Archives par mot-clé : Théâtres parisiens

Odéon

L’Odéon est une institution parisienne fondée en 1782 dont l’activité se poursuit aujourd’hui. Son histoire est résumée par Nicole Wild dans son Dictionnaire des théâtres parisiens. 1807-1914 (Lyon, Symétrie, 2012, p. 289-299). Comme tous les lieux de spectacles à Paris structurés dans Dezède, l’enjeu est d’articuler cette autorité dans un temps long, dans une histoire mouvementée comprenant différents déménagements et appellations (ou “titres » chez Nicole Wild).

 

L’autorité « mère » : Paris, Odéon

Pour tout savoir sur l’Odéon dans Dezède, il faut se rendre sur la fiche « Paris, Odéon », autorité générique de l’institution qui donne accès à toutes les données liées à son histoire depuis 1782. Tout d’abord, elle propose une chronologie dans « Historique » structurée en quatre périodes délimitées par l’histoire des salles qui l’ont hébergé (fig. 1) : le Théâtre-Français du faubourg Saint-Martin de 1782 à l’incendie de 1799 ; une période d’itinérance de la troupe dans différentes salles parisiennes de 1799 à 1808 ; la deuxième salle place de l’Odéon de 1808 à l’incendie de 1818 (suivie d’une petite transition à la salle Favart) ; la troisième salle de l’Odéon ou Second Théâtre-Français de 1819 à nos jours.

Fig. 1 – Chronologie de l’Odéon dans l’autorité “Paris, Odéon”

Les périodes sont ensuite subdivisées en appellations historiques de l’institution : à titre d’exemples, « Théâtre de la Nation » entre 1789 et 1793, « Théâtre de l’Impératrice » entre 1804 et 1814, « Théâtre de l’Odéon » à partir de 1819 ou « Odéon-Théâtre de l’Europe » à partir de 1990 (fig. 1).

Comme souvent en pareil lieu, les appellations apparaissent plus pertinentes que les salles pour structurer les données. Cette logique est d’ailleurs conforme aux pratiques relevées dans les sources. Aussi la chronologie renvoie-t-elle à tout un ensemble de fiches « filles » accessibles par des liens cachés dans la chronologie, mais également dans la liste des « Lieux contenus » (fig. 2 et 3).

Fig. 2 – Le lien caché vers la page du Théâtre de l’Impératrice apparaît en surbrillance dans la “chronologie”
Fig. 3 – Idem dans les “lieux contenus”

La structure que nous proposons, si elle cherche à suivre fidèlement l’histoire de l’Odéon, est en outre simplifiée pour résoudre un certain nombre de difficultés : par exemple, nous avons choisi d’utiliser l’appellation générique « Théâtre de l’Odéon » pour regrouper toutes les variantes « Théâtre royal de l’Odéon », « Théâtre national de l’Odéon » et « Théâtre de l’Odéon », expressions très fuyantes dans les sources selon les changements de régimes politiques. De même, nous avons créé les autorités combinées « Salle-Louvois-Théâtre national » ou « Théâtre du Marais-Salle Favart-Théâtre de la Cité », pour résumer deux brèves époques de l’Odéon durant lesquelles la troupe est en alternance d’une salle à l’autre. Toujours dans le même sens, à certaines époques, sans appellation particulière, nous avons constitué des autorités génériques combinant salle et direction, comme « Théâtre-Français [dir. Sageret] ».

L’autorité générique « Paris, Odéon » donne par ailleurs accès à l’ensemble des événements reconstitués dans Dezède correspondant à des spectacles donnés à l’Odéon (fig. 4), mais également à l’ensemble des œuvres créées à l’Odéon et référencées dans Dezède (fig. 5). Ces deux corpus s’enrichissent régulièrement de nouvelles données. Enfin, une zone de notes permet d’accéder aux ressources en ligne disponibles sur le site officiel de l’Odéon.

Fig. 4 – Liste des événements donnés à l’Odéon et reconstitués dans Dezède (état au 15 avril 2020)
Fig. 5 – Liste des œuvres créées à l’Odéon et disponibles dans Dezède (état au 15 avril 2020)

 

Les « filles » de l’Odéon

Comme précisé précédemment, les fiches « filles » permettent une structuration des données par appellation (ou titre), donc par époque de l’Odéon. Ce choix est déterminant dans l’affichage des données dans Dezède, notamment des événements et des œuvres. Ainsi, chacune de ces données « datées » peuvent être associées à la bonne appellation historique, et non à une appellation générique qui serait anachronique. Par exemple, l’autorité de L’Acte de naissance de Picard attribue la création de cette œuvre “directement” au Théâtre de l’Impératrice, et “indirectement” à l’Odéon en tant qu’institution générique (voir fig. 6).

