Archives par mot-clé : Wagner

Un nouveau dossier : La création française de Siegfried à Rouen en 1900

Ce nouveau dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » rassemble les dix représentations de cet opéra de Richard Wagner (1813-1883) au Théâtre des Arts de Rouen entre le 17 février et le 25 mars 1900. Il inclut aussi la répétition générale du 15 février. La représentation du 17 février 1900 est la création française de Siegfried, la première en français ayant été donnée à Bruxelles, au théâtre de la Monnaie, le 12 janvier 1891. La chronologie des représentations est complétée par un important dossier de presse.

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900 vient conclure une décennie marquée par un engouement pour les œuvres de Wagner que la France n’avait pas encore connu. Au cours de cette période, en France, l’œuvre de Richard Wagner rencontre effectivement un succès important dont la ville de Rouen avait été à l’origine. De fait, après le retentissant échec de Lohengrin à l’Éden-Théâtre en 1887, c’est à Rouen qu’un opéra de Wagner est porté à la scène pour la première fois en France. Le succès remporté par Lohengrin en février 1891 à Rouen s’inscrit dans le cadre d’une « offensive » wagnérienne qui voit, en quelques semaines, l’opéra porté à la scène à Rouen (7 février), à Angers et Nantes (21 février), à Lyon (26 février), à Bordeaux (31 mars), à Toulouse (5 mai) et à Bayonne (4 juin). Le 16 juin 1891, Lohengrin fait son entrée au répertoire de l’Opéra de Paris. Dès lors, l’œuvre de Wagner s’installe sur les scènes françaises : le 4 avril 1892, pour la première fois depuis l’échec des représentations de 1861 à l’Opéra, Tannhäuser est donné en France, à Lyon ; la création française du Vaisseau fantôme a lieu à Lille le 28 janvier 1893, celle de La Walkyrie à l’Opéra de Paris le 12 mai 1893, celle de Tristan et Isolde à Monaco le 23 mars 1893. Le 17 février 1900, c’est au tour de Siegfried d’être donné en création française, au Théâtre des Arts de Rouen.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique de la session 2018-2019

Le travail réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen autour du dossier consacré à « la création de Siegfried à Rouen en 1900 » a fait l’objet d’une nouvelle session malgré sa fin annoncée en 2017 dans ce même Carnet Dezède.

Le retour sur ce dossier est dû à la découverte d’un document conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen sans être mentionné dans son catalogue en ligne — c’est dorénavant le cas. Il s’agit d’un livre de souvenirs confectionné par le directeur du Théâtre des Arts de Rouen en 1900, Raoul François. Ce recueil factice est presque similaire à celui réalisé par le chanteur Paul Stuart mais il contient des comptes rendus de presse supplémentaires.

À l’image des précédentes, cette session poursuivait deux objectifs. Le premier était de compléter le dossier de presse associé à la chronologie des représentations de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900. Ce dossier avait été commencé en 2016. La transcription des articles contenus dans les livres de souvenirs du chanteur Paul Stuart et du directeur Raoul François conservés à la bibliothèque municipale de Rouen est achevée. Seuls manquent quelques articles dont la localisation ou la consultation s’est avérée impossible pour le moment. Le second objectif consistait en la rédaction d’un écrit musicologique présentant cet événement et le remettant en perspective. Pour y parvenir, les étudiants pouvaient s’appuyer sur un appareil documentaire mis à leur disposition sur leur espace numérique et sur les nombreux comptes rendus dont ils avaient eux-mêmes assuré la transcription.

Le texte que nous publions a été rédigé par Victor Renneville.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

Victor Renneville, « La création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900 »

