Archives par mot-clé : professions

Plus d’auteurs dans Dezède ?

La disparition d’une profession qui n’en est pas une

Sans revenir sur la définition du mot auteur (pour laquelle nous renvoyons à celle d’Antoine Campagnon dans son Quatrième cours publié sur Fabula), nous pouvons rappeler les deux sens retenus par le Trésor de la langue française : « I. Celui ou celle qui est la cause première ou principale d’une chose. Synon. créateur, instigateur, inventeur, responsable. II. Domaine des arts, des sc. et des lettres. Celui ou celle qui, par occasion ou par profession, écrit un ouvrage ou produit une œuvre de caractère artistique. »

La notion d’auteur est donc multiple : si un sens restreint désigne effectivement l’écrivain, le sens général englobe toutes personnes faisant autorité par son œuvre, dans tous les domaines des arts. Ainsi, un compositeur est un auteur : alors pourquoi faudrait-il  dire d’un écrivain qu’il est simplement auteur ? L’auteur désigne donc autant le compositeur, le librettiste, l’auteur dramatique, l’écrivain, le poète, le journaliste que le peintre ou le sculpteur. Aussi, pour éviter toute équivocité sur la profession d’un individu, il a été décidé de bannir cette donnée des professions indexées dans Dezède, ce qui a été fait – après migration des centaines de données liées, individus et œuvres – à 15h15 le 16 mars 2019 !

Des professions au féminin

Un compositeur, une compositrice !

Depuis les origines du projet, le modèle de gestion des professions dans Dezède permet de préciser les genres féminin et masculin pour un ensemble de données, dont les professions – le modèle gère également les emplois au théâtre. Pour chacun des deux genres, le modèle invite par ailleurs les contributeurs à définir les pluriels irréguliers.

La gestion de cas difficiles

Dans le cas d’une profession épicène – qui peut être employée au masculin et au féminin sans modification de forme –, il suffit de remplir la rubrique “Nom” [de la profession]. Voir fig. 1 le cas de “violoniste” ou de “violoncelliste”, etc. Dans ce cas de figure, il est inutile de préciser le pluriel, puisque le programme ajoutera automatiquement un “s” dès lors que deux données au moins seront publiées pour le même objet.

Fig. 1 – Quand le féminin est identique au masculin, et réciproquement.

Le deuxième cas de figure exige quant à lui un féminin, sans pluriel irrégulier. C’est le cas par exemple d’un “acteur” (“actrice”), ou d’un “animateur” (“animatrice”). Le troisième cas est identique au précédent, à la différence que le pluriel est irrégulier au masculin comme un “amoureux” qui devient une “amoureuse” au féminin, mais des “amoureux” au pluriel. Ce pluriel irrégulier doit être précisé dans la rubrique prévue à cet effet, pour éviter un pluriel qui serait définit automatiquement par le logiciel et qui donnerait l’aberration suivante : “amoureuxs” [sic].

Dernière cas de figure, celui des mots composés ou des locutions en comportant plusieurs, comme “artiste lyrique”. Ici, la formule est épicène, mais le pluriel doit être précisé pour un affichage correct du pluriel sur “artiste”. En effet, par défaut, Dezède écrira “artiste lyriques” [sic] en ne marquant le pluriel que sur le dernier mot. Le cas de “chef d’orchestre” est similaire, mais combine quant à lui toutes les fonctionnalités (fig. 2).

Fig. 2 – Un chef, une cheffe, des chefs ou des cheffes ?

L’affichage des données dans les deux genres

Le véritable enjeu fut ensuite de différencier l’affichage des professions en fonction du sexe de l’individu. Dezède gère automatiquement cet affichage dès que le genre est bien défini dans chaque autorité “individu”. Par exemple, pour la Malibran qui était “chanteuse” et “compositrice” (fig. 3), le choix du féminin est établi par celui du “titre” – Monsieur, Madame, Mademoiselle – qui implique l’affichage d’une donnée plutôt que l’autre (fig. 4).

Fig.3 – La fiche de la Malibran dans Dezède (https://dezede.org/individus/id/2057/)
Fig. 4 – Le choix de la forme est établi par le titre.

Rechercher une profession au féminin ou au masculin

Enfin, ce qui justifie la publication de ce billet aujourd’hui, c’est une récente amélioration de ce modèle (novembre 2017), et en particulier, de l’affichage des réponses de la base de données. Auparavant, seule la forme au masculin était affichée quand on interrogeait la base de données ; le fait de rechercher “chanteuse” par exemple aboutissait à une valeur nulle, alors que la donnée était bien saisie dans le modèle des professions. Cette anomalie qui générait de fait de nombreux doublons a donc été corrigée : dans la rubrique des professions, la recherche, par exemple, du mot “Cheffe” renvoie désormais les résultats dans les deux genres, à la fois la donnée recherchée (“Cheffe”) mais également l’autre forme au masculin (“Chef”).

Fig. 5 – Interrogation de la base de données dans la rubrique des professions au mot “ Cheffe ”

Questions de normes ?

Il reste maintenant à arrêter des règles pour un certain nombre de données, comme “auteur” dont le féminin oscille entre trois variantes : une forme ancienne (“autrice”) et une forme plus moderne venue du Québec (“auteure”). Que dire également du féminin d'”auteur-compositeur-interprète” ? Pour trancher sur ces choix, il faudra probablement réunir un conciliabule de contributeurs, de contributrices et de contributeures !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Des professions au féminin », Carnet Dezède, 15/01/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/717