Archives par mot-clé : Théâtre de plein air

La Fille de la terre

Un nouveau dossier réalisé par Sabine Teulon Lardic vient enrichir Dezède dans le domaine singulier des spectacles de plein air. Trois ans après Héliogabale dans le théâtre des Arènes de Béziers en 1910, La Fille de la terre est la seconde collaboration entre le dramaturge Émile Sicard et le compositeur Déodat de Séverac. Trois représentations en sont connues, deux en 1913 à Coursan et Amélie-les-bains, une en 1921 à Narbonne. Si cette tragédie avec musique de scène est moins ambitieuse que la précédente, sa diffusion dans les modestes théâtres occitans de plein air illustre les circuits de décentralisation et les efforts de démocratisation mobilisés par les acteurs du régionalisme. Harmonies et chorales locales collaborent avec les tragédiens issus des grandes scènes parisiennes pour proposer un spectacle plébiscité à chaque occasion par deux à trois mille personnes.

Consulter le dossier « La Fille de la terre (1913-1921) »

Héliogabale dans les arènes de Béziers (1910)

Un nouveau dossier par Sabine Teulon Lardic.

La création d’Héliogabale, tragédie lyrique d’Émile Sicard sur une musique de Déodat de Séverac, le 21 août 1910 et sa reprise deux jours plus tard, sont un jalon important des productions estivales du Théâtre des arènes de Béziers entre 1898 et 1926. Entrecoupée de rutilantes séquences orchestrales, chorales et solistes, l’œuvre met en scène un symbolisme opposant la décadence romaine au christianisme naissant. Le spectaculaire n’est pas le moindre attrait de la production. Le décor géant d’Eugène Ronsin, la scénographie des cortèges et ballets, documentée par Gabriel Boissy, le concours de quatre cents musiciens et choristes dévoilent l’ambition d’une organisation collective inventant le modèle partenarial. Devant 12 000 spectateurs, dans l’espace scénique et acoustique des arènes de Béziers surgit un péplum avant la lettre ! Les échos de la presse locale, régionale et nationale sont unanimes, non seulement pour louer le jeu des tragédiens et tragédiennes issus des théâtres parisiens, des danseuses, musiciens professionnels et choristes amateurs, mais aussi pour rendre compte des enjeux  de la décentralisation culturelle et du régionalisme.

> Consulter le dossier Héliogabale dans les arènes de Béziers (1910) sur Dezède