Richard Wagner a eu une relation compliquée avec la France. Dès 1839 le compositeur cherche à se produire à Paris, capitale musicale et culturelle de l’Europe, mais se heurte à des échecs successifs. Vingt ans après ses premières tentatives et malgré une popularité grandissante dans toute l’Europe, la création en 1861 de Tannhäuser à l’opéra de Paris fait scandale, provoquant une scission dans l’opinion publique : s’opposent dès lors wagnériens et anti-wagnériens. De fait, ses œuvres exigent des conditions de représentation particulières (comme l’obscurité totale de la salle), qui bousculent les conventions auxquelles le public est habitué. Ces changements et le style singulier et novateur de Wagner ne facilitent pas son intégration dans le paysage musical français. Des difficultés qui s’accroissent en 1870 lorsque la guerre opposant la France à la Prusse fait du personnage de Wagner un ennemi national. Le compositeur devient non seulement un musicien controversé mais aussi un symbole politique : pour ou contre la Prusse, traître ou non à la patrie française. Si le succès grandissant de Richard Wagner dans les autres pays finit par conquérir la France en 1891, c’est néanmoins après que le chef d’orchestre Charles Lamoureux eut essuyé un nouvel échec en montant Lohengrin à l’Eden-Théâtre, en 1887.

C’est en effet en 1891 que la France s’ouvre positivement à Wagner : le 7 février le Théâtre des Arts de Rouen monte Lohengrin, qui connaît un succès fulgurant. Des Parisiens se déplacent et le plus grand soin est pris par les organisateurs pour que la représentation se passe au mieux : la première date a été en ce sens reportée d’une semaine pour plus de perfection dans le travail. Lohengrin est joué vingt-sept fois pendant trois mois, une longévité et un succès qu’aucune autre représentation de Wagner en France n’a jamais connu ni suscité jusqu’alors. Fort de ce succès, le Théâtre des Arts de Rouen compte entretenir cet intérêt du public pour les œuvres de Wagner, à commencer par Lohengrin qui reste au répertoire pendant plusieurs saisons. En 1896 le Théâtre des Arts propose Le Vaisseau fantôme et, un an plus tard, Tannhäuser. Les opéras de Wagner sont ainsi joués soixante-trois fois entre 1891 et 1897, ce qui montre un réel engouement du public rouennais et une belle réussite pour un théâtre de province. L’Opéra de Paris, dans le prolongement de ce succès, donne la première représentation de Lohengrin seulement sept mois après la première rouennaise. Le Théâtre des Arts de Rouen montre dans ses reprises des opéras de Wagner une grande qualité, tant du point de vue organisationnel qu’artistique. Il faut souligner que ce haut niveau de représentation, de surcroît en province, est atteint grâce à un public qui a su s’enthousiasmer et accepter des œuvres nouvelles et différentes.

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 se fait dans la continuité des précédents succès du Théâtre des Arts. Le spectacle bénéficie d’une appréciation très enthousiaste et positive de la part du public comme des critiques. Parmi les nombreux comptes rendus parus dans la presse, celui du Monde musical (mercredi 28 février 1900) montre à quel point la réception de la création française est positive :

Il vient d’être fait au Théâtre des Arts de Rouen un effort inouï dont le résultat a été le plus grand triomphe et le plus grand enthousiasme que puisse provoquer l’admiration du drame de Wagner et de son interprétation. Reconnaissons avec bonheur la victoire qu’une belle œuvre, encore inconnue chez nous, vient de remporter ; accueillons-la sans nous retenir de l’emballement qu’elle est susceptible de nous donner et crions bravo et courage à ceux dont les efforts consciencieux et sincères ont produit la grande manifestation d’art à laquelle nous venons d’assister.

La présence de nombreuses personnalités confirme l’ampleur de l’événement. Le public est notamment composé de M. Leygues, ministre des Beaux-Arts et de l’Instruction publique, de M. Cartier, maire de Rouen accompagné de ses trois adjoints, de M. Mastier, préfet de la Seine-Inférieure, de M. Ricard, député, et du général Gallimard. Le public compte encore de nombreux autres militaires venant s’ajouter aux habitants de Rouen mais aussi de Paris. Le déplacement de M. Leygues montre l’intérêt qu’il porte aux tentatives de décentralisation artistique. La représentation bénéficie certes du rayonnement national qu’une telle création peut engendrer, mais dispose toutefois de moyens relativement modestes, ce que le directeur du théâtre, M. Raoul François, s’est employé à pallier. Il a pris un soin particulier à faire paraître des guides à l’attention du public et à mettre en place des navettes depuis Paris pour les amateurs de la capitale. Le succès est bel et bien au rendez-vous, le public ovationnant chaleureusement orchestre et interprètes au terme du spectacle. L’orchestre, dirigé par Auguste Amalou, présente une formation de musiciens moins importante que celle prévue par le compositeur (environ 60 musiciens contre 125), mais n’a pas démérité et obtenu les honneurs de la critique. Les chanteurs et comédiens ont fait un très bel effort d’interprétation, tant vocal que théâtral. La carrière du jeune ténor Charles Dalmorès est lancée à la suite de cette création, et on peut le penser, de façon légitime eu égard aux qualités requises pour un tel rôle. Celui de Mime, incarné par Paul Stuart, fait bonne impression. Il faut remarquer que les conditions de représentation ne sont pas les mêmes que de nos jours : décors et costumes sont les plus réalistes possibles. Ils sont également salués par la critique. Dans le même ordre d’idée, la mise en scène de Siegfried est d’autant plus fidèle aux prescriptions du compositeur, que l’aval de sa femme, Cosima Wagner, avait dû être demandé pour autoriser cette création française.