Fig. 6 – L’autorité de L’Acte de naissance de Picard, comédie créée le 2 octobre 1804 au Théâtre de l’Impératrice, appellation de l’Odéon à cette époque (nous soulignons dans l’image)

Chacune des fiches « filles » contient un bref historique rappelant la période d’activité et les salles correspondantes à l’appellation, ainsi que les événements et les œuvres liés à celle-ci (fig. 7). La structuration des données est ici tout à fait identique à celle de l’autorité générique : ce sont donc deux niveaux de lecture qui sont proposés, avec d’un côté un regroupement des données par appellation, et de l’autre l’institution dans son ensemble.

Fig. 7 – Autorité du “Théâtre de l’Odéon”, appellation de l’Odéon entre 1814/1815 et 1990, fiche “fille” de l’autorité générique “Paris, Odéon”. La notice propose un historique, la liste des événements donnés et des œuvres créées dans ce lieu

 

Protocole à suivre pour la création d’un événement et d’une œuvre

Pour la bonne structuration des données de Dezède, il faut absolument proscrire le lien direct d’une donnée à l’autorité générique (Paris, Odéon), mais bien penser à la lier à une appellation en particulier, donc à une « fille ». Pour retrouver cette appellation, il est impératif de procéder à une vérification dans la chronologie qui fait désormais office de table de correspondance entre les époques et les appellations.

Ainsi, pour un spectacle donné ou une œuvre créée en 1810 à l’Odéon, il faut rechercher dans la rubrique « lieu » la donnée « Paris, Odéon, Théâtre de l’Impératrice » : pour la retrouver, il faut toujours penser à taper ce que l’on recherche d’abord, c’est-à-dire le Théâtre de l’Impératrice, en saisissant les mots importants de l’expression « théâtre impératrice », avec ou sans accent, avec ou sans majuscule (fig. 8) – nous déconseillons d’utiliser les articles dans une recherche, et notamment l’apostrophe, qui peut poser problème.

Fig. 8

Pour plus de pertinence, il peut être ajouté dans la saisie le parent « Odéon », en tapant par exemple « odéon impératrice » (fig. 9).

Fig. 9

En revanche, on évitera de taper « Paris » dans la requête, qui conduit soit exclusivement à l’autorité générique quand la ville est associée à « Odéon » (fig. 10), soit à aucun résultat quand la ville est associée à « Impératrice » (fig. 11).

Fig. 10
Fig. 11

Ces deux résultats en apparence aberrants sont en fait logiques, compte tenu de la structuration récursive des données dans Dezède :

Ville Paris
Institution Odéon
– – Appellation – – Théâtre de l’Impératrice

Autrement dit, pour trouver un lieu dans Dezède, il faut taper un ou plusieurs mots significatifs de ce lieu (théâtre Impératrice), et éventuellement, pour filtrer un peu plus, ajouter un ou plusieurs mots significatifs de son parent direct (Odéon), mais en aucun cas de son grand-parent (Paris).

 

État du corpus

Toutes les appellations de l’Odéon ont été créées (voir lieux contenus) : il est donc inutile d’en créer de nouvelles. Tous ces lieux ont par ailleurs été géolocalisés. Toutes les données liées, événements, œuvres et individus, ont également été relues, et la base de données, nettoyées de tous les doublons.

Toutes questions ou toutes demandes de modifications concernant l’Odéon doivent être adressées à dezede.contact [arobase] gmail.com

Illustration : L’Odéon dans les années 1820, collections de la BnF [en ligne].

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Odéon », Carnet Dezède, 08/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2826

L’opéra-comique des sources aux études historiques

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2019-2020)
Maquette du Freischütz (acte I) dessinée par Émile Daran, pour la mise en scène d’Adolphe Mayer au Théâtre national de l’Opéra – Palais Garnier, le 3 juillet 1876.
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche reprend du service pour la septième année consécutive (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart). Il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements aux XIXe  et XXe siècles, en partant des sources (archives, presse) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1824, à laquelle nous ajouterons donc les années 1825 et 1826.
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826, durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires  en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique.
Dans un quatrième et dernier temps, nous inaugurerons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une « bibliothèque numérique des spectacles ». Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année sur le tome 6 de l’Histoire du Théâtre des Arts de Rouen de Charles Vauclin (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen)  et sur le tome 1 de l’Histoire des théâtres de Rouen  de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Source des illustrations : Gallica

Pour citer ce billet : Joann Élart, « L’opéra-comique des sources aux études historiques », Carnet Dezède, 13/09/2019, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2628

Spectacles à Paris sous la Restauration

Séminaire de méthodologie spécialisée avec les M2 de l’université de Rouen (2018-2019)

Mme Casimir dans le rôle d’Anna dans Robin des bois [Der Freischütz] de Weber dans la version française de Castil-Blaze et Sauvage

L’objectif de ce séminaire est de confronter les étudiants à un ensemble de problèmes et de techniques qui se posent quand il s’agit d’appréhender la diversité des spectacles à Paris au XIXe siècle. Nous poursuivrons ainsi à alimenter un dossier expérimental qui sera limité à la reconstitution d’une saison complète (1825-1826) pendant laquelle ont été créés entre autres La Dame blanche à l’Opéra-Comique, Robin des bois à l’Odéon ou Léonidas à la Comédie-Française. Il s’agit d’expérimenter une méthode et d’identifier les sources qui permettront de généraliser et d’automatiser la reconstitution des spectacles à Paris sur une période plus large, par une technologie de moissonnage automatique qui reste à imager. Cette reconstitution cherche tout d’abord à regrouper un corpus documentaire des représentations dans les différents théâtres de la capitale à partir de la presse (annonces, comptes rendus). Dans le cadre de notre expérience, il s’agit des théâtres privilégiés, principaux et secondaires, qui sont alors au nombre de douze. L’histoire des institutions et des salles constitue le second axe de ce projet, puisqu’une arborescence de sous-dossiers facilite un accès aux corpus par institution, puis par salle ou appellation. Enfin, un troisième axe de ce projet est de rassembler les sources primaires et secondaires des œuvres (livrets, partitions) disponibles en ligne sur Gallica, Archive.org ou via Google Books, dans l’esprit du dossier des archives de l’Opéra-Comique (voir à titre d’exemple Gulistan pour le répertoire de l’Opéra-Comique, mais également pour les autres théâtres, voir par exemple L’Homme de la forêt du Théâtre de la Gaité).

Les passionnés d’histoire et de théâtre peuvent nous rejoindre dans cette aventure scientifique à dimension pharaonique !

Source de l’image

> consulter le dossier en cours

De l’opéra-comique à l’opérette à Paris et en province

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2018-2019)
Esquisse du décor du premier acte de La Dame blanche en 1825 (BnF, BMO scènes-Res La Dame Blanche-1)
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche reprend du service pour la sixième année consécutive (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart). Il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements aux XIXe  et XXe siècles, en partant des sources (archives, presse, programmes) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.

Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1823 et 1826, à laquelle nous ajouterons donc les années 1823 et 1824.

Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, nous pourrons mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à un échantillon constitué autour de la création de La Dame blanche.

Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet, pour prendre conscience de la circulation des répertoires parisiens en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique.

Dans un quatrième et dernier temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Pour citer ce billet : Joann Élart, « De l’opéra-comique à l’opérette à Paris et en province », Carnet Dezède, 22/09/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1239

Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2017-2018)

Masset dans le rôle de Georges Brown (La Dame blanche)

Le cours de méthodologie reprend pour la cinquième année consécutive. Désormais inscrit en troisième année, il croise à nouveau le chemin des étudiants de l’an dernier qui avaient participé à ce programme (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Dans un premier temps, nous poursuivrons notre reconstitution d’un échantillon de l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats). Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à notre échantillon commencé en décembre 1825.

Dans un second temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

Dans un troisième temps, nous feuilletterons les pages de vieux numéros de Rock & Folk, à la recherche des annonces de concert à la fin des années 60 et au début des années 70. Nous voudrions ainsi poursuivre une réflexion déjà engagée sur le traitement de ce genre de spectales dans Dezède.

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

> Voir le dossier en cours  “ Rock en Seine-Maritime : des Yéyés au Punk (1968-1977) ” sous la direction de Thomas Bacquet

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970 », Carnet Dezède, 19/10/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/601