Archives par mot-clé : Théâtre des Arts de Rouen

Maxime Maugé-Renaünt, « Le Ring à Rouen en 1927 »

Richard Wagner (1813-1883) et son œuvre ont profondément marqué la France : du scandale de Tannhäuser au succès de Lohengrin, du rejet nationaliste à la création du mythe wagnérien, il semble que le créateur du Ring ne puisse pas laisser indifférent. En 1861, Wagner peut faire jouer Tannhäuser à Paris, dans une version remaniée dite « de Paris ». Après des répétitions dont le nombre très important est la conséquence du manque d’efforts des musiciens, sûrement découragés par la difficulté de l’œuvre, le compositeur doit faire face à une cabale organisée par les membres du Jockey Club dès la première représentation. Ils s’opposent en effet à l’insertion d’un ballet dans le premier acte, Wagner rompant ici avec son insertion traditionnelle dans le second qui donne aux retardataires la possibilité de le voir. C’est le scandale dans la salle : Wagner décide de tout annuler après la troisième représentation. Ce premier événement déclenche des débats entre partisans et détracteurs, et contribue à la création d’un « mythe wagnérien ». Ainsi, malgré l’échec, qui le marque, le compositeur est loin de passer inaperçu. Ces réactions passionnelles, voire épidermiques, prennent une autre ampleur avec la guerre franco-prussienne (1870-1871) : après la publication d’Une Capitulation, texte dans lequel Wagner raille la France, des musiciens français refusent de jouer ses œuvres, s’inscrivant ainsi dans un large mouvement antiwagnérien à la fois artistique et politique. Cette haine du symbole wagnérien, désormais associé à la défaite française et à la politique « impérialiste » de la Prusse, est illustrée par un événement très marquant : la représentation de Lohengrin, dirigée par Charles Lamoureux (1834-1899) à l’Éden-Théâtre en 1887. La cabale organisée à cette occasion oblige la police à protéger le théâtre et contenir les manifestants : certains d’entre eux sont arrêtés et une seule représentation est donnée. Cependant tout finit par se calmer. Le succès, à la fois local et national, de la représentation de Lohengrin à Rouen en février 1891 entraîne de nombreuses mises à la scène dans d’autres villes de France. En septembre de la même année, Lohengrin entre au répertoire de l’Opéra de Paris. Cet événement marque la fin de l’épisode de refus de Wagner à Paris et est à l’origine d’une certaine « wagnéromania » interrompue jusqu’en 1914. Durant cette période, ses œuvres sont jouées partout en France. La Grande Guerre remet en cause cette unanimité et il faut attendre 1921 pour revoir un opéra de Wagner sur le territoire français : le nom du compositeur reste toujours fortement associé à l’imagerie politique et « impérialiste » de l’Allemagne du xixe siècle et du début du xxe siècle. Cependant durant l’entre-deux guerres, ses œuvres sont jouées de manière intense puisqu’elles représentent environ 15 % de la programmation de l’Opéra de Paris. Ainsi, à travers ces quelques éléments, on constate que Wagner n’est pas seulement au cœur des débats esthétiques français : il est aussi un symbole idéologique et politique.

L’histoire du wagnérisme à Rouen débute en 1891, avec la création de Lohengrin. Cet ouvrage de Wagner est celui qui lui apporte la notoriété internationale. Le Théâtre des Arts de Rouen est la première institution française à jouer l’œuvre après le scandale retentissant de 1887 à Paris. La première est un succès et ce soir-là des journalistes parisiens sont présents dans la salle. Cette première sur la scène rouennaise est suivie par d’autres : Le Vaisseau fantôme en 1896, Tannhäuser en 1897, Siegfried en 1900 (en création française), La Walkyrie en 1906 et Tristan et Isolde en 1914. Néanmoins, les représentations des opéras de Wagner restent marginales puisqu’elles ne représentent que 2,3 % du total des représentations du Théâtre des Arts de Rouen entre 1891 et 1914. Après la Grande Guerre, Wagner n’est plus joué à Rouen et, comme à Paris, il faut attendre 1921 pour revoir son nom sur un programme. Un événement national est cependant attaché à la production lyrique rouennaise et à la réception du compositeur en France : la création du Ring en 1927.

En 1927, le Ring est très attendu à Rouen. Pour le Théâtre des Arts c’est une création considérable, aussi bien financièrement que du point de vue de l’engagement de chacun. En effet, de nombreux articles louent les efforts exceptionnels du personnel et notamment ceux de M. de Loose, le directeur du théâtre. L’orchestre répète avec acharnement, pas moins de sept fois dans les deux mois précédant la première représentation. Ainsi, la création du Ring demande un effort important à l’ensemble du personnel du Théâtre des Arts, qui attend un juste retour des choses, comme le signalent plusieurs articles de presse exhortant le public à se présenter en nombre à ces représentations. Un article du Journal de Rouen, daté du 3 mars 1927, offre une preuve matérielle de l’importance accordée à l’événement : la police gothique, très exceptionnelle, est utilisée pour le titre (« La Tétralogie : La Walkyrie ») et pour le nom de l’auteur de l’article, Paul-Louis Robert.

L’analyse de la distribution montre que la troupe régulière du Théâtre des Arts est renforcée uniquement par un ténor de l’Opéra de Paris, Victor Forti. La création du Ring est une opération coûteuse pour le théâtre : le recours à ce chanteur peut ainsi se concevoir comme un moyen d’attirer un public de connaisseurs habitués de l’Opéra de Paris, mais aussi comme un « investissement » visant à garantir la bonne interprétation de deux rôles essentiels de la tétralogie. Le tableau ci-dessous rassemble la distribution générale du Ring :

La distribution du Ring à Rouen en 1927

Comme nous pouvons le constater, certains interprètes tels que Béatrice Andriani, Humbert Tomatis, Victor Forti et Germaine Cossini jouent dans les quatre opéras en changeant ou non de rôle : c’est un fait d’importance qui témoigne de l’adaptabilité des chanteurs et du caractère éprouvant de ce quadruple événement. C’est également une conséquence des contraintes économiques imposées au Théâtre des Arts.

Nous n’avons aucune information sur les partitions utilisées lors de ces représentations, faute d’exemplaires conservés dans les archives locales. Cependant il est possible d’affirmer, notamment d’après Cécile Rose [1], que les quatre opéras furent chantés en français. Pour deux opéras (La Walkyrie, Siegfried) le traducteur est connu : il s’agit d’Alfred Ernst. D’après l’article du Journal de Rouen du 3 mars 1927 déjà cité, il semble que certaines coupures sont faites dans La Walkyrie. En effet, l’auteur de cet article, Paul-Louis Robert, évoque « quelques longueurs dans le livret » en citant l’avis du traducteur Alfred Ernst, et indique qu’elles seront probablement coupées en suivant les usages de l’époque. Cependant, rien ne permet d’affirmer qu’elles le soient réellement. Aucune information ne nous est parvenue pour les trois autres parties de la tétralogie. Événement remarquable car coûteux, des décors sont créés, fruit de la collaboration étroite entre le régisseur et le décorateur. La représentation de 1927 est donc pensée pour devenir une référence. Nous possédons peu d’informations sur ces décors : quelques indications sur le premier tableau, les Ondines portées pas des câbles, un décor évoquant les « profondeurs du Rhin », ou encore le palais de Guibighs, la perspective sur le Rhin, la toile de fond qui montre le Walhalla. Concernant les costumes, deux illustrations de Pierre le Trividic dans le Rouen Gazette du 19 mars 1927 présentent les costumes de Brünnhilde et de Wotan.

Rouen Gazette, 19 mars 1927.

Paul-Louis Robert est chargé par le théâtre de donner une conférence juste avant la première représentation, comme il le confirme dans son article du Journal de Rouen daté du 3 mars :

« Nous nous efforcerons, samedi soir, autant qu’on peut y réussir en cinquante minutes, de faire jouer les 120 thèmes environ qu’il est indispensable de connaître pour bien suivre le développement symphonique, et aussi d’expliquer les caractères et l’action de la Tétralogie. »

Cet extrait montre de quelle manière sont abordées les représentations à venir : le public visé semble fortement être un public d’amateurs et de connaisseurs, et on juge nécessaire une présentation analytique de l’œuvre, du moins pédagogique, afin d’aborder sa construction complexe. Mlle Thivin, pianiste, joue les thèmes et leitmotive évoqués par le conférencier.

