Archives par mot-clé : Théâtre des Arts de Rouen

Le second Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940)

Théâtre des arts, « Le Monde illustré », 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » est désormais entièrement achevé plus de sept ans après son ouverture en juin 2013. C’est la troisième des quatre parties du vaste chantier que Joann Élart et Yannick Simon consacrent sur Dezède au répertoire du Théâtre des Arts de Rouen des origines à nos jours et qui réunit actuellement (janvier 2021) plus de 16 000 événements. La première partie est dédiée au premier Théâtre des Arts inauguré en 1776 et détruit par le feu en 1876 ; la deuxième au Théâtre Lafayette qui a servi de solution de repli à l’institution entre 1876 et 1882 ; la troisième au bâtiment inauguré en 1882 et détruit pendant la Seconde Guerre mondiale ; la quatrième à l’établissement inauguré en 1962 et toujours en activité à ce jour.

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » comporte 9 235 événements. Pour une moitié d’entre eux, ils ont été intégrés dans la base de données par Claire Morvannou grâce à des vacations financées par le CÉRÉdI. L’autre partie a été réalisée par des étudiants dans le cadre de cours du master de Musicologie de l’université de Rouen Normandie entre 2013 et 2020.

Le premier événement, daté du 30 septembre 1882, est celui qui marque l’inauguration de la salle avec, au programme, Les Huguenots, de Meyerbeer, précédés d’une interprétation de l’ouverture de La Dame blanche de Boieldieu. Le dernier, une représentation du Faust de Gounod, est en date du 28 avril 1940. Il précède de quelques jours la fin de la « drôle de guerre » et le début de l’offensive allemande dont l’une des conséquences est la canonnade et l’incendie du Théâtre des Arts le 9 juin 1940. Bien qu’envisagée, sa restauration n’est pas entreprise avant la « Semaine rouge » et les bombardements des 30 et 31 mai 1944 qui en achèvent la destruction.

L’examen global de ce corpus reste à entreprendre. Néanmoins les quinze premières saisons ont fait l’objet d’une étude publiée qui fournit un embryon de grille d’analyse pouvant s’appliquer à l’ensemble de la période — voir la « publication associée » sur la page de présentation.

Consulter le dossier dans Dezède : https://dezede.org/dossiers/id/7/

Les spectacles de danse au Théâtre des Arts (1962-1997)

Un dossier de Naomie Charlier

Couverture du programme du gala chorégraphique, décembre 1967

Ce dossier décrit l’ensemble des spectacles de danse organisés au Théâtre des Arts de Rouen entre 1962 et 1997, qui ont été désignés sous différentes appellations : gala chorégraphique, spectacle de ballet et création chorégraphique. Les danseurs sont principalement issus du corps de ballet du Théâtre des Arts. D’autres proviennent de compagnies de danse extérieures comme les Centres Chorégraphiques Nationaux, ou de troupes étrangères. Si la plupart des spectacles ont lieu au Théâtre, certaines représentations sont données dans d’autres salles. Dès les années 1990, certains ballets s’effectuent dans la salle Saint-Saëns du Théâtre des Arts. Pour la saison “hors les murs” de 1991-1992, la programmation est déplacée au Hangar 23 pour cause de travaux. À partir de 1996, la plupart des œuvres chorégraphiques sont programmées à la salle Duchamp-Villon à Grand-Quevilly.

Ce dossier constitue l’annexe du master de musicologie de Naomie Charlier, Le corps de ballet du Théâtre des Arts de Rouen de 1962 à 1997, dir. Joann Élart, université de Rouen Normandie, soutenu le 30 septembre 2019, 300 p.

