Archives par mot-clé : Wagner

1928 : l’apothéose du Wagnérisme toulousain

Les chiffres donnent une idée des mutations du spectacle lyrique depuis un siècle. Qui pourrait imaginer aujourd’hui une saison au Capitole de Toulouse avec plus de vingt représentations d’œuvres de Wagner incluant trois cycles du Ring, six représentations de Parsifal et deux de Tristan et Isolde, ces deux derniers en création ! À l’évidence l’année 1928 est bien celle de l’apothéose du wagnérisme toulousain. Un an auparavant, le Capitole avait déjà donné à voir et entendre trois fois l’intégralité du Ring. La version de 1928 est par conséquent une reprise cette fois-ci associée à six représentations de Parsifal. À la fin de l’année, vient le tour de Tristan et Isolde, le dernier des grands opéras de Wagner à ne pas encore avoir été monté à Toulouse. Une fièvre wagnérienne qui s’inscrit dans un mouvement généralisé à toute la France.

Dans le prolongement du dossier « Le Ring à Toulouse (1927-1928) » réalisé par des étudiants de master de l’Université Toulouse-Jean Jaurès en janvier 2023, des étudiants de licence, dans le cadre d’un cours d’initiation à la recherche, ont contribué à enrichir le dossier « Wagner à Toulouse » en y ajoutant les représentations de Parsifal et de Tristan et Isolde en 1928. Une fois de plus, Dezède s’avère un bon outil pédagogique pour faire découvrir la recherche, ses enjeux, ses principes et le chemin qui mène des sources à une production scientifique.

En cours de réalisation, le dossier « Wagner à Toulouse » réunira à terme l’ensemble des représentations wagnériennes au Capitole entre la première de Lohengrin le 5 mai 1891 et aujourd’hui. Il contient d’ores et déjà 80 événements.

Consulter les dossiers « Wagner à Toulouse » et « Le Ring à Toulouse 1927-1928) »

Le Ring à Toulouse (1927-1928)

Le dossier consacré au Ring en France avec l’ambition de réunir toutes les productions du Ring en version intégrale réalisées en France vient de s’enrichir d’un septième exemple, celui des représentations toulousaines entre le 20 mars et le 8 avril 1927 (3 séries) et entre le 24 avril et le 12 mai 1928 (3 séries).

Quelques jours après la série unique présentée à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927, le Ring s’installe sur la scène du Capitole de Toulouse. Et pour la première fois en France, la production atteint le nombre de six séries. Les trois de 1927, entre le 20 mars et le 8 avril, s’inscrivent dans le mouvement général de « réhabilitation » des œuvres de Wagner après la Première Guerre mondiale. Les trois de 1928, entre le 24 avril et le 12 mai, marquent l’apothéose du wagnérisme à Toulouse puisque chacune d’entre elles est précédée d’une représentation de Parsifal dont ce sont les premières apparitions dans cette ville. Quelques mois plus tard, les 18 et 20 décembre 1928, ce sera au tour de Tristan et Isolde de faire son entrée sur la scène du Capitole.

Ce dossier a été réalisé avec le concours de trois étudiants de l’Université Toulouse – Jean Jaurès (Andrey Houchot, Matys Laur et Jean Loiseleur des Longchamps) dans le cadre d’un atelier du master Musique et Musicologie.

Pour consulter le dossier Le Ring à Toulouse (1927-1928)

Le Ring de 1929 au Théâtre des Champs-Élysées

Par Gilles Demonet

Le dossier de Dezède consacré aux représentations du Ring en France vient de s’enrichir d’un nouvel élément, réalisé par Gilles Demonet, avec la version du Théâtre des Champs-Élysées de 1929. Cette production marque une date importante de l’histoire des Ring français puisqu’elle est la première, d’une part, en langue allemande et, d’autre part, dans un établissement privé. L’événement se singularise aussi par le moment des relations franco-allemandes dans lequel il intervient, celui d’une relative détente entre la fin de la Première Guerre mondiale et l’élection d’Adolf Hitler.

> Consulter le dossier Le Ring à Paris (1929)

La Walkyrie à Nantes (1893)

Ce nouveau dossier édité par Michelle Bourhis est consacré à la représentation de La Walkyrie à Nantes le 25 décembre 1893. Il s’agit doublement d’une première, celle d’une audition du second volet de la Tétralogie en France en dehors de Paris (dans une version de concert avec deux pianos, double quatuor à cordes et deux contrebasses), et celle de la traduction d’Alfred Ernst. Cet événement intervient quelques mois après la création française de La Walkyrie à l’Opéra de Paris dans la traduction de Victor Wilder le 12 mai 1893.

Parmi les sources qui ont permis de constituer ce dossier, figurent les lettres adressées par Alfred Ernst à Étienne Destranges, le musicographe nantais à l’origine de l’événement. Conservées à la médiathèque Jacques Demy de Nantes, elles ont été transcrites, annotées et indexées dans un document particulier accessible depuis le dossier mais aussi depuis la bibliothèque de Dezède.

> Consulter le dossier La Walkyrie à Nantes (1893)

> Consulter Les lettres d’Alfred Ernst adressées à Étienne Destranges

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède