Archives par mot-clé : Toulouse

L’Orchestre national du Capitole de Toulouse

Par Pierrot Menuge

Considéré comme l’un des plus grands représentants de la scène symphonique française, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse fait aujourd’hui l’objet d’un nouveau dossier sur Dezède encore en cours de réalisation — mise en ligne prévue dans les prochains mois. L’objectif consiste à reconstituer la programmation de la formation sur des saisons précises. Le dossier proposera donc à terme un échantillon des programmes avec la première saison de chaque décennie de 1971-1972 à 2021-2022.

Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un master de musicologie à l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Le projet de recherche propose d’étudier à la fois l’histoire de l’institution (la création de l’ensemble, son évolution, l’influence des politiques culturelles) et la façon dont il est perçu tout au long de son développement. En parallèle, l’étude comportera une analyse de la programmation : quel est le répertoire de l’orchestre mais surtout quel en est l’évolution et à quoi peuvent être dus ces changements ? Ces deux éléments, institution et répertoire, sont bien évidemment liés et ne peuvent pas être considérés l’un sans l’autre.

Cette étude s’insère dans le projet plus large de Yannick Simon sur les orchestres symphoniques français : une analyse similaire sur un temps plus long et un plus grand échantillon d’ensembles.

Pour consulter le dossier Orchestres symphoniques français

1928 : l’apothéose du Wagnérisme toulousain

Les chiffres donnent une idée des mutations du spectacle lyrique depuis un siècle. Qui pourrait imaginer aujourd’hui une saison au Capitole de Toulouse avec plus de vingt représentations d’œuvres de Wagner incluant trois cycles du Ring, six représentations de Parsifal et deux de Tristan et Isolde, ces deux derniers en création ! À l’évidence l’année 1928 est bien celle de l’apothéose du wagnérisme toulousain. Un an auparavant, le Capitole avait déjà donné à voir et entendre trois fois l’intégralité du Ring. La version de 1928 est par conséquent une reprise cette fois-ci associée à six représentations de Parsifal. À la fin de l’année, vient le tour de Tristan et Isolde, le dernier des grands opéras de Wagner à ne pas encore avoir été monté à Toulouse. Une fièvre wagnérienne qui s’inscrit dans un mouvement généralisé à toute la France.

Dans le prolongement du dossier « Le Ring à Toulouse (1927-1928) » réalisé par des étudiants de master de l’Université Toulouse-Jean Jaurès en janvier 2023, des étudiants de licence, dans le cadre d’un cours d’initiation à la recherche, ont contribué à enrichir le dossier « Wagner à Toulouse » en y ajoutant les représentations de Parsifal et de Tristan et Isolde en 1928. Une fois de plus, Dezède s’avère un bon outil pédagogique pour faire découvrir la recherche, ses enjeux, ses principes et le chemin qui mène des sources à une production scientifique.

En cours de réalisation, le dossier « Wagner à Toulouse » réunira à terme l’ensemble des représentations wagnériennes au Capitole entre la première de Lohengrin le 5 mai 1891 et aujourd’hui. Il contient d’ores et déjà 80 événements.

Consulter les dossiers « Wagner à Toulouse » et « Le Ring à Toulouse 1927-1928) »

Le Ring à Toulouse (1927-1928)

Le dossier consacré au Ring en France avec l’ambition de réunir toutes les productions du Ring en version intégrale réalisées en France vient de s’enrichir d’un septième exemple, celui des représentations toulousaines entre le 20 mars et le 8 avril 1927 (3 séries) et entre le 24 avril et le 12 mai 1928 (3 séries).

Quelques jours après la série unique présentée à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927, le Ring s’installe sur la scène du Capitole de Toulouse. Et pour la première fois en France, la production atteint le nombre de six séries. Les trois de 1927, entre le 20 mars et le 8 avril, s’inscrivent dans le mouvement général de « réhabilitation » des œuvres de Wagner après la Première Guerre mondiale. Les trois de 1928, entre le 24 avril et le 12 mai, marquent l’apothéose du wagnérisme à Toulouse puisque chacune d’entre elles est précédée d’une représentation de Parsifal dont ce sont les premières apparitions dans cette ville. Quelques mois plus tard, les 18 et 20 décembre 1928, ce sera au tour de Tristan et Isolde de faire son entrée sur la scène du Capitole.

Ce dossier a été réalisé avec le concours de trois étudiants de l’Université Toulouse – Jean Jaurès (Andrey Houchot, Matys Laur et Jean Loiseleur des Longchamps) dans le cadre d’un atelier du master Musique et Musicologie.

