Archives par mot-clé : Wagner

Quelques nouvelles du Ring

Le dossier consacré aux productions du Ring en France vient de connaître plusieurs avancées sous la forme de cinq nouveaux sous-dossiers et de deux articles.

L’article intitulé Les pérégrinations du Ring en France. Premières conclusions et perspectives de recherches livre les premières conclusions portant sur la période comprise entre 1904, année de la première représentation intégrale du cycle en France, et 1959, date à laquelle est montée la première production dans le style du Nouveau Bayreuth sur le sol français.

Deux nouveaux sous-dossiers sont évoqués dans cet article. Ils  sont consacrés à une production présentée en 1935 au Grand-Théâtre de Bordeaux puis, quelques semaines plus tard, dans une version très proche, au casino de Vichy. Cette mise à la scène, et plus particulièrement la réalisation vichyssoise placée sous la direction musicale d’un chef allemand, fait l’objet d’un article dans un ouvrage collectif dédié à la musique dans les casinos en France : « De Wagner à Vichy, la diplomatie musicale de l’Allemagne nazie en 1935 », dans Martin Guerpin et Étienne Jardin (dir.), Faites vos jeux. La musique dans les casinos français, Arles/Paris, Actes Sud/Palazzetto Bru Zane, 2024, p. 195-217. Cette contribution a fait l’objet d’un précédent billet.

Postérieurement à la rédaction de cet article, un nouveau sous-dossier a été consacré à la reprise de cette production du Ring au Grand-Théâtre de Bordeaux en 1937. Même si la distribution en a été fortement renouvelée, Victor Forti en reste la figure centrale en chantant trois rôles différents répartis dans les quatre épisodes.

Onze ans plus tard, Forti assume les mêmes rôles dans une production, toujours à Bordeaux, qui est probablement la première de l’après-guerre. Le sous-dossier dédié à cette nouvelle version de 1948 se singularise par la transcription d’annotations figurant sur le livre de bord du Grand-Théâtre de Bordeaux. Elles mettent en évidence la grande connaissance que les chanteurs francophones ont du répertoire wagnérien, capables d’assumer un rôle au pied levé ou d’en changer pour remplacer un collègue indisponible.

Enfin, il manquait au dossier « Le Ring en France » son acte fondateur. C’est chose faite avec le dossier consacré au Ring de Lyon en 1904. Premier Ring francophone sur le territoire français, après le Ring francophone de la Monnaie de Bruxelles en 1903, la production lyonnaise de 1904 est assurément un événement  même si la qualité de la production fait débat.

À ce jour le dossier « Le Ring en France » réunit douze productions entre 1911 et 1969. À terme, elles seront une soixantaine.

Consulter l’article Les pérégrinations du Ring en France. Premières conclusions et perspectives de recherches

Consulter sur Dezède le dossier Le Ring en France et les sous-dossiers Le Ring à Bordeaux (1935), Le Ring à Vichy (1935), Le Ring à Bordeaux (1937), Le Ring à Bordeaux (1948) et Le Ring à Lyon (1904).

 

Le Festival international de musique de Vichy (1935)

Quelques semaines après avoir programmé une tétralogie en français dont la direction avait été confiée à un chef d’orchestre allemand, le casino de Vichy accueille le festival international de musique organisé dans le cadre du Conseil permanent pour la coopération internationale des compositeurs entre le 1er et le 9 septembre 1935. Placées sous la présidence de Richard Strauss, président de la Reichsmusikkammer (une structure fondée par les nazis), et les vice-présidences du français Albert Roussel et de l’italien Adriano Lualdi, ces manifestations sont en réalité une opération de propagande visant à s’opposer au festival annuel de la Société internationale de musique contemporaine organisé au même moment à Prague.

L’article consacré au Festival dans l’ouvrage Faites vos jeux. La musique dans les casinos français dirigé par Martin Guerpin et Étienne Jardin (Arles/Paris, Actes Sud/Palazzetto Bru Zane, 2024), trouve son prolongement dans Dezède sous la forme d’un dossier reconstituant l’ensemble des dix-sept événements programmés dans ce cadre. Dezède compte ainsi une nouvelle publication augmentée.

Consulter le dossier Festival international de musique de Vichy (1935)

Consulter le dossier Le Ring à Vichy (1935)

Tannhäuser à Paris (1861)

Un nouveau sous-dossier vient de prendre place dans le dossier « Wagner et la France » de Dezède. Il est consacré aux trois représentations de Tannhäuser à l’Opéra de Paris en mars 1861. On connaît l’importance de cette production dans l’histoire du wagnérisme français. Un an après les trois concerts organisés au Théâtre-Italien par le compositeur lui-même — voir le dossier Wagner au Théâtre-Italien (1860) — cette mise à la scène est la première d’un opéra de Wagner en langue française sur le territoire national — rappelons que Tannhäuser a été donné dans la version allemande à Strasbourg en 1855.

Ce bref sous-dossier ne comprenant que trois événements poursuit trois objectifs. Le premier est d’enrichir le dossier Wagner et la France dans la perspective d’approfondir la connaissance des modes de représentation, de diffusion et de réception des opéras de Wagner sur l’ensemble de l’espace français. Le deuxième est de mettre en ligne la distribution intégrale des représentations, d’insérer les interprètes dans le vaste réseau wagnérien francophone déjà présent sur Dezède. Enfin, le troisième est de relier ce dossier à la collection Wagner : Paris Tannhäuser du site France : Musiques, Cultures (1789-1918).

Plus connu par son acronyme FMC, le site France : Musiques, Cultures (1789-1918) possède des points communs avec Dezède. À ce jour, il contient trente dossiers de presse consacrés à une œuvre, un compositeur, un critique, un lieu ou un genre. Certains de ces dossiers auraient pu trouver place sur Dezède qui, à l’inverse, réunit des ensembles documentaires que France : Musiques, Cultures (1789-1918) aurait pu accueillir même si son principe général ne repose pas sur la chronologie et la base relationnelle qui constituent les atouts majeurs de Dezède.

Réduit à trois événements dont la distribution a été reconstituée à partir du Journal de régie de l’Opéra, le sous-dossier « Tannhäuser à Paris (1861) » ne contient pas un appareil documentaire mais redirige les visiteurs vers les 83 comptes rendus de presse réunis sur le site France : Musiques, Cultures (1789-1918).

La complémentarité entre les deux sites pourrait ne pas s’en tenir à Tannhäuser et l’on peut envisager d’autres mises en relation. Pour s’en tenir à Wagner, espérons qu’elle s’applique à la production de Rienzi au Théâtre-Lyrique en 1870.

Consulter le dossier Tannhäuser à Paris (1861)

1928 : l’apothéose du Wagnérisme toulousain

Les chiffres donnent une idée des mutations du spectacle lyrique depuis un siècle. Qui pourrait imaginer aujourd’hui une saison au Capitole de Toulouse avec plus de vingt représentations d’œuvres de Wagner incluant trois cycles du Ring, six représentations de Parsifal et deux de Tristan et Isolde, ces deux derniers en création ! À l’évidence l’année 1928 est bien celle de l’apothéose du wagnérisme toulousain. Un an auparavant, le Capitole avait déjà donné à voir et entendre trois fois l’intégralité du Ring. La version de 1928 est par conséquent une reprise cette fois-ci associée à six représentations de Parsifal. À la fin de l’année, vient le tour de Tristan et Isolde, le dernier des grands opéras de Wagner à ne pas encore avoir été monté à Toulouse. Une fièvre wagnérienne qui s’inscrit dans un mouvement généralisé à toute la France.

Dans le prolongement du dossier « Le Ring à Toulouse (1927-1928) » réalisé par des étudiants de master de l’Université Toulouse-Jean Jaurès en janvier 2023, des étudiants de licence, dans le cadre d’un cours d’initiation à la recherche, ont contribué à enrichir le dossier « Wagner à Toulouse » en y ajoutant les représentations de Parsifal et de Tristan et Isolde en 1928. Une fois de plus, Dezède s’avère un bon outil pédagogique pour faire découvrir la recherche, ses enjeux, ses principes et le chemin qui mène des sources à une production scientifique.

En cours de réalisation, le dossier « Wagner à Toulouse » réunira à terme l’ensemble des représentations wagnériennes au Capitole entre la première de Lohengrin le 5 mai 1891 et aujourd’hui. Il contient d’ores et déjà 80 événements.

Consulter les dossiers « Wagner à Toulouse » et « Le Ring à Toulouse 1927-1928) »

Le Ring à Toulouse (1927-1928)

Le dossier consacré au Ring en France avec l’ambition de réunir toutes les productions du Ring en version intégrale réalisées en France vient de s’enrichir d’un septième exemple, celui des représentations toulousaines entre le 20 mars et le 8 avril 1927 (3 séries) et entre le 24 avril et le 12 mai 1928 (3 séries).

Quelques jours après la série unique présentée à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927, le Ring s’installe sur la scène du Capitole de Toulouse. Et pour la première fois en France, la production atteint le nombre de six séries. Les trois de 1927, entre le 20 mars et le 8 avril, s’inscrivent dans le mouvement général de « réhabilitation » des œuvres de Wagner après la Première Guerre mondiale. Les trois de 1928, entre le 24 avril et le 12 mai, marquent l’apothéose du wagnérisme à Toulouse puisque chacune d’entre elles est précédée d’une représentation de Parsifal dont ce sont les premières apparitions dans cette ville. Quelques mois plus tard, les 18 et 20 décembre 1928, ce sera au tour de Tristan et Isolde de faire son entrée sur la scène du Capitole.

Ce dossier a été réalisé avec le concours de trois étudiants de l’Université Toulouse – Jean Jaurès (Andrey Houchot, Matys Laur et Jean Loiseleur des Longchamps) dans le cadre d’un atelier du master Musique et Musicologie.

Pour consulter le dossier Le Ring à Toulouse (1927-1928)