Siegfried à Rouen en 1900 est ainsi marqué par un succès retentissant : présence de personnages officiels, événement de portée nationale, palmes académiques décernées à certains interprètes, public et critiques conquis. Il ne faut pas négliger le contexte historique et le rapport qu’entretient encore à ce moment la France avec le wagnérisme, marqué par un rejet politique ou par celui du caractère novateur des œuvres. De ce point de vue la création de Siegfried est d’autant plus une réussite qu’elle est une nouvelle étape dans l’apaisement et l’évolution positive du public français pour les opéras de Wagner. Cette création au  succès de grande ampleur montre également que les théâtres de province, sans être capables du faste et du luxe des représentations parisiennes, peuvent prétendre à des représentations artistiques de haut niveau, reconnu par le public, sans oublier les organisateurs, que les recettes de tels succès ne devaient probablement pas manquer de réjouir.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

Une lettre de Cosima Wagner à la bibliothèque municipale de Rouen

Postée à Florence le 24 mars 1900, la lettre signée de la main de la veuve de Richard Wagner est adressée à Paul Stuart, interprète du rôle de Mime dans la création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen le samedi 17 février 1900. Mme Wagner répond au chanteur dont la correspondance, malheureusement, ne figure pas dans les archives du Richard Wagner Museum de Bayreuth. Pour sa part, Paul Stuart a soigneusement conservé la lettre dans son enveloppe. Elle est désormais collée sur la première page du livre de souvenirs qu’il a consacré à l’important événement wagnérien auquel il a apporté sa contribution. Dans ce recueil factice intitulé « À propos de Siegfried à Rouen » et entré par don dans les collections de la bibliothèque municipale de Rouen, l’interprète de Mime a réuni des photographies, des articles de presse et des documents iconographiques consacrés au spectacle.

Répondant en français à Paul Stuart qui l’a invitée à venir à Rouen assister à la première, la fille de Franz Liszt et de Marie d’Agoult lui apporte sa caution, non sans retard :

24 mars 1900

Monsieur,

Votre aimable lettre m’est parvenue ici après de nombreux détours et je viens vous en remercier et vous prier de m’excuser si je ne suis pas à même de remplir vos désirs.

Ce que vous me dites de la représentation de Rouen et en particulier de la conception du rôle de Mime m’a vivement intéressé [sic] et votre masque me semble excellent.

J’aurais bien du plaisir à vous dire de vive voix et à vous entendre raconter les détails de cette représentation intéressante sous tant de points de vue. J’espère que nos fêtes de l’année prochaine vous attireront à Bayreuth et que vous viendrez m’y voir.

Recevez en attendant, monsieur, avec la réitération de mes remerciements, l’expression de ma sympathie et de ma considération bien distinguée.

C. Wagner

Florence. Hôtel Victoria.

À une époque où le spectacle lyrique est considéré comme la reproduction d’un modèle et non comme la recherche de la singularité, gageons que Stuart et, à travers lui, le directeur du Théâtre des Art de Rouen n’auront pas manqué de se prévaloir de cet adoubement. Loin d’être un simple message d’encouragement, la lettre de Cosima Wagner conservée dans le livre de souvenirs de Stuart comporte une information fondamentale sur la création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen le 17 février 1900.

Cet événement a fait l’objet d’un dossier sur le site Dezède et d’un article de Charlotte Fellous sur le Carnet Dezède.

> Consulter le dossier Siegfried à Rouen (1900)

> Consulter l’article de Charlotte Fellous

> Consulter la lettre de Cosima Wagner sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Une lettre de Cosima Wagner à la bibliothèque municipale de Rouen », Carnet Dezède, 08/11/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1997

Maxime Maugé-Renaünt, « Le Ring à Rouen en 1927 »

Richard Wagner (1813-1883) et son œuvre ont profondément marqué la France : du scandale de Tannhäuser au succès de Lohengrin, du rejet nationaliste à la création du mythe wagnérien, il semble que le créateur du Ring ne puisse pas laisser indifférent. En 1861, Wagner peut faire jouer Tannhäuser à Paris, dans une version remaniée dite « de Paris ». Après des répétitions dont le nombre très important est la conséquence du manque d’efforts des musiciens, sûrement découragés par la difficulté de l’œuvre, le compositeur doit faire face à une cabale organisée par les membres du Jockey Club dès la première représentation. Ils s’opposent en effet à l’insertion d’un ballet dans le premier acte, Wagner rompant ici avec son insertion traditionnelle dans le second qui donne aux retardataires la possibilité de le voir. C’est le scandale dans la salle : Wagner décide de tout annuler après la troisième représentation. Ce premier événement déclenche des débats entre partisans et détracteurs, et contribue à la création d’un « mythe wagnérien ». Ainsi, malgré l’échec, qui le marque, le compositeur est loin de passer inaperçu. Ces réactions passionnelles, voire épidermiques, prennent une autre ampleur avec la guerre franco-prussienne (1870-1871) : après la publication d’Une Capitulation, texte dans lequel Wagner raille la France, des musiciens français refusent de jouer ses œuvres, s’inscrivant ainsi dans un large mouvement antiwagnérien à la fois artistique et politique. Cette haine du symbole wagnérien, désormais associé à la défaite française et à la politique « impérialiste » de la Prusse, est illustrée par un événement très marquant : la représentation de Lohengrin, dirigée par Charles Lamoureux (1834-1899) à l’Éden-Théâtre en 1887. La cabale organisée à cette occasion oblige la police à protéger le théâtre et contenir les manifestants : certains d’entre eux sont arrêtés et une seule représentation est donnée. Cependant tout finit par se calmer. Le succès, à la fois local et national, de la représentation de Lohengrin à Rouen en février 1891 entraîne de nombreuses mises à la scène dans d’autres villes de France. En septembre de la même année, Lohengrin entre au répertoire de l’Opéra de Paris. Cet événement marque la fin de l’épisode de refus de Wagner à Paris et est à l’origine d’une certaine « wagnéromania » interrompue jusqu’en 1914. Durant cette période, ses œuvres sont jouées partout en France. La Grande Guerre remet en cause cette unanimité et il faut attendre 1921 pour revoir un opéra de Wagner sur le territoire français : le nom du compositeur reste toujours fortement associé à l’imagerie politique et « impérialiste » de l’Allemagne du xixe siècle et du début du xxe siècle. Cependant durant l’entre-deux guerres, ses œuvres sont jouées de manière intense puisqu’elles représentent environ 15 % de la programmation de l’Opéra de Paris. Ainsi, à travers ces quelques éléments, on constate que Wagner n’est pas seulement au cœur des débats esthétiques français : il est aussi un symbole idéologique et politique.

L’histoire du wagnérisme à Rouen débute en 1891, avec la création de Lohengrin. Cet ouvrage de Wagner est celui qui lui apporte la notoriété internationale. Le Théâtre des Arts de Rouen est la première institution française à jouer l’œuvre après le scandale retentissant de 1887 à Paris. La première est un succès et ce soir-là des journalistes parisiens sont présents dans la salle. Cette première sur la scène rouennaise est suivie par d’autres : Le Vaisseau fantôme en 1896, Tannhäuser en 1897, Siegfried en 1900 (en création française), La Walkyrie en 1906 et Tristan et Isolde en 1914. Néanmoins, les représentations des opéras de Wagner restent marginales puisqu’elles ne représentent que 2,3 % du total des représentations du Théâtre des Arts de Rouen entre 1891 et 1914. Après la Grande Guerre, Wagner n’est plus joué à Rouen et, comme à Paris, il faut attendre 1921 pour revoir son nom sur un programme. Un événement national est cependant attaché à la production lyrique rouennaise et à la réception du compositeur en France : la création du Ring en 1927.

