Archives par mot-clé : Théâtre des Arts de Rouen

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 29/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2911

Grandeur et vicissitudes de la direction d’Opéra

Colloque à l’Opéra Comique, 21 et 22 novembre 2019

ll n’y a jamais eu un profil spécifique pour diriger un opéra. Prendre la tête d’une institution, ce n’est pas forcément une vocation, mais plutôt le sentiment d’une nécessité pour faire évoluer les spectacles, ou une opportunité dans une carrière plurielle. L’entrepreneur, l’interprète, le musicien, le metteur en scène sont ainsi amenés à composer avec le public, les artistes, et surtout avec l’économie de cet art coûteux… et politique. En cette saison 2019 de l’Opéra Comique, où figurent Favart, Adam, Offenbach, Carré mais aussi Lully, Durazzo, etc., penchons-nous sur ces destins singuliers qui ont façonné l’histoire de l’opéra en Europe.

Programme

JEUDI 21 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : L’Opéra Comique au XVIIIe siècle

Ouverture par Jean-Claude Yon : Au cœur du monde lyrique, les directeurs d’opéra

Bertrand Porot (Université de Reims) : La co-direction de l’Opéra-Comique par Jean Monnet et Charles Favart dans les années 1740

Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université et IReMus) : Jean Monnet à Lyon (1745-1747) : histoire d’une déconfiture financière

Emanuele De Luca (Université Côte d’Azur – CTEL) : La direction de la Comédie-Italienne de Paris entre XVIIe et XVIIIe siècle.

  • 14h30-17h30 : Une fonction semée d’embûches

Joann Élart (Université de Rouen) : Diriger jusqu’à la mort : le cas de l’infortuné Louis Michu à Rouen

Patrick Taïeb et Coralie Grandjean (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Les directeurs de l’Opéra de Montpellier pendant le Second Empire

Sabine Teulon-Lardic (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : À la conquête de nouveaux publics d’opéra au boulevard du Temple : Adolphe Adam à l’Opéra National (1847-1848)

Jean-Christophe Branger (Université de Lyon 2) : La résurrection éphémère du Théâtre-Lyrique à l’Eden-Théâtre sous la direction d’Henry Verdhurt : une « débâcle théâtrale » ?

VENDREDI 22 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : Diriger l’Opéra Comique au XIXe siècle

Maxime Margollé (ESPE de Lille) : Un pour tous, tous pour un : l’Opéra-Comique en société aux XVIIIe et XIXe siècles

Roxane Martin (Université de Lorraine) : Pixerécourt, directeur de l’Opéra Comique (1824-1827)

Frédéric Guérin (Université de Rouen) : L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin

Lesley Wright (University of Hawai‘i at Mānoa) : Carvalho et l’utilisation de la presse à des fins publicitaires (1876-1887)

  • 14h30-17h00 : Réinventer la direction d’opéra

Michela Niccolai (Sorbonne Université) : Albert Carré, directeur de théâtre entre XIXe et XXe siècles

Claire Paolacci (Sorbonne Université) : Albert Carré : un directeur parangon ou épigone de Jacques Rouché ?

Rencontre et discussion avec Olivier Mantei, directeur de l’Opéra Comique

Offenbach au Théâtre des Arts de Rouen (1858-1914)

Dezède compte un nouveau dossier consacré aux ouvrages lyriques de Jacques Offenbach (1819-1880) représentés au Théâtre des Arts de Rouen avant la Première Guerre mondiale. Entre le 9 février 1858 (avant même le succès d’Orphée aux enfers créé à Paris au théâtre des Bouffes-Parisiens le 21 octobre de la même année) et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, 368 événements du Théâtre des Arts de Rouen incluent au moins une œuvre de Jacques Offenbach. Si le nombre peut paraître important, il n’en reste pas moins modeste à l’échelle d’une période qui s’étend sur plus d’un demi-siècle. En moyenne,  la programmation du Théâtre des Arts comporte chaque année six représentations d’une œuvre d’Offenbach. Au regard du succès rencontré par le compositeur dans les théâtres parisiens, ce nombre semble faible mais il place Offenbach parmi les compositeurs les plus souvent programmés au Théâtre des Arts de Rouen.

Ce dossier a été réalisé dans la perspective du colloque Jacques Offenbach, musicien européen dont les deux journées françaises se tiendront à l’Opéra-Comique les 21 et 22 juin 2019.

> Consulter le dossier sur Dezède

> Consulter le programme du colloque

Un nouveau dossier : La création française de Siegfried à Rouen en 1900

Ce nouveau dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » rassemble les dix représentations de cet opéra de Richard Wagner (1813-1883) au Théâtre des Arts de Rouen entre le 17 février et le 25 mars 1900. Il inclut aussi la répétition générale du 15 février. La représentation du 17 février 1900 est la création française de Siegfried, la première en français ayant été donnée à Bruxelles, au théâtre de la Monnaie, le 12 janvier 1891. La chronologie des représentations est complétée par un important dossier de presse.

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900 vient conclure une décennie marquée par un engouement pour les œuvres de Wagner que la France n’avait pas encore connu. Au cours de cette période, en France, l’œuvre de Richard Wagner rencontre effectivement un succès important dont la ville de Rouen avait été à l’origine. De fait, après le retentissant échec de Lohengrin à l’Éden-Théâtre en 1887, c’est à Rouen qu’un opéra de Wagner est porté à la scène pour la première fois en France. Le succès remporté par Lohengrin en février 1891 à Rouen s’inscrit dans le cadre d’une « offensive » wagnérienne qui voit, en quelques semaines, l’opéra porté à la scène à Rouen (7 février), à Angers et Nantes (21 février), à Lyon (26 février), à Bordeaux (31 mars), à Toulouse (5 mai) et à Bayonne (4 juin). Le 16 juin 1891, Lohengrin fait son entrée au répertoire de l’Opéra de Paris. Dès lors, l’œuvre de Wagner s’installe sur les scènes françaises : le 4 avril 1892, pour la première fois depuis l’échec des représentations de 1861 à l’Opéra, Tannhäuser est donné en France, à Lyon ; la création française du Vaisseau fantôme a lieu à Lille le 28 janvier 1893, celle de La Walkyrie à l’Opéra de Paris le 12 mai 1893, celle de Tristan et Isolde à Monaco le 23 mars 1893. Le 17 février 1900, c’est au tour de Siegfried d’être donné en création française, au Théâtre des Arts de Rouen.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique de la session 2018-2019

Le travail réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen autour du dossier consacré à « la création de Siegfried à Rouen en 1900 » a fait l’objet d’une nouvelle session malgré sa fin annoncée en 2017 dans ce même Carnet Dezède.

Le retour sur ce dossier est dû à la découverte d’un document conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen sans être mentionné dans son catalogue en ligne — c’est dorénavant le cas. Il s’agit d’un livre de souvenirs confectionné par le directeur du Théâtre des Arts de Rouen en 1900, Raoul François. Ce recueil factice est presque similaire à celui réalisé par le chanteur Paul Stuart mais il contient des comptes rendus de presse supplémentaires.

À l’image des précédentes, cette session poursuivait deux objectifs. Le premier était de compléter le dossier de presse associé à la chronologie des représentations de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900. Ce dossier avait été commencé en 2016. La transcription des articles contenus dans les livres de souvenirs du chanteur Paul Stuart et du directeur Raoul François conservés à la bibliothèque municipale de Rouen est achevée. Seuls manquent quelques articles dont la localisation ou la consultation s’est avérée impossible pour le moment. Le second objectif consistait en la rédaction d’un écrit musicologique présentant cet événement et le remettant en perspective. Pour y parvenir, les étudiants pouvaient s’appuyer sur un appareil documentaire mis à leur disposition sur leur espace numérique et sur les nombreux comptes rendus dont ils avaient eux-mêmes assuré la transcription.

Le texte que nous publions a été rédigé par Victor Renneville.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède