Archives par mot-clé : Ring

1928 : l’apothéose du Wagnérisme toulousain

Les chiffres donnent une idée des mutations du spectacle lyrique depuis un siècle. Qui pourrait imaginer aujourd’hui une saison au Capitole de Toulouse avec plus de vingt représentations d’œuvres de Wagner incluant trois cycles du Ring, six représentations de Parsifal et deux de Tristan et Isolde, ces deux derniers en création ! À l’évidence l’année 1928 est bien celle de l’apothéose du wagnérisme toulousain. Un an auparavant, le Capitole avait déjà donné à voir et entendre trois fois l’intégralité du Ring. La version de 1928 est par conséquent une reprise cette fois-ci associée à six représentations de Parsifal. À la fin de l’année, vient le tour de Tristan et Isolde, le dernier des grands opéras de Wagner à ne pas encore avoir été monté à Toulouse. Une fièvre wagnérienne qui s’inscrit dans un mouvement généralisé à toute la France.

Dans le prolongement du dossier « Le Ring à Toulouse (1927-1928) » réalisé par des étudiants de master de l’Université Toulouse-Jean Jaurès en janvier 2023, des étudiants de licence, dans le cadre d’un cours d’initiation à la recherche, ont contribué à enrichir le dossier « Wagner à Toulouse » en y ajoutant les représentations de Parsifal et de Tristan et Isolde en 1928. Une fois de plus, Dezède s’avère un bon outil pédagogique pour faire découvrir la recherche, ses enjeux, ses principes et le chemin qui mène des sources à une production scientifique.

En cours de réalisation, le dossier « Wagner à Toulouse » réunira à terme l’ensemble des représentations wagnériennes au Capitole entre la première de Lohengrin le 5 mai 1891 et aujourd’hui. Il contient d’ores et déjà 80 événements.

Consulter les dossiers « Wagner à Toulouse » et « Le Ring à Toulouse 1927-1928) »

Atelier Dezède #5 (Zoom, 24 juin 2023)

L’équipe Dezède organise son cinquième atelier à destination des contributeurs du site et des chercheurs

Proposé en visio-conférence, l’atelier Dezède est revenu tout d’abord sur la vie du projet, son pilotage institutionnel, la mise en place du Comité scientifique, le financement, le développement et les partenariats notamment avec le consortium Musica2.

La matinée a été consacrée ensuite aux évolutions de Dezède mises en œuvre depuis le dernier atelier en 2022, notamment la mise en place de Matomo, outil de visualisation du trafic sur le site (en remplacement de Google Analytics), la double relecture des interfaces ou la mise à jour des traductions. Ont été ensuite présentés les travaux en cours de nouveaux utilisateurs, notamment Jonathan Parisi (Création et premières auditions de la Danse macabre, 1875), Mélanie Guérimand (Les créations lyriques au Grand-Théâtre de Lyon, 1815-1848) et David Heusler (Orchestre de Paris depuis 1967). Il a été rappelé que Dezède est très utilisé dans la formation universitaire, aux universités de Rouen, Lyon, Montpellier et Toulouse en 2022-2023.

Comme les années précédentes, l’après-midi a été consacrée à des présentations de dossier en cours de réalisation, à venir ou achevé. La perspective est avant tout celle de susciter des débats et des interrogations qui ont profité tout autant au porteur du dossier qu’aux autres contributeurs. Nous avons accueilli cette année Arthur Macé et Yannaël Pasquiser (CNSMDP), Arthur Macé et Appoline Gouzi (L’Union des femmes artistes musiciennes, 1911-1939), Karine Boulanger (La direction d’André Messager et de Leimistin Broussan, 1908-1914), Lucia Pasini (dossier des solo songs en cours d’importation dans Dezède), Déborah Livet (L’Orchestre Régional de Normandie : 40 ans d’histoire d’un orchestre à vocation régionale), Manuel (notamment, Les Concerts Koussevitzky à Paris, 1921-1928) puis en duo avec Danieli Benedetti (Société musicale indépendante, 1910-1935) et Yannick Simon (Le Ring en France et Les orchestres symphoniques français). Enfin, la dernière partie de la journée a permis de faire le point sur de nouvelles méthodologiques sur Dezède.

La date de l’atelier #6 est arrêtée pour l’an prochain : samedi 22 juin 2024.

Les participants : Danieli Benedetti, Karine Boulanger, Marius Bernado, Manuel Cornéjo, Joann Élart, Appoline Gouzi, Arthur Macé, Mélanie Guérimand, Déborah Livet, Maxime Margollé, Lucia Pasini, Yannaël Pasquier, Stella Rollet, Yannick Simon, Sabine Teulon-Lardic.

