Archives par mot-clé : Théâtre des Arts de Rouen

Lancement du projet SpectaNum

Partie intégrante du projet Cornum dédié aux humanités numériques et financé par la région Normandie, SpectaNum est entré dans sa phase de réalisation le 25 février 2019.

Deux volets

Le projet SpectaNum se décline en deux volets complémentaires ayant en commun l’application Dezède qui en sera le support, l’outil de développement et de valorisation. « Orchestres en Normandie » et « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie » ont pour ambition de mettre à la libre disposition d’un public large, allant du chercheur à l’amateur de musique, un patrimoine difficilement accessible (des programmes de concerts et des documents d’archives), sous la forme d’archives numérisées associées à une édition critique.

« Orchestres en Normandie » a pour objectif de reconstituer l’activité des deux orchestres symphoniques normands membres de l’Association française des Orchestres : l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie et l’orchestre régional de Normandie. En activité respectivement depuis 1998 et 1982, ces deux formations aux vocations et aux missions différentes mais complémentaires sont les acteurs et les ambassadeurs de la diffusion de la musique classique non seulement sur le territoire normand, mais également au-delà des frontières régionales. Nous nous proposons de reconstituer sur le portail Dezède tous les programmes de ces deux orchestres depuis leur création. Cette chronologie complète des concerts de ces deux ensembles se présentera sous la forme d’une liste d’événements (date et lieu) contenant les titres des œuvres, ainsi que les noms des interprètes et des ensembles impliqués.

> dossier “Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2019)”

Alors que « Orchestres en Normandie » s’inscrit dans un passé récent et a vocation à s’enrichir au fur et à mesure des futures saisons des orchestres, « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie » se tourne vers un patrimoine plus ancien. Plus souvent, les documents qui feront l’objet d’une numérisation et d’une indexation portent sur un passé plus lointain de l’histoire des théâtres entre le xviiie siècle et le xxe siècle. Nous nous proposons d’indexer ces différents documents, et d’offrir, aux chercheurs et au grand public, un outil de travail accessible en ligne et en lien avec les données déjà présentes sur le site Dezède.

Placé sous la direction scientifique de Joann Élart et Yannick Simon, SpectaNum est entré dans sa phase active depuis le 25 février 2019 et la prise de fonction de Marion Blanc, l’ingénieure d’études qui œuvrera à sa réalisation pendant dix-huit mois.

Journée CORNUM du 7 juin 2019

Yannick Simon et Joann Élart ont présenté les deux volets du projet SpectaNum à la journée d’études CORNUM “ Corpus et éditions numériques en Normandie ” le 7 juin 2019 à l’université de Rouen Normandie. Après avoir rappelé les objectifs à atteindre à l’issue du projet en 2022, ils ont dressé le bilan des travaux déjà réalisés ou en cours de réalisation, notamment le travail de collecte et d’édition placé sous la responsabilité de Marion Blanc, ingénieure d’études recrutée sur ce projet. Cette présentation a été l’occasion d’ajouter à la page d’accueil de Dezède une quatrième dalle de partenariat, facilitant l’accès au dossier Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, ainsi que le logo de la Région Normandie en  entête du dossier.

> programme de la journée

Une lettre de Cosima Wagner à la bibliothèque municipale de Rouen

Postée à Florence le 24 mars 1900, la lettre signée de la main de la veuve de Richard Wagner est adressée à Paul Stuart, interprète du rôle de Mime dans la création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen le samedi 17 février 1900. Mme Wagner répond au chanteur dont la correspondance, malheureusement, ne figure pas dans les archives du Richard Wagner Museum de Bayreuth. Pour sa part, Paul Stuart a soigneusement conservé la lettre dans son enveloppe. Elle est désormais collée sur la première page du livre de souvenirs qu’il a consacré à l’important événement wagnérien auquel il a apporté sa contribution. Dans ce recueil factice intitulé « À propos de Siegfried à Rouen » et entré par don dans les collections de la bibliothèque municipale de Rouen, l’interprète de Mime a réuni des photographies, des articles de presse et des documents iconographiques consacrés au spectacle.

Répondant en français à Paul Stuart qui l’a invitée à venir à Rouen assister à la première, la fille de Franz Liszt et de Marie d’Agoult lui apporte sa caution, non sans retard :

24 mars 1900

Monsieur,

Votre aimable lettre m’est parvenue ici après de nombreux détours et je viens vous en remercier et vous prier de m’excuser si je ne suis pas à même de remplir vos désirs.

Ce que vous me dites de la représentation de Rouen et en particulier de la conception du rôle de Mime m’a vivement intéressé [sic] et votre masque me semble excellent.

J’aurais bien du plaisir à vous dire de vive voix et à vous entendre raconter les détails de cette représentation intéressante sous tant de points de vue. J’espère que nos fêtes de l’année prochaine vous attireront à Bayreuth et que vous viendrez m’y voir.

Recevez en attendant, monsieur, avec la réitération de mes remerciements, l’expression de ma sympathie et de ma considération bien distinguée.

C. Wagner

Florence. Hôtel Victoria.

À une époque où le spectacle lyrique est considéré comme la reproduction d’un modèle et non comme la recherche de la singularité, gageons que Stuart et, à travers lui, le directeur du Théâtre des Art de Rouen n’auront pas manqué de se prévaloir de cet adoubement. Loin d’être un simple message d’encouragement, la lettre de Cosima Wagner conservée dans le livre de souvenirs de Stuart comporte une information fondamentale sur la création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen le 17 février 1900.

Cet événement a fait l’objet d’un dossier sur le site Dezède et d’un article de Charlotte Fellous sur le Carnet Dezède.

> Consulter le dossier Siegfried à Rouen (1900)

> Consulter l’article de Charlotte Fellous

> Consulter la lettre de Cosima Wagner sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Une lettre de Cosima Wagner à la bibliothèque municipale de Rouen », Carnet Dezède, 08/11/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1997

Dezède et les nouvelles perspectives des spectacles en province

Les Nouvelles perspectives sur les spectacles en province viennent de sortir des Presses des Universités de Rouen et du Havre (octobre 2018). Elles rassemblent une sélection de textes issus de communications prononcées lors de deux journées d’études ayant particulièrement marqué la structuration du projet Dezède.La première de ces journées Rendez vous Théâtre des Arts de Rouen ! s’est tenue à l’Opéra de Rouen le 23 février 2012, qui n’est autre que la date inaugurale du projet : le public assista ce jour à la première présentation publique de la base de données alors embryonnaire, mais contenant déjà ses principales fonctionnalités ; les fondateurs arrêtèrent également ce jour le nom du projet, Dezède (lire l’onglet “Identité” dans notre présentation).La seconde de ces journées Quand la politique s’invite au spectacle s’est tenue à l’université du Havre le 21 novembre 2012. Elle inaugura l’ouverture du portail Dezède sur le web à l’adresse dezede.org.Ces deux journées d’études ont été organisées dans le cadre d’un projet de recherche financé par la région Haute-Normandie (GRR).

Le livre

L’ouvrage qui vient de paraître sous la direction de Joann Élart et de Yannick Simon « cherche à tracer de nouvelles perspectives pour aborder un espace culturel, la province, renfermant encore bien des zones d’ombre, qu’il s’agisse des publics, des artistes, des affiches, de l’organisation ou du fonctionnement des théâtres et des salles de concert. Dans des perspectives croisées pour les uns ou thématiques pour les autres, le spectacle devient objet d’histoire mettant en jeu plusieurs points de vue, conjoncturel et politique, multipolaire et comparatiste, esthétique et commémoratif, institutionnel et historique. La diversité des approches pluridisciplinaires engage à poursuivre les recherches sur les pratiques et les institutions en province, afin de comprendre les liens qui unissent la capitale et les départements, de mesurer les enjeux locaux en terme de développement culturel à l’échelle d’un territoire, de penser une histoire des spectacles en France enrichie des nombreuses spécificités provinciales. » (extrait de la 4e de couverture).Plusieurs articles entretiennent des liens étroits avec des dossiers publiés dans Dezède. Ils seront évoqués dans des billets à paraître prochainement.

La table des matières

Introduction

Les incidents politiques au spectacle dans les théâtres de province pendant la Révolution française et l’Empire, Cyril Triolaire

Les enjeux politiques et musicaux d’Adolphe et Clara de Nicolas Dalayrac (1799), Maxime Margollé

L’opéra à tout prix, Étienne Jardin

Les « débuts » à Rouen sous le Second Empire : l’exemple de Célestine Galli-Marié (1861-1862), Patrick Taïeb

La circulation du modèle des concerts populaires à travers l’exemple du Havre (1892-1913), Yannick Simon

Une parenthèse dans l’histoire du Théâtre des Arts de Rouen : le Cirque (1941-1962), Bénédicte Percheron

Autour du centenaire de la Révolution : l’invention d’une « histoire de France » dans les programmes de concerts, Denis Tchorek

D’un centenaire à l’autre : les hommages à Pierre Corneille à Rouen entre 1784 et 1884, Joann Élart

> lien vers les PURH

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dezède et les nouvelles perspectives des spectacles en province », Carnet Dezède, 10/10/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1635

De l’opéra-comique à l’opérette à Paris et en province

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2018-2019)
Esquisse du décor du premier acte de La Dame blanche en 1825 (BnF, BMO scènes-Res La Dame Blanche-1)
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche reprend du service pour la sixième année consécutive (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart). Il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements aux XIXe  et XXe siècles, en partant des sources (archives, presse, programmes) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.

Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1823 et 1826, à laquelle nous ajouterons donc les années 1823 et 1824.

Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, nous pourrons mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à un échantillon constitué autour de la création de La Dame blanche.

Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet, pour prendre conscience de la circulation des répertoires parisiens en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique.

Dans un quatrième et dernier temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Pour citer ce billet : Joann Élart, « De l’opéra-comique à l’opérette à Paris et en province », Carnet Dezède, 22/09/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1239

Maxime Maugé-Renaünt, « Le Ring à Rouen en 1927 »

Richard Wagner (1813-1883) et son œuvre ont profondément marqué la France : du scandale de Tannhäuser au succès de Lohengrin, du rejet nationaliste à la création du mythe wagnérien, il semble que le créateur du Ring ne puisse pas laisser indifférent. En 1861, Wagner peut faire jouer Tannhäuser à Paris, dans une version remaniée dite « de Paris ». Après des répétitions dont le nombre très important est la conséquence du manque d’efforts des musiciens, sûrement découragés par la difficulté de l’œuvre, le compositeur doit faire face à une cabale organisée par les membres du Jockey Club dès la première représentation. Ils s’opposent en effet à l’insertion d’un ballet dans le premier acte, Wagner rompant ici avec son insertion traditionnelle dans le second qui donne aux retardataires la possibilité de le voir. C’est le scandale dans la salle : Wagner décide de tout annuler après la troisième représentation. Ce premier événement déclenche des débats entre partisans et détracteurs, et contribue à la création d’un « mythe wagnérien ». Ainsi, malgré l’échec, qui le marque, le compositeur est loin de passer inaperçu. Ces réactions passionnelles, voire épidermiques, prennent une autre ampleur avec la guerre franco-prussienne (1870-1871) : après la publication d’Une Capitulation, texte dans lequel Wagner raille la France, des musiciens français refusent de jouer ses œuvres, s’inscrivant ainsi dans un large mouvement antiwagnérien à la fois artistique et politique. Cette haine du symbole wagnérien, désormais associé à la défaite française et à la politique « impérialiste » de la Prusse, est illustrée par un événement très marquant : la représentation de Lohengrin, dirigée par Charles Lamoureux (1834-1899) à l’Éden-Théâtre en 1887. La cabale organisée à cette occasion oblige la police à protéger le théâtre et contenir les manifestants : certains d’entre eux sont arrêtés et une seule représentation est donnée. Cependant tout finit par se calmer. Le succès, à la fois local et national, de la représentation de Lohengrin à Rouen en février 1891 entraîne de nombreuses mises à la scène dans d’autres villes de France. En septembre de la même année, Lohengrin entre au répertoire de l’Opéra de Paris. Cet événement marque la fin de l’épisode de refus de Wagner à Paris et est à l’origine d’une certaine « wagnéromania » interrompue jusqu’en 1914. Durant cette période, ses œuvres sont jouées partout en France. La Grande Guerre remet en cause cette unanimité et il faut attendre 1921 pour revoir un opéra de Wagner sur le territoire français : le nom du compositeur reste toujours fortement associé à l’imagerie politique et « impérialiste » de l’Allemagne du xixe siècle et du début du xxe siècle. Cependant durant l’entre-deux guerres, ses œuvres sont jouées de manière intense puisqu’elles représentent environ 15 % de la programmation de l’Opéra de Paris. Ainsi, à travers ces quelques éléments, on constate que Wagner n’est pas seulement au cœur des débats esthétiques français : il est aussi un symbole idéologique et politique.