L’orchestre et les chanteurs sont très bien reçus et salués de manière quasi unanime. D’après un article du Journal de Rouen :

« “Jamais l’orchestre n’a été si magnifique“ disait un vieil habitué. […] Les titulaires de pupitre et supplémentaires, sous l’impulsion admirable de M. Lebot, donnent leur maximum. […] »

On félicite l’orchestre et son chef, Adolphe Lebot, dont on apprécie la clarté et la précision, la flamme et le respect du style wagnérien. C’est aussi le cas des interprètes : ils sont généralement appréciés pour la clarté de leur expression et la « possession » des rôles. La mise en scène est évoquée pour son « caractère » et son aspect « pittoresque » : on peut supposer que les décors respectaient globalement ce qui avait été présenté à Bayreuth. Les décors et les machines sont remarqués, et quelques éléments plus particulièrement, notamment le dragon de Siegfried dont on « n’entrevoit dans l’ombre que les yeux verdâtres » [2], « très audacieuse innovation » selon l’auteur de l’article.

Cette représentation du Ring est source de débats dans la presse locale, opposant les tenants de l’opéra « difficile », représentés par Paul-Louis Robert et le Journal de Rouen, et ceux d’un opéra « plus populaire », défendus par Rouen Gazette. Dans cette optique, un journaliste de Rouen Gazette évoque le « snobisme » dont il faut faire preuve pour assister à une représentation cyclique, à l’image du Ring. Wagner est ainsi considéré comme le compositeur d’une œuvre compliquée, qui n’est pas accessible à tous les publics et qui n’aurait pas sa place dans un théâtre dans lequel « on vient pour se délasser » [3]. Ainsi cet incroyable événement donne lieu à une querelle dont il faut noter qu’elle est circonscrite à la question esthétique.

Cependant, les attentes du public du Théâtre des Arts sont-elles comblées ? Malgré une réception très positive, nous l’avons vu, le nombre de spectateurs présents à chaque représentation semble insuffisant. Même s’il faut rester vigilant et garder à l’esprit les divergences entre le Journal de Rouen et Rouen Gazette, influençant sûrement la rédaction des articles, il semble que le succès ne soit pas au rendez-vous et les recettes espérées non atteintes. Par exemple, la représentation de L’Or du Rhin, le samedi 5 mars, génère 6 621,80 F de recette, contre 10 214 F pour La Favorite de Gaetano Donizetti, le 4 mars [4]. Cela s’explique par la nature du public de l’œuvre de Wagner : un public de connaisseurs, et donc un public forcément plus réduit que celui des œuvres jugées plus populaires, ou, du moins, plus accessibles.

Ainsi, en 1927, la ville de Rouen est le théâtre d’un événement considérable dans l’histoire de l’art lyrique et du spectacle en France. Cependant, il n’y a pas d’exception rouennaise, étant donné les représentations précédentes du Ring, à Lyon et Paris, et celles qui suivront Rouen, notamment à Toulouse deux semaines plus tard. Œuvre difficile à monter, le Ring occupe l’attention de la presse rouennaise avant, durant, et après sa représentation, notamment à travers de nombreux débats esthétiques dans les journaux rouennais. Au plan local, le Ring a pour conséquence la création de la Société des Amis du Théâtre des Arts, à l’initiative de Paul-Louis Robert, dont l’objectif est d’organiser une souscription destinée à financer la création d’autres chefs-d’œuvre de l’art lyrique. En 1928, ce sera le cas de Parsifal.

[1] Cécile ROSE, Le théâtre lyrique en Normandie entre les deux guerres, 1918-1939, thèse de doctorat, université de Paris-Sorbonne, 1990, p. 485.

[2] Journal de Rouen, 10 mars 1927, p. 3.

[3] Sur ce point de vue, voir « Encore une exécution capitale : celle de la Tétralogie », Rouen Gazette, 5 mars 1927, p. 1.

[4] Archives municipales de Rouen, 2R6, saison 1924/1925 1926/1927.

> Consulter le dossier  » Le Ring à Rouen en 1927  » sur Dezède

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède. La représentation successive des quatre parties du Ring au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est une première en dehors de Paris depuis la création française à Lyon en avril 1904. Le Ring rouennais fait suite aux quatre versions données  à l’Opéra de Paris avant la Première Guerre mondiale entre 1911 et 1913, et précède de quelques jours celle de Toulouse qui  se déroulera entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Ce dossier a été réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée avec les étudiants de troisième année de licence de musicologie de l’université de Rouen.

