez le dossier “ Mozart au Concert Spirituel en 1778 ”

Pour aller plus loin Joann Élart, « Retour sur le séjour de Mozart à Paris (1778) », in Jean Gribenski et Patrick Taïeb (dir.), Mozart et la France : de l’enfant prodige au génie (1764-1830), Lyon, Symétrie, 2014, p. 21-38.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Mozart au Concert Spirituel en 1778 », Carnet Dezède, 29/06/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2972

Odéon

L’Odéon est une institution parisienne fondée en 1782 dont l’activité se poursuit aujourd’hui. Son histoire est résumée par Nicole Wild dans son Dictionnaire des théâtres parisiens. 1807-1914 (Lyon, Symétrie, 2012, p. 289-299). Comme tous les lieux de spectacles à Paris structurés dans Dezède, l’enjeu est d’articuler cette autorité dans un temps long, dans une histoire mouvementée comprenant différents déménagements et appellations (ou “titres » chez Nicole Wild).

 

L’autorité « mère » : Paris, Odéon

Pour tout savoir sur l’Odéon dans Dezède, il faut se rendre sur la fiche « Paris, Odéon », autorité générique de l’institution qui donne accès à toutes les données liées à son histoire depuis 1782. Tout d’abord, elle propose une chronologie dans « Historique » structurée en quatre périodes délimitées par l’histoire des salles qui l’ont hébergé (fig. 1) : le Théâtre-Français du faubourg Saint-Martin de 1782 à l’incendie de 1799 ; une période d’itinérance de la troupe dans différentes salles parisiennes de 1799 à 1808 ; la deuxième salle place de l’Odéon de 1808 à l’incendie de 1818 (suivie d’une petite transition à la salle Favart) ; la troisième salle de l’Odéon ou Second Théâtre-Français de 1819 à nos jours.

Fig. 1 – Chronologie de l’Odéon dans l’autorité “Paris, Odéon”

Les périodes sont ensuite subdivisées en appellations historiques de l’institution : à titre d’exemples, « Théâtre de la Nation » entre 1789 et 1793, « Théâtre de l’Impératrice » entre 1804 et 1814, « Théâtre de l’Odéon » à partir de 1819 ou « Odéon-Théâtre de l’Europe » à partir de 1990 (fig. 1).

Comme souvent en pareil lieu, les appellations apparaissent plus pertinentes que les salles pour structurer les données. Cette logique est d’ailleurs conforme aux pratiques relevées dans les sources. Aussi la chronologie renvoie-t-elle à tout un ensemble de fiches « filles » accessibles par des liens cachés dans la chronologie, mais également dans la liste des « Lieux contenus » (fig. 2 et 3).

Fig. 2 – Le lien caché vers la page du Théâtre de l’Impératrice apparaît en surbrillance dans la “chronologie”
Fig. 3 – Idem dans les “lieux contenus”

La structure que nous proposons, si elle cherche à suivre fidèlement l’histoire de l’Odéon, est en outre simplifiée pour résoudre un certain nombre de difficultés : par exemple, nous avons choisi d’utiliser l’appellation générique « Théâtre de l’Odéon » pour regrouper toutes les variantes « Théâtre royal de l’Odéon », « Théâtre national de l’Odéon » et « Théâtre de l’Odéon », expressions très fuyantes dans les sources selon les changements de régimes politiques. De même, nous avons créé les autorités combinées « Salle-Louvois-Théâtre national » ou « Théâtre du Marais-Salle Favart-Théâtre de la Cité », pour résumer deux brèves époques de l’Odéon durant lesquelles la troupe est en alternance d’une salle à l’autre. Toujours dans le même sens, à certaines époques, sans appellation particulière, nous avons constitué des autorités génériques combinant salle et direction, comme « Théâtre-Français [dir. Sageret] ».

L’autorité générique « Paris, Odéon » donne par ailleurs accès à l’ensemble des événements reconstitués dans Dezède correspondant à des spectacles donnés à l’Odéon (fig. 4), mais également à l’ensemble des œuvres créées à l’Odéon et référencées dans Dezède (fig. 5). Ces deux corpus s’enrichissent régulièrement de nouvelles données. Enfin, une zone de notes permet d’accéder aux ressources en ligne disponibles sur le site officiel de l’Odéon.

Fig. 4 – Liste des événements donnés à l’Odéon et reconstitués dans Dezède (état au 15 avril 2020)
Fig. 5 – Liste des œuvres créées à l’Odéon et disponibles dans Dezède (état au 15 avril 2020)

 

Les « filles » de l’Odéon

Comme précisé précédemment, les fiches « filles » permettent une structuration des données par appellation (ou titre), donc par époque de l’Odéon. Ce choix est déterminant dans l’affichage des données dans Dezède, notamment des événements et des œuvres. Ainsi, chacune de ces données « datées » peuvent être associées à la bonne appellation historique, et non à une appellation générique qui serait anachronique. Par exemple, l’autorité de L’Acte de naissance de Picard attribue la création de cette œuvre “directement” au Théâtre de l’Impératrice, et “indirectement” à l’Odéon en tant qu’institution générique (voir fig. 6).