En 1927, le Ring est très attendu à Rouen. Pour le Théâtre des Arts c’est une création considérable, aussi bien financièrement que du point de vue de l’engagement de chacun. En effet, de nombreux articles louent les efforts exceptionnels du personnel et notamment ceux de M. de Loose, le directeur du théâtre. L’orchestre répète avec acharnement, pas moins de sept fois dans les deux mois précédant la première représentation. Ainsi, la création du Ring demande un effort important à l’ensemble du personnel du Théâtre des Arts, qui attend un juste retour des choses, comme le signalent plusieurs articles de presse exhortant le public à se présenter en nombre à ces représentations. Un article du Journal de Rouen, daté du 3 mars 1927, offre une preuve matérielle de l’importance accordée à l’événement : la police gothique, très exceptionnelle, est utilisée pour le titre (« La Tétralogie : La Walkyrie ») et pour le nom de l’auteur de l’article, Paul-Louis Robert.

L’analyse de la distribution montre que la troupe régulière du Théâtre des Arts est renforcée uniquement par un ténor de l’Opéra de Paris, Victor Forti. La création du Ring est une opération coûteuse pour le théâtre : le recours à ce chanteur peut ainsi se concevoir comme un moyen d’attirer un public de connaisseurs habitués de l’Opéra de Paris, mais aussi comme un « investissement » visant à garantir la bonne interprétation de deux rôles essentiels de la tétralogie. Le tableau ci-dessous rassemble la distribution générale du Ring :

La distribution du Ring à Rouen en 1927

Comme nous pouvons le constater, certains interprètes tels que Béatrice Andriani, Humbert Tomatis, Victor Forti et Germaine Cossini jouent dans les quatre opéras en changeant ou non de rôle : c’est un fait d’importance qui témoigne de l’adaptabilité des chanteurs et du caractère éprouvant de ce quadruple événement. C’est également une conséquence des contraintes économiques imposées au Théâtre des Arts.

Nous n’avons aucune information sur les partitions utilisées lors de ces représentations, faute d’exemplaires conservés dans les archives locales. Cependant il est possible d’affirmer, notamment d’après Cécile Rose1, que les quatre opéras furent chantés en français. Pour deux opéras (La Walkyrie, Siegfried) le traducteur est connu : il s’agit d’Alfred Ernst. D’après l’article du Journal de Rouen du 3 mars 1927 déjà cité, il semble que certaines coupures sont faites dans La Walkyrie. En effet, l’auteur de cet article, Paul-Louis Robert, évoque « quelques longueurs dans le livret » en citant l’avis du traducteur Alfred Ernst, et indique qu’elles seront probablement coupées en suivant les usages de l’époque. Cependant, rien ne permet d’affirmer qu’elles le soient réellement. Aucune information ne nous est parvenue pour les trois autres parties de la tétralogie. Événement remarquable car coûteux, des décors sont créés, fruit de la collaboration étroite entre le régisseur et le décorateur. La représentation de 1927 est donc pensée pour devenir une référence. Nous possédons peu d’informations sur ces décors : quelques indications sur le premier tableau, les Ondines portées pas des câbles, un décor évoquant les « profondeurs du Rhin », ou encore le palais de Guibighs, la perspective sur le Rhin, la toile de fond qui montre le Walhalla. Concernant les costumes, deux illustrations de Pierre le Trividic dans le Rouen Gazette du 19 mars 1927 présentent les costumes de Brünnhilde et de Wotan.

Rouen Gazette, 19 mars 1927.

Paul-Louis Robert est chargé par le théâtre de donner une conférence juste avant la première représentation, comme il le confirme dans son article du Journal de Rouen daté du 3 mars :

« Nous nous efforcerons, samedi soir, autant qu’on peut y réussir en cinquante minutes, de faire jouer les 120 thèmes environ qu’il est indispensable de connaître pour bien suivre le développement symphonique, et aussi d’expliquer les caractères et l’action de la Tétralogie. »

Cet extrait montre de quelle manière sont abordées les représentations à venir : le public visé semble fortement être un public d’amateurs et de connaisseurs, et on juge nécessaire une présentation analytique de l’œuvre, du moins pédagogique, afin d’aborder sa construction complexe. Mlle Thivin, pianiste, joue les thèmes et leitmotive évoqués par le conférencier.