> Consulter le dossier  » Le Ring à Rouen en 1927  » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 20/11/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/707

 

Charlotte Fellous, « La création de Siegfried à Rouen en 1900 »

Richard Wagner (1813-1883) fait partie des quelques compositeurs que le profane peut citer aisément, aux côtés de Bach, Mozart et Beethoven. Il est devenu pour le public occidental une figure commune, accompagnée comme il se doit de quelques poncifs, en premier lieu desquels l’ombre d’un lien avec le nazisme. Si de son vivant une telle image n’avait évidemment pas cours, il apparaît néanmoins que Wagner suscitait déjà en France des réactions contrastées. En effet, après la guerre franco-prussienne de 1870 ayant mené à l’annexion de l’Alsace-Lorraine, l’anti-germanisme se répand sous la Troisième République française, et la défiance envers Wagner en est une des conséquences. Ainsi, on trouve plusieurs témoignages (notamment dans les comptes rendus de concert) associant la musique de Wagner à des réminiscences de la guerre.

Cependant, il semble que la réception de Wagner ait été assez négative dès avant la défaite de Sedan : dans une lettre élogieuse adressée le 17 février 1860 au compositeur, Baudelaire évoque ainsi une profusion d’ « articles indignes […] où on fait tous les efforts possibles pour diffamer [son] génie ». Il faut dire que les rapports entre Wagner et la France ont mal commencé. Après un premier voyage infructueux en 1839, Wagner retourne en France en 1859 ; il a acquis une certaine notoriété grâce à la création à Weimar en 1850 de son opéra Lohengrin, sous la direction de Franz Liszt, dont les cercles érudits français ont eu écho par le biais de spectateurs enthousiastes comme Gérard de Nerval. Au cours de ce séjour de deux ans, Wagner parvient à faire monter Tannhäuser à l’Opéra de Paris. Et c’est un scandale, car le ballet figure au premier acte et non au deuxième comme la tradition l’exige. Malgré six mois de répétitions laborieuses, les représentations se limitent donc au nombre de trois, et la musique de Wagner ne sera pas jouée à l’Opéra de Paris au cours des trois décennies suivantes.

En France, Wagner ne laisse donc pas indifférent, et il y a ainsi, outre ses détracteurs, des admirateurs notoires. Parmi eux, le peintre Henri Fantin-Latour, mais aussi le chef d’orchestre Jules Pasdeloup. Ce dernier, malgré les réticences du public et même celles de ses musiciens, occasionnant quelques nouveaux scandales, parvient à faire jouer lors de ses « concerts populaires » des extraits symphoniques ou vocaux des œuvres du compositeur. Mais les polémiques perdurent jusqu’après sa mort, prenant parfois une grande ampleur : le chef d’orchestre Charles Lamoureux a par exemple reçu des menaces de mort pour avoir monté Lohengrin à l’Éden-Théâtre en 1887.

Enfin, avec l’apaisement des tensions entre l’Allemagne et la France à la fin des années 1880, les opéras de Wagner retrouvent progressivement les scènes françaises, mais en province plutôt qu’à Paris, et notamment à Rouen.

La première fois qu’on joue Lohengrin en France après l’unique représentation parisienne de Lamoureux, c’est donc au Théâtre des Arts de Rouen, le 7 février 1891, sous la baguette de Philippe Flon. Une précédente tentative, en 1883, n’avait pas abouti, mais cette fois c’est un immense succès. La salle est comble, on vient de Paris pour y assister, et les critiques comme le public sont unanimement réjouis. Après vingt-six représentations rouennaises, l’opéra traverse d’autres grandes villes de province avant de rejoindre la capitale en septembre.

Suite à ce succès, Lohengrin est redonné fréquemment à Rouen, et d’autres opéras wagnériens le rejoignent au répertoire du Théâtre des Arts : Le Vaisseau fantôme en 1896, qui reçoit un accueil moins chaleureux, puis Tannhäuser, beaucoup plus applaudi, et, en 1900, Siegfried pour sa création française, sur laquelle nous reviendrons en détails. Le succès est une fois de plus éclatant, ce qui ne sera curieusement pas le cas de La Walkyrie six ans plus tard, pourtant dirigée par un wagnérien expérimenté. C’est ensuite au tour de Tristan et Isolde d’être monté en 1914. L’application Dezède recense ainsi cent vingt représentations d’une œuvre de Wagner au Théâtre des Arts de Rouen entre 1882 et 1914[1]. Cependant, avec la Première Guerre mondiale, le nom de Wagner disparaît des programmes jusqu’en 1919.

La saison 1926-1927 propose la programmation de la Tétralogie intégrale au Théâtre des Arts, et l’année suivante c’est Parsifal qui connaît sa création rouennaise. Ce n’est qu’en 1965, trois ans après l’inauguration du nouveau bâtiment, que le dernier des principaux opéras, Les Maîtres chanteurs de Nuremberg, connaîtra sa création rouennaise. Entre ces deux dates, les représentations ne manquent pas, avec des distributions toujours plus prestigieuses (Régine Crespin notamment) et des progrès techniques importants notamment du point de vue des effets de lumière. Quant à eux, les décors et les mises en scène restent assez similaires.

Le cycle de L’Anneau du Nibelung est monté une nouvelle fois en 1969, par le metteur en scène Manfred Hubricht, qui avait assisté le petit-fils de Wagner à Bayreuth. Et plus récemment, c’est avec Lohengrin que le Maître a retrouvé la scène lyrique rouennaise, en 2015, dans une mise en scène de son homonyme Carlos Wagner.

La création française de Siegfried à Rouen, qui nous intéresse plus particulièrement, prend donc place dans le contexte d’une décennie d’engouement soudain pour les opéras de Wagner. Dix représentations ont lieu entre le 17 février et le 25 mars 1900, au Théâtre des Arts, précédées d’une répétition générale publique. Auparavant, l’œuvre avait été créée dans la même adaptation française d’Alfred Ernst au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles le 12 janvier 1891. À Rouen, la distribution est la suivante : Amélie (ou Amélia) Bossy (Brünnhilde), qui a participé à la création française de Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns à Rouen le 3 mars 1890, Charles Dalmorès (Siegfried), jeune violoncelliste et ancien corniste solo dans l’orchestre du Grand-Théâtre de Lyon et aux Concerts Lamoureux, mais débutant sur la scène lyrique, Monsieur Féraud de Saint‑Pol (Alberich), H. Grimaud (Wotan) qui chantait auparavant à Angoulême, Hermance Adolphine Lemeignan (l’oiseau), Éva Romain (Erda), Paul Stuart (Mime), de l’Opéra-Comique, formé à Lyon et ayant chanté plusieurs années en Algérie et aux États-Unis, et Jules Vinche (Fafner), ancien artiste de Lyon. Paul Stuart a recueilli de nombreux documents sur ces représentations dans un recueil factice conservé à la bibliothèque municipale Jacques-Villon de Rouen[2] : articles, documents d’archives, photographies, etc. Le dépouillement de vingt-deux annonces et soixante-quatre comptes rendus issus de ce livre de souvenirs nous a permis de rassembler un grand nombre d’informations précises afin de restituer au mieux cet événement.

Raoul François, le directeur du théâtre, et Auguste Amalou, le chef d’orchestre (qui dirigea une saison durant l’orchestre du théâtre d’Angoulême), se sont rendus à Bayreuth avant la production. Les répétitions ont été accompagnées par le pianiste M. Cartier et la générale a eu lieu le 15 février 1900 de 19h45 à 1h du matin en présence de nombreux critiques parisiens. Les abonnés du théâtre y étaient également conviés, et des billets pour y assister étaient disponibles à l’Office des théâtres à Paris. La première représentation, initialement prévue le 16 février, a été reportée au lendemain.

On trouve dans l’assistance de la première le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Georges Leygues, accompagné de son épouse et du directeur des Beaux‑Arts Henry Roujon, sur l’invitation du maire de Rouen Marcel Cartier, également présent. L’audience compte de nombreuses autres personnalités notables : un général, un député, un préfet, des adjoints, au milieu d’une foule de Parisiens « habitués des Concerts Colonne et Lamoureux, la partition de Siegfried sous le bras[3] ». Des trains spéciaux de la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest ont été mis en place pour accueillir également de nombreux Anglais. La salle est donc comble à toutes les représentations, et plongée dans l’obscurité durant tout l’opéra conformément au souhait du compositeur.