> consulter le dossier

La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2020-2021)
Costume de Mlle Prévost dans le rôle de Léona dans Masaniello, opéra-comique de Carafa créé le 27 décembre 1827
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche s’adapte cette année à la crise sanitaire, tout comme Dezède qui est opérationnel dans les trois modalités d’enseignement : en présentiel,  en hybridation ou en distanciel synchrone. Comme les années précédentes, il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements au XIXe siècle, en partant de sources variées (archives, presse, ouvrage) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir des registres de recettes journalières conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra. Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1826, à laquelle nous ajouterons donc les années 1827 et 1828 à partir de cette source.
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée du mois d’octobre 1825, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826 durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective le répertoire de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique. Nous nous intéresserons aux années 1830, 1831 et 1832.
Dans un quatrième et dernier temps, nous achèverons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une « bibliothèque numérique des spectacles ». Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année sur le tome 6 de l’Histoire du Théâtre des Arts de Rouen de Charles Vauclin (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen)  et sur le tome 1 de l’Histoire des théâtres de Rouen  de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Source des illustrations : Gallica

Pour citer ce billet : Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 07/11/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3026

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 29/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2911

Grandeur et vicissitudes de la direction d’Opéra

Colloque à l’Opéra Comique, 21 et 22 novembre 2019

ll n’y a jamais eu un profil spécifique pour diriger un opéra. Prendre la tête d’une institution, ce n’est pas forcément une vocation, mais plutôt le sentiment d’une nécessité pour faire évoluer les spectacles, ou une opportunité dans une carrière plurielle. L’entrepreneur, l’interprète, le musicien, le metteur en scène sont ainsi amenés à composer avec le public, les artistes, et surtout avec l’économie de cet art coûteux… et politique. En cette saison 2019 de l’Opéra Comique, où figurent Favart, Adam, Offenbach, Carré mais aussi Lully, Durazzo, etc., penchons-nous sur ces destins singuliers qui ont façonné l’histoire de l’opéra en Europe.

Programme

JEUDI 21 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : L’Opéra Comique au XVIIIe siècle

Ouverture par Jean-Claude Yon : Au cœur du monde lyrique, les directeurs d’opéra

Bertrand Porot (Université de Reims) : La co-direction de l’Opéra-Comique par Jean Monnet et Charles Favart dans les années 1740

Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université et IReMus) : Jean Monnet à Lyon (1745-1747) : histoire d’une déconfiture financière

Emanuele De Luca (Université Côte d’Azur – CTEL) : La direction de la Comédie-Italienne de Paris entre XVIIe et XVIIIe siècle.

  • 14h30-17h30 : Une fonction semée d’embûches

Joann Élart (Université de Rouen) : Diriger jusqu’à la mort : le cas de l’infortuné Louis Michu à Rouen

Patrick Taïeb et Coralie Grandjean (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Les directeurs de l’Opéra de Montpellier pendant le Second Empire

Sabine Teulon-Lardic (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : À la conquête de nouveaux publics d’opéra au boulevard du Temple : Adolphe Adam à l’Opéra National (1847-1848)

Jean-Christophe Branger (Université de Lyon 2) : La résurrection éphémère du Théâtre-Lyrique à l’Eden-Théâtre sous la direction d’Henry Verdhurt : une « débâcle théâtrale » ?

VENDREDI 22 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : Diriger l’Opéra Comique au XIXe siècle

Maxime Margollé (ESPE de Lille) : Un pour tous, tous pour un : l’Opéra-Comique en société aux XVIIIe et XIXe siècles

Roxane Martin (Université de Lorraine) : Pixerécourt, directeur de l’Opéra Comique (1824-1827)

Frédéric Guérin (Université de Rouen) : L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin

Lesley Wright (University of Hawai‘i at Mānoa) : Carvalho et l’utilisation de la presse à des fins publicitaires (1876-1887)

  • 14h30-17h00 : Réinventer la direction d’opéra

Michela Niccolai (Sorbonne Université) : Albert Carré, directeur de théâtre entre XIXe et XXe siècles

Claire Paolacci (Sorbonne Université) : Albert Carré : un directeur parangon ou épigone de Jacques Rouché ?

Rencontre et discussion avec Olivier Mantei, directeur de l’Opéra Comique