Fig. 6 – L’autorité de L’Acte de naissance de Picard, comédie créée le 2 octobre 1804 au Théâtre de l’Impératrice, appellation de l’Odéon à cette époque (nous soulignons dans l’image)

Chacune des fiches « filles » contient un bref historique rappelant la période d’activité et les salles correspondantes à l’appellation, ainsi que les événements et les œuvres liés à celle-ci (fig. 7). La structuration des données est ici tout à fait identique à celle de l’autorité générique : ce sont donc deux niveaux de lecture qui sont proposés, avec d’un côté un regroupement des données par appellation, et de l’autre l’institution dans son ensemble.

Fig. 7 – Autorité du “Théâtre de l’Odéon”, appellation de l’Odéon entre 1814/1815 et 1990, fiche “fille” de l’autorité générique “Paris, Odéon”. La notice propose un historique, la liste des événements donnés et des œuvres créées dans ce lieu

 

Protocole à suivre pour la création d’un événement et d’une œuvre

Pour la bonne structuration des données de Dezède, il faut absolument proscrire le lien direct d’une donnée à l’autorité générique (Paris, Odéon), mais bien penser à la lier à une appellation en particulier, donc à une « fille ». Pour retrouver cette appellation, il est impératif de procéder à une vérification dans la chronologie qui fait désormais office de table de correspondance entre les époques et les appellations.

Ainsi, pour un spectacle donné ou une œuvre créée en 1810 à l’Odéon, il faut rechercher dans la rubrique « lieu » la donnée « Paris, Odéon, Théâtre de l’Impératrice » : pour la retrouver, il faut toujours penser à taper ce que l’on recherche d’abord, c’est-à-dire le Théâtre de l’Impératrice, en saisissant les mots importants de l’expression « théâtre impératrice », avec ou sans accent, avec ou sans majuscule (fig. 8) – nous déconseillons d’utiliser les articles dans une recherche, et notamment l’apostrophe, qui peut poser problème.

Fig. 8

Pour plus de pertinence, il peut être ajouté dans la saisie le parent « Odéon », en tapant par exemple « odéon impératrice » (fig. 9).

Fig. 9

En revanche, on évitera de taper « Paris » dans la requête, qui conduit soit exclusivement à l’autorité générique quand la ville est associée à « Odéon » (fig. 10), soit à aucun résultat quand la ville est associée à « Impératrice » (fig. 11).

Fig. 10
Fig. 11

Ces deux résultats en apparence aberrants sont en fait logiques, compte tenu de la structuration récursive des données dans Dezède :

Ville Paris
Institution Odéon
– – Appellation – – Théâtre de l’Impératrice

Autrement dit, pour trouver un lieu dans Dezède, il faut taper un ou plusieurs mots significatifs de ce lieu (théâtre Impératrice), et éventuellement, pour filtrer un peu plus, ajouter un ou plusieurs mots significatifs de son parent direct (Odéon), mais en aucun cas de son grand-parent (Paris).

 

État du corpus

Toutes les appellations de l’Odéon ont été créées (voir lieux contenus) : il est donc inutile d’en créer de nouvelles. Tous ces lieux ont par ailleurs été géolocalisés. Toutes les données liées, événements, œuvres et individus, ont également été relues, et la base de données, nettoyées de tous les doublons.

Toutes questions ou toutes demandes de modifications concernant l’Odéon doivent être adressées à dezede.contact [arobase] gmail.com

Illustration : L’Odéon dans les années 1820, collections de la BnF [en ligne].

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Odéon », Carnet Dezède, 08/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2826

Charles Lamoureux

Charles Lamoureux est l’un des principaux animateurs de la vie musicale à Paris dans le dernier tiers du XIXe siècle. Il s’illustre d’abord à la tête d’un quatuor à cordes puis d’une société faisant revivre les grandes œuvres chorales du passé, avant de fonder, en 1881, la Société des nouveaux concerts, plus connue sous l’appellation de Concerts Lamoureux. Pendant près de vingt ans, l’artiste en est le directeur musical, à la fois chef d’orchestre, entrepreneur, administrateur et programmateur. Dans le même temps, c’est un musicien militant faisant de la promotion des œuvres de Richard Wagner une cause qu’il défend aussi en portant à la scène Lohengrin et Tristan et Isolde. Quoique partisan du maître de Bayreuth, Lamoureux apporte aussi sa contribution à la diffusion de la musique française.

L’ouvrage qui vient de paraître est associé au répertoire, publié sur Dezède, des programmes des Concerts Lamoureux dirigés par son fondateur entre 1881 et 1899.

> Consulter le dossier sur Dezède

Berlioz et Paris (1803-2019)

« Il n’y a au monde que Paris […] ». Voici ce que dit Hector Berlioz dans une lettre à son père en 1846. Paris, capitale administrative mais aussi culturelle, est un passage obligé dans la formation et la vie d’un compositeur.  Dans le cadre du 150e anniversaire de la mort de Berlioz, un colloque international est organisé autour du rôle qu’a joué Paris dans la vie du musicien. Il aura lieu du 10 au 12 décembre dans trois institutions parisiennes : le Petit Palais, l’Académie des Beaux-Arts et l’INHA (Institut national d’histoire et d’art). Les communications s’intéressent non seulement au rapport entre Berlioz et la capitale de son vivant mais aussi aux célébrations et à la vie de ses œuvres après son décès en 1869.

> Consulter le programme du colloque.

> Consulter l’autorité de Berlioz dans Dezède.