L’orchestre, composé d’environ soixante musiciens, n’est pas aussi fourni que l’œuvre le demanderait dans l’idéal (cent vingt-cinq musiciens), en particulier en ce qui concerne les pupitres des cordes (seulement quatre contrebasses). Il compte en revanche des cuivres en bonne quantité, notamment cinq tubas.

Les décors sont l’œuvre du peintre décorateur Charles Rambert. Il s’agit de quatre décors brossés pour l’occasion : une grotte au premier acte, une forêt au second, et pour le troisième successivement le rocher de Brünnhilde et des sapins. La mise en scène quant à elle est dirigée par Octave Labis, un ancien baryton, promu officier d’académie quelques jours avant la première, qui fait ses débuts de régisseur. Elle est très soignée malgré les grandes difficultés de l’ouvrage (apparition d’un ours, d’un dragon, rideau de feu lors du combat entre Siegfried et Wotan, etc.). À l’issue du deuxième acte, le ministre décerne aussi les palmes académiques à Mme Bossy et à M. Amalou, qui venait de faire l’objet d’une ovation spontanée. M. Leygues félicite également les autres interprètes. Précisons que Mme Lemeignan (l’oiseau) et M. Vinche (Fafner) ne paraissent pas sur scène et chantent depuis les coulisses.

Si la salle écoute l’œuvre dans un silence parfait (mise à part la tentative d’applaudissements d’une phrase du violon soliste), chaque acte est suivi de rappels appuyés. Les terreurs de Mime, le Chant de la Forge, les Murmures de la Forêt, le réveil de Brünnhilde et le duo final sont les scènes les plus appréciées. L’opéra est néanmoins coupé en de nombreux endroits : le rôle d’Alberich est écourté, ainsi que la scène du premier acte entre Wotan et Mime ; le début du deuxième acte entièrement retiré, de même que certains passages de la scène de Siegfried et Brünnhilde.

M. Dalmorès, qui avait déjà tenu le rôle-titre approchant de Sigurd dans l’opéra d’Ernest Reyer, est unanimement acclamé pour son incarnation sans faille du héros wagnérien, beaucoup soulignant aussi sa jeunesse et son apparence qui siéent parfaitement au personnage. Il chante de « façon wagnérienne, sans grands gestes[4]». Mme Bossy obtient également les louanges de toute la presse, pour sa très belle voix, ainsi que M. Vinche, dont on apprécie la profondeur vocale et l’articulation incisive. Le chef d’orchestre M. Amalou ne reçoit lui aussi que des commentaires élogieux pour sa direction intelligente et nuancée. En revanche, les avis sont plus divergents en ce qui concerne l’organe, un peu faible, et la diction de M. Stuart, mais tous reconnaissent ses remarquables talents d’acteur et sa composition originale et pleine d’esprit du rôle de Mime. Un critique le compare à Quasimodo, un autre à Henrik Ibsen, mais certains regrettent la barbe qu’il porte.

Témoignant du succès complet de cette création française de Siegfried, deux représentations en matinée sont ajoutées les dimanches 25 février et 4 mars. Des photographies des interprètes costumés sont également réalisées et exposées dans différentes boutiques de Rouen. Les articles de presse relatant l’événement sont très nombreux : beaucoup proviennent sans surprise de journaux normands et parisiens, mais aussi de la presse nationale et régionale (Saint-Étienne, Montauban, Lyon, Angoulême, Besançon, etc.) et même étrangère (en Belgique, en Espagne[5], etc.). Mais les échos sont évidemment assez peu nombreux une fois passées les quelques premières représentations. Il faut également noter que quelques articles présentent une critique plutôt négative[6], voire franchement cinglante[7], mais les louanges sont trop nombreuses pour n’être que le résultat d’un parti pris ou la marque d’une volonté publicitaire. Par ailleurs, beaucoup d’articles insistent sur la comparaison (qu’ils jugent tout à fait honorable) avec la scène parisienne : on sent qu’il y a là un enjeu particulier. Concluons donc avec cette citation du Nouvelliste de Rouen, le dimanche 18 février 1900 : « Ce succès se maintiendra-t-il, et la Tétralogie a-t-elle acquis en France droit de cité ? Sans l’affirmer témérairement, il est permis de l’espérer. Une révolution plus considérable qu’on ne le croirait au premier abord s’est opérée dans le goût du public. »

[1] À ce jour, le corpus n’est pas tout à fait complet (consulté le 12 juin 2017).