L’histoire du wagnérisme à Rouen débute en 1891, avec la création de Lohengrin. Cet ouvrage de Wagner est celui qui lui apporte la notoriété internationale. Le Théâtre des Arts de Rouen est la première institution française à jouer l’œuvre après le scandale retentissant de 1887 à Paris. La première est un succès et ce soir-là des journalistes parisiens sont présents dans la salle. Cette première sur la scène rouennaise est suivie par d’autres : Le Vaisseau fantôme en 1896, Tannhäuser en 1897, Siegfried en 1900 (en création française), La Walkyrie en 1906 et Tristan et Isolde en 1914. Néanmoins, les représentations des opéras de Wagner restent marginales puisqu’elles ne représentent que 2,3 % du total des représentations du Théâtre des Arts de Rouen entre 1891 et 1914. Après la Grande Guerre, Wagner n’est plus joué à Rouen et, comme à Paris, il faut attendre 1921 pour revoir son nom sur un programme. Un événement national est cependant attaché à la production lyrique rouennaise et à la réception du compositeur en France : la création du Ring en 1927.

En 1927, le Ring est très attendu à Rouen. Pour le Théâtre des Arts c’est une création considérable, aussi bien financièrement que du point de vue de l’engagement de chacun. En effet, de nombreux articles louent les efforts exceptionnels du personnel et notamment ceux de M. de Loose, le directeur du théâtre. L’orchestre répète avec acharnement, pas moins de sept fois dans les deux mois précédant la première représentation. Ainsi, la création du Ring demande un effort important à l’ensemble du personnel du Théâtre des Arts, qui attend un juste retour des choses, comme le signalent plusieurs articles de presse exhortant le public à se présenter en nombre à ces représentations. Un article du Journal de Rouen, daté du 3 mars 1927, offre une preuve matérielle de l’importance accordée à l’événement : la police gothique, très exceptionnelle, est utilisée pour le titre (« La Tétralogie : La Walkyrie ») et pour le nom de l’auteur de l’article, Paul-Louis Robert.

L’analyse de la distribution montre que la troupe régulière du Théâtre des Arts est renforcée uniquement par un ténor de l’Opéra de Paris, Victor Forti. La création du Ring est une opération coûteuse pour le théâtre : le recours à ce chanteur peut ainsi se concevoir comme un moyen d’attirer un public de connaisseurs habitués de l’Opéra de Paris, mais aussi comme un « investissement » visant à garantir la bonne interprétation de deux rôles essentiels de la tétralogie. Le tableau ci-dessous rassemble la distribution générale du Ring :

La distribution du Ring à Rouen en 1927

Comme nous pouvons le constater, certains interprètes tels que Béatrice Andriani, Humbert Tomatis, Victor Forti et Germaine Cossini jouent dans les quatre opéras en changeant ou non de rôle : c’est un fait d’importance qui témoigne de l’adaptabilité des chanteurs et du caractère éprouvant de ce quadruple événement. C’est également une conséquence des contraintes économiques imposées au Théâtre des Arts.

Nous n’avons aucune information sur les partitions utilisées lors de ces représentations, faute d’exemplaires conservés dans les archives locales. Cependant il est possible d’affirmer, notamment d’après Cécile Rose1, que les quatre opéras furent chantés en français. Pour deux opéras (La Walkyrie, Siegfried) le traducteur est connu : il s’agit d’Alfred Ernst. D’après l’article du Journal de Rouen du 3 mars 1927 déjà cité, il semble que certaines coupures sont faites dans La Walkyrie. En effet, l’auteur de cet article, Paul-Louis Robert, évoque « quelques longueurs dans le livret » en citant l’avis du traducteur Alfred Ernst, et indique qu’elles seront probablement coupées en suivant les usages de l’époque. Cependant, rien ne permet d’affirmer qu’elles le soient réellement. Aucune information ne nous est parvenue pour les trois autres parties de la tétralogie. Événement remarquable car coûteux, des décors sont créés, fruit de la collaboration étroite entre le régisseur et le décorateur. La représentation de 1927 est donc pensée pour devenir une référence. Nous possédons peu d’informations sur ces décors : quelques indications sur le premier tableau, les Ondines portées pas des câbles, un décor évoquant les « profondeurs du Rhin », ou encore le palais de Guibighs, la perspective sur le Rhin, la toile de fond qui montre le Walhalla. Concernant les costumes, deux illustrations de Pierre le Trividic dans le Rouen Gazette du 19 mars 1927 présentent les costumes de Brünnhilde et de Wotan.

Rouen Gazette, 19 mars 1927.