L’orchestre et les chanteurs sont très bien reçus et salués de manière quasi unanime. D’après un article du Journal de Rouen :

« “Jamais l’orchestre n’a été si magnifique“ disait un vieil habitué. […] Les titulaires de pupitre et supplémentaires, sous l’impulsion admirable de M. Lebot, donnent leur maximum. […] »

On félicite l’orchestre et son chef, Adolphe Lebot, dont on apprécie la clarté et la précision, la flamme et le respect du style wagnérien. C’est aussi le cas des interprètes : ils sont généralement appréciés pour la clarté de leur expression et la « possession » des rôles. La mise en scène est évoquée pour son « caractère » et son aspect « pittoresque » : on peut supposer que les décors respectaient globalement ce qui avait été présenté à Bayreuth. Les décors et les machines sont remarqués, et quelques éléments plus particulièrement, notamment le dragon de Siegfried dont on « n’entrevoit dans l’ombre que les yeux verdâtres »2, « très audacieuse innovation » selon l’auteur de l’article.

Cette représentation du Ring est source de débats dans la presse locale, opposant les tenants de l’opéra « difficile », représentés par Paul-Louis Robert et le Journal de Rouen, et ceux d’un opéra « plus populaire », défendus par Rouen Gazette. Dans cette optique, un journaliste de Rouen Gazette évoque le « snobisme » dont il faut faire preuve pour assister à une représentation cyclique, à l’image du Ring. Wagner est ainsi considéré comme le compositeur d’une œuvre compliquée, qui n’est pas accessible à tous les publics et qui n’aurait pas sa place dans un théâtre dans lequel « on vient pour se délasser »3. Ainsi cet incroyable événement donne lieu à une querelle dont il faut noter qu’elle est circonscrite à la question esthétique.

Cependant, les attentes du public du Théâtre des Arts sont-elles comblées ? Malgré une réception très positive, nous l’avons vu, le nombre de spectateurs présents à chaque représentation semble insuffisant. Même s’il faut rester vigilant et garder à l’esprit les divergences entre le Journal de Rouen et Rouen Gazette, influençant sûrement la rédaction des articles, il semble que le succès ne soit pas au rendez-vous et les recettes espérées non atteintes. Par exemple, la représentation de L’Or du Rhin, le samedi 5 mars, génère 6 621,80 F de recette, contre 10 214 F pour La Favorite de Gaetano Donizetti, le 4 mars4. Cela s’explique par la nature du public de l’œuvre de Wagner : un public de connaisseurs, et donc un public forcément plus réduit que celui des œuvres jugées plus populaires, ou, du moins, plus accessibles.

Ainsi, en 1927, la ville de Rouen est le théâtre d’un événement considérable dans l’histoire de l’art lyrique et du spectacle en France. Cependant, il n’y a pas d’exception rouennaise, étant donné les représentations précédentes du Ring, à Lyon et Paris, et celles qui suivront Rouen, notamment à Toulouse deux semaines plus tard. Œuvre difficile à monter, le Ring occupe l’attention de la presse rouennaise avant, durant, et après sa représentation, notamment à travers de nombreux débats esthétiques dans les journaux rouennais. Au plan local, le Ring a pour conséquence la création de la Société des Amis du Théâtre des Arts, à l’initiative de Paul-Louis Robert, dont l’objectif est d’organiser une souscription destinée à financer la création d’autres chefs-d’œuvre de l’art lyrique. En 1928, ce sera le cas de Parsifal.

> Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

  1. Cécile ROSE, Le théâtre lyrique en Normandie entre les deux guerres, 1918-1939, thèse de doctorat, université de Paris-Sorbonne, 1990, p. 485. []
  2. Journal de Rouen, 10 mars 1927, p. 3. []
  3. Sur ce point de vue, voir « Encore une exécution capitale : celle de la Tétralogie », Rouen Gazette, 5 mars 1927, p. 1. []
  4. Archives municipales de Rouen, 2R6, saison 1924/1925 1926/1927. []