Archives par mot-clé : Rouen

L’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2020)

Traviata Opéra de RouenPartie intégrante du projet SpectaNum faisant lui-même partie du projet CorNum (financé par la Région Normandie), ce dossier réunit les 1702 programmes de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie depuis sa fondation en 1998.

Placé sous le statut de régie municipale depuis 1961, le Théâtre des Arts est contraint par la Ville de Rouen à rédiger un nouveau projet en 1996. Il ferme ses portes et les interprètes permanents (l’orchestre, les chœurs et le ballet) sont licenciés en décembre 1997. Une nouvelle association voit le jour en mai 1998 sous le nom de « Léonard de Vinci – Opéra de Rouen », qui se transforme en établissement public de coopération culturelle (EPCC), l’Opéra de Rouen Haute-Normandie, en 2004. L’orchestre est placé successivement sous la direction d’Oswald Sallaberger, Luciano Acocella, Léo Hussain et enfin Ben Glassberg à partir de 2020.  

Quelques éléments ressortent déjà de la constitution de ce dossier. Au fil des vingt-deux saisons qu’il inclut, le nombre des représentations augmente progressivement. Il n’est malheureusement pas possible, en raison des choix éditoriaux, de rendre compte de l’évolution des activités de l’orchestre, marquée par le développement de la médiation culturelle et des concerts pédagogiques ou pour les publics empêchés. Ces activités ont augmenté de manière significatives depuis une dizaine d’années, le choix a été fait de ne pas les inclure dans le dossier. Ce qui peut surprendre également, c’est la proportion importante des spectacles en diffusion (c’est à dire les spectacles hors les murs ou en tournée) et ce dès la création de l’orchestre. Sur vingt-deux saisons (à l’exception de la saison 2005-2006), les concerts en diffusions semblent compter pour plus de 40 % en moyenne de la programmation (premiers chiffres obtenus grâce à l’outil de visualisation de Dezède pour les vingt-une saisons comptabilisées). Cette partie immergée de l’iceberg rend compte de l’une des missions de l’orchestre, la diffusion de ses activités sur le territoire normand mais aussi national et international, et occupe une place plus importante que prévue. Une saison est aussi particulière dans ce dossier, la saison 2005-2006, puisqu’il s’agit d’une saison délocalisée, le Théâtre des Arts ayant fermé ses portes pour travaux (réfection du bloc de scène). L’Opéra de Rouen s’installe alors dans l’Auditorium Magellan de l’INSA Rouen Normandie à Saint-Étienne-du-Rouvray et au Théâtre Charles Dullin de Grand-Quevilly. Une analyse plus approfondie permettra certainement de mettre en valeur ce nouveau corpus notamment grâce à l’aide d’un nouvel outil d’analyse statistique en cours de développement.

> Le dossier “Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2019)”

Ce dossier a été réalisé dans le cadre du projet SpectaNum, déjà cité, qui fait partie du projet CorNum bénéficiant du soutien de la région Normandie. L’un des deux volets de SpectaNum, « Orchestres en Normandie », a pour objectif de reconstituer l’activité des deux orchestres symphoniques normands : l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie et l’Orchestre Régional de Normandie depuis le début de leurs activités en 1998 pour le premier et en 1982 pour le second. Le dossier de l’Orchestre Régional de Normandie est en cours de constitution par Déborah Livet (musicologue et chargée de production/bibliothécaire musicale de l’Orchestre Régional de Normandie). Le second volet, « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie », a bénéficié de nouveaux développements numériques et est accessible sur Dezède. La bibliothèque comprend déjà plusieurs ouvrages sur les théâtres entre le XVIIIe et le XXe siècle, dont certains sont en cours d’indexation comme les tomes 6 et 7 de l’Histoire du Théâtre des Arts de Rouen de Charles Vauclin (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen)  ou le tome 1 de l’Histoire des théâtres de Rouen  de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860) — voir l’article de Joann Élart.

> Le dossier de l’Orchestre Régional de Normandie.

> Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 07/11/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3026


Appel à contribution : un appel est lancé à toute personne disposant de programmes de salle qui seraient absents du dossier. Nous pensons notamment aux concerts de tournée en Normandie ou à l’étranger. Pour y répondre vous pouvez contacter l’équipe Dezède à l’adresse : dezede.contact@gmail.com. Un document listant les programmes de salle manquants est disponible ici.

Écrire l’histoire des théâtres

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Une république symbolique en costume d’Opéra-Comique, d’une main tient une bannière tricolore, de l’autre une épée, un rameau d’olivier et une balance (BNF, Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4)

Les actes de la journée d’études dijonnaise viennent de paraître dans le huitième numéro de la revue Territoires contemporains. Ils contiennent une introduction (Séverine Féron et Patrick Taïeb) et quatre parties :  1. Écrire l’histoire de l’Opéra-Comique (James Arnold, Cécile Reynaud) ; 2. Écrire l’histoire des théâtres de province (Sabine Teulon-Lardic, Joann Élart) ; 3. Méthodes et référencements (Séverine Féron, Léonor Delaunay) ; 4. Entre petite et grande Histoire (Mélanie Guérimand, Emmanuel Reibel).

“ Alors qu’un important travail de réhabilitation de l’œuvre de Castil-Blaze (1784-1857) est en cours, il a paru nécessaire de mettre en perspective ces premières histoires « officielles » des théâtres lyriques de Paris. Il s’agit de mesurer la place et la pertinence qu’occupent ces volumes publiés pour partie dès 1835 sous forme de feuilletons dans la presse parisienne, au regard de la bibliographie sur l’histoire des théâtres en France, de dégager une chronologie, de mettre à jour des méthodes et des démarches historiques, et de s’interroger sur les profils des auteurs et les buts qu’ils poursuivent.

C’est ce que propose le présent volume regroupant huit articles rédigés à l’issue d’une journée d’études qui s’est tenue à l’Opéra de Dijon en mai 2016 et qui était organisée par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 du CNRS), soutenu par le département de musicologie et l’UFR de sciences humaines de l’Université Bourgogne Franche-Comté, l’Université Montpellier III et l’Institut de Recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (UMR 5186 du CNRS). […] ” (Séverine Féron et Patrick Taïeb)

 > Lire la suite de l’introduction

> Table des matières

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Capture d’écran 2016-05-17 à 16.08.33
Illustration de la couverture de l’Histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen par Jules-Édouard Bouteiller (1860-1880)

Le programme et l’enregistrement des communications de la journée d’études L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914) sont consultables sur cette page du Centre Georges Chevrier. Faisant suite à la première de Médée de Chérunini à l’Opéra de Dijon, cette journée a été organisée le 18 mai 2016 dans le Grand salon de l’Opéra de Dijon par Séverine Féron, Philippe Poirrier (CGC, UMR CNRS-uB 7366) et Patrick Taïeb (IRCL 5186, Université de Montpellier III).

La question de l’historiographie est au cœur des réflexions de l’équipe Dezède, qui cherche à développer un module d’indexation des études sur les théâtres produites entre la fin de l’Ancien Régime et la Seconde Guerre mondiale.

> Téléchargez le programme de la journée