Paul-Louis Robert est chargé par le théâtre de donner une conférence juste avant la première représentation, comme il le confirme dans son article du Journal de Rouen daté du 3 mars :

« Nous nous efforcerons, samedi soir, autant qu’on peut y réussir en cinquante minutes, de faire jouer les 120 thèmes environ qu’il est indispensable de connaître pour bien suivre le développement symphonique, et aussi d’expliquer les caractères et l’action de la Tétralogie. »

Cet extrait montre de quelle manière sont abordées les représentations à venir : le public visé semble fortement être un public d’amateurs et de connaisseurs, et on juge nécessaire une présentation analytique de l’œuvre, du moins pédagogique, afin d’aborder sa construction complexe. Mlle Thivin, pianiste, joue les thèmes et leitmotive évoqués par le conférencier.

L’orchestre et les chanteurs sont très bien reçus et salués de manière quasi unanime. D’après un article du Journal de Rouen :

« “Jamais l’orchestre n’a été si magnifique“ disait un vieil habitué. […] Les titulaires de pupitre et supplémentaires, sous l’impulsion admirable de M. Lebot, donnent leur maximum. […] »

On félicite l’orchestre et son chef, Adolphe Lebot, dont on apprécie la clarté et la précision, la flamme et le respect du style wagnérien. C’est aussi le cas des interprètes : ils sont généralement appréciés pour la clarté de leur expression et la « possession » des rôles. La mise en scène est évoquée pour son « caractère » et son aspect « pittoresque » : on peut supposer que les décors respectaient globalement ce qui avait été présenté à Bayreuth. Les décors et les machines sont remarqués, et quelques éléments plus particulièrement, notamment le dragon de Siegfried dont on « n’entrevoit dans l’ombre que les yeux verdâtres »2, « très audacieuse innovation » selon l’auteur de l’article.

Cette représentation du Ring est source de débats dans la presse locale, opposant les tenants de l’opéra « difficile », représentés par Paul-Louis Robert et le Journal de Rouen, et ceux d’un opéra « plus populaire », défendus par Rouen Gazette. Dans cette optique, un journaliste de Rouen Gazette évoque le « snobisme » dont il faut faire preuve pour assister à une représentation cyclique, à l’image du Ring. Wagner est ainsi considéré comme le compositeur d’une œuvre compliquée, qui n’est pas accessible à tous les publics et qui n’aurait pas sa place dans un théâtre dans lequel « on vient pour se délasser »3. Ainsi cet incroyable événement donne lieu à une querelle dont il faut noter qu’elle est circonscrite à la question esthétique.

Cependant, les attentes du public du Théâtre des Arts sont-elles comblées ? Malgré une réception très positive, nous l’avons vu, le nombre de spectateurs présents à chaque représentation semble insuffisant. Même s’il faut rester vigilant et garder à l’esprit les divergences entre le Journal de Rouen et Rouen Gazette, influençant sûrement la rédaction des articles, il semble que le succès ne soit pas au rendez-vous et les recettes espérées non atteintes. Par exemple, la représentation de L’Or du Rhin, le samedi 5 mars, génère 6 621,80 F de recette, contre 10 214 F pour La Favorite de Gaetano Donizetti, le 4 mars4. Cela s’explique par la nature du public de l’œuvre de Wagner : un public de connaisseurs, et donc un public forcément plus réduit que celui des œuvres jugées plus populaires, ou, du moins, plus accessibles.

Ainsi, en 1927, la ville de Rouen est le théâtre d’un événement considérable dans l’histoire de l’art lyrique et du spectacle en France. Cependant, il n’y a pas d’exception rouennaise, étant donné les représentations précédentes du Ring, à Lyon et Paris, et celles qui suivront Rouen, notamment à Toulouse deux semaines plus tard. Œuvre difficile à monter, le Ring occupe l’attention de la presse rouennaise avant, durant, et après sa représentation, notamment à travers de nombreux débats esthétiques dans les journaux rouennais. Au plan local, le Ring a pour conséquence la création de la Société des Amis du Théâtre des Arts, à l’initiative de Paul-Louis Robert, dont l’objectif est d’organiser une souscription destinée à financer la création d’autres chefs-d’œuvre de l’art lyrique. En 1928, ce sera le cas de Parsifal.

> Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

  1. Cécile ROSE, Le théâtre lyrique en Normandie entre les deux guerres, 1918-1939, thèse de doctorat, université de Paris-Sorbonne, 1990, p. 485. []
  2. Journal de Rouen, 10 mars 1927, p. 3. []
  3. Sur ce point de vue, voir « Encore une exécution capitale : celle de la Tétralogie », Rouen Gazette, 5 mars 1927, p. 1. []
  4. Archives municipales de Rouen, 2R6, saison 1924/1925 1926/1927. []