 

Le Ring à Toulouse (1927-1928)

Le dossier consacré au Ring en France avec l’ambition de réunir toutes les productions du Ring en version intégrale réalisées en France vient de s’enrichir d’un septième exemple, celui des représentations toulousaines entre le 20 mars et le 8 avril 1927 (3 séries) et entre le 24 avril et le 12 mai 1928 (3 séries).

Quelques jours après la série unique présentée à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927, le Ring s’installe sur la scène du Capitole de Toulouse. Et pour la première fois en France, la production atteint le nombre de six séries. Les trois de 1927, entre le 20 mars et le 8 avril, s’inscrivent dans le mouvement général de « réhabilitation » des œuvres de Wagner après la Première Guerre mondiale. Les trois de 1928, entre le 24 avril et le 12 mai, marquent l’apothéose du wagnérisme à Toulouse puisque chacune d’entre elles est précédée d’une représentation de Parsifal dont ce sont les premières apparitions dans cette ville. Quelques mois plus tard, les 18 et 20 décembre 1928, ce sera au tour de Tristan et Isolde de faire son entrée sur la scène du Capitole.

Ce dossier a été réalisé avec le concours de trois étudiants de l’Université Toulouse – Jean Jaurès (Andrey Houchot, Matys Laur et Jean Loiseleur des Longchamps) dans le cadre d’un atelier du master Musique et Musicologie.

Pour consulter le dossier Le Ring à Toulouse (1927-1928)

Atelier Dezède #4 (Zoom, 18 juin 2022)

L’équipe Dezède organise son quatrième atelier à destination des contributeurs du site et des chercheurs

Proposé en visio-conférence, l’atelier Dezède reviendra tout d’abord sur la vie du projet, son pilotage institutionnel et son financement.

Organisé cette année avec le soutien du consortium Musica2 auquel Dezède est associé, il reçoit Kévin Roger, ingénieur de recherches rattaché à la MSH Val de Loire et à la TGIR Huma Num, pour présenter le nouveau consortium dont la première réunion plénière est prévue à Tours les 23 et 24 juin.

Toujours en matinée, un petit temps sera consacré aux évolutions de Dezède mises en œuvre depuis le dernier atelier en 2021. Enfin, la matinée terminera sur une série de quatre présentations, pour valoriser les publications de Stella Rollet et d’Étienne Jardin associées à Dezède, pour présenter le projet de l’abbaye de Fontfroide porté par Mariùs Bernado, et pour annoncer la première rencontre humanités numériques et musicologie, en partenariat avec Musica2, que nous organisons dans le cadre de notre dixième anniversaire sur la thématique suivante : quel avenir pour la musicologie numérique ?

L’après-midi sera consacré comme les années précédentes à des présentations de dossier. Chaque intervenant présentera un projet en cours de réalisation, à venir ou achevé. La perspective est avant tout celle de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Nous accueillerons cette année Manuel Cornejo (Ravel), Danieli Longo Benedetti (Société musicale indépendante), Étienne Jardin (Société nationale de Musique), Lucia Pasini (l’Opéra-Comique sous la IIIe République),  Marianne Bouchardon (répertoire des critiques dramatiques), Joann Élart (structuration des lieux de spectacle à Paris), Yannick Simon ( Ring et Orchestres symphoniques français). Enfin, la dernière partie de la journée permettra de faire le point sur des questions méthodologiques sur Dezède.

Les intervenants : Danieli Longo Benedetti (Sao Polo), Mariùs Bernados (Catalogne), Marianne Bouchardon, Manuel Cornejo, Joann Élart, Étienne Jardin, Lucia Pasini (Turin), Kévin Roger, Stella Rollet, Yannick Simon.

Le Ring de 1929 au Théâtre des Champs-Élysées

Par Gilles Demonet

Le dossier de Dezède consacré aux représentations du Ring en France vient de s’enrichir d’un nouvel élément, réalisé par Gilles Demonet, avec la version du Théâtre des Champs-Élysées de 1929. Cette production marque une date importante de l’histoire des Ring français puisqu’elle est la première, d’une part, en langue allemande et, d’autre part, dans un établissement privé. L’événement se singularise aussi par le moment des relations franco-allemandes dans lequel il intervient, celui d’une relative détente entre la fin de la Première Guerre mondiale et l’élection d’Adolf Hitler.

> Consulter le dossier Le Ring à Paris (1929)