Pour consulter le dossier Le Ring à Toulouse (1927-1928)

Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède

Dix ans après sa création Dezède accueille plus de 65 000 événements provenant, pour l’essentiel, des domaines du théâtre lyrique et du concert du XVIIIe siècle à nos jours. Dans cet ensemble, le concert symphonique de la Révolution à la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement à partir de 1860, occupe une place importante et réunit plusieurs dossiers volumineux, en tout ou partie consacrés à cette période, achevés et libres d’accès — d’autres sont en préparation et sont amenés à le devenir. Au total, ce corpus contient plus de 1 500 événements et on peut estimer à environ 10 000 le nombre des éléments de programme répartis sur la totalité du territoire français.

Le dossier des Concerts Pasdeloup (1861-1887) est à la fois le premier dans l’ordre chronologique et le plus développé avec ses 593 événements. Il s’intéresse aux activités de la société parisienne la plus importante du XIXe siècle après la Société des concerts du Conservatoire créée en 1828. Malheureusement, cette dernière n’apparaît que de manière très incomplète dans Dezède mais il faut signaler que ses programmes sont accessibles — sous la seule forme d’une transcription des programmes de salle — sur le site personnel de D. Kern Holoman. Presque logiquement, le deuxième dossier de concerts symphoniques est celui des Voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) recensant les 44 prestations de ce chef et de son orchestre dans une quinzaine de villes françaises. L’une d’entre elles est Angers dont on peut consulter les onze Premiers concerts populaires (1864-1865). Cette entreprise éphémère ne doit pas être confondue avec celle fondée en 1877 et active jusqu’en 1893 dont on trouvera le répertoire des 455 programmes de concerts en version papier dans Yannick Simon, L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts, Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.

Dossier ne comportant que trois événements, Création et premières auditions de la Danse macabre (1875) est néanmoins riche d’un dossier de presse imposant. Il a par ailleurs le mérite d’esquisser un dossier ayant vocation à voir le jour sur Dezède, celui des Concerts Colonne actifs à partir de 1873. Autre objet singulier, le dossier Exposition universelle de 1878 rassemble les programmes des 111 concerts organisés dans le cadre de cet événement au retentissement international. Plus traditionnel, celui des Concerts Lamoureux (1881-1899) avec ses 451 événements est une pierre supplémentaire à un édifice dont il faut poursuivre la construction, celui de l’ensemble du répertoire des quatre grandes associations de concerts parisiennes (Société des concerts du Conservatoires, Concerts Pasdeloup, Colonne et Lamoureux).

Malgré une présence légitime des sociétés les plus représentatives de la capitale, le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède échappe au tropisme parisien grâce à trois dossiers : celui des Concerts populaires au Havre (1892-1913) (43 événements), celui consacré à Ropartz à Nancy (1894-1914) (223) et les 74 premiers événements du dossier dédié à la Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944).

Dans quelques mois, seront mis en ligne Les orchestres symphoniques français, un dossier-ressources qui proposera une photographie des concerts symphoniques au XIXe siècle entre la création de la Société des concerts du Conservatoire et la Première Guerre mondiale dans l’ensemble de la France. Dans l’impossibilité d’être exhaustive, il contiendra les programmes des concerts d’un panel de sociétés réparties dans sept villes françaises et pour lesquelles le choix s’est porté sur la première saison de chaque décennie — 1831-1832, 1841-1842, 1851-1852, etc. Ce dossier en devenir n’a pas vocation à se cantonner au XIXe siècle, période pour laquelle 605 événements lui sont déjà associés. Même s’il n’est pas encore fini, le travail en cours de réalisation offre néanmoins une vue assez large des programmes des concerts symphoniques et un corpus pouvant se prêter à des études très variées pouvant porter sur les pratiques du concert symphonique, sur son répertoire et son évolution dans le temps et dans l’espace.

La Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944)

Ce dossier consacré aux 262 concerts de la Société des concerts du conservatoire de Toulouse entre 1902 et 1944 vient s’ajouter à ceux déjà dédiés à des orchestres régionaux (Angers, Boulogne-sur-Mer, Le Havre, Nancy, etc.). Il confirme l’ambition de Dezède d’élargir l’espace musical à l’ensemble du territoire français et d’en favoriser une approche multipolaire.

Fondée en 1902 par le directeur du conservatoire de la ville, Bernard Crocé-Spinelli, la société toulousaine poursuit son activité jusqu’en 1944 sans discontinuité à l’exception de la période de la Première Guerre mondiale. Au sortir de cette dernière, Crocé-Spinelli est remplacé par Aymé Kunc qui occupe le poste jusqu’à la dissolution de la société. Même si une analyse détaillée reste à faire, on peut relever quelques caractéristiques du répertoire de la société. Il est marqué par son ancrage national et le soutien aux compositeurs locaux. Cette orientation n’empêche pas pour autant une certaine ouverture internationale que traduisent les interprétations de deux œuvres de Gustav Mahler, la Symphonie n°5 le 8 février 1929 et la Symphonie n°4 le 23 mars 1934. Par ailleurs, l’éloignement de la capitale n’empêche pas l’accueil des solistes français et internationaux les plus réputés de la première moitié du XXe siècle.

> consulter le dossier sur Dezède