[2] Sous la cote Resgg-33.

[3] Le Petit Rouennais, lundi 26 février 1900. Tous les articles cités dans ce texte sont reproduits dans le dossier du site Dezède consacré à Siegfried.

[4] L’Événement, dimanche 18 février 1900.

[5] El Globo [Madrid], mardi 20 février 1900.

[6] « [le Théâtre des Arts] nous a donné […] un à-peu-près ». Voir Le Journal, dimanche 18 février 1900.

[7] « À quand la vraie première de Siegfried ? » (Le Pain, mercredi 7 mars 1900).

La création de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique

Le travail réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen autour du dossier consacré à « la création de Siegfried à Rouen en 1900 » a pris fin. Il poursuivait deux objectifs. Le premier était de compléter le dossier de presse associé à la chronologie des représentations de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900. Ce dossier avait été débuté l’année précédente avec un autre groupe d’étudiants. La transcription des articles contenus dans le « Livre de souvenirs » du chanteur Paul Stuart conservé à la bibliothèque municipale de Rouen est très avancée mais pas encore achevée.

Le second consistait en la rédaction d’un écrit musicologique présentant cet événement et le remettant en perspective. Pour y parvenir, les étudiants pouvaient s’appuyer sur un appareil documentaire mis à leur disposition sur leur espace numérique et sur les nombreux comptes rendus dont ils avaient eux-mêmes assuré la transcription.

Le texte que nous publions a été rédigé par Charlotte Fellous.

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « La création de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique », Carnet Dezède, 13/06/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/530

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : 2e session

Le dossier intitulé « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 », déjà présenté dans le Carnet Dezède en mai 2016, vient de voir son dossier de presse enrichi.  L’ajout d’articles de presse transcrits a été réalisé dans le cadre d’un cours de licence pendant le second semestre de l’année universitaire 2016-2017. Ce sont cinquante-cinq articles issus du « Livre de souvenirs » de Paul Stuart, un recueil factice constitué par l’interprète de Mime, qui ont été transcrits par dix-neuf étudiants de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée (licence 3). De plus amples informations sur l’origine des sources sont consultables sur la page de présentation du dossier.

> Consultez le dossier “ Siegfried à Rouen en 1900 ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : 2e session », Carnet Dezède, 07/04/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/466

Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen (2017)

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en deuxième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2016-2017)
Mme Potier dans le rôle de Jenny (La Dame blanche) Paris, Martinet, 1841 BNF, BMO C-261 (15-1478)
Mme Potier dans le rôle de Jenny (La Dame blanche)
Paris, Martinet, 1841
BNF, BMO C-261 (15-1478)

Pour la quatrième année consécutive, le répertoire des théâtres de France est au cœur du cours de méthodologie et d’initiation à la recherche en L2 de musicologie à l’université de Rouen (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Nous commencerons par interroger la notion d’autorité d’œuvre, en découvrant les moyens de la définir à partir des ouvrages, des répertoires et des catalogues de référence. Nous mettrons ensuite en pratique la création de nouvelles autorités. D’un côté, nous poursuivrons l’enrichissement du répertoire de l’Opéra-Comique, en traitant la période 1783-1801 correspondant à l’activité de la première salle Favart (120 nouveaux titres). Pour rappel, nous avons saisi les années précédentes l’ensemble du répertoire de cette institution entre 1801 et 1926. De l’autre, nous nous pencherons sur le répertoire de concert, en prolongeant le travail des années précédentes : des cantates de Bach aux lieder de Schubert et Schumann, de la musique de chambre de Mozart aux trios de Haydn, des polonaises aux mazurkas de Chopin.

Dans un deuxième temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1821, à laquelle nous ajouterons donc les années 1821, 1822, 1823 et 1826.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous achèverons le dépouillement de la presse rouennaise sous la Restauration, pour prendre conscience de la circulation des répertoires parisiens en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire de l’Opéra-Comique.

> Découvrez l’index des autorités d’œuvres

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le chantier Théâtre des Arts de Rouen

 

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen (2017) », Carnet Dezède, 30/01/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/448

Le deuxième Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940)

Théâtre des arts, "Le Monde illustré", 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart
Théâtre des arts, « Le Monde illustré », 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart

La réalisation de la chronologie des spectacles dans le deuxième Théâtre des Arts de Rouen entre 1882 et 1940 se poursuit. Commencée en 2013, elle a bénéficié du travail des étudiants du master de Musicologie de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de méthodologie de la recherche.

À ce jour, la chronologie réunit 4 774 événements répartis sur deux périodes : du 30 septembre 1882 au 2 avril 1903 et du 14 octobre 1912 au 6 avril 1914.

Le Théâtre des Arts de Rouen inauguré le 30 septembre 1882 remplace l’établissement ayant péri par les flammes le 25 avril 1876 après un siècle d’existence. Son activité se poursuit jusqu’à l’incendie qui le détruit partiellement le 9 juin 1940. Bien qu’envisagée, sa restauration n’est pas entreprise avant la « Semaine rouge » et les bombardements des 30 et 31 mai 1944 qui en achèvent la destruction. Pendant cinquante-huit saisons, commençant autour du 1er octobre et s’achevant à la fin du mois d’avril, le Théâtre des Arts présente au public rouennais un répertoire constitué presque exclusivement d’œuvres lyriques.

> Consultez le dossier “ Le Théâtre des Arts à Rouen (1882-1940) ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le deuxième Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) », Carnet Dezède, 26/05/2016, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/330

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900

DSC03132
« À propos de Siegfried dont la première représentation en France a été donnée au Théâtre des Arts de Rouen sous la direction de M. Raoul François le 17 février 1900 », Bibliothèque municipale de Rouen [Resgg-33

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900 vient conclure une décennie marquée par un engouement pour les œuvres de Wagner que la France n’avait pas encore connu. Au cours de cette période, l’œuvre de Richard Wagner rencontre effectivement un succès important en France dont la ville de Rouen avait été à l’origine. De fait, après le retentissant échec de Lohengrin à l’Éden-Théâtre (Paris) en 1887, c’est à Rouen qu’un opéra de Wagner est porté à la scène pour la première fois en France — voir sur Dezède le dossier « Lohengrin à Rouen (1891) ». Après plusieurs reprises de cet opéra, la mise à la scène du Vaisseau fantôme le 12 février 1896, de Tannhäuser le 22 janvier 1897, vient le tour de Siegfried donné en création française le 17 février 1900.

Ce dossier a été réalisé par des étudiants de licence de Musicologie de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée.

> Consultez le dossier “ La création de Siegfried à Rouen en 1900 ” sur Dezède

Source de l’illustration

Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en deuxième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2015-2016)
Jenny dans La Dame blanche
Jenny dans La Dame blanche

Pour la troisième année consécutive, il sera question du répertoire des théâtres de France dans les cours de méthodologie et d’initiation à la recherche en L2 de musicologie à l’université de Rouen (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Nous commencerons par nous interroger sur ce qu’est une autorité d’œuvre et comment la définir à partir des ouvrages, des répertoires et des catalogues de référence. Nous mettrons en pratique la création de nouvelles autorités. D’un côté, nous poursuivrons l’enrichissement du répertoire de l’Opéra-Comique, en complétant la période 1888-1926 (140 nouveaux titres). Pour rappel, nous avions traité les périodes 1805-1837 en 2013-2014 et 1837-1887 en 2014-2015. De l’autre, nous nous pencherons sur le répertoire de concerts, en prolongeant le travail des années précédentes : des cantates de Bach aux lieder de Schubert, des duos de Mozart aux trios de Haydn, des nocturnes aux valses de Chopin.

Dans un deuxième temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant doit traiter dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1818, et nous ajouterons cette année en plus des compléments sur cette période, les années 1819 à 1821.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique de deux manières différentes. Tout d’abord à Paris, par l’inauguration d’un nouveau chantier qui consistera à produire une histoire des théâtres parisiens : à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats), chaque étudiant reconstituera une journée de l’intense activité théâtrale quotidienne, pour produire in fine un échantillon mensuel de la vie des spectacles dans la capitale en décembre 1825, mois pendant lequel est créée La Dame blanche de Boieldieu ; ensuite, en achevant le dépouillement de la presse rouennaise sous la Restauration dans la perspective d’une reconstitution de l’activité d’une institution provinciale largement dominée par le répertoire de l’Opéra-Comique.

> Découvrez l’index des autorités d’œuvres

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

> Le chantier Théâtre des